Archives par étiquette : Amitié

Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune

Comment devenir un héros ? Luc choisit, en toute simplicité, de viser la lune. Pour accomplir sa destinée, il lui faut cependant un coup de pouce. Gentil suppositoire de pharmacie, il est choisi, avec ses camarades Imo, Jeff et Elon, pour faire partie du voyage spatial d’Ariane et de Thomas vers la l’astre lunaire, dans l’album jeunesse L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux éditions Michel Lafon, 2023).

Après quelques bouffées de fierté à l’idée de ce grand départ et un cauchemar où il croise une fusée-suppo-Dark Vador (s.p.), Luc part pour l’objectif lune, comme certains Belges avant lui : le fameux Tintin, le Capitaine Haddock, Milou, le Professeur Tournesol, les Dupond et Dupont, ainsi que les méchants de rigueur (Objectif Lune, Hergé, éditions Casterman, 1953 ; On a marché sur la lune, Hergé, éditions Casterman, 1954).

Comme son alter ego terrestre Paul, dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux Michel Lafon, 2022), Luc le malin glisse hors de portée humaine et part à la découverte d’un nouvel univers. Il fait la rencontre d’une sympathique balle de golf, oubliée là par des humains doublement peu soucieux de l’écologie. Tel un pauvre suppositoire solitaire, il continue son chemin dans la lune tombante. Et tombe dans le l’estomac d’un non moins sympathique extraterrestre. Qui l’a gagné de haute lutte avec un autre non moins sympathique extraterrestre.

Ayant évité de servir à déboucher les intestins d’Ariane ou de Thomas suite à leur consommation de nourriture américaine, anglaise, française, indienne, italienne, Luc finit tout de même comme digestif. Après avoir parcouru des milliers de kilomètres, vu un nouveau monde et ses habitants, avoir pris son destin en… mains, Luc termine son voyage camusien (« Un destin n’est pas une punition. », s.p.) en beauté.

Quelle vie exaltante et quelles aventures ébouriffantes pour un voyage tout en couleurs !

 

Voir aussi notre interview et notre article du L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée :

 Tiphaine Martin, Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, « Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9359

Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13594

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Lettres d’amitié, S. de Beauvoir, É. Lacoin, M. Merleau-Ponty : enthousiasme, réflexion, jeunesse

Trois ami·es, un pivot dans ces Lettres d’amitié (Gallimard, 2023) : Maurice Merleau-Ponty, Élisabeth Lacoin, Simone de Beauvoir. Cette dernière fait le lien entre son inséparable (leur signature favorite) Élisabeth dite Zaza, rencontrée sur les bancs du Cours Desir à l’âge de dix ans, et le distingué étudiant en philosophie Maurice, troisième au concours général de la Sorbonne, derrière Simone Weil et elle-même (voir les Mémoires d’une jeune fille rangée, 1958). Élisabeth et Maurice tombent amoureux à la fin du printemps 1929, après avoir été présentés l’un à l’autre par Simone.

La correspondance réunie ici couvre la période 1920-1959, soit presque quarante ans. Quatre décennies marquées par une guerre mondiale, l’ascension vers la gloire pour Simone et Maurice, devenus écrivains, journalistes et philosophes reconnus, et le décès de Zaza en novembre 1929 d’une encéphalite aiguë. Entre-temps, les trois jeunes gens ont correspondu régulièrement, se répondant d’un jour à l’autre, les services postaux de la première moitié du vingtième siècle fonctionnant parfaitement, à l’image des mails et textos du vingt-et-unième siècle.

La richesse des échanges amicaux, soit entre Simone et Élisabeth, soit entre Maurice et Simone, est frappante : combien ces jeunes gens manient bien la langue française, la drôlerie, la courtoisie envers les aîné·es, et la pensée.

Nous assistons, côté Zaza-Simone, à la vie familiale, aux anecdotes sur le temps, à la vie aux champs (le Limousin de Beauvoir) et à la vigne (les Landes et le pays basque de Zaza), aux intermittences du cœur, aux réflexions sur l’existence, aux lectures, et aux cancans du Cours Desir. Ces demoiselles de bonne famille aiment bien commenter les notes obtenues par leurs camarades – toutes des filles en ces temps de non-mixité, le classement, leur joie ou leur tristesse devant telle ou telle réussite ou échec. En toute charité chrétienne, bien entendu…

Côté Maurice-Simone, les échanges creusent l’âme et l’esprit de chacun·e. Deux apprentis philosophes tâtonnent, (se) cherchent, essaient des analyses, des idées, se répondent, s’interrogent, doutent de ce qu’ils sont et de ce qu’ils veulent. Comme avec Zaza, Simone de Beauvoir ouvre son cœur. Et tous deux s’envoient des textos… des pneumatiques, pour se donner rendez-vous ici ou là dans Paris. Comme une impression d’être aujourd’hui dans les années trente. Les échanges se font franchement lacrymaux fin 1929, lors du décès de Zaza, qui les frappe tous deux en plein cœur. Leurs échanges amicaux continuent, en pointillé, faits, entre autres, de récits de voyage (Beauvoir) et de demande de lectures (Merleau-Ponty), avant la grande explication de Maurice suite à la parution des Mémoires d’une jeune fille rangée en 1958, où Beauvoir trace un portrait à charge de son ancien collègue des Temps modernes (revue fondée par Sartre et elle en 1945). La colère de Simone contre la mort de Zaza est toujours vivace. Elle l’attribue à des causes psychosomatiques, soit les pressions exercées par sa famille pour que Merleau-Ponty demande sa main, ainsi que les fortes réticences de Maurice à ce sujet, car pas assez mature pour entrer dans le mariage ses études à peine terminées, comme il le reconnaît volontiers dans sa dernière lettre à sa pire amie Beauvoir, « une des très rares personnes que je ne discute jamais en moi-même » (p. 445). Messieurs, la reine !

Reine Simone qui a tracé un portrait inoubliable de Zaza dans ses Mémoires… et qui nous a donné envie de connaître plus les différents personnages qu’elle a créés à partir de son vécu auprès d’eux. C’est chose faite, notamment avec ce volume d’amitiés juvéniles. Alors, lisons…

Voir aussi notre exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3873

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Lettres d’amitié, S. de Beauvoir, É. Lacoin, M. Merleau-Ponty : enthousiasme, réflexion, jeunesse », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2023. URL: https://vadmc.hypotheses.org/11988

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube