Archives par étiquette : Abracadabra

Prune et Fleur de Houx VADMC

Choisir sa vie : Prune et Fleur de Houx

Être orpheline n’est déjà pas bien drôle, mais plus encore si le seul cadeau que vous recevez à Noël consiste en des crayons de couleur. Certes, Mademoiselle Berger, l’éducatrice de l’orphelinat, a fait un effort dans le non-genré. Néanmoins, les crayons dégagent peu de chaleur et ne peuvent servir à exprimer sa tendresse. Prune, six ans, cheveux courts et bruns, yeux gris-bleu, une des héroïnes du roman jeunesse Prune et Fleur de Houx (The Story of Holly and Ivy, Rumer Golden, 1986), est donc peinée et déçue :« Une poupée aurait comblé le vide qui lui faisait mal à l’intérieur – et, maintenant, ça faisait si mal qu’elle devait serrer les dents très fort (…). » (Gallimard, « Folio Cadet rouge », 1990, p. 17) C’est une petite fille qui, avec son béret et ses gants rouges et son manteau vert, ne s’attendrit pas sur son sort, sans pour autant être une dure à cuire.

Prune décide de ne pas aller à la campagne, dans le « foyer-crèche » qui sert de relais à l’orphelinat. Elle descend donc du train, où elle a été conduite par Mademoiselle Berger, dans la ville de Pommery, où elle s’est inventée une grand-mère qui l’attend (p. 13, 17, 20, 32, 48, 49, 55, 56), autre moyen de se sentir aimée.

En ville, elle fait ce qu’elle veut, en flânant dans le marché de Noël, mangeant des marrons et une pomme d’amour, buvant une tasse de thé, jouant avec un ballon bleu, grâce à son argent de poche (p. 26-27). Elle part ensuite à la recherche de sa soi-disant parente. Et jette son dévolu sur la maison de l’agent de police Martin et de son épouse Madame Martin, dont elle aime l’absence d’enfant, la couronne de houx à la porte, le sapin et le petit-déjeuner qui fume près de la fenêtre (p. 49).

Dans la même ville, Fleur de Houx s’ennuie, presque seule dans la vitrine, sans compter qu’elle est en but au harcèlement d’Abracadabra. Ce hibou en peluche est le mauvais génie du magasin de jouets de Monsieur Désir. Il s’amuse à faire tomber de son escabeau Pierrot, le jeune employé (p. 22). Il souffle ses remarques vipérines et négatives en direction des autres jouets, et particulièrement de Fleur de Houx (p. 8-9, 10, 34-35, 38), qui a osé lui tenir tête. Cette poupée blonde aux yeux bruns, dans sa robe rouge, ses chaussettes vertes et ses souliers rouges, attend sa « petite fille de Noël » (p. 43). Mais personne ne l’achète et elle craint de finir dans la réserve du magasin, pleine de poussière et avec pour seule compagnie un hibou frustré (p. 35).

Que faire ? Sinon faire un vœu, encouragée par le houx qui pique mais qui est bon aux solitaires. Et la poupée et la petite fille, qui se sont regardées de part et d’autre de la vitrine, grâce aux pérégrinations de Prune (p. 41-43), de souhaiter, souhaiter, souhaiter. Quoi ? un foyer. Pour ne plus avoir envie de « se casser en mille morceaux » (p. 35) et pour faire fuir « le vide qui faisait mal (…) à l’intérieur » (p. 32). L’autrice Rumer Golden exauce le vœu de ses héroïnes, bien sûr. Ainsi que celui de Madame Martin, qui souhaite justement un enfant. Prune, Fleur de Houx béate au creux de ses bras, est adoptée légalement par les Martin : « Prune tendit la main (…) et le vide à l’intérieur disparut pour ne jamais revenir. » (p. 62) La famille biologique, absente, est heureusement remplacée par une famille recomposée.

Abracadabra, lui, finit à la poubelle du magasin de jouets, avant de disparaître mystérieusement.

Un bon conte de Noël, magnifiquement illustré par Barbara Cooney, pour avoir chaud au cœur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Choisir sa vie : Prune et Fleur de Houx », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13630

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube