Archives par étiquette : Ainsi soit-elle

Interview Catel Muller

Héroïnes – Interview de Catel Muller

Un grand merci à la dessinatrice Catel Muller de nous avoir accordé cette interview !

 

Tiphaine Martin – Quels sont les liens entre les différentes femmes et hommes dont vous retracez l’existence dans vos biographies graphiques (« biographiques ») ?

Catel Muller – Comme je suis une femme, il est assez naturel que je parle de femmes. Je souhaite faire sortir certaines héroïnes de l’oubli de l’Histoire, de parler de personnalités qui me semblent  importantes, dont la vie , romanesque et  aventureuse, ont laissé une empreinte. Dans mes biographiques, il y a aussi des hommes bien sûr. Ma dernière biographique est d’ailleurs consacrée à René Goscinny, à travers les yeux de sa fille Anne.

J’ai commencé au début des années deux mille à parler d’une figure oubliée : Kiki de Montparnasse, dont les  mémoires venaient d’être rééditées chez José Corti. Elle était un modèle qui posait pour le Tout-Paris artistique, elle dessinait et écrivait aussi. Elle est restée célèbre dans l’inconscient collectif grâce à la célèbre photo de Man Ray, où elle pose  avec des ouïes de violoncelle peintes sur son  dos.

C’était une double inspiration pour le scénariste José-Louis Bocquet, et moi-même. Nous voulons réaliser un roman graphique, un album sans nombre de pages limitées. Une seule éditrice y a cru et ça a été un succès ! Puis, j’ai travaillé sur Olympe de Gouges. Elle a écrit la « Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne » en 1791. Elle a été l’inspiratrice des mouvements féministes ultérieurs. Je voulais aussi raconter la Révolution française. Pour Joséphine Baker, ça a été un travail sur une femme connue en tant que  première danseuse noire avec une ceinture de bananes. Cette image colonialiste est, malheureusement, celle qu’on a le plus retenue d’elle. Celle d’une résistante humaniste est beaucoup moins connue. Au départ, en tant que Blanche européenne, je ne me sentais pas de dessiner une femme afro-américaine, mais Baker ne voyait pas ni les couleurs ni les origines, comme elle le disait, d’où l’appellation de «tribu arc-en-ciel », donnée aux enfants qu’elle a adoptés aux quatre coins du monde. J’ai eu la chance d’avoir accès à sa vie intime et ses archives, grâce à un de ses fils adoptifs. Je me suis rendue compte que j’avais travaillé sur des valeurs fondamentales , incarnées par Kiki, Olympe et Josephine : la liberté, l’égalité et la fraternité. J’en ai  conçu une exposition avec Casterman. Au fil des trois albums, il y a eu une conscientisation de mon travail sur le matrimoine.

Pour Ainsi soit Benoîte Groult, c’était la première fois qu’on faisait une biographie dessinée sur une personne vivante. Benoîte Groult est une de mes idoles, elle m’a révélé la condition féminine à mon adolescence avec son livre Ainsi soit-elle.

J’ai également travaillé avec Claire Bouilhac sur des adaptations littéraires : Adieu Kharkov, La Princesse de Clèves, Indiana. Nous avons établi un parallèle entre la vie des autrices, Mylène Demongeot, Mme de La Fayette et George Sand, et les héroïnes de leurs œuvres.

J’ai aussi travaillé dans  l’audiovisuel, en participant au film Colette l’insoumise. Je collabore toujours avec Arte, pour un documentaire graphique sur Alice Guy, la première cinéaste, dont la diffusion est fin août 2021.

 

T.M. – Lucrèce, Marion, Les Papouses et Cie, vos personnages pour adolescentes, sont-ils aussi forts et déterminés que les personnes de vos biographiques ?

C.M. – Ce sont des personnages de fiction, à destination des enfants : le point de départ est plus léger, plus loufoque, plus amusant. Par son tempérament et ses aventures, Lucrèce a des liens avec ses autrices, puisque nous trouvons notre inspiration, Anne Goscinny et moi, à travers nos filles.

C’est un moment de récréation par rapport aux biographiques, qui est un travail beaucoup plus lourd.

 

T.M. – L’édition jeunesse n’est-elle pas une sorte de refuge pour les scénaristes et illustratrices, qui peinent encore à se faire une place dans le monde bédéaste adulte, «sérieux » parce que ultra-masculin ?

C.M. – Oui, d’une certaine façon. Chez Fluide glacial,  dans les années 90, quand je me suis présentée comme  dessinatrice, il n’y avait  que des hommes. Je me sentais isolée, décalée,  regardée comme un martien du genre « fille » ! J’ai trouvé refuge dans la presse jeunesse, où il y a principalement  des femmes. J’y ai rencontré des scénaristes (femmes et hommes ) avec lesquels je travaille toujours. Chez Bayard-Presse, j’ai crée  le personnage de Linotte qui aujourd’hui existe toujours chez Fleurus-Presse dans Les P’tites sorcières. L’édition jeunesse est à la fois  un terrain d’essai et de perfectionnement professionnel.

C’est en 1999 que  ma première bande dessinée, Lucie s’en soucie, est parue aux Humanoïdes associés. C’était mon premier roman graphique, en noir et blanc, puis une série en a été tirée, en grand format cartonné  couleur, de manière plus classique, chez Casterman. Je racontais des petites  histoires du quotidien , humoristiques, avec ds héroines fictives. Puis, j’ai eu envie de changement, de parler de dessins réels, d’héroïnes dont la vraie vie dépassait la fiction. Je suis passée à la grande histoire, avec  des récits plus réalistes, plus durs, souvent extraordinaires.

Pour moi, la bande dessinée jeunesse, au-delà de la joie d’univers légers et joyeux à dessiner, a constitué un tremplin et un savoir-faire technique pour la bande dessinée adulte. Et je continue aujourd’hui à faire des livres pour les enfants, car c’est un équilibre dans ma création. Le rapport effort-plaisir est comparable à faire du vélo ou à galoper à cheval sur une plage.

Dans  ma carrière d’autrice de BD depuis 30 ans, j’ai eu – du fait que je sois une femme -des ennuis, des bâtons dans les roues, des injures de la part d’hommes. Mais je me suis accrochée et je fais maintenant partie d’une génération qui peut servir de modèle aux suivantes. Aujourd’hui, les métiers d’auteur, d’éditeur et d’attaché de presse dans l’univers de la bande dessinée sont devenus très féminins. Avant 2000, ce monde était presque exclusivement masculin. On est passé d’un quota de 4% à 35% de femmes.

 

T.M. – Quelles consœurs vous ont inspirées/vous inspirent ?

C.M. – Claire Bretécher est un modèle, j’ai grandi avec. Elle était magnifique, drôle, charismatique, j’avais envie de ressembler à mon héroïne, j’avais envie d’être Claire Bretécher et de faire « Claire Bretécher » comme métier. J’admire aussi Florence Cestac, Annie Goetzinger, Chantal Montellier. J’ai fait la connaissance de Marjane Satrapi après les  Arts Décos (nous avions fait nos études à Strasbourg dans la même école). Son  Persepolis m’a beaucoup impressionnée et m’a poussé à raconter , d’une autre manière , de vraies histoires.

J’ai aussi des modèles hommes, dont René Goscinny, scénariste de génie. J’ai du mal à écrire ds histoires, c’est toujours laborieux pout moi ; je me sens plus dessinatrice que scénariste. Parmi mes modèles de militantes féministes il y a Benoîte Groult, Gisèle Halimi, Simone de Beauvoir, Simone Veil…

 

T.M. – Aimeriez-vous créer un festival graphique uniquement consacré aux femmes, sur le modèle du festival des femmes de Créteil (pour le cinéma) ?

C.M. -Je pense qu’un festival que femmes serait vu comme un entre-soi, sectaire et donc critiqué, rejeté. En plus, comme la situation change vite, les femmes sont de plus en plus nombreuses,  il n’y a pas forcément besoin d’un festival de femmes. Ce qui me paraît important , c’est de mettre la lumière sur la création des femmes, et cela  à travers des prix.

Il existe le prix Artémisia, créé par Chantal Montellier et Jeanne Puchol en 2007, et qui aurait  vocation à disparaître, une fois la parité atteinte. Le  jury d’Artémisia est mixte et paritaire. Ce prix est né en réaction au festival d’Angoulême. Celui ci – rebaptisé  par certaines autrices «  Angoul’men »-   n’a élu, depuis sa création en 1974 , que 2 présidentes face à 45  présidents !  Les chiffres parlent par eux mêmes…

 

T.M. – Pourriez-vous nous parler de vos trois projets de biographiques (Colette, Nico, Alice Guy) ? Vos choix, des commandes, des hasards heureux ?

C.M. – Je n’ai plus jamais de commandes, sauf de la part de l’université de Paris-Saclay pour l’exposition consacrée à l’égalité femmes-hommes1 (voir le lien du site à la fin de l’article), car c’est un partenariat. J’ai des propositions et des envies, j’ai la chance de pouvoir suivre mes choix personnels pour continuer de faire ce que j’aime faire, dans une complète liberté éditoriale. Je m’occupe et me préoccupe du matrimoine, en général. Mes projets sont, outre la bande dessinée sur la première réalisatrice de cinéma  Alice Guy, qui sortira en même temps que le docugraphique pour Arte , une biographique avec mon complice Bocquet sur la première écologiste de la mer, Anita Conti, et une autre sur la chanteuse mythique du Velvet Underground, Nico.

Ces portraits de femmes remarquables, libres et audacieuses,  nous permettent de raconter, au-delà de leur incroyables destins personnels , une époque et un sujet sociétal. Elles ont marqué leur temps, elles sont pourtant souvent oubliées ; nous rendons hommage à ces « clandestines de l’Histoire » qui deviennent des héroïnes de BD.

Catel Muller

 

1 http://www.catel-m.com/expositions-ventes/

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Catel Muller, « Héroïnes – Interview de Catel Muller », Voyages autour de mon cerveau, avril 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1550

 

 

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte 4 Mariages 1 Enterrement

Quatre Mariages et un enterrement : tristes clichés

J’ai vu cette comédie britannique lors de sa première diffusion télévisuelle, soit en l’an de grâce 1995, lorsque j’avais onze ans. Puis, je l’ai revue de manière régulière pendant mon adolescence, au gré de ses multiples rediffusions. Avec, toujours, le même malaise et les mêmes interrogations, sans suivre l’ordre chronologique du film :

  • pourquoi Carrie dit-elle à Charles qu’ils sont fiancés, après une nuit passée ensemble, alors même qu’elle le sait rétif à l’engagement, comme son discours de garçon d’honneur en atteste, et vu qu’on est en 1993/1994 dans le film, en Angleterre, donc dans un pays et dans une époque aux mœurs « libérées » ?
  • pourquoi le seul qui meurt dans l’histoire est un homme homosexuel et pas un homme hétérosexuel ?
  • pourquoi le couple homosexuel est-il composé d’un homme bien plus âgé que son compagnon et pas de deux hommes du même âge, comme 99% des couples hétérosexuels du film ?
  • et pourquoi l’homme âgé est-il si extravagant et son compagnon si sombre ? C’est tout ça, être un couple d’hommes homosexuels ?
  • pourquoi Fiona est-elle la seule femme du film à ne pas trouver l’âme sœur, même pendant le générique de fin, qui l’accole … au prince Charles, donc un substitut nominal du Charles (Hugh Grant), donc elle reste célibataire ; Charles, dont elle est tellement amoureuse qu’elle s’interdit de faire l’amour avec quiconque, contrairement à Scarlett ou à Lydia, qui ont des aventures pendant le film, tout en cherchant le mâle idéal ?
  • pourquoi Fiona tombe-t-elle tout de suite dans une jalousie bien sexiste – parce qu’encouragée par le patriarcat -, en désignant Carrie comme « salope » ? Ok, elle a vu que Charles venait d’avoir le coup de foudre pour Carrie, mais en quoi cela l’autorise-t-elle à insulter une autre femme et à colporter des ragots ?
  • pourquoi Scarlett est-elle si nunuche, autant sinon plus qu’une princesse Disney de base ?
  • pourquoi Carrie tient-elle si fort à se marier qu’elle épouse un homme qui pourrait être son grand-père ?
  • pourquoi Charles est-il si mal à l’aise lorsque Carrie énumère ses amants, alors qu’il a lui aussi un tableau de chasse important ; tableau de chasse qui comprend une mère et sa fille, tout comme Carrie a couché avec le père et son fils ?
  • pourquoi les personnes ont-ils soit un langage gourmé, soit un langage de charretier ? Un lexique de base et sans vulgarité, c’est impossible en Angleterre ?

Donc, tout en étant raide dingue des yeux bleus et du teint si pâle (mais du coup si exotique) d’Hugh Grant, tout en restant scotchée par le romantisme fou de la dernière scène sous la pluie, tout en riant volontiers des atermoiements du nouvellement prêtre Gerald et tout en approuvant le coup de poing vengeur d’Henriette à Charles, j’étais gênée par ce film.

Il m’a fallu la lecture et les relectures (une fois par an pendant six ans, le temps d’arriver en Maîtrise et de plancher dessus) du Deuxième Sexe, les lectures et relectures d’Ainsi soit-elle, du XXe siècle des femmes, de La Cause des femmes, de tant d’autres, et, surtout, la lecture et relecture de La Drôle de guerre des sexes dans le cinéma français (Burch et Sellier, 1996), à partir de quinze ans, pour y voir plus clair. Et pour pouvoir faire le point aujourd’hui, en 2020, après vingt-et-un ans de lectures critiques féministes, en littérature, en sociologie, en histoire, en cinéma, etc.

Evacuons d’abord la question du langage, faite pour souligner le décalage générationelle au sein d’une même classe sociale, la haute bourgeoisie britannique, ainsi qu’entre classes sociales, Charles et Scarlett semblant appartenir à une classe sociale un moins huppée que les mariés qu’ils fréquentent au rythme effréné des mariages qui se succèdent. Quant au sexisme langagier de Fiona, ma foi… le scénariste est un homme, donc comment imaginerait-il que les femmes ne se tirent pas systématiquement dans les pattes lorsqu’elles sont amoureuses du même homme ? Sans compter que tout le film ne vise, finalement, qu’à punir Carrie d’avoir été … une femme à homme, c’est-à-dire, bien entendu, une « salope ».

En effet, Quatre Mariages et un enterrement est résolument masculiniste, épousant le point de vue des hommes hétérosexuels. Je l’ai dit, le couple d’hommes homosexuel est disproportionné quant à l’âge – une des raisons pour laquelle leur histoire se termine mal, tout comme celle de Carrie avec son fiancé écossais ? Et ce couple concentre des clichés homophobes : Gareth est un boute-en-train extraverti, type Cage aux folles ; Matthew, plutôt sinistre, mais prêt à sauter sur tout mâle venu (Charles, son frère sourd David…), comme si les homosexuels étaient incapables de fidélité amoureuse et sexuelle. Le générique de fin montre Matthew en couple avec Martin, enfin souriant, et faisant la fête. A son tour d’endosser la représentation du « gay » festif et festoyant sans cesse. Pour ma première représentation de couple masculin homosexuel à l’écran, c’était raté…

La descente aux enfers de Carrie n’est pas mal, non plus, dans le style punition d’un désir féminin libre. Pourtant, elle est loin des étreintes sauvages et bruyantes auxquels le cinéaste nous fait assister tout au long du film, je suppose sous prétexte d’être « libéré » des conventions cinématographiques imposées par la censure jusque dans les années soixante, et sous prétexte de montrer des êtres « libérés » de toute contrainte sexuelle, mais dans des positions résolument hétéros-phalliques (monsieur au-dessus, madame en-dessous).

Pour la jeune Américaine, la faille apparaît après sa première nuit avec Charles : il pensait sexe, elle pensait mariage. Situation incongrue en 1994, nous l’avons souligné. Ou pas ? Les années Tatcher et Reagan ne sont pas loin, avec leur lot de crises financières et sociétales, accompagnées de discours rétrogrades. Le tout ayant conduit à un recul de l’égalité femmes-hommes de part et d’autre de l’Atlantique, dont témoigne les analyses de Susan Faludi dans Backlash. La guerre froide contre les femmes (1991). Nous retrouverions donc une situation normale, c’est-à-dire dans les normes, avec l’homme qui ne veut pas s’engager, et la femme pour qui le don corporel implique une prise en charge financière et mentale, validée par la cérémonie du mariage – religieux, bien entendu. En effet, dans les mondes anglo-saxons, il n’existe pas de séparation Etat/Eglise, et si les maires peuvent unir les couples hétérosexuels, c’est l’Eglise qui a toujours la haute main sur la validation du mariage et qui est socialement reconnue. Notons que le poids économique de l’univers britanno-américain pèse sur les films français, où la cérémonie à la mairie a aujourd’hui disparu, contrairement aux films des années trente.

Carrie, qui a choisi de coucher avec le doux Charles plutôt que le macho qui détaillait son corps partie par partie en se vantant de la mettre directement dans son lit, se retrouve à repartir aux Etats-Unis. Mais on ne saura jamais pourquoi elle a tellement hâte de se marier, alors qu’elle travaille dans un magazine de mode (bien entendu) prestigieux, à part pour faire comme ses presque pairs sociaux, peut-être. Ou, plutôt, continuer dans le retour au passé, littéralement, en épousant un homme trois fois plus âgé qu’elle, qui a donc connu cet âge d’or patriarcal, où les hommes riches s’adjoignaient une femme, belle selon les critères de chaque époque, mais surtout pas intelligente et cultivée uniquement en surface, afin de montrer leur prestige social et leur pouvoir d’achat. En effet, Carrie, outre son statut d’étrangère et de femme qui travaille, semble ne pas appartenir tout à fait au même milieu que les gens qu’elle fréquente dans les mariages, tout comme Charles et Scarlet.

Alors qu’elle est enjouée car arrivée à ses fins (se marier en terre britannique avec un homme riche), la scène où Charles lui demande combien d’amants (et non de compagnons) elle a eu se termine sur une tonalité grave. Charles s’incline devant ce nombre important, tout en étant flatté et gêné de l’aveu d’amour passé que lui fait Carrie. Lui-même n’a pas eu autant de maîtresses (et non de compagnes) et, visiblement, aucune histoire d’amour, seulement des liaisons qui se sont plus ou moins bien terminées, comme en témoigne le déjeuner du troisième mariage, où il se retrouve à la même table que beaucoup de ses ex-amantes, plus ou moins dépressives – indice de sa haute séduction, bien entendu. Et non pas de son attitude peut-être pas tout à fait nette lorsqu’il entame et poursuit une aventure ? Au final, son attitude de fuite est excusée, par Henriette, par son manque d’envie de s’engager (forcément associée au mariage et autres normes sociales), ou par l’attitude fermée de ses anciennes conquêtes, dont la dépression est ridiculisée, tout autant que leurs moqueries les unes à l’égard des autres, auxquelles s’ajoutent celles de Fiona. Toujours pas de solidarité féminine, donc, et toujours autant de sexisme.

On touche le fond lors de la cérémonie à l’église du mariage de Charles et d’Henriette. Carrie arrive, très pâle, l’air désespérée, maigre, flottant dans un imperméable gris. Elle fuit le regard de Charles, parle à voix basse, retient ses larmes. Bref, une autre dépressive à ajouter au lot-Charles. Symboliquement, elle prend la place d’Henriette, autrefois en pleine crise d’hystérie (attitude typiquement féminine, bien entendu). Et c’est Carrie, les joues toujours aussi creuses, qui revient vers Charles, afin que celui-ci… la laisse partir, avant de la rattraper in extremis et de lui proposer de ne pas l’épouser. Les images du générique de fin permettent un flou artistique sur le statut financier et sociale de Carrie après son non-mariage avec Charles : travaille-t-elle ou se contente-t-elle d’élever leur bébé ? Finalement, l’ordre social est préservé, chacun·e trouvant sa place assignée par la société anglaise/occidentale de l’époque, sans heurts désagréablement féministes, par exemple. Au final, femmes et hommes (hétérosexuels et homosexuels) restent à des places immémoriales, sous couvert de modernité.

Quelle tristesse.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Quatre Mariages et un enterrement : tristes clichés », Voyages autour de mon cerveau, février 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1196

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn