Archives par étiquette : 1964

Imiter Charlot VADMC

Imiter Charlot : Un Américain à Paris, Mary Poppins, Grease

Le vagabond créé et immortalisé par Charlie Chaplin a inspiré de nombreux avatars et de nombreux hommages, par exemple dans les comédies musicales. Nous en avons sélectionné trois, dans l’après-Seconde Guerre mondiale, avant et juste après le décès de son créateur en 1977. Dans ces trois longs-métrages, l’imitation de Charlot est faite par un homme pour amuser les autres personnages. Le mime est reconnaissable à son pantalon baissé, à sa démarché saccadée, à la petite moustache qu’il se fabrique, les doigts devant sa bouche, à la canne ou à son fac-similé.

Dans Un Américain à Paris (An American In Paris, Vincente Minelli, 1951), c’est l’ex-soldat nord-américain et peintre Jerry Mulligan (Gene Kelly) qui démontre sa faconde aux enfants français de Montmartre, où il habite. Il leur fait deviner ce qu’il dit en anglais et celui qu’il copie, donc Charlot.

Un Américain à Paris VADMC 1

©Tiphaine Martin

Filles et garçons le reconnaissent bien, puisque ses aventures avaient traversé l’océan avant-guerre. C’est une manière de se cultiver en riant.

Dans le Mary Poppins (Robert Stevenson, 1964) des studios Disney, le dessinateur des rues de Londres Ben (Dick Van Dyke) emmène Mary Poppins (Julie Andrews) et les deux enfants dont elle a la garde, dans un dessin animé. Ben se retrouve seul avec Mary. Après lui avoir offert un bouquet de fleurs bleues qui se transforment en papillons, il la conduit dans un estaminet en plein air. Afin de la séduire un peu plus, tout en restant dans les bornes du divertissent familial disneyien, il danse avec les pingouins-serveurs animés, tout comme Gene Kelly avait dansé avec la souris Jerry dans Escale à Hollywood (Anchors Aweigh, George Sidney, 1945).

Mary Poppins VADMC 3

©Tiphaine Martin

Cette parade humain-oiseaux marins a tout l’air d’une imitation de Charlot par son côté saccadé et burlesque.

Dans le final de Grease (Randal Kleiser, 1978), le réalisateur a fait la part belle aux groupes d’élèves du lycée où se déroule la majeure partie du film. Un élève, vêtu d’un pantalon clair et d’une chemise vert pomme, se détache de la ligne de danseurs et de danseuses pour occuper le centre de l’écran et imiter Charlot, doigt devant la bouche en petite moustache, démarche saccadée et pantalon un peu baissé.

Grease VAMDC 6

©Tiphaine Martin

Chaplin est toujours bien présent dans l’imaginaire collectif état-unien, malgré son exil forcé en Europe.

Trois films, trois hommages à revoir.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Imiter Charlot : Un Américain à Paris, Mary Poppins, Grease », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14156

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Une fleur m’a dit et Mon amie la rose : évanescences florales

Ces deux chansons des années 1960 disent l’amitié, fragile comme de la soie1. Chantées par des femmes, elles décrivent un cœur ouvert à l’autre. Françoise Hardy édite « Mon amie la rose » en 1964 et Marie-Annick Rétif « Une fleur m’a dit » en 1969.

Françoise Hardy, via les paroles de Cécile Caulier, est la première narratrice d’un carpe diem et d’un memento mori qui se raccrochent aux pétales d’une rose, topoï ô combien classiques ; mais qui fonctionnent parfaitement, au vu du velouté de la musique et de la subtilité des paroles.

Marie-Annick Rétif, dite Mannick, également autrice des paroles, chante la joie de Noël dans le refrain, une joie teinté de mélancolie, sur la musique de Jo Akepsimas. La fragilité de l’existence est soulignée, tout comme la douceur du partage.

Les deux chants fonctionnent en miroir inversé. Là où la rose de Françoise Hardy meurt, celle de Marie-Annick Rétif revit : « On est bien peu de chose, et mon amie la rose est morte ce ma-tin » versus « Je l’ai mise à l’abri pour la faire sécher. Au milieu de la nuit, elle s’est mise à chanter ». La fleur d’Hardy lui donne tout, celle de Rétif reçoit des soins de sa part, dans deux belles leçons philosophiques. La vulnérabilité existentielle est symbolisée par la fleur, qui répond aux questionnement des chanteuses. La rose d’Hardy passe par tous les stades de la vie : naissance, épanouissement, épuisement, décès. La rose de Rétif reprend vie, mais uniquement grâce à la chaleur de l’amitié humaine.

L’amitié est centrale dans les deux chansons, les narratrices ne sont pas seules face à leurs interrogations, puisque les roses leur parlent : d’elles, de leur vie, de l’existence en général, qui passe si rapidement et dont il fait profiter, avant de disparaître. La relation fleur-humaine est d’autant plus intense que leur amitié est forte. Hardy décide de laisser s’effriter son amie et de rester dans la mélancolie, malgré l’ « âme qui dansait, bien au-delà des nues, et qui me souriait », tandis que Rétif préfère fortifier sa rose et chanter à pleine voix la fête à venir (au refrain): « Une Fleur m’a dit, c’est Noël aujourd’hui. Ton sapin fleurit, c’est Noël. »

Reste que ces deux chansons peuvent s’écouter ensemble, pour faire un point philosophique en toute finesse. Pas si mal.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une fleur m’a dit et Mon amie la rose : évanescences florales », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6575

 

 1 Clin d’œil à Yves Simon et à son « Regarde-moi », in Au pays des merveilles de Juliet (1973).

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube