Archives par étiquette : A Room of One’s Own

Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés VADMC

Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés

Personnage secondaire non négligeable et non négligé par la narration, Charlotte Lucas est une jeune fille de la petite aristocratie anglaise qui se morfond chez ses parents, dans le roman de Jane Austen Orgueil et Préjugés (1813). Dotée d’une vive intelligence mais d’un physique banal, elle ne peut se hausser au rang héroïque de sa meilleure amie Elizabeth Bennett, personnage central du roman, auquel est réservé la grande histoire d’amour de ce récit social mordant, avec le sieur Darcy. Nous avons vu cependant dans un article précédent que cette relation hétérosexuelle Elizabeth-Darcy est à moduler.

Charlotte n’a pas tous ces tourments. Elle a vingt-sept ans1 et ne veut pas rester célibataire, avec toute l’opprobre de l’époque sur les épaules. Elle choisit d’épouser le petit-cousin d’Elizabeth, monsieur Collins, un pasteur, pompeux et ennuyeux. Elle acquiert ainsi un statut social honorable, une maison différente de celle de ses parents, qu’elle peut arranger à son goût. Tout en faisant en sorte de ne pas avoir son époux trop longtemps en face d’elle, comme le constate Elizabeth quand elle lui rend visite avec sa sœur Maria :

When Mr. Collins could be forgotten, there was really an air of great comfort throughout, and by Charlottes evident enjoyment of it, Elizabeth supposed he must be often forgotten2.

C’est-à-dire :

Cette demeure, évidemment, était fort plaisante à condition den oublier le maître, et en voyant à quel point Charlotte se montrait satisfaite, Elizabeth conclut quelle loubliait souvent3.

Charlotte a convaincu son mari des bienfaits de l’exercice physique, donc ici du jardinage, qui le tient éloigné d’elle, en plus de ses devoirs de pasteur. Et lui, d’ailleurs, qu’en pense-t-il ? Trouve-t-il cela normal et agréable ? Vu sa sottise, sans doute.

De même, Charlotte a eu la finesse de se réserver des pièces pour elle seule, loin du bureau de son époux :

The room in which the ladies sat was backwards. (…) Mr. Collins would undoubtedly have been much less in his own apartment, had they sat in one equally lively; and she gave Charlotte credit for the arrangement. (…) From the drawing-room they could distinguish nothing in the lane (…)4.

C’est-à-dire :

La pièce où se réunissaient les dames était située à l’arrière de la maison. (…) Mr. Collins aurait certainement passé moins de temps dans son bureau si lappartement de sa femme avait présenté les mêmes agréments que le sien. Du salon, on napercevait pas la route5.

Elle possède le fameux « lieu à soi » réclamé par Viriginia Woolf pour toutes les femmes dans son essai de 1929, A Room of One’s Own. Notons que Woolf y parle souvent d’Austen et cite le manuscrit d’Orgueil et Préjugés.

À l’aune du vingt-et-unième siècle, et selon les standards romantiques d’Elizabeth, la situation de Charlotte peut serrer le cœur, entre sexualité avec un homme non aimé, conformisme social et répétition d’un quotidien peu amusant. Pour autant, Charlotte ne s’apitoie jamais sur son sort :

But she had chosen it with her eyes open; and though evidently regretting that her visitors were to go, she did not seem to ask for compassion. Her home and her housekeeping, her parish and her poultry, and all their dependent concerns, had not yet lost their charms6.

C’est-à-dire :

Cependant, elle avait fait son choix en connaissance de cause, et, tout en regrettant le départ de ses visiteuses, elle ne semblait pas réclamer quon la plaignît. Sa maison, son ménage, sa paroisse, sa basse-cour et tous les intéts qui en dépendaient navaient point encore perdu leurs charmes à ses yeux7.

Tout lui est moins facile qu’à son amie, mais elle sait aller vers les aspects les moins pénibles de sa vie. Il n’y a pas d’orgueil ni de préjugés chez Charlotte, ni d’apitoiement sur soi, mais un regard clairvoyant sur son existence. Lucide, Charlotte choisit la norme comme moyen d’avoir une existence confortable, en en tirant le meilleur parti. Une femme courageuse, à saluer bien bas.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Charlotte Lucas est-elle à plaindre ? Orgueil et Préjugés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10399

3 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, Paris, 10/18, 2001, p. 162.

5 Ibid., p. 171.

6 https://www.gutenberg.org/files/1342/1342-h/1342-h.htm#CHAPTER_XXXVIII

Chapitre XXXVIII.

7 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, op. cit., p. 215.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube