Archives par étiquette : Années 80

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 16

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

Janvier 2022, nouvelle année. Je me replonge dans mes souvenirs du printemps 2021 pour clore le récit de voyage de mes premières approches territoriales du continent Zaza-le-Chatfoin. Nous en restions resté·es à ma journée à Lourdes en compagnie de Françoise, ma guide et mon hôtesse pour cette seconde semaine dans le Sud-Ouest. Ce dimanche 9 mai, après une matinée studieuse et un bon déjeuner, nous partons à Arcangues, joli village typique, avec son église à bateau suspendu dans la travée centrale, son autel doré avec de belles statues de saints,

©Tiphaine Martin

ses maisons blanches peintes en rouge basque,

©Tiphaine Martin

son terrain de pelote basque, 
©Tiphaine Martin

son lavoir à eau autrefois thérapeutique, et…

Lavoir Arcangues

©Tiphaine Martin

… son cimetière où se trouve la tombe de l’idole des jeunes des années trente, j’ai nommé Luis Mariano.

 

Tombe Luis Mariano

©Tiphaine Martin

Quoique absolument pas fanatique de ses braiments[1] roucoulés à « r » appuyés, j’aime suffisamment l’opérette, l’opéra-bouffe et la comédie musicale pour m’intéresser à ce monument basque-franco-espagnol, dont j’avais lu par hasard la biographie par Jacques Rouhaud et Patchi[2]avant mon départ pour les Landes. Mais je préfère quand même Dario Moreno, son entrain et son souffle de grand interprète de « L’Air du Brésilien » de La Vie parisienne d’Offenbach (1866).

Donc, la tombe de Mariano était très fleurie en ce dimanche de mai, ce qui m’a permis de visualiser l’adoration dont il est toujours l’objet.

Et, sans le savoir, je me suis ainsi psychologiquement préparée au visionnage – merci ARTE et sa programmation estivale – de la version filmée par Richard Pottier en 1956 du Chanteur de Mexico avec, tenez-vous bien et n’éteignez pas votre téléviseur ou votre ordinateur, Annie Cordy, Bourvil et donc Luis Mariano en trio amoureux. Sans commentaire. Mais j’ai eu plaisir à retrouver les vues des maisons rouges et blanches et de place de village basques dans la séquence d’ouverture du film.

Retour en mai et à Arcangues, que nous quittons pour nous rendre sur la plage de Bidart, mais d’un autre côté que celui goûté le 2 mai[3]. Ce dimanche, le temps n’est plus aussi ensoleillé qu’il y a une semaine – à cause de mon départ demain ? Cependant, le vent qui souffle fait de belles vagues et de beaux reflets sur l’océan, tout en accompagnant la progression des nuages dans le ciel bleu, limite Nicolas de Staël.

©Tiphaine Martin

Un peu brumeuse et déjà nostalgique, je me rends avec Françoise chez son amie Cécile, qui nous accueille à nouveau, tout aussi sympathiquement que l’autre jour[4]. Ensuite, je boucle ma valise, nous dînons en devisant, au dodo et…

©Tiphaine Martin

 

 

Départ le lendemain matin. Ma fidèle cavale bleue s’étant reposée une semaine, elle démarre en hennissant, sentant que les huit cents kilomètres qu’elle va avaler la conduisent à son écurie habituelle. Je presse le bouton de mon autoradio et la Providence/Zaza m’envoie tout de suite un signe. La première chanson qui s’en échappe entonne : « Hasta la vista Señora », soit « Ce n’est qu’un au revoir Madame » en traduction libre. Cette chanson de Ricchi e Poveri se trouve sur un cd de tubes[5] de ce groupe italien des années 80 que j’écoute volontiers, histoire d’entretenir mon italien, bien entendu … et surtout pour cette chanson parsemée d’espagnol, et pour le tube des tubes « Sarà perche ti amo », magnifié par Claude Miller et son interprète Charlotte Gainsbourg dans L’Effrontée (1985). Je reviendrai donc dans le Sud-Ouest.

J’arrête ici mon récit, mon voyage s’étant déroulé sans incident.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 16 », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2393


[1] Pardon les ânes et les ânesses.

[2] Jacques Rouhaud et Patchi, Luis Mariano. Une vie, Bordeaux, Éditions Sud Ouest, 2006.

[3] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 9 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1727

[4] Cf. Tiphaine Martin, « À bord de lAire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

[5] Ricchi e Poveri, Greatest Hits, ZYX, 2002.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Image mise en avant Ernest et Célestine VADMC

Ernest et Célestine, le film : amère déception

J’en attendais beaucoup et j’ai été amèrement déçue. Ceci est donc à peine un article scientifique.
 

Film d’animation de Benjamin Renner et Vincent Patar, sorti en 2012, Ernest et Célestine, le film, semble avoir tous les atouts pour la réussite critique et publique qu’il a obtenu : scénario de l’écrivain Daniel Pennac, voix de Lambert Wilson pour le héros Ernest, couleurs pastel agréables à l’œil, idées généreuses d’antiracisme, de tolérance et de compréhensions entre les peuples développées pendant l’une heure vingt de ce moyen métrage.

Si ce n’est que le tout est un ratage complet, sauf pour les voix des personnages. Il ne reste rien de la technique de Gabrielle Vincent, lautrice belge des albums adaptés, proche des estampes japonaises et tendant vers l’abstraction. Les fonds sont souvent blancs. Son trait fin et enlevé est aplati dans le film, les couleurs délavées et peu appuyées sont devenues criardes et surchargent l’image du film. Chez Vincent, pas de débauche de gouache. Elle préfère l’esquisse et l’impression à une lourde précision.

Cruauté sans doute involontaire des réalisateurs, peut-être masochistes, ils font transcrire à Ernest certains des dessins de La Naissance de Célestine (Gabrielle Vincent, 1987) au cours du film. Aux spectateurs et spectatrices de juger de la différence de qualité entre la frimousse de bébé Célestine et celle qu’elle a dans les autres albums, avec la tête qui lui a été faite dans le dessin animé, semblable à mille autres têtes de souris, Minnie exceptée.

©Tiphaine Martin
Ernest et Célestine 1

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Ernest et Célestine 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons maintenant au scénario. Rien ou presque rien n’a été conservé des albums de Gabrielle Vincent, sauf la découverte de Célestine par Ernest dans une poubelle, dans La Naissance de Célestine[1]. Et encore. Dans La Naissance de Célestine nous ne savons pas qui a abandonné Célestine et pourquoi elle a subi ce début cruel dans l’existence. L’important, comme dans les autres albums, est la relation toute en tendresse qu’elle construit avec Ernest, père célibataire.

     ©Tiphaine Martin

Tandis que dans le film, c’est sa gourmandise qui l’a conduite à la poubelle et son goût de l’aventure, punis tous deux par la peur qu’elle éprouve à se trouver dans le monde des ours, avant, heureusement, de se trouver sous la patte paternaliste d’Ernest. C’est une des lignes choquantes de l’histoire du film, à savoir l’angoisse permanente éprouvée par Célestine, qu’elle se trouve dans l’univers des souris ou dans celui des ours. Ne parlons pas de la caricature bien sexiste de la méchante directrice du pensionnat non mixte où Célestine est élevée – mais où sommes-nous et quand ? – ni des ours·es mal léché·es qu’elle croise dans son parcours de combattante.

Quant aux discours pseudo-antiracistes, même un·e enfant de deux ans a plus de jugeote et de réflexion que cette bouillie indigeste et inutilement grandiloquente, clamée par les deux héros lors de leur jugement respectif, Ernest au tribunal des souris, Célestine au tribunal des ours·es.

L’univers imaginé par Pennac n’est qu’angoisse et ordalie. Où est passée la délicatesse à envisager le rapport à l’autre de l’auteur de Cabot-caboche (1982) et de L’Œil du loup (1984) ? Le prof-écrivain qui s’amusait à édicter les « Dix Droits du lecteur » à la fin de Comme un roman (1992) ? « Droits du lecteur » que, pour ma part, j’ai vu affichés dans mes salles de classe de primaire, illustrés par Quentin Blake, que je côtoyais par ailleurs depuis mon enfance via son étroite collaboration avec l’écrivain britannique Roald Dahl.

 

10 droits lecteur affiche Quentin Blake

 

Dans les albums, Célestine est certes confrontée à la peur (Noël chez Ernest et Célestine), à l’absence (Ernest et Célestine ont perdu Siméon), au chagrin (Ernest et Célestine chez le photographe), à l’instar de n’importe quel·le enfant, mais le monde qui l’entoure n’est pas hostile et le négatif occupe finalement peu de place au sein de la narration. Le but de Gabrielle Vincent n’est pas non plus de renvoyer dos-à-dos souris et ours·es, ainsi que leur univers concentrationnaire, mais de parler de paternité en mode solo, d’homme/ours qui se sort de l’alcoolisme en devenant responsable d’une nourrissonne et qui vit les aventures extraordinaires du quotidien avec elle, sans la surprotéger ni lui faire des leçons de bonne conduite. À la fin de certains albums, la note d’intention est ainsi rédigée : « L’essentiel, pour elle, est de “rendre” la vie dans toute son intensité, toutes ses nuances[2]. »

Il faut dire que Gabrielle Vincent aime ses personnages, ce qui n’est pas le cas des réalisateurs ni du scénariste du dessin animé, qui les manipulent brutalement.

Par conséquent, ruez-vous chez votre libraire de proximité, (re)plongez-vous dans les albums et baignez-y avec vos enfants – de proximité également -, vous ne perdrez rien au change, bien au contraire.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ernest et Célestine, le film : amère déception», Voyages autour de mon cerveau, décembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2339


[1] Gabrielle Vincent, La Naissance de Célestine, Paris, Duculot, 1987, p. 11-12.

[2] Gabrielle Vincent, Noël chez Ernest et Célestine, Paris, Duculot, 1987, s.p.

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Tous les hommes sont mortels

François Masclanis est Docteur ès Sciences Politiques et Beauvoirien de cœur. Il nous explique pourquoi :

Tous les hommes sont mortels. Le 21 avril 1985, je lis mon premier livre de Simone de Beauvoir. J’ai alors 22 ans, et je suis passionné (entre autre) par toutes les formes de littérature françaises ou étrangères.

Depuis la fin des années 70, je picore anarchiquement la littérature américaine (Steinbeck, Poe, Faulkner, Kerouac, Melville, Hemingway), découvre et dévore l’âge d’or des auteurs russes (Dostoïevski, mon premier grand choc littéraire et philosophique, mais aussi Tolstoï, Pouchkine, Tourgueniev, Lermontov, Gogol, Tchekhov), et, indistinctement, au gré du hasard, découvre et savoure de précieuses découvertes de la littérature internationale (Driss Chraïbi, Mishima, Italo Calvino, Kafka, Orwell, Koestler, Nabokov) et française (Kessel, Malraux, Prévert, Proust, Vian, Yourcenar).

Au début des années 80, mes lectures se classent en différentes catégories : les auteurs mythiques de mon enfance (Homère, Jules Verne), ceux que je détestent (Maurras, Péguy, Claudel, Giraudoux), ceux qui m’indifférent ou que je ne comprends pas (Joyce, Gide, Duras).

J’ai cinq « héros » soit purement littéraires (Céline), soit littéraires et philosophiques : Homère, Dino Buzzati, Herman Hesse, Albert Camus.

Je viens à Sartre par amour pour Camus : comment ne pas lire l’un quand on est épris de l’autre ? Je veux comprendre ce qui les rapproche et ce qui les éloigne. Je viens à Simone de Beauvoir, je l’avoue, car c’est la compagne de Sartre : en quoi se différentie-t-elle de lui ? Un peu au hasard, je consulte plusieurs de ses ouvrages en librairie, et m’arrête, intrigué et attiré par la quatrième de couverture de l’un d’entre eux : « Si l’on nous offrait l’immortalité sur la terre, qui est-ce qui accepterait ce triste présent ? demande Jean-Jacques Rousseau dans l’Émile. Ce livre est l’histoire d’un homme qui a accepté ».

Ce livre, je l’ai littéralement lu d’une traite : je ne l’ai pas aimé, je l’ai adoré. A peine refermé, je n’ai eu qu’une envie, le relire, plus calmement, pour en saisir toutes les richesses, toutes les nuances. Ce roman mélange tant d’aspects, tous passionnants à mes yeux : la fresque historique (l’histoire est une autre de mes passions), le fantastique maîtrisé au service du récit, la psychologie des personnages, notamment Fosca bien sûr, et la réflexion philosophique sur la condition humaine. Ce dernier aspect m’a particulièrement troublé : prendre conscience que la mort, inéluctable, donne tout son sens à l’existence. Que les rêves et les passions, les sentiments et les émotions, l’essence des choses, n’ont de sens que dans la fragilité de l’existence même. Ce n’est pas Jean-Paul Sartre qui m’a fait comprendre l’existentialisme, c’est Simone de Beauvoir.

Dans les années qui suivirent, j’ai lu l’intégralité de ses œuvres : son théâtre, ses récits autobiographiques, ses romans et nouvelles, ses essais. Rien ne m’a déçu. Tout m’a appris quelque chose d’important sur moi-même et sur ma relation aux autres. Mais l’apport intellectuel n’est pas tout : Simone de Beauvoir, de par son style d’écriture, est aussi à mes yeux un très grand écrivain ; le fond et la forme se mêlent en un plaisir et cérébral et sensuel, les deux aspects s’enrichissant mutuellement.

Une réticence malgré tout ? Le Deuxième Sexe. Ce livre, m’a choqué à ma première lecture : autant l’apport philosophique et sociologique m’a conquis, autant la crudité de certains passages sur le sexe féminin m’a gêné à l’époque : on ne dit pas ces choses-là… Il me faudra plusieurs années pour dépasser ma pudibonderie, cette pudeur excessive liée à mon éducation, pour comprendre la nécessité de ces descriptions. Malgré cette réticence, l’ouvrage fut une révélation : je ne faisais aucune distinction qualitative entre hommes et femmes que ce soit en littérature (pour moi, Yourcenar, Triolet, Arendt n’étaient pas des femmes- écrivains, mais des écrivains tout court), que dans ma vie privée ou professionnelle. Mais, plus ou moins enfermé dans ma bulle, je n’avais pas non plus conscience de l’existence du sexisme sociétal, intellectuel, politique, culturel, religieux, qui sévissait à travers le monde. Le deuxième sexe sera une révélation de cet aveuglement. Cet ouvrage m’ouvrit à l’évidence de la nécessité politique du combat « féministe » et la conscience de ma propre ontologie : je n’étais pas né homme, je l’étais devenu…

Un livre intime ? Une mort très douce. Ma mère est décédée le 7 septembre 2017. Pendant des années j’ai eu des relations plus ou moins conflictuelles avec elle, surtout marquées par une immense incompréhension : elle était bourgeoise parisienne, détachée de tout attrait pour le monde de la culture, attachée aux valeurs du paraître social et des préjugés de caste. Elle était l’antithèse de tout ce que à quoi je croyais. Mais durant les quatre dernières années de sa vie, Alzheimer me révéla une autre personnalité, emplie de gentillesse, qui était peut être bien finalement la sienne. L’ouvrage de Simone de Beauvoir m’a aidé sur les dernières heures de sa vie à penser la réconciliation possible.

Beauvoir en un mot ? en un symbole ? cela me semble impossible. De façon superficielle, je soulignerait sa très grande beauté. De façon intellectuelle, sa très grande intelligence, son immense talent d’écrivain et de penseur. De façon personnelle, Simone de Beauvoir fait partie intégrante de ma famille imaginaire, peuplée de personnages qui m’aident à vivre mieux chaque jour. Grâce à elle, ainsi qu’elle le disait dans ses Cahiers de Jeunesse, « j’accepte la grande aventure d’être moi ».

Et pourtant, je reste paradoxal sur les leçons qu’elle a pu m’apporter. Ainsi, si l’on me proposait, à l’instar de Fosca, de boire l’élixir de vie, refuserais-je ? Certainement pas.

François Masclanis

Pour citer cet article : François Masclanis, « Tous les hommes sont mortels », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/464

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dirty Dancing, film féministe et marxiste

Il semblerait que quelques rares médias français s’interrogent enfin sur un possible féminisme de la comédie musicale Dirty Dancing (Emile Ardolino, 1987), tandis que d’autres, dont la revue Télérama, continue à le mépriser. Rien d’étonnant pour cette revue d’obédience catholique, qui encense depuis des années les films à base d’inceste du réalisateur hollywoodien Woody Allen. La culture populaire n’y a pas bonne presse, sauf si elle a été sanctifiée par les glorieux aînés des Cahiers du cinéma : il est donc permis au lectorat de Télérama de regarder sans mauvaise conscience les comédies musicales de Vincente Minelli et de Stanley Donen, devenues des « films d’auteur », ce qui n’étaient pas le cas lors de leur sortie en salle.

Revenons à Dirty Dancing : une jeune bourgeoise, Frances, dite Bébé, vient passer l’été 1963 avec ses parents et sa sœur aînée Lisa dans un camp de vacances. Elle tombe amoureuse d’un des serveurs, Johnny, issu de la classe populaire. Johnny est aussi prof de danse de salon. Il a pour partenaire Penny, une amie d’enfance, elle aussi d’un milieu très modeste. Frances a des parents engagés contre la guerre au Vietnam et pour la paix universelle, c’est-à-dire de gauche, selon les critères USA. Pendant que Lisa fleurte avec le serveur Robbie, issu de la bourgeoisie et étudiant en médecine, Frances tombe sous le charme de Johnny et découvre les « danses de rue », avec un coprs-à-corps érotisé au maximum, sur fond de musiques également érotiques. Sa rigidité fond lentement, mais sans plus, elle reste spectatrice. Le basculement de l’intrigue provient de Penny : enceinte, elle désire payer un avorteur, mais elle ne possède pas l’intégralité de la somme. Johnny lui propose de l’aider, mais elle refuse. C’est Frances (toujours surnommée « bébé » par l’ensemble des personnages), qui demande l’argent à son père, médecin, mais sans lui dire pour quelle raison. Penny finit par accepter. Un autre problème subsiste : Penny et Johnny assurent une soirée dansante dans une autre pension à la date de l’avortement. Penny propose à Frances de la remplacer, au grand dam de Johnny. Bien sûr, la soirée est une réussite, et les entraînements de danse auront rapproché Frances de Johnny et réciproquement. Euphoriques, ils regagnent le camp de vacances… Penny est prostrée dans sa chambre, l’avortement a mal tourné. Le père de Frances soigne Penny et lui dit qu’elle pourra avoir des enfants. Mais il interdit à Frances de continuer à fréquenter Johnny, qu’il croit à tort le géniteur, coupable d’avoir forcé sa maîtresse à avorter. Frances rejoint Johnny chez lui, elle l’enlace, ils font l’amour. Quelques péripéties plus loin, où Frances avoue publiquement sa liaison avec Johhny pour le sauver d’un vol qu’il n’a pas commis, tout rentre dans l’ordre pour une fin heureuse : le père de Frances se réconcilie avec sa fille et découvre que Robbie avait mis Penny enceinte, Johnny rend publiquement hommage au courage de Frances, qu’il n’est plus question d’appeler « bébé ». Les danseurs et danseuses des « danses de rue » envahissent le salon guindé des client·es de l’hôtel. Et tout le monde danse, et pas un tango !

On voit bien que ce « nanar », ce « film sirupeux » est en fait un film féministe, marxiste et légèrement antiraciste. Pour ma part, ayant vu ce film pour la première fois à six ans, j’en avais surtout retenu l’aspect féministe. Je précise que j’ai vu et revu ce film en VF entre six et dix ans et que les trouvailles horriblement dégoulinantes du traducteur n’ont en rien empêché de considérer ce film comme féministe dès ces premiers visionnages. Film féministe et marxiste donc :

  • Penny n’est pas punie d’avoir avorté, alors que l’avortement est illégal dans les années soixante aux USA et que les anti-avortements y sont très virulents dans les années 80, à l’époque de tournage et de sortie du film ;
  • la sororité existe entre Frances et Penny, sans condescendance de classe ;
  • les relations difficiles entre Lisa et Frances sont finalement abolies, alors que Lisa n’a pas voulu écouter sa sœur, qui la prévenait contre Robbie ;
  • Lisa représente le stéréotype de la jeune bourgeoise blanche des années soixante : uniquement préoccupée de son apparence, elle tombe immédiatement sous le charme de Robbie, de la même classe qu’elle et qui possède une voiture rutilante, signe de richesse ; après seulement quelques jours, Lisa s’imagine en voyage de noces avec Robbie : bref, une princesse Disney (Blanche-Neige, Cendrillon, La Belle au bois dormant) ;
  • c’est la mère de Frances qui intervient pour que sa fille puisse danser avec Johnny à la fin du film, retenant le bras du père/patriarcat, qui voudrait censurer le désir de Frances et ses choix ;
  • le film montre que les différences de classe peuvent parfois être abolies (Frances et Johnny) et que chacun·e apprend de l’autre ;
  • Frances démontre à son père que ses idéaux « de gauche » ne reposent que sur de belles paroles et qu’il doit accepter qu’elle ne soit pas une jeune fille rangée qui obéit gentiment à ses parents  et qui est toujours d’accord avec eux, sans réflexion et sans choix personnels ;
  • Frances abolit la contradiction corps/esprit par la « danse de rue » et en choisissant de coucher avec Johnny : ses choix sont réfléchis et elle continue à être intelligente ;
  • les virilités classiques (le père de Frances, Robbie) sont mises à mal par le danseur Johnny : Johnny se préoccupe de Penny sans lui faire la morale, il est plus objet de désir que sujet, et, surtout, il danse lascivement. Il n’est pas un corps rigide à la John Wayne ;
  • c’est Frances qui rejoint Johnny chez lui, mais, contrairement aux autres riches clientes de l’hôtel, elle parle avec lui, elle l’enlace tendrement, elle lui avoue son désir pour lui, avant de coucher avec lui. Pas de prise de pouvoir d’une énième bourgeoise sur le serveur issu du peuple, mais un érotisme à deux ;
  • etc. etc.

Côté marxiste, les classes sociales se mélangent avec bonheur, comme indiqué dans mon résumé. La méfiance des classes populaires (Penny et Johnny) face à la classe possédante (Frances) fait face à des solidarités multiples : Penny (présente dans les premiers entraînements) et Johnny enseignent à Frances comment danser, Frances et son père aident Penny, Johnny et Frances s’éduquent l’un l’autre.

Le côté antiraciste est faible, mais il existe : les danseurs et danseuses « des rues » ne sont pas toutes blanches. Elles et ils dansent dans le même espace, mais, malheureusement, sans se mélanger.

En conclusion, on fait péter le sac de pop-corn et on s’émancipe avec Frances et Penny !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dirty Dancing, film féministe et marxiste », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/128

Articles consultés le 9 mai 2020 :

https://www.telerama.fr/cinema/films/dirty-dancing,10933.php

https://www.lesinrocks.com/2019/09/06/actualite/societe/dirty-dancing-a-t-il-fait-de-nous-des-feministes/

https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-08-mai-2020

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn