Archives par étiquette : André L.

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

30 avril 2021 : Nous passons une partie de la matinée à Dax, où Zaza devait avoir ses habitudes à la Maison Cazelle, pâtisserie qui produit uniquement des madeleines. Je peux témoigner du bon goût de Mlle Lacoin, tant ces madeleines sont à la fois légères, craquantes et avec un parfum délicat de citron.

©Tiphaine Martin

Je trempe ensuite mes bouts de doigt à la fontaine chaude (64°), avant de faire un saut à la librairie – inexistante à l’époque de Zaza -, où je prends le texte du film La Classe américaine (Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette, 1993).

©Tiphaine Martin

Puis, direction la gare. La jeune fille y a vécu des moments drôles et tragiques.

©Tiphaine Martin

En juillet 1925, depuis Biarritz, le temps est à l’humour : « Quant à sa bicyclette, elle n’est pas ici; Bonne-Maman a cru qu’il l’avait emportée, mais il l’a tout bonnement laissée à la consigne de Dax où elle paie 75 centimes par jour en attendant son propriétaire. »

Son frère Bernard, dit Nard, a en effet oublié le vélocipède en question à la gare, et c’est sa grand-mère qui règle les frais. Quelques mois plus tard, en janvier 1926, l’atmosphère est aux larmes :

Je ne pourrai jamais oublier cette journée. J’avais tellement souffert toute la nuit que j’étais en arrivant dans une hallucination douloureuse. André était sur le quai dans cette gare (…) où quelques mois auparavant il m’avait accompagnée alors que je prenais le train pour Bayonne.

Infinie tristesse des amours longues à mourir et marquées par le sceau de l’impossible. La passion s’effiloche au fil des mois, Zaza souffrant corps et âme avant d’arriver à la conclusion qu’André n’était pas fait pour elle1.

Nous continuons par une visite à Bruno Desjobert, fils de Germaine Lacoin (Maine), une des sœurs de Zaza, et à son épouse Michelle. Bruno se souvient que sa mère racontait comment sa sœur aînée l’avait sauvée d’une situation d’humiliation, alors qu’elle avait été punie par les religieuses du pensionnat d’Aire-sur-l’Adour : Germaine devait rester dans la cour de récréation, une carafe au cou, pour une faute vénielle. Zaza avait surgi dans la cour, jeté la carafe, pris sa sœur par la main, et l’avait emmenée à la pâtisserie Daugé pour la consoler, geste ô combien sororal et chevaleresque.

De retour au présent, nous sommes invitées à déjeuner – crêpes au froment succulentes et gâteau vegan de pain perdu -, de quoi attaquer le travail sur Zaza dans de bonnes dispositions.

Le reste de la journée se passe en lectures et photographies, avant l’apéritif au coin du feu et les discussions toujours passionnantes, et pas seulement sur Zaza. Impression d’être en famille.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 7 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1694

 

1 Cf. notre article précédent : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1605

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 3

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

26 avril 2021 : J’ai travaillé toute la journée sur des lettres et des photos de Zaza, me plongeant un peu plus chaque jour dans son intimité, ce qui me permet d’affiner ma vision de son existence et mes analyses. J’ai également visité Haubardin. Joie profonde de ma part d’être dans les lieux où Zaza a passé tant de temps à lire, rêver, jouer au tennis avec André L., un de ses cousins,

©Tiphaine Martin

… s’occuper de ses frères et sœurs… sans oublier ses amies parisiennes ni leurs réussites, comme en témoigne cette lettre du 6 août 1929 :

Toutes les personnes de Haubardin qui sont capables de comprendre ou de vaguement soupçonner ce que peut être l’agrégation de philosophie ont dû m’écouter et j’ai obligé jusqu’à Maria, la vieille cuisinière, à reconnaître que cette place de seconde est vraiment un magnifique triomphe1.

En effet, Simone de Beauvoir vient de réussir son concours, en deuxième place après son compagnon Jean-Paul Sartre, et son amie s’en réjouit, avec l’emphase pleine d’humour qui est la sienne.

J’ai donc vu la chambre où Zaza dormait quand elle venait chez sa Bonne-Maman, ainsi que les autres pièces de la demeure. Comment savoir exprimer ma reconnaissance quand je remercie la famille Lacoin de sa confiance ?

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 3 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1631

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 307.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

25 avril 2021 : Le matin, j’ai vu avec émotion le tombeau de Zaza, enterrée à Saint-Pandelon avec un de ses frères cadets, Joseph, décédé quelques jours après sa naissance ; sa grand-mère maternelle Céline Darracq dite Anmé et propriétaire de Gagnepan, à environ quatre-vingts kilomètres de Haubardin ; ses parents, Marguerite et Maurice Lacoin ; une de ses sœurs cadettes, Françoise, dite Bichon ; son dernier petit frère, Vincent Lacoin.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

J’ai ensuite aperçu le beau château de Saint-Pandelon (fermé au public), à moins de deux kilomètres de Haubardin. C’était la résidence française du cousin qui a le plus compté pour Zaza, André L. André vivait la plupart du temps au Chili avec ses parents, ce qui ne l’a pas empêché de tomber éperdument amoureux de sa parente, et réciproquement, lorsqu’il s’est installé dans les Landes pour cause de mauvaise santé.

©Tiphaine Martin

©Tiphaine Martin

La jeune fille note dans son journal intime du 19 juillet 1927 : « Du jour où il m’a aimée, j’ai vécu, j’ai tout compris, j’ai tout admis et j’ai aimé toutes choses. (…) Nous avons eu ensemble quelques vacances splendides1. » L’histoire est sans lendemain, car Zaza est issue du mariage de cousins germains, et André étant un de ses cousins issu de germains, l’hérédité serait alors trop chargée pour de futurs enfants. Le parc du château est très Cocteau, avec ses herbes folles, ses grands buissons, qui mènent à une fontaine à sec, couverte de lierre et de mousse. Atmosphère poétique s’il en est, éloignons-nous pour ne pas réveiller les fantômes des évêques qui s’y sont promenés il y a longtemps, très longtemps.

Changement d’époque pour la halte suivante, nous passons, mes guides et moi-même, au dix-huitième siècle restauré, c’est-à-dire au Moulin de Bénesse, à deux kilomètres de Haubardin. Zaza s’y est rendue un matin de 24 avril 1924, avec André et d’autres cousin·es, comme elle le narre à son père : « Entre deux parties de tennis, nous avons été ce matin au moulin de Bénesse. Une vue ravissante avec des jeux d’ombre très bizarres et une lumière très chaude2. » Pour la chaleur lumineuse on repassera (temps gris et venté), mais le site est très joli et me console de ma déception enfantine lors de ma visite au Moulin de Daudet, dans le sud-est. Je me souviens d’un tertre pelé et d’une habitation close, ne dégageant en rien de la magie tragique des Lettres de mon moulin.

©Tiphaine Martin

Depuis les années vingt, le moulin de Bénesse a donc été restauré, les arbres ont poussé. Ceci dit, il est très agréable de s’y promener et de prendre pain et brioche bio à la boutique du moulin. J’ai souri en voyant écrit « chocolatine » devant les pains au chocolat, le vocabulaire est bien différent d’une région du nord (chez moi) à une région du sud (ici). Le pain s’appelle « bénessois », il est au curcuma, le « pastis », une sorte de brioche, est très moelleux et parfume délicieusement le palais de son arôme de vanille-rhum-beurre. Zaza se proposait d’ailleurs de flatter la gourmandise de Beauvoir en lui en confectionnant3.

©Tiphaine Martin

L’après-midi, nous nous sommes rendues, Anne-Marie et moi, à Arzeth, après un accueil chaleureux chez deux neveux de Zaza, Dominique Le Masne puis Pierre Le Masne, tous deux fils de Geneviève Lacoin (Bichette, une des jumelles), qui habitent chacun non loin d’Arzeth et avec lesquels nous échangeons sur Zaza, en compagnie de Chantal, épouse de Pierre.

 

©Tiphaine Martin

Arzeth a été construite au dix-neuvième siècle par l’arrière-grand père de Zaza, Emile Darracq. Deux de ses filles, Marie (Bonne-Maman) et Céline (Anmé) ont marié leurs enfants Maurice et Marguerite, futurs parents de Zaza. Au retour, nous avons bu l’eau de la Fontaine salée, dont les vertus curatives seraient attestées depuis la plus haute Antiquité.

©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 2 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1605

 

 

1 Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 93.

2 Ibid., p. 57.

3 Lettre du 5 août 1928. Ibid., p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn