Archives par étiquette : Années 2000

Memory Box VADMC

Memory Box, pulsions vitales. Partir, revenir, pourquoi ? (5)

Que sait-on de la vie de nos parents, et comment découvre-t-on leur passé, quand ils ne veulent pas en parler ? Des questions que retournent Alex Sanders (Paloma Vauthier), adolescente canadienne de notre époque, alors que sa mère Maia (Rom Tuki) vient de recevoir un énorme colis, le jour de Noël. Qui contient des journaux intimes, des K7… que Maia a tôt fait d’enfermer à la cave de leur maison montréalaise, ne voulant pas de cette Memory Box (Khalil Joreige et Joana Hadjithomas, 2021).

Alex, tout en discutant par WhatsApp avec ses ami·es, va chercher journaux et K7 et commence son exploration proustienne. Sa mère se refusant à tout commentaire, même lorsqu’elle découvre l’appropriation de sa fille, l’adolescente va interroger sa grand-mère Téta (Clémence Sabbagh). Qui ne veut pas parler. Alors Alex continue sa quête, soutenue par ses ami·es, qu’elle délaisse progressivement, happée par ce qu’elle découvre de ses racines libanaises, de l’adolescence sa mère, du jeune temps de sa grand-mère, et de la guerre civile (celle des années quatre-vingts), comme dans les longs-métrages Dans les champs de bataille (Danielle Arbid, 2004) et Sous le ciel d’Alice (Chloé Mazlo, 2020).

Le colis provient de l’inséparable de Maia, Liza Haber, qui vient de décéder, en France où elle s’était réfugiée avec sa famille. Elle sera enterrée au Liban. Des retours en arrière surgissent des pages des journaux de Maia adolescente (Manal Issa), des K7 qu’elle enregistrait pour son amie : les bombardements incessants, la peur, l’envie de vivre, de sortir, d’aimer, de chanter, de danser. Maia jeune en a assez des angoisses perpétuelles de sa mère, collée à son poste de radio. Assez du calme de son père Adel Abboud (nom d’acteur non trouvé), instituteur qui lutte de manière pacifiste pour que cessent les combats. Assez de devoir rester cloîtrée dans sa chambre, de se faufiler dans les rues pour retrouver ses amies, de regarder les garçons à la dérobée. Alors elle écrit en noir, en bleu, en rouge, en arabe et en français, elle colle des photos, des feuilles de magazine, des tickets de cinéma…

Et elle rencontre Raja (Hassan Akil), beau jeune homme qui la drague un après-midi dans la campagne, loin des tensions urbaines, alors qu’elle est avec ses amies et des amis de Raja. Elle s’amuse à tirer avec une mitraillette que le groupe de garçons a amenée, en bons mâles combattants qu’ils sont, ne voyant que la violence. Mais elle préfère sa sortie avec Raja à la fête foraine, dans une explosion de couleurs et de bruits qui, pour une fois, n’est pas menaçante. Et elle aime découvrir son corps et celui de Raja dans le sous-sol d’un immeuble, alors que gronde la guerre à l’extérieur. Maïa ne veut pas mourir vierge, si elle doit rester sous les bombes. C’est aussi, bien entendu, une pulsion de vie. Qui va lui permettre de tenir dans les temps très durs qui vont suivre. Raja est envoyé en URSS par ses parents, pour le soustraire aux mauvaises influences virilités et mortifères de ses amis. Et le père de Maia meurt, assassiné, devenant un héros de la cause pacifiste. Téta émigre alors avec Maia au Canada, trimant afin que sa fille fasse des études et devienne doctoresse, se marie et ait une enfant. Maia doit faire le deuil et de son père et de sa patrie (deux mots qui ont la même étymologie).

Sauf que derrière la vérité officielle se cache un drame bien plus poignant : Adel s’est suicidé après avoir sombré dans l’alcoolisme, suite au bombardement de son école. Et Téta a tiré deux coups de revolver sur son mari mort, afin de ne pas entacher sa réputation de héros pacifiste. Téta, cette femme un peu geignarde et repliée sur elle-même, se révèle une héroïne qui a tout sauvé de sa famille : honneur, amour, image, fabriquant une mémoire familiale fausse mais glorieuse. Qui restera telle aux yeux du monde, Maia adolescente et adulte étant au courant mais se taisant, au moins jusqu’à ce que sa fille l’accuse de tout dissimuler et d’avoir une vie « pourrie ». Alors Maia raconte, enfin, à sa fille, sa voix se superposant à celle de Maia adolescente. Alex préfère garder ce secret pour elle, sans mettre ses ami·es au courant.

Le film pourrait s’arrêter là, puisque la catharsis intra-familiale a eu lieu. Les liens intergénérationnels sont noués et renoués, d’une mère à l’autre, d’une fille à l’autre. Mais la réalisatrice et le réalisateur ont décidé de ne pas « oublier le soleil », comme le dit Téta à Alex. À savoir celui qui éclate sur le visage de Maia à l’enterrement de Liza lorsqu’elle revoit Raja (Rabih Mroué). Lui non plus ne l’a pas oubliée. Et Alex filme alors avec son portable non seulement la terre originelle de sa mère et de sa grand-mère, mais aussi Maia dansant avec ses ami·es d’enfance et son amour de jeunesse, dans une ronde serrée et joyeuse, malgré le décès de Liza. Faire la fête pour faire du passé table rase, à l’image de tous les immeubles (trop) neufs du Liban ? Ou chanter et danser pour célébrer la vie qui continue ? À nous de choisir ce que nous voulons, pour les personnages, et pour nous-mêmes.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Memory Box, pulsions vitales. Partir, revenir, pourquoi ? (5) », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10549

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Histoire du suppositoire VADMC

À la recherche de la rose perdue

Que faire quand on est un suppo en pleine forme ? Partir à la découverte du vaste monde, bien entendu. C’est l’envie qui tenaille Paul, garçonnet suppositoire. Sans compter qu’il refuse de finir à l’intérieur d’un être humain, ce qui sera le cas de son ami Chico. Foin des conseils de prudence et des avis pessimistes de sa voisine Camille, Paul veut sentir l’odeur des roses, une fois.

Dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon, 2022), Alex Vizorek et Caroline Allan imaginent les aventures rebondissantes d’un suppositoire et de ses congénères de l’armoire à pharmacie, dans une maison où deux bambin·es enchaînent les coliques. Le texte est très vivant, enchaînant les dialogues et de courts paragraphes de récit. Les référents adultes-médicaments restent des entités dont la parole est mystérieuse pour Camille et Paul : qui est ce Van Gogh (p. 18) dont parle monsieur Quiès ? comment peut-on revenir du postérieur d’un enfant mais sous une forme différente (p. 13) ? comment soigne-t-on le café (p. 19) ?

Les illustrations de Karo Pauwels donnent une profondeur humoristique supplémentaire au texte.  Par exemple, des jeux de mot sur les noms des médicaments (p. 14, 16, 17), ou des noms de destinations qui font référence tant à la réalité qu’au stade anal (p. 4).

La trajectoire de Paul est vue à hauteur d’enfant/de suppositoire, donc immense à ses yeux : armoire à pharmacie, sol de la salle de bains, couloir, cuisine, puis jardin, au pied des rosiers. Le conte n’est pas manichéen, les alliés peuvent se révéler des ennemis. C’est le cas du chat et du chien de la maison, qui font progresser Paul spatialement, le rapprochant de son but, mais parce qu’ils jouent avec lui. En même temps, quand on s’appelle Lucifer et Belzébuth, on est forcément double : séduisant mais fort peu sympathique au fond. Les êtres humains existent dans un monde parallèle, sauf lorsqu’ils utilisent des suppositoires, bien entendu. Mais ils ne sont ni amis ni ennemis, plutôt des divinités qui, indifférents au destin des médicaments, les utilisent au besoin.

Retenons le courage et la volonté acharnée de Paul, qui plongera, non dans le lac Titicaca en Amérique du Sud ou dans la mer de corail, mais … là où il doit arriver.

Alors, pour ou contre les départs au long cours ?

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Clouzot Pagnol VADMC

Ressouder la communauté : Clouzot, Pagnol

L’Eau des collines (Manon des sources-Ugolin, 1952), de Marcel Pagnol, serait-il la version grise du Corbeau (1943) de H.G. Clouzot ? Dans ces deux films, il est question d’exclusion sociale, de meurtres commis sans laisser de traces, du moins à première vue, et d’une communauté malade de ses vices, de ses tabous et de ses petits secrets. Le tout finissant par la régénération de la cité.

Chez Clouzot, la vision du monde est grinçante, ironique, mordante, tandis que chez Pagnol la bonhomie et le rire affleurent régulièrement. Les personnages du Provençal appartiennent par certains cotés au folklore du sud-est et du théâtre de boulevard : mari trompé, femmes fortes parlant haut avé l’assent, vieilles femmes ne supportant pas la jeunesse et la beauté de Manon, cafetier qui est aussi le maire, policier se rêvant juge, moqueries sur les « gens du Nord » (de Lyon donc) comme dans Marius, détestation des « étrangers » du village d’à côté et des autres en général, jeu du « poil ». Clouzot expose crûment et sans fards l’avortement, la frustration sexuelle (féminine et masculine), et démontre dans une séquence saisissante que Mal et Bien ne sont pas tranchés et coexistent en chacun·e de nous.

Pagnol est plus lent à arracher les masques de la bonhommie et du pittoresque, mais son constat est similaire à celui de Clouzot : l’humanité est faible, bornée et toujours prête à faire le mal, surtout si l’impunité lui est offerte par les autres qui détournent la tête. Les sympathiques habitant·es du village sont prêt·es à accuser Manon (Jacqueline Pagnol) d’être une sorcière (test de l’eau bénite et procès), de voler les récoltes du brave Ugolin (Rellys) et d’avoir à moitié tué le gentil Polyte (Jean Toscan), déjà pas bien fort de la tête. 

Pagnol choisit pourtant la voie de l’apaisement, après que Manon a accompli sa vengeance (priver d’eau le village) et sa catharsis (accuser Ugolin et prouver sa culpabilité et celle des villageois dans la mort de son père et de son frère). Les villageois lui apportent des cadeaux, Ugolin se pend et lui donne sa fortune et sa ferme (celle volée au père de Manon) par testament, le maire offre l’ancien presbytère du village à Manon pour qu’elle s’y installe avec sa mère.

Cette dernière scène est orchestrée par Pagnol avec malice, puisque l’homme politique interrompt le duo amoureux entre Manon et l’instituteur (Raymond Pellegrin), avant de mettre les pieds dans le plat et de faire une fine allusion au fait qu’il lui faut retrouver son écharpe de maire, prêtée à des enfants qui « voulaient jouer au mariage ». Ouais. Le noir et blanc ne permet pas de voir si Manon et son presque fiancé ont le feu aux joues, mais le public retrouve avec plaisir un échange à double sens, entre théâtre de boulevard et romanesque hollywoodien.

La fin du Corbeau est plus amère : la fausse coupable Laura (Micheline Francey) est emmenée à l’asile sous le regard paternellement désolé de son mari (Pierre Larquey), deux fois plus âgé qu’elle, qui s’accuse d’avoir frustré sa femme du plaisir sexuel qui lui revenait, du fait de leur différence d’âge importante. On est en plein dans ce que la romancière Victoria Mas décrit dans Le Bal des folles (2019), à savoir l’enfermement des femmes qui dérangent le patriarcat. Car c’est bien le mari qui est l’auteur des lettres anonymes qui ont déréglé en profondeur la (fausse) tranquillité de la petite ville. Et qui paie pour ses crimes, en étant tué à son tour. L’atmosphère de la cité en sera-t-elle meilleure pour autant ?

Pagnol prend la suite de Clouzot, mais en mode guérison. Deux films à voir à la suite.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ressouder la communauté : Clouzot, Pagnol », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=9099

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Gwénaëlle Doumont VADMC

J’aime PAS… (2) Interview de Gwenaëlle Doumont

Un grand merci à Gwenaëlle Doumont pour ses réponses au sujet de la série « J’aime PAS » aux Éditions Talents Hauts.

Tiphaine Martin Quel est votre parcours ?

Gwenaëlle Doumont – J’ai choisi l’option arts appliqués en secondaire, fait quelques séances de peinture à l’huile le mercredi et samedi dans une académie. Ensuite j’ai fait une année préparatoire à Saint-Luc à Bruxelles pour enfin choisir un graduat [Licence, en Belgique] en illustration.

Lors de la sortie, en 1994 (c’est loin !), j’étais totalement larguée dans la jungle du livre jeunesse, comment se faire une place ? Il y en a tellement de toutes les sortes. Un peu découragée je resterai des années à vivre de petits boulots, sans dessiner. En 2003, j’attends ma fille et c’est ce qui me motive pour recommencer à dessiner, je ne serai pas une mère frustrée de n’avoir pas suivi ses envies et j’ai envie d’être illustratrice.

Hélas en 2005 on me diagnostique un cancer des glandes lymphatiques, soins, etc. jusqu’en 2007. Alors je bouge, je vais dans les salons du livre, je suis sur un forum mettant en relation des auteurs /illustrateurs, de là naît un projet , puis deux, etc.

Enfin en 2009 ma première parution et me voilà en 2023 avec une petite centaine de livres illustrés par mes soins.

T.M. – Pourquoi ce choix de l’illustration jeunesse anti-sexiste ? 

G. D. – Ce n’est pas vraiment un choix de ma part, j’ai illustré  J’aime PAS la danse et là je vais directement répondre à la question 3, c’est Stéphanie qui m’a proposé d’illustrer ce premier texte de ce qui sera la série des « j’aime PAS ». J’ai adoré l’histoire de cette petite qui n’aime pas la danse parce que j’ai agi EXACTEMENT de cette façon avec ma fille, j’ai fait un peu de danse classique enfant et adolescente, mais c’est une discipline tellement exigeante, quand j’ai su que je devais arrêter de manger des frites, j’ai arrêté la danse.

Et donc, Olivia (ma fille) en a fait les frais. à peine arrivée au monde, je la rêvais déjà en petit rat de l’opéra. Heureusement à un moment elle m’a dit très fermement : la danse, c’est STOP.

Voilà toute l’histoire de  J’aime PAS la danse en ce qui me concerne.

Et bien entendu si ça peut faire s’envoler les clichés, j’adhère totalement. Mais en général je ne suis pas une illustratrice militante.

T.M. – Quand et comment avez-vous été contactée par Stéphanie Richard ?

G. D. – Quand, je ne sais plus trop ça devait être aux alentour de 2009, 10 ? En tout cas je sais que c’est au salon de Montreuil que nous nous sommes rencontrées en vrai.

T.M. – Dans la série des « J’aime PAS… », quel album avez-vous préféré illustrer ?

G. D. – La danse ! mais j’ai aussi beaucoup aimé  J’aime PAS le foot et J’aime PAS être belle.

T.M. – Quels sont vos projets ?

G. D. – Je travaille actuellement sur une exposition itinérante en commun avec Sandrine Beau, qui explique notre façon de travailler ensemble. Il y aura des jeux, des illustrations originales tirées des livres que nous avons publiés ensemble, et plein de truc rigolos … 

J’illustre aussi une collection Montessori chez Hachette pour les jeunes lecteurs, en mai sortira un roman chez Alice jeunesse avec Olivier Dupin, et puis je ne sais pas, j’irai là où me mèneront les crayons …

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Gwénaëlle Doumont, « J’aime PAS… (2) Interview de Gwenaëlle Doumont », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8925

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Stéphanie Richard VADMC

J’aime PAS… (1) Interview de Stéphanie Richard

Un grand merci à Stéphanie Richard pour ses réponses au sujet de sa série « J’aime PAS » aux Éditions Talents Hauts.

Tiphaine Martin Quel est votre parcours ?

Stéphanie Richard – J’ai d’abord été comédienne, clown, chanteuse, metteuse en scène et intervenante théâtre durant 23 ans. J’ai commencé à écrire pour la jeunesse vers 2010, j’ai donc eu envie de faire une reconversion professionnelle dans ce domaine. J’ai fait un master 2 en Littérature de jeunesse entre 2016 et 2018 et suis bibliothécaire jeunesse à Aubervilliers depuis 2019.

T.M. – Pourquoi ce choix de la littérature jeunesse ?

S.R. – Comme beaucoup, c’est à la naissance de ma fille que j’ai découvert la LJ, je n’avais pas vu à quel point cette littérature s’était développée depuis ma propre enfance. J’ai découvert Claude Ponti et j’ai eu la sensation qu’une grande liberté était possible, c’est pourquoi j’ai commencé à écrire pour les enfants.

T.M. – D’où vous est venue l’idée de cette série anti-sexiste « J’aime PAS » ?

S.R. – Je n’ai pas eu l’idée d’une série anti-sexiste, nous avons proposé conjointement avec Gwenaëlle le projet de J’aime PAS la danse, l’histoire est très proche de ce qui s’est réellement passé quand j’étais petite. Je n’y ai vu, à ce moment là,  qu’une histoire qui m’amusait. C’est notre éditrice qui a pensé décliner cette idée du « J’aime PAS » avec l’idée que ce n’est pas parce que je suis une fille ou un garçon que je dois avoir des goûts attendus de fille ou de garçon.

T.M. – Comment choisissez-vous le sujet de chaque album de cette série ?

S.R. – Nous les avons choisis avec notre éditrice. Nous en avons décliné 6, plus nous aurait donné l’impression de chercher artificiellement de nouveaux thèmes.

T.M. – D’où vous est venue l’idée de cette série anti-sexiste « J’aime PAS » ?

T.M. – Quels sont vos projets ?

S.R. – J’écris pour tous les âges, de l’album d’éveil au roman pour grands ados. Je fais en fonction du moment, rien de bien précis actuellement.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Stéphanie Richard, « J’aime PAS… (1) Interview de Stéphanie Richard », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8914

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube