Archives par étiquette : 2007

Renforcer le patriarcat Mariages Pièce montée VADMC

Renforcer le patriarcat ? Mariages !, Pièce montée

Qu’en est-il de la représentation de l’amour blanc hétérosexuel au tout début du vingt-et-unième siècle au cinéma, alors que le retour du bâton des années quatre-vingt-dix perdurait ? Nous avons choisi deux comédies romantiques françaises populaires : Mariages ! (Valérie Guignabodet, 2004) et Pièce montée (Denys Granier-Deferre, 2010), d’après le roman de Blandine Le Callet Une pièce montée (2007). Ces deux longs-métrages reposent sur le même principe de se dérouler pendant un mariage blanc bourgeois, et d’être joués par une pléiade d’acteurs et d’actrices connu·es, facilitant ainsi l’identification de la partie blanche du public entre l’acteur·trice et son personnage, et du public avec les personnages. Nous sommes loin du mariage entre un Français à la peau blanche et une Française à la peau noire des Aventures de Rabbi Jacob (Gérard Oury, 1972), où le raciste Victor Pivert (Louis de Funès) et ses préjugés sont ridiculisés.

Ces deux films reposent sur le même principe, qui est celui du cinéma populaire occidental, au moins depuis l’arrivée du cinéma parlant en 1927 : un conflit, des conflits, pour une résolution qui va dans le sens le plus fermé de la société. Soit ici, des couples mariés qui gravitent autour du couple qui va se marier. Si, dans Pièce montée, roman et film, il y a une célibataire, Marie (Julie Depardieu), elle accumule les clichés : universitaire, habillée de couleurs voyantes qui détonnent au milieu des pastels distingués des autres invitées, et elle se révèle homosexuelle. L’équation sexiste et lesbophobe est faite entre célibat féminin, vie professionnelle centrée sur la réflexion et l’analyse, et une orientation sexuelle différente de celle autorisée par la société patriarcale, avec le mariage à l’église et à la mairie, puisque le mariage civil du début des années deux mille était encore réservé aux couples hétérosexuels, tout comme l’est toujours le mariage catholique en 2024.

Dans ces deux films, nous sommes loin de la modestie du mariage de Geneviève et de Jacques dans Après la pluie, le beau temps (Comtesse de Ségur, Paris, Hachette, « Bibliothèque rose », 1989, p. 270) : « Le mariage se fit le matin à dix heures, sans cérémonie, sans invitations, sans tout ce qui fait de ce jour une corvée générale. » C’est l’exact contraire : nombreuses grappes d’invité·es, nombreuses tentes dans un grand espace campagnard (Mariages !), château avec parc idoine (Pièce montée) pour ces Parisien·nes qui restent entre eux sans se mêler aux provinciales et provinciaux, pardon, aux campagnard·es, et qui se marient à l’église – la cérémonie à la mairie n’est jamais montrée ni même mentionnée, comme si la séparation de l’Église et de l’État de 1905 n’avait jamais eu lieu, comme si les luttes féministes françaises millénaires contre l’institution matrimoniale n’avaient jamais existé. Il s’agit d’en mettre plein la vue des familles et des invité·es, tout en tenant son rang social, d’une part, et, d’autre part, d’amortir le prix du billet pour la spectatrice et le spectateur, uniquement parisien·ne donc.

Les femmes rêvent de mariage, de belles robes, de belles danses à deux, de buffets carnistes (ni bio ni végétarien ni vegan), d’église et de grandes pompe, bref, de clichés dégoulinants. Les hommes s’en accommodent très bien et jouent volontiers le jeu. Certes, certains personnages refusent de jouer le jeu de l’hypocrisie sociale, mais si peu, et elles, puisque ce sont uniquement des femmes, restent dans les bornes de l’attendu.

Dans Pièce montée, outre Marie, il y a Madeleine (Danielle Darrieux), la grand-mère, qui fait exploser un secret de famille dont elle est responsable au beau milieu du repas de noces de sa petite-fille. Mais elle en est immédiatement châtiée, puisqu’elle décède juste après. Quant à Hélène (Léa Drucker), plus que quadragénaire, si elle quitte son mari Alexandre (Christophe Alévèque), elle prend avec elle leurs deux enfants. Certes, elle les protège d’une image masculine toxique, mais quid de sa future vie amoureuse ? Et de sa situation financière après le divorce, s’il y en a un ? Toutes questions qui sont éludées par la narration.

Dans Mariages !, Micky (Lio), quinquagénaire soumise, se révolte et part seule après le mariage, lassée de son époux. Mais pour aller où et avec quelle indépendance financière ? Le scénario évite soigneusement d’y répondre. Tous les autres couples restent ensemble, malgré disputes et violences diverses, dont les coups de fusil donnés par Alex (Jean Dujardin), témoin du marié, sur fond de consommation excessive d’alcool. Ce personnage est finalement récupéré par sa femme Valentine (Mathilde Seigner) et pardonné. une violence masculine type (arme et alcool) est absorbée et dissoute dans le pardon féminin, au nom de l’amour. Le patriarcat peut dormi tranquille, les violences masculines continueront encore longtemps.

Ainsi, ces deux films tournés au début des années deux mille auraient très bien pu être tournés au vingtième siècle, avec quelques micro-ajustements (pas question de divorce, par exemple). Ce qui compte est le globe patriarcal, qui n’est finalement pas remis en question, entourant le public de son verre protecteur, loin des tentations égalitaires et des débats socio-politiques de 2004 et 2010.

En 2024, existent-ils des comédies romantiques populaires, outre Notre tout petit mariage (Frédéric Quiring, 2023), qui mettent en scène des couples avec des couleurs de peau différentes, hétérosexuels et/ou homosexuels, français et/ou étrangers ? Et, qui seraient mariés, ou pas.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Renforcer le patriarcat ? Mariages !, Pièce montée », Voyages autour de mon cerveau, juin 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/16330

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube