Archives par étiquette : Années 1920

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Ardèche. L’amie bien-aimée

Ardèche : septembre 1925

L’amie bien-aimée

Zaza a rencontré les de Neuville grâce à ses parents[1]. Elle est devenue amie avec Geneviève, la seconde fille de la famille, ainsi qu’avec Anne-Marie et Jacques. Zaza est régulièrement invitée dans la propriété du Pont, dans le Gard. Ses séjours et les souvenirs qu’elle en conserve sont radieux, ce qui n’empêche pas sa malice de donner à plein. Nous avons choisi de focaliser votre attention, vous visiteurs et visiteuses, sur le voyage que Zaza a effectué au Pont du 16 au 23 septembre 1925, comme donnant un bon aperçu de la joie de vivre et de l’amitié qu’il y avait entre Geneviève de Neuville et Zaza, ainsi que l’entente cordiale qui régnait entre Zaza, sa sœur Marie-Thérèse (Zon) et la famille de son amie. Les photographies sont de Zaza et d’un·e photographe inconnu·e, prises avec l’appareil photo de Zaza.

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925 :

Cette lettre à Anne-Marie de Neuville, la sœur aînée de Geneviève de Neuville, à Geneviève et à leur frère Jacques, est datée du samedi 12 septembre 1925, depuis Gagnepan. Zaza a presque dix-huit ans, et elle annonce une merveilleuse nouvelle à ses ami·es, à savoir son arrivée au Pont, la propriété familiale des de Neuville dans le Gard.

©BnF

Le temps de l’amitié est de retour, grâce à la pression de Zaza sur sa mère, qui a visiblement du mal à se séparer de sa fille pour quelques jours, sans que les raisons en soient explicitées par Zaza. Peur de madame Lacoin d’importuner madame de Neuville?

©BnF

Rencontres mondaines auxquelles elle souhaite que Zaza assiste afin d’y trouver un mari, même si Marie-Thérèse n’est pas encore mariée ? Difficulté à voir une de ses filles s’éloigner ? À chacun·e de se faire son opinion.

©BnF

 Le ton de la lettre est très libre et fourmille d’anecdotes. Zaza tourne en dérision le sentiment la solitude de Marie-Thérèse et sa frustration – selon elle – de ne pas être enseignante. Marie-Thérèse comble sa morosité supposée par l’adoption d’animaux, une chienne et trois souriceaux en plus de sa chatte Minette : « La chatte a résolu rapidement le problème de leur éducation en les étranglant les trois avec décision. » RIP les rongeurs et vive la reine Minette, qui fait bon ménage avec la chienne Bohème, à tel point que Zaza, qui a des lettres, les compare toutes deux à Paul et Virginie. Le parallèle est curieux, puisque l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre (1788) est une histoire d’amour d’adolescents sur fond d’anti-esclavagisme.

©BnF

Sans doute Zaza veut-elle insister sur la naïveté charmante des deux animaux non humains, qu’elle voit ne pas se quitter :

Tout à l’heure la chatte dormait dans les pattes du chien avec la plus parfaite confiance et ce matin ils se sont embrassés avec frénésie, tout comme Jacques et la jolie Fève au nez de Lélette horrifiée.

Zaza fait ici allusion à un épisode non daté et non situé, où Jacques et Geneviève de Neuville se sont embrassés sous les yeux de Marie-Madeleine du Moulin de Labarthète (dite Lélette[2]). Dans cette famille-ci, les mœurs fraternelles étaient peut-être plus sévères que chez les de Neuville et les Lacoin, d’où la stupeur de Marie-Madeleine. La comparaison humaine permet de mieux comprendre pourquoi Zaza parle ensuite de Paul et Virginie, puisqu’ils sont d’abord élevés comme frère et sœur par leurs mères qui vivent l’une à côté de l’autre. Zaza en profite pour brocarder sa cousine du Moulin, qui a l’âge de sa sœur Marie-Thérèse.

Zaza se moque aussi de la religion catholique, dont elle prétend avoir oublié tous les cantiques. L’épisode de son après-midi où elle a « pensé périr d’ennui » en compagnie d’une chanoinesse est raconté dans un style très enlevé. Pourtant, tout avait bien commencé. Cette religieuse de la famille d’Izarn de Villefort, amie des Lafabrie-Lacoin côté Gagnepan, a discouru sur le maillot de bain à l’époque de sa jeunesse et d’aujourd’hui. Le sport et la mode occupent un temps la conversation et Zaza s’amuse à peindre la plage de Biarritz comme un lieu de perdition pour les baigneuses. Disponible sur YouTube, la vidéo « A Day at the Beach in Biarritz 1928 », par Glamourdaze, montre surtout des mondain·es heureuses et heureux de vivre[3]. La suite de la lettre décrit l’état d’énervement silencieux, donc violent, de Zaza, face à cette obligation mondaine qui tourne au cauchemar d’ennui. Répété, ce type d’épreuve ne peut qu’ébranler une santé nerveuse déjà fragile comme celle de Zaza et expliquer le coup de hache qu’elle se donne en 1927[4].

2) Photos du Pont, s.d. :

Ces deux photographies prises par Zaza en 1925 représentent le domaine du Pont, de la famille de Neuville, où elle se rend régulièrement.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

La légende de la seconde photographie est élogieuse : 

« séjour délicieux, tennis, bains, méditations à volonté ! »

Bref, Zaza pratique un programme sain et sportif chez la famille de Neuville, entre sports et réflexions sur soi et sur le monde. Les rapports entre Geneviève de Neuville et Zaza sont tissés de mille et un secrets et échanges, tout aussi profonds et amicaux que ceux entre Simone de Beauvoir et Zaza[5].

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925 :

©BnF

Cette lettre de Zaza à sa mère est datée du 21 septembre 1925, du domaine du Pont. La jeune fille réaffirme avec force son amour pour sa mère, et pour son père. Pour autant, elle ne semble pas perdue ni désespérée de rester encore deux jours supplémentaires en compagnie de son amie Geneviève de Neuville, « dans ce lieu charmant ». Cependant, même si « Ce mot vous arrivera à peu près en même temps que moi », elle adresse ses remerciements à sa génitrice, ce qui lui permet de ménager un astucieux suspens quant au récit de voyage qu’elle va avoir à lui faire.

©BnF

La suite au prochain chapitre, en somme. Zaza, en écrivaine voyageuse consommée, attise la curiosité de sa lectrice, en l’avertissant qu’il y aura un rapport (oral) de son séjour chez les de Neuville, accompagné d’images, les photographies qu’elle a prises dans les « jolis coins que nous connaissons maintenant grâce aux de Neuville ». Ses hôtes et hôtesses l’ont guidée et lui ont fait découvrir leur région.

4) Photographie de groupe, Ardèche, septembre 1925 :

Cette photographie en noir et blanc a été prise en septembre 1925, lors du séjour de Zaza au Pont, chez les de Neuville.

©Association Élisabeth Lacoin

Cette photographie de groupe a été prise dans le Bois de Païolive, un « chaos minéral et végétal [qui] invite à l’exploration[6] ». Au premier plan se trouvent Geneviève de Neuville, Marie-Thérèse Lacoin, Anne-Marie de Neuville, puis Jacques de Neuville et Zaza, quatre jeunes filles et un jeune homme. Trois d’entre elles sont debout, la quatrième est assise à droite de la photographie, tout comme le jeune homme, assis à gauche. Les jeunes filles ont des robes courtes, à savoir juste au-dessous du genou, selon la mode de cette époque, taillées dans le même tissu à carreaux. Les manches sont également courtes, puisque nous sommes à la fin de l’été, dans le sud-est de la France. Leurs cheveux sont courts, suivant la tendance garçonne des Années folles et elles portent un chapeau cloche, soit sur leur tête soit à la main. On ne voit pas leurs pieds, cachés par l’herbe, sans doute pris dans des chaussures de randonnée. Jacques de Neuville porte un gilet de couleur sombre sur une chemise blanche entrouverte, un pantalon clair et il est nu-tête. Anne-Marie de Neuville et Marie-Thérèse Lacoin ne regardent pas l’objectif, au contraire de Geneviève, Jacques et Zaza. Au deuxième plan se trouvent des buissons et des arbres, au troisième plan des falaises de calcaire.

Il y a un beau mouvement dans cette image, donné par les postures, toutes différentes, les lignes des écharpes des filles, des chapeaux tenus à la main et les fissures des rochers, les lignes courbes et horizontales de la végétation des deuxième et troisième plans. Le groupe humain ressort sur le sombre des buissons tout en étant en accord avec la pierre des falaises.

5) Photographie du Pont-d’Arc, septembre 1925 :

Cette photographie, prise par Zaza, ressemble à une peinture sur soie chinoise : même brume, même roche impressionnante en arc de cercle, même absence de figures humaines. Songeons également aux paysages du film Balzac et la Petite Tailleuse chinoise (Dai Sijie, 2002, d’après son roman éponyme paru en 2000) et ceux dessinés par le bédéaste belge Roger Leloup dans La Jonque céleste (1998) et La Pagode des brumes (2001).

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza est placée sur la rive droite de cet endroit du Pont-d’Arc : « Arche naturelle de 60 mètres de haut enjambant la rivière Ardèche, elle est le point de départ des très renommées gorges de l’Ardèche[7]. » La falaise coupe l’image en deux, tout en laissant de l’espace au premier et au dernier plan, grâce à la présence et au mouvement de l’eau, qui va de la gauche vers le centre de la photographie. Le ciel est présent dans le dernier tiers vertical de l’image, ainsi qu’au troisième plan, ouvrant également l’espace. C’est la lumière qui domine ici, précisant les détails des falaises, celle du premier plan et celle de l’arrière-plan. Une belle réussite pour une photographe amatrice.

L’Ardèche est un coin béni d’une triade divine : Anne-Marie, Jacques et Geneviève de Neuville. Zaza n’a qu’une hâte, c’est de les rejoindre et de goûter au plaisir de leur compagnie. Elle va jusqu’à supplier sa mère de la laisser encore chez eux, au Pont, dans le Gard. Quand on connaît l’amour immense que Zaza porte à sa maman, on mesure à quel point son amitié pour, surtout, Geneviève, est forte. L’écriture du bien-être s’inscrit également dans les photographies, de groupe et de paysages embrumés, une spécialité de Zaza, portée à la douce mélancolie et à la capture de sa future nostalgie.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Ardèche. L’amie bien-aimée », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3065


[1] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 8.

[2] Ibid., p. 8.

[3] Cf. https://www.youtube.com/watch?v=WJNjKvCP8UY&t=11s

[4] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit. , p. 85.

[5] Cf. la partie « La vie à Paris ».

[6] Cf. https://www.ardeche-guide.com/sites-incontournables/le-bois-de-paiolive

[7]Cf. https://www.ardeche-guide.com/sites-incontournables/les-gorges-de-l-ardeche

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin

Allemagne : 10 novembre 1928 – 2 février 1929

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Une Française à Berlin

Élisabeth Lacoin se dirige seule vers son exil germanique en novembre 1928. Aucun membre de sa famille ne l’accompagne, ni aucun chaperon. Même si la mentalité de la bourgeoisie française a évolué depuis la fin de la Première Guerre mondiale, les filles restent surveillées jusqu’à leur mariage. Jamais Zaza ne s’est trouvée seule à ce point et sur un aussi long temps. Il ne s’agit plus de se rendre à vélo chez ses cousins de Bayonne ou en voiture de Haubardin à Gagnepan, ou d’aller chercher des échantillons de tissus au Bon Marché et aux Galeries Lafayette parisiennes pour un rideau ou une robe.

Dix ans après la Première Guerre mondiale, ce séjour est destiné à l’éloigner de l’influence de la Sorbonne[1], c’est-à-dire d’un milieu qui analyse et pense le monde selon des grilles de lecture rationnelles, d’un groupe d’ami·es qui ne vit pas principalement par et pour la religion catholique. Le souhait de Zaza de poursuivre ses études au-delà de la licence reste en suspens, pour les mêmes raisons. En outre, une jeune fille faisant des études par goût et non pour pouvoir suivre les conversations de son futur mari et de leurs invité·es serait non mariable, car trop intellectuelle. Et les intellectuels sont suspects en France depuis l’Affaire Dreyfus. Et les intellectuelles encore plus, car penser les rendrait stériles de cœur, de corps et d’âme. Et quel mâle qui se respecte voudrait d’une épouse aussi cultivée et intelligente que lui ?

La soudaineté de ce séjour et la coupure nette avec sa famille et son pays, sinon son milieu social, fragilisent Zaza, qui reste d’autant plus attachée à sa mère qu’elle en est éloignée contre son gré. Si la jeune fille sait très bien se débrouiller au niveau pratique (se trouver une chambre moins chère que celle retenue, trouver des cours particuliers de français) et social (se faire rapidement de nouvelles connaissances et laisser tomber ses préjugés contre les Allemand·es), ses lettres et son agenda disent le manque de son entourage et de la routine à laquelle elle a été habituée depuis sa naissance.

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928 :

La carte postale, pour sa grand-mère maternelle Céline Darracq (dite Anmé), du samedi 10 novembre 1928, représente la place du marché (Markt) du huitième arrondissement de Cologne (Köln-Kalk). Le train français de Zaza y a fait halte. Elle y a mis à la boîte aux lettres un mot pour sa mère[2]. La carte postale, quant à elle, a été envoyée depuis Berlin, comme l’indique le cachet de la poste allemande. Par contre, les dates des deux cachets français sont effacées, on distingue seulement le mot « L’Adour », pour Aire-sur-l’Adour. Le timbre représente le philosophe Kant, l’éloignement de Zaza de la Sorbonne et du groupe de Beauvoir ne serait-il pas impossible ?

Le ton de Zaza est optimiste : elle ne cache pas le « cafard affreux » qu’elle a eu au moment du départ, mais elle souligne le beau temps qui règne à Berlin, ainsi que l’heureuse rencontre dans le train avec une Allemande, Fraülein Herbst[3], qui « se [met] très aimablement à [sa] disposition. »

©Association Élisabeth Lacoin

Cette francophile est un contact essentiel pour l’acclimatation germanique de Zaza, puisqu’elle va lui présenter et lui donner des adresses d’ami·es à Berlin, parmi lesquel·les Hans Miller, proclamé chevalier servant[4] de la voyageuse.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que la jeune fille éprouve le besoin d’écrire à sa mère et à sa grand-mère maternelle avant même d’être installée. Besoin de rassurer le côté maternel et féminin de sa famille ? De se rassurer ? De garder le lien avec les siens de manière habituelle et logique lors d’un voyage ? Sans doute, un peu tout cela. La rupture se fait donc, dans ce premier moment, avec Simone de Beauvoir et le milieu universitaire, comme le souhaite Marguerite Lacoin.

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928 :

Cette lettre de Berlin, écrite dans tous les sens, est adressée à Marie-Thérèse (dite Zon), moins de quinze jours après l’arrivée de Zaza dans la capitale de la République de Weimar, le samedi 24 novembre 1928.

©Association Élisabeth Lacoin

Le ton de la lettre est optimiste, avec de légères piques à l’encontre de sa sœur aînée :

Tout le monde me parle tellement de ton travail dans toutes les lettres reçues que je commence à craindre beaucoup pour ton index gauche et pour tes yeux ; mais je ne t’en suis que plus reconnaissante d’avoir quitté robes et fonds de plateaux pour m’écrire.

Nous retrouvons le goût pour les beaux-arts et la musique dont Zaza fait preuve depuis son enfance. Simone de Beauvoir évoque ainsi une visite au Louvre, pendant leur adolescence, en compagnie de Maurice Lacoin[6], ainsi que l’apprentissage du piano et du violon par Zaza[7].

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza suit son chemin vers la découverte des usages urbains, en soulignant les différences entre la France et l’Allemagne, c’est-à-dire entre son milieu bourgeois parisien et landais et le milieu bourgeois berlinois. Zaza étend à un pays une manière d’agir (récente ?) entre filles et garçons :

Il est vrai que les coutumes d’ici ne pourraient guère exister chez nous, elles auraient immédiatement un tout autre sens. En France, la camaraderie jeunes gens, jeunes filles tourne naturellement au genre [mots illisibles]. Ici cela n’a rien à voir. Ces visages des jeunes allemandes [sic] qui vivent ainsi avec leurs amis masculins sont absolument dépourvus de toute coquetterie et leurs cavaliers ont toujours l’air sérieux et corrects comme des premiers ministres.

L’étrangère analyse le calme et l’absence de trouble sexuel des femelles et mâles germaniques, contrairement aux femelles et mâles français. La mixité allemande dans l’espace public, ici au restaurant, n’est pas source de rapports érotiques et la séduction est ignorée du côté des Allemandes. Zaza relie cette attitude à « l’étonnement des petites américaines [sic] des de Neuville », c’est-à-dire à la perplexité des habitantes de pays protestants devant les affèteries des femmes des pays catholiques vis-à-vis des hommes. Ce cliché des voyageurs et des voyageuses des deux religions se retrouve encore aujourd’hui dans la perception de l’égalité femmes-hommes : « galanterie latine » (harcèlement sexuel) d’une part, « puritanisme anglo-saxon » (franchise et simplicité des rapports femmes-hommes) d’autre part.

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928 :

Cette lettre, dont l’original a été perdu, du mercredi 5 décembre 1928 est adressée à Geneviève (dite Bichette), l’une des jumelles. Zaza fait le point sur sa situation personnelle, après avoir encouragé sa sœur par rapport à ses futurs résultats scolaires. Elle égratigne au passage la passion de ses proches pour la « vente de Raoux ». Nous n’en savons pas plus : s’agit-il d’une vente de charité de la directrice de cette institution où Zaza enseignait[8] ? La jeune fille s’agace de l’intérêt pour ce fait mondain, qui focalise l’attention de sa famille.

Pour autant, elle songe à gâter ses trois dernières sœurs et frère. Geneviève, dix ans, est ainsi chargée de l’importante mission de faire le lien entre Zaza, sa jumelle Françoise (Bichon) et Vincent (Raton), neuf ans : « (…) ce qui leur ferait le plus plaisir (un livre allemand ? un sac ? une boîte de chocolats ? un jouet berlinois ? un plumier ?). » L’ex-pays ennemi est devenu un réservoir à cadeaux. Le spectre est vaste, entre nourriture sucrée, fourniture scolaire, accessoire de mode, joujou, ouvrage. Pas de refus de la langue de l’autre chez Zaza, au contraire, elle souhaite diffuser la culture germanique auprès des siens, tout en leur faisant plaisir avec des cadeaux venus d’ailleurs.

©Association Élisabeth Lacoin

La lettre montre la progression de Zaza dans son installation à Berlin. Si, dans son courrier à Marie-Thérèse du 24 novembre, elle se lamente de la difficulté à suivre une heure trente de cours en allemand, c’est d’une jeune Française vivant à Berlin dont elle se plaint, une douzaine de jours plus tard. Zaza loue la gentillesse et la simplicité des Allemandes qu’elle croise. Ces relations amicales débouchent professionnellement, puisqu’elles lui procurent des cours de français à donner dans deux familles allemandes « tout à fait charmantes, les “Bertels”et les “Brünner”, ce qui me fait mieux en mieux connaître la vie de Berlin. » Zaza est curieuse des autres et de la vie quotidienne des gens qu’elle côtoie. Elle refuse de s’enfermer dans un cercle mondain et uniquement français. Les liens avec son chevalier servant Hans Miller, rencontré le mercredi 19 novembre[9], sont déjà assez forts pour que sa famille signe une carte pour la famille Lacoin et pour avoir des conversations suivies avec son père sur la littérature française moderne[10].

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928 :

Cette lettre du samedi 22 décembre 1928 est adressée à sa mère, sur du papier à en-tête de l’hôtel Esplanade à Berlin, situé à l’ouest de la ville, rue Bellevue, deux noms qui sonnent français. En cette avant-veille de Noël, Zaza a acheté ses présents pour les Miller chez Kayser : « (…) bien entendu, le seul magasin de Berlin où les gens chics puissent choisir leurs cadeaux. » Elle prend de la distance avec le snobisme mondain par un humour léger. La jeune Française est totalement acceptée par les Miller, elle passera la soirée du lundi 24 décembre en leur compagnie. Que de chemin parcouru depuis Le Cocorico et ses dessins contre les « Boches ». Le séjour sur place et, surtout, la fréquentation quotidienne des autochtones a ouvert les yeux de Zaza et a fait son œuvre d’antiracisme.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que le manque de sa famille, particulièrement de sa mère, est ressenti avec douleur :

Je voudrais être auprès de vous et vous aider à empaqueter les mandarines et  petits objets que le Petit Jésus doit mettre dans les souliers. Maman chérie j’espère bien avoir de vous demain matin une lettre m’annonçant votre arrivée, je ne pense plus qu’à cela. J’aurai vu ici des choses curieuses et appris l’Allemand [sic] et l’Allemagne, mais le plus beau jour de mon voyage ma petite maman tant aimée sera celui du retour, celui où je vous retrouverai définitivement. (…) vous maman chérie je vous aime trop, et je me serre contre votre cœur à me faire mal.

Votre petite Zaza

Notons que le vieil homme barbu vêtu de rouge et blanc n’a pas encore fait son apparition au sein des familles catholiques et que c’est l’enfant Jésus qui récompense les bons sujets.

©Association Élisabeth Lacoin

Le cordon ombilical n’est pas coupé par la jeune fille, projetée seule dans un univers étranger, suite à un départ qu’elle n’a pas voulu. Les termes utilisés sont forts. Ils expriment le désarroi et le sentiment de solitude de Zaza, qui infantilise sa mère puis elle-même, pour mieux se faire dorloter et plaindre. La voyageuse laisse de côté les bénéfices de son éloignement familial en ne visant que son départ d’Allemagne. Elle ne retient que le manque de sa mère, non l’apprentissage de l’indépendance, sinon de la liberté.

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928 :

Ce télégramme de Zaza à sa famille au 5bis rue de Berri, Paris Huitième, est daté du lundi 24 décembre 1928, envoyé à 16h25 heure allemande : « Joyeux Noël tendresses ». Jusqu’au dernier moment avant les fêtes de fin d’année la jeune fille pense aux siens. Pensons que ce bout de papier a presqu’un siècle et qu’il est intact. Songeons également que l’année d’après, en 1929, Zaza n’était plus là pour fêter Noël.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 27 décembre 1928 est adressée à sa sœur aînée Marie-Thérèse. La légende de la carte postale indique : « Herzlichen Glückwunsch zum neuen Jahre », soit « Meilleurs vœux de bonne année[11] » La carte représente des chat·tes noir·es anthropomorphiques dans un salon aux murs jaunes, au sol rouge clair et au canapé bleu avec un coussin jaune dans le coin droit. Au mur de la pièce, un portrait de chat jaune. Dans les coins droit et gauche, des branches de houx pendent, ainsi qu’une branche de gui dans le coin droit. Les chat·tes, souriant·es, qui ont soit un ruban rouge soit un ruban jaune au cou, ont tous et toutes une activité différente : jouer de la clarinette, se cacher sur le côté gauche du canapé, se poster devant le canapé en position d’attaque pour rire, faire ses griffes sur le canapé, s’enlacer à deux contre le coussin jaune, danser à deux, courir l’un après l’autre. Ces dix félins pourraient tout à fait représenter la famille Lacoin : Marguerite et Maurice sur le canapé, leurs huit enfants autour d’eux, moins Zaza.


©Association Élisabeth Lacoin

C’est ce qu’indique Zaza à sa grande sœur : « Cette carte dont le symbolisme est délicieux, il y a juste huit petits frères chats autour de l’heureux couple (…). » Après les vœux de Noël, vient le temps de l’année civile à venir. Le ton de la carte est volontiers léger, mais le choix du sujet, outre qu’il est choisi pour l’amour des chat·tes de Marie-Thérèse, révèle le manque criant de Zaza vis-à-vis de sa famille.

La jeune exilée déborde d’attente quant à l’arrivée de sa mère : « (…) je me dis avec un débordement de joie que maman va bientôt arriver. » L’exaltation est de mise, montrant en creux le sentiment de solitude où Zaza est plongée. Rien ne semble la détourner de son attachement profond pour sa génitrice.

7) Les Lettres de Mozart, s.d. : 

Ce volume des Lettres de Mozart est annoté de la main de Zaza, avec un ajout ultérieur au crayon de son dernier frère, Vincent, sur l’époque du cadeau et l’appartenance à sa sœur, dont il marque la date et le lieu de décès.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est un cadeau de Noël (« Weihnachten ») 1928, de Monsieur Curtius, son logeur à Berlin, en référence au goût de Zaza pour la musique.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est Zaza qui a choisi de quitter la pension non mixte où sa mère l’avait inscrite et de s’installer chez l’habitant. L’intégration de Zaza à Berlin se fait sur le mode familial : les Curtius, les Miller. Elle passe de cocon en cocon, avec quelques moments de solitude qui ne lui plaisent guère. Au final, elle n’est pas plus seule qu’à Paris, puisqu’elle passe de cours à l’université à des rendez-vous avec Hans Miller et d’autres Allemand·es, pour finir sa journée chez les Curtius.

8) Lettre à Germaine, 31 janvier 1929 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 31 janvier 1929 est adressée à sa sœur Germaine. Elle représente une salle de restaurant élégant, avec une verrière et une baie vitrée. Le recto représente des clientes qui sont en robe de couleur dos nu, des clients qui sont en habit de soirée noir, chemise blanche et nœud papillon noir. Un groupe de danseuses classiques, en tutu doré, évolue sur une scène minuscule, en bas à droite. Ou sont-ce des danseuses de music-hall ? Le verso porte le message de Zaza, ainsi qu’un mot signé Hans Miller et un autre de Toni Miller, sœur de Hans. Nous invitons les descendant·es de Hans et de Toni Miller à se faire connaître auprès de nous.

©Association Élisabeth Lacoin

Ces ajouts tête-bêche par rapport au message de Zaza, en haut du verso, montrent la familiarité qui s’est instaurée entre les jeunes gens de part et d’autre du Rhin. Sans compter que les Miller se sont vite acclimatés à la mise en page très libre des Lacoin. Ou serait-ce un effet secondaire des verres de « vin du Rhin » absorbés avec libéralité ?

Cette légère ivresse aurait-elle pour conséquence le joyeux mélange d’allemand et de français dans le texte de Mademoiselle Élisabeth Lacoin ?

« Je suis dans un “lokal echt” berlinois où je fais mon dernier Bümmel Abend. »

Soit :

« Je me trouve dans un endroit typiquement berlinois où je passe ma dernière soirée décontractée en flânant, ma tranquille soirée d’adieu[12]. »

Zaza part pour la France trois jours plus tard, le samedi 2 février, mais elle éprouve le besoin d’écrire encore et encore à sa famille. Le message est contrasté :

« Il faut bien abuser d’une liberté que je vais bientôt perdre. »

« Je me rappelle encore que dimanche je serai avec vous et je suis folle de joie de te revoir. »

Zaza oscille entre bonheur de se retrouver chez elle, parmi les siens, et lucidité quant à ce qui l’attend, à savoir une contrainte de chaque instant, malgré sa majorité toute neuve, qu’elle a fêtée le vingt-quatre décembre 1928 : « J’ai 21 ans ce soir, Maman, mais je me sens si peu d’indépendance ! Et j’ai besoin de vous comme si j’avais six mois[13]. » Depuis lors, rien n’a évolué, Zaza voit toujours avec netteté qu’elle est dépendante de son amour pour sa mère, même s’il peut lui peser.

Son séjour s’achève avec de nouvelles amitiés de type familial.

9) Le Sachs-Villatte, s.d. :

Le dictionnaire encyclopédique de Sachs-Villatte, en deux volumes, est une coproduction franco-germanique, dont la première édition date du dix-neuvième siècle. L’annotation de la main de Zaza est postérieure à son séjour. Nous sommes jeudi « 14 février 1929. Retour de Berlin ». A-t-elle acheté ces usuels pour continuer à échanger en allemand avec Hans Miller et ses autres correspondant·es germaniques ? Cet achat témoigne d’un intérêt constant pour le pays et les personnes qu’elle vient de quitter. Ce voyage de près de trois mois a fait tomber les préjugés de Zaza envers les vaincu·es du premier conflit mondial et lui a permis de goûter à l’ailleurs sans que ses parents y soient trop présents, même s’ils se sont inquiétés de leur fille et qu’ils lui ont rendus visite. Maurice Lacoin fait le déplacement Paris-Berlin du seize novembre au dix-neuf novembre 1928. Marguerite Lacoin y reste du vingt-huit décembre 1928 au trois janvier 1929. Ils prennent soin d’espacer leurs visites d’un mois afin de rompre l’isolement de leur fille, en divisant les trois mois du séjour de Zaza en trois parties égales.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

           

L’exil à Berlin imposé par ses parents tourne presqu’à l’avantage de Zaza. Sa curiosité et son allant la poussent à aller vers des autochtones plutôt que de rester enfermée dans un milieu franco-français. Elle fréquente également l’université germanique, alors que sa mère souhaitait l’éloigner de la Sorbonne, ce qui est paradoxal. Ou est-ce surtout de Simone de Beauvoir l’athée que venait le danger pour Zaza, selon Marguerite Lacoin, plus que de l’université parisienne ? Il n’empêche que Zaza s’intègre bien au sein de la culture berlinoise, malgré son extrême solitude morale. Celle-ci l’empêche de se sentir totalement à son aise et de prendre son élan pour se rendre indépendante de sa famille et de son amour débordant pour sa mère. Son humour et sa vivacité restent tangibles cependant dans ses épîtres, où Zaza continue à griffer légèrement untel ou unetelle, à Berlin ou en France, tout en se souciant des siens. Zaza est une bonne personne.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3046


[1] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 85.

[2] Ibid., p.148.

[3] Ibid., p. 164.

[4] Ibid., p. 146.

[5] Auteur d’une étude sur le peintre toscan : Edmund Hildebrandt, Leonardo de Vinci. Der Künstler und sein Werk, G. Groteche Verlagsbuchhandlung, Berlin, 1927.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999,  p. 334.

[7] Ibid., p. 332.

[8] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 84.

[9] Ibid., p. 166.

[10] Cf. aussi Ibid., p. 170.

[11] Traduction personnelle.

[12] Merci à Philippe Devaux et à Dominique Le Masne pour leurs traductions des termes allemands.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929)op. cit., p. 187.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Auvergne

Auvergne – Pluvieuse contemplation. Juin 1924

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Carte du Lac Pavin à Bonne-Maman, 8 juin 1924 

                                                                                6 rue du Pré aux Clers

                                                                                   Madame Lacoin

                                                                                   Haubardin

                                                                                   Saint-Pandelon

                                                                                  Dax

                                                                                  Landes

Nous avons quitté ce matin le Mont d’Or et nous voici à Besse ce soir après avoir passé au puits de Saucy et au lac Pavin. Nous avons eu un brouillard intense et pourtant quelques échappées merveilleuses.

Je vous embrasse bien tendrement

Zaza

2) Carte de Besse à Anmé, 11 juin 1924 

                                                                                            Madame P. Lafabrie

                                                                                              Gagnepan

                                                                                              Aire sur l’Adour

                                                                                              (Landes)

Nous voici à Besse, notre première étape, après une journée de marche à travers la montagne. La journée aurait été délicieuse si le soleil s’en était mêlé. Mais nous avons marché à travers le brouillard et la pluie ce qui manquait de charme. Besse une vieille petite ville tout à fait intéressante. Nous avons passé par le lac Pavin qui n’a rien de remarquable mais fait si bien dans le paysage.

Mille tendresses.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Auvergne », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3990

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza

©AssociationÉlisabethLacoin

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Arbre généalogique simplifié de Zaza », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3915

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn