Archives par étiquette : Années 1980

CHLOE OLIVERES VADMC

Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès

Un très grand merci à l’autrice, metteuse en scène et comédienne Chloé Olivérès pour sa disponibilité et pour avoir bien voulu répondre à nos questions.

Tiphaine Martin – Y a-t-il des constantes dans vos spectacles ?

Chloé Olivérès – Que ce soit au sein des filles de Simone, compagnie que j’ai confondée en 2014 ou dans ce spectacle en solo, les questions qui m’animent sont celles de la condition féminine de façon générale. Ce sont des pièces ouvertement féministes. On y parle de sexualité et de corporeité, de conditionnements et de représentations, des relations hétérosexuelles, d’émancipation. D’un point vue formel, il y a également des points communs, car j’affectionne particulièrement la bande dessinée, et j’essaye d’injecter ce que cet art contient d’irrévérence, de liberté, de spontanéité, dans les différents spectacles que j’ai contribués à écrire.

T.M. – Vos spectacles se répondent-ils, ou sont-ils tous différents ?

C.O. – Ils se répondent, bien sûr! Le premier, cest un peu compliqué d’être lorigine du monde parlait de la maternité, le second, les secrets de gainage efficace avait pour thème la relation que les femmes entretiennent avec leur corps, le troisième, derrière le hublot se cache parfois du linge, questionne la norme du couple hétérosexuel, et quand je serai grande, je serai Patrick Swayze parle de mon rapport à l’amour. Ils ont tous pour point de départ des nœuds existentiels, des jalons cruciaux dans l’existence féminine. En cela, ils se répondent et se complètent les uns les autres. La principale différence c’est que je suis seule sur scène pour quand je serai quand je serai Patrick Swayze, et qu’il s’agit vraiment de mon expérience personnelle, c’est une sorte de journal intime théâtral, et il est peut-être un peu moins ouvertement militant que ceux que j’ai élaborés avec Les Filles de Simone.

T.M. – Quand, comment et pourquoi avez-vous concocté ce spectacle ?

C.O. – L’idée est née durant les confinements . J’ai réalisé et posté des vidéos de « comédienne confinée » sur YouTube pour conjurer l’angoisse de ces périodes vacantes. Ces vidéos ont eu du succès, et des producteurs m’ont repérée. Ils m’ont contactée pour me proposer de m’accompagner dans l’écriture d’un seule-en-scène. J’ai accepté et c’est comme ça que je me suis lancée. Petite, j’ai été très influencée par des comédies romantiques, que je regardais en boucle quand j’étais en vacances chez ma mamie à Toulouse, et ces films ont énormément influencé l’amoureuse que je suis (ou que j’étais), et ont fait naître mon désir de devenir comédienne. J’avais envie de parler de ça, des représentations qui nous forgent, des fictions qui nous accompagnent et nous influencent, de notre rapport à l’amour, et de ce que le féminisme fait à tout ça. Comment on peut se libérer de ces représentations souvent sexistes, comment on arrête d’attendre le prince charmant, comment on se construit une vie à soi ?

T.M. – Quelles sont vos sources d’inspiration pour ce spectacle ?

C.O. – En premier lieu, mes souvenirs d’enfance et d’adolescence, et les films qui ont jalonné ces périodes, en particulier des comédies romantiques : Dirty Dancing surtout, mais aussi Ghost, Pretty Woman, Out of Africa… Et puis bien-sûr, Simone de Beauvoir, et en particulier son chapitre sur la femme amoureuse dans Le Deuxième Sexe. Il y a également une scène où je m’inspire beaucoup de Thérèse Clerc qui a mené un combat magnifique pour le droit à l’avortement, et qui a fondé la maison des Babayagas à Montreuil. Pour moi c’est un modèle de femme puissante qui a merveilleusement vieilli.

T.M. – Votre dernier spectacle, Quand je serai grande, je serai Patrick Swayze, est-il un déplacement du féminisme universaliste vers la transidentité ?

C.O. – Non, il ne s’agit pas du tout de transidentité dans ce spectacle. Même si le titre peut l’évoquer. En fait, c’est plutôt une façon de dire qu’à 40 ans, j’ai décidé de ne plus attendre le prince charmant, et que je suis mon propre prince, que c’est moi l’homme de ma vie. C’est un spectacle sur l’émancipation, sur la quête de soi. 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Chloé Olivérès, « Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=7755

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Bouger solidarité 3 Bal Grand Bal VADMC

Bouger en solidarité (3) : Le Bal et Le Grand Bal

Que peut créer un groupe dansant ? De la chaleur humaine, de la beauté, mais aussi une forme d’utopie. Que ce soit dans Le Bal (Ettore Scola, 1983) ou dans Le Grand Bal (Laetitia Carton, 2018), danseurs, danseuses et musicien·nes nous emmènent dans un cocon festif.

Les deux films se posent dans un lieu unique : la salle de bal en sous-sol chez Scola, l’espace des tentes (de danse et de détente) à Gennetines dans l’Allier, au Grand Bal de l’Europe, chez Carton. On ne sort pas de ces endroits, sans que cela soit étouffant. Au contraire, la danse et les échanges charnels s’y déploient.

Jeux de regards (ou de non regards), jeux avec les glaces de la salle de bal, jeux avec les musicien·nes, jeux de lumière (diurne et nocturne), jeux musicaux, jeux de caméra et, pour Le Bal, jeux avec les références cinématographiques nord-américaines, italiennes et françaises : les spectateurs et les spectatrices sont aux anges.

Les rapports de sexe sont finement observés par le réalisateur et la réalisatrice, qui scrutent les corps et les attitudes. Dans Le Grand Bal, des danseuses interviennent face caméra pour témoigner de situation de harcèlement, et dans Le Bal, film musical et muet, on voit, au début du film, un homme mûr à l’aspect fuyant (corps courbé, regard en coin, imper flottant) forcer l’accord d’une dame âgée pour la danse, puis l’entraîner derrière une glace, avant que celle-ci ne parvienne à se dégager violemment. Et pendant ce temps, les autres couples continuent à danser…

De même, Le Bal examine et dénonce les rapports de classe (cf. notre article précédent sur ce film) et de race, ce dernier dans l’épisode 1956 de la Guerre d’Algérie. Là aussi, personne n’intervient quand le danseur immigré se fait tabasser par un nervi très pré-FN, et aucun·e danseur·se ne s’offusque qu’une des jeunes filles en organdi bleu refuse de danser avec cet homme immigré, sous prétexte de mal de cheville, alors qu’elle saute de joie à l’idée de danser avec un danseur aux cheveux gominés, deux minutes plus tard.

C’est d’ailleurs un des écueils du Grand Bal que de ne pas examiner les 99,99% de blancheur des danseurs et danseuses de Gennetines, ainsi que les homogénéité de classe (petite-bourgeoisie).

Cependant, les deux réalisations se rejoignent dans le regard amoureux qu’elles portent sur ces deux espaces, où les gens peuvent se donner la main, être ensemble, encore et encore, jusqu’au bout de la nuit. À vos pieds, prêt·es… dansons !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (3) : Le Bal et Le Grand Bal », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7646

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Stella est amoureuse VADMC

Bouger en solidarité (1) : Stella est amoureuse

Être une transfuge de classe n’a pas que de mauvais côtés (cf. l’œuvre d’Annie Ernaux), on peut même se faire des amies pour la vie. Ainsi, dans les années 1980, à Paris, dans Stella est amoureuse de Sylvie Verheyde, la lycéenne Stella (Flavie Delangle), dont la mère (Marina Foïs) est patronne de bar et le père démissionnaire et alcoolique (Benjamin Biolay), a-t-elle des amies bourgeoises.

Celles-ci sont de bonnes élèves et se préparent à enchaîner baccalauréat avec mention, ENS et agrégation. Stella, dont les parents peinent à écrire un chèque, n’arrive pas à se projeter dans ce type d’avenir, car rien, pas même le sytème scolaire, ne l’y a préparée.

C’est uniquement par la force et les encouragements de ses plus proches amies que Stella réussit à avoir son bac. Au rattrapage, certes, mais au moins son horizon n’est-il plus bouché et en répétera-t-elle pas le destin de ses géniteurs. Et elle y gagne un radio-réveil et un pull, appât de ses copines pour qu’elle révise son latin pour le rattrapage. La solidarité inter-classe et la sororité passent par une pression financière de la part de celles qui ont le pouvoir monétaire. Il faut dire que Stella a refusé les encouragements verbaux de Gladys (Louise Malek), d’Élodie (Prune Richard) et de Marion (Agathe Saliou) pour traîner avec Sophia (Léonie Dahan-Lamort) aux Bains-douches, une boîte de nuit branchée, où elle tombe amoureuse d’André (Dixon), un danseur-compositeur-musicien.

Mais là aussi, son appartenance au peuple est un handicap, car si elle a une solide culture littéraire, acquise par elle-même et grâce à l’école, elle ne connaît rien au monde de l’art, et Yves Klein, Jean-Michel Basquiat et Jackson Pollock sont des inconnus pour elle. Elle ne peut donc pas participer aux débats où l’entraîne André. La honte sociale étant la plus forte, elle choisit de faire appel à Gladys, pour lui expliquer qui sont ces artistes.

Mais il n’y a pas que le savoir et la culture qui passent par la sororité, il y a aussi la danse, le sexe, les garçons et l’Italie. Comme dans La Bonne Épouse de Martin Provost (2020) et comme dans La Vie ne me fait pas peur (Noémie Lvovsky, 1999), la bande de filles est soudée par de beaux moments de danse collective, où elles restent ensemble, acmé de leur joie de vivre et de leur plaisir d’être amies.

Leurs histoires d’amour ne les séparent pas, qu’il s’agisse de celle de Gladys et Vincent, ou de celle, profonde, d’André et de Stella, qui sort également de sa classe en tombant raide dingue d’un Français à la peau noire, cultivé et artiste, loin des blagues racistes de son père et de certains clients du bar de sa mère. La réalisatrice évite les écueils de surcharger le personnage d’André de bonnes intentions anti-racistes, celui-ci reste normal, dans le milieu cultivé où il évolue.

De même, la perte initiale de la virginité des filles est groupée, lors d’un séjour en Italie avant l’année de la terminale – encore que Stella mente légèrement à ce sujet. Comme à la fin de La Vie ne me fait pas peur, c’est le voyage en Italie qui permet la libération sexuelle, non par exotisme, mais par commodité spatiale, les parents étant vraiment loin, derrière la frontière, et la barrière des langues facilitant le langage des corps.

Corps qui se retrouvent un an après, avant l’entrée en fac pour toutes. De quoi passer d’agréables vacances, et nous de rêver à la suite des aventures de Stella.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (1) : Stella est amoureuse », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7597

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Choisir sa voie VADMC

Choisir sa voie

Dans un récit, l’absence de sexualité chez une femme est, le plus souvent, synonyme de pudeur, de chasteté, soit une conduite conforme aux normes occidentales, les différents monothéismes qui y règnent appuyant cette sujétion des corps féminins, quelles que soient les époques.

Si ce n’est que la contrainte à la sexualité – hétérosexuelle – peut être tout autant un poids que l’asexualité. Dans « L’Histoire de Jeanne-Marie » (Comment je m’appelle, 1977), Anne Sylvestre conte l’existence d’une villageoise, à une époque non définie, qui refuse de se marier avec le premier venu. Jeanne-Marie (deux prénoms de femmes célèbres et vierges) ne veut pas « être pute pas plus qu’entrer en religion ». Ce qu’elle désire, c’est que la société la laisse exister et qu’elle ait le temps de respirer comme elle l’entend, sans jamais obéir aux normes. Tout comme Yentl, l’héroïne juive polonaise transfigurée par Barbra Streisand en 1983, Jeanne-Marie va poursuivre son destin après la fin de la narration : « Elle est pas finie l’histoire, l’histoire de Jeanne-Marie. » Le personnage continue sa route existentielle.

Le cas d’Anna (Silvana Mangano) est plus complexe, encore que le résultat soit le même, puisqu’elle choisit sa voie, en refusant que les hommes lui imposent leur volonté. Dans le film d’Alberto Lattuada (1951), Anna est une religieuse qui n’a pas encore prononcé ses vœux. Des retours en arrière dévoilent son existence passée, où la passivité le dispute à la révolte.

Anna est alors sous la coupe de Vittorio (Vittorio Gassman) et chante dans un cabaret. C’est la fameuse séquence du « Negro Zumbón », où, courte vêtue, elle se déhanche, accompagnée de danseurs à la peau noire. Cette séquence est citée, entre autres, dans Le Bal (Ettore Scola, 1983), Cinema Paradiso (Nuovo Cinema Paradiso, Giuseppe Tornatore, 1988), Journal intime (Caro Diario, Nanni Moretti, 1993), et, peut-être, rappelée dans l’adaptation par John Huston de La Nuit de l’iguane (1964), d’après la pièce de Tennessee Williams (1961). Quoique l’atmosphère soit sulfureuse, la rectitude morale d’Anna est déjà montrée, car elle ne sourit que par intermittence pendant qu’elle danse. Puis, elle jette par terre le verre d’alcool que lui tend Vittorio, avant de partir.

Sa piété véritable est ensuite montrée, lorsqu’elle assiste à la messe en compagnie de son fiancé Andrea (Ralf Vallone), un jeune homme de bonne famille qui souhaite l’épouser. Et ce n’est pas tant que sa situation trouble, entre deux hommes, la fasse choisir une troisième voie sans sexe, c’est plutôt qu’elle fuit la violence masculine, celle d’Andrea autant que celle de Vittorio, qui se battent pour ses beaux yeux.

Loin des hommes déchaînés, Anna s’en va soigner les malades, donc les faibles, ce dont la félicite, paternaliste, le chirurgien (Jacques Dumesnil). Il n’empêche qu’elle a choisi sa voie, et le type d’existence qui lui convient, c’est-à-dire en étant active sans tomber dans le racolage ou dans les chaînes conjugales, tout en étant libérée du joug masculin.

Deux femmes, deux pays, des époques peut-être concomitantes, pour deux destinées qui montrent la fermeté de choix féminins. Des chemins à continuer de fouler, par soi-même.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Choisir sa voie », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7127

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube