Archives par étiquette : 2021

Angoulême VADMC

Angoulême, the place-to-be : Xavier Giannoli, Wes Anderson. Partir, revenir, pourquoi (1) ?

Deux films sortis en 2021 se déroulent à Angoulême : Illusions perdues, de Xavier Giannoli et The French Dispatch, de Wes Anderson. Dans l’adaptation de Balzac, la cité angevine est réduite à sa plus simple expression : l’imprimerie des Chardon et le château des Bargeton, avec quelques échappées dans la nature alentour. Le tout ayant été, d’ailleurs, tourné dans l’Oise, selon la fiche Wikipédia du film. Pour l’Américain, Angoulême/Ennui-sur-Cholon est synonyme de petites rues pavées, de places aux multiples boutiques et cafés, ainsi que d’immeubles aux escaliers vertigineux tout droit sortis de Mon Oncle de Jacques Tati (1958).

Dans les deux cas, l’impression qui se dégage est celle d’une cité tranquille et sans histoires, au moins avant Mai 68. Les échanges salonniers et feutrés des Illusions perdues répondent aux longues rues vides d’ennui de The French Dispatch. Il n’est donc guère étonnant que les deux héros en partent, Lucien Chardon/de Rubempré (Benjamin Voisin) pour conquérir Paris, Arthur Howitzer Jr. (Bill Muray) pour retourner en Amérique. Nous serions donc dans une situation topique, celle d’une province ennuyeuse qui fait fuir un futur grand homme, qui se réalise dans une grande ville/une capitale.

Si ce n’est que Lucien et Arthur reviennent dans cette campagne autrefois honnie. Pour l’Américain, c’est par amour pour la France, sa cuisine (parfois mouvementée) et ses traditions qu’il s’installe définitivement à Ennui-sur-Cholon. Pour Lucien, bien plus sympathique chez Giannoli que chez Balzac, revenir à Angoulême est un apaisement et un ancrage dans ses racines. Le film se clôt sur une tranquille déambulation avec un doux soleil.

Angoulême, the place-to-be 2021. Et pour l’avenir ?

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Angoulême, the place-to-be : Xavier Giannoli, Wes Anderson. Partir, revenir, pourquoi (1) ? », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/6640

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Affiche BNF Gallica - Joséphine Baker

Joséphine Baker par Simone de Beauvoir, de revue en revue

Notre hommage à Joséphine Baker et à son entrée au Panthéon sera beauvoirien. Extrais des mémoires de Simone de Beauvoir.

Image : ©Gallica ©Bnf

1930, Simone de Beauvoir va voir la danseuse dans sa revue « Paris qui remue », en compagnie de Jean-Paul Sartre, compagnon principal, voire nécessaire, selon la terminologie de leur couple, de cette époque :

Nous fréquentions les music-halls. Joséphine Baker reprit au Casino de Paris les chansons et les danses qui l’avaient quelques années plus tôt précipitée dans la célébrité : de nouveau, elle triompha1

Des photographies de cette revue sont disponibles sur le site de La Régie théâtrale : http://www.regietheatrale.com/index/index/photographies/josephine-baker-casino-de-paris-1930.html

Trente ans plus tard, avec son compagnon Claude Lanzmann, en mai 1959, elle voit la chanteuse en répétition pour la revue « Paris Mes Amours » :

Vers le mois de mai, Lanzmann m’emmena un soir voir répéter Joséphine Baker à l’Olympia ; dans des décors tronqués, des acteurs en costumes de ville en coudoyaient d’autres, demi-nus dans des travestis antiques ; je pris plaisir à ce désordre, à l’agitation des techniciens, à la mauvaise humeur des responsables, aux effets insolites produits par la rencontre d’artifices somptueux avec la platitude quotidienne. Mais en me rappelant la Joséphine de ma jeunesse, je me répétai le vers d’Aragon : « Qu’est-ce qui s’est passé ? La vie… » Elle se défendait avec un héroïsme qui forçait l’estime ; il me semblait d’autant plus indécent de la regarder. Je découvrais sur son visage le mal qui rongeait le mien2.

Pour vous faire votre opinion, une photographie de cette revue est à voir sur le site de France bleu : https://www.francebleu.fr/emissions/josephine-baker-et-sa-tribu-arc-en-ciel/josephine-baker-ses-adieux-successifs-a-la-scene-episode-ndeg8

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joséphine Baker par Simone de Beauvoir, de revue en revue », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2240

1 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 61.

2 Simone de Beauvoir, La Force des choses. II, Paris, Gallimard, « Folio », 1999, p. 254.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube