Archives par étiquette : Arletty

Surprise, vous avez dit surprise VADMC

Surprise, vous avez dit surprise ?

Les bons mots fleurissent dans le cinéma français des années trente, grâce à la verve des scénaristes. Avant le « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » jeté par Arletty à la face de Louis Jouvet dans Hôtel du Nord (Marcel Carné, 1938), l’échange Archibald Soper (Louis Jouvet)-Irwin Molyneux (Michel Simon) dans Drôle de drame (Marcel Carné, 1937, scénario Jacques Prévert) est entré au Panthéon cinéphilique :

Moi, j’ai dit bizarre, bizarre, comme c’est étrange ! Pourquoi aurais-je dit bizarre, bizarre ?

Je vous assure mon cher cousin, que vous avez dit bizarre, bizarre.

Moi, j’ai dit bizarre, comme c’est bizarre !

La répétition du terme (merci Jacques Prévert) provoque l’hilarité du public autant que la mine grave des deux acteurs/des deux personnages.

Trois ans après, le réalisateur Henri Decoin et ses scénaristes Jean Villeme et Max Kolpé utilisent le même ressort comique dans Battements de cœur (1940), mais cette fois au sein d’un duo entre époux :

Le comte d’Argay (André Luguet) : Ohhhh !

Florence (Junie Astor) : Quoi ? (…) Mais oui tu fais « ohhh »

Le comte d’Argay : Quoi ?

Florence : Mais oui pourquoi tu fais « ohhh » ?

Le comte d’Argay : Mais j’ai pas fait « ohh », j’ai fait « oh ».

L’étonnement est de mise, cette fois aussi. Et, comme dans Drôle de drame, le dialogue tourne court, laissant planer la suspicion et provoquant l’inconfort des personnages, pour notre plus grand amusement. Dans les deux cas, le réalisateur établit une connivence avec les spectateurs et les spectatrices contre ses personnages, pas vraiment sympathiques, condamnés à se débattre dans une situation inconfortable.

Ou comment montrer que répéter, ce n’est pas bien.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Surprise, vous avez dit surprise ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7002

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Sourires d’un chef-d’oeuvre : Les Enfants du Paradis de Marcel Carné

Le chef-d’œuvre de Marcel Carné méritait bien de nouvelles analyses et une nouvelle présentation pédagogique à destination des étudiant·es. C’est chose faite avec cet ouvrage de Carole Aurouet, enseignante-chercheuse à l’université Gustave Eiffel, paru en juin 2022 aux éditions Gremese.

L’ouvrage est divisé en : carte d’identité du réalisateur, carte d’identité du film, découpage du film, annexes (extraits d’interviews de Carné et de Prévert et d’articles de journaux de l’époque, filmographies des deux compères, bibliographie sélective).

Dans un style simple et non simpliste, Carole Aurouet fait ressortir la beauté du film et sa richesse, étape par étape. On lit alors le film comme un roman-feuilleton, en prêtant attention aux mouvements de caméra et aux finesses du scénario, agrémentés de brides du dialogue de Prévert.

Le fil directeur de l’analyse du film est la figure de Garance, jouée par l’actrice Arletty. Garance est le pôle qui aimante et dirige les actions des hommes, tout en étant régulièrement victime : le mime Baptiste Debureau (Jean-Louis Barrault), l’acteur Frédérick Lemaître (Pierre Brasseur), le poète-assassin Lacenaire (Marcel Herrand), l’aristocrate Édouard de Montray (Louis Salou) et le vendeur à la sauvette Jéricho (Pierre Renoir). De manière peu féministe, Garance est la cible de la jalousie des deux autres figures féminines importantes : l’artiste Nathalie (Maria Casarès) et la logeuse Madame Hermine (Jane Marken).

Il n’empêche que le film-fleuve recèle encore des trouvailles que Carole Aurouet souligne : scènes en parallèle entre Debureau et Lemaître qui parlent de leur art respectif (silence versus parole), écho  dépravé de la scène de flirt entre Lemaître et Garance (époque 1) par Jéricho à destination de Nathalie (époque 2), et tant d’autres.

Un véritable plaisir de lecture, qui ravira les étudiant·es en cinéma, mais aussi le public qui s’intéresse à la fabrication d’un film. Les amoureuses et amoureux de Carné et Prévert seront comblé·es par cette lecture alerte et précise des Enfants du Paradis. Maintenant, sus au dvd !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sourires d’un chef-d’oeuvre : Les Enfants du Paradis de Marcel Carné », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6004

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube