Archives par étiquette : Bande dessinée

Sylvestre et Brétecher VADMC

Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher

La deuxième vague des féminismes du vingtième siècle a renouvelé les discours frondeurs des femmes, comme en témoignent, parmi mille autres, la chanson « Bergère» d’Anne Sylvestre (Une sorcière comme les autres, 1975) et les aventures de la princesse Cellulite de la bédéaste Claire Brétecher (publiées entre 1969 et 1977).

La bergère d’Anne Sylvestre et la gente dame de Brétecher utilisent à plein leurs libertés langagières et sexuelles, au grand dam des hommes, qui ont parfois du mal à comprendre que les temps changent.

Cellulite est laide, grossière, jure et attrape les hommes comme des mouches, du moment qu’ils lui ont tapé dans l’œil. La mauvaise foi est son quotidien, de même que les hurlements à la moindre entrave à ses désirs. Très attachante dans sa joyeuse démesure, elle est l’anti-Disney, graphiquement et psychologiquement.

De même pour la bergère, qui se fiche de son physique anti-Fragonard et anti-Boucher, tout en profitant de l’existence. Elle récuse la dépréciation du noble qui la courtise en lui renvoyant à son physique au minimum banal :

Ce que votre grand père

Ne vous a pas expliqué

C’est que je les préfère

Un peu mieux baraqués

Elle pique là où ça fait mal, soit la supposée puissance sexuelle de l’homme qui la drague. Comme chez Cellulite, ce ne sont plus les hommes qui « condescendent » à s’intéresser à telle ou telle femme, jaugée à l’aune de son physique et du mythe de la féminité en cours (voir l’analyse de Simone de Beauvoir à ce sujet dans Le Deuxième Sexe), mais la femme qui décide quel sera son partenaire sexuel. Et bien sûr, pique d’Anne Sylvestre à cette occasion, puisqu’elle reprend les clichés associées aux militantes féministes : peu gracieuses, sans poitrine pigeonnante et sales – un cliché déjà utilisé vingt ans auparavant par les anti-existentialistes pour mieux ridiculiser les jeunes femmes de Saint-Germain-des-Prés.

La bergère et Cellulite luttent contre des stéréotypes genrés qui les relègueraient dans la case « victime », « laissées-pour-compte », et prennent la parole sur le mode allègre, humoristique et abrasif de leurs créatrices. Belle conclusion pour le « coq » macho que celle de la bergère, qui lui révèle que sa fiancée, elle aussi, n’est pas là à sécher sur place à attendre qu’il la « comble » lors de leurs prochaines noces :

Elle est pas mal du tout

Et puis elle est pas fière 

Elle s’amuse sans vous 

Avec mon petit frère

Dans le pré en dessous

La sororité, la lutte des classes et le libre désir ont vaincu le vilain miso. Et, pendant ce temps, Cellulite continue à vagabonder, à l’affût de chair fraîche, en toute sérénité, pour l’éternité, car, oui, les temps ont changé.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Les temps changent : A. Sylvestre et C. Brétecher »,  Voyages autour de mon cerveau, septembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6389

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

#Lesmémés 2

#Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ +

Sylvain Frécon a encore frappé. Ou plutôt, ses #Mémés (le hashtag est très important) sont de nouveau de sortie (Fluide Glacial, 2022). Rien ne les arrête : s’offrir un soin de beauté nec plus ultra pour leur unique dent, citer Shakespeare, beugler contre les trottinettes à tour de rôle, gérer la jalousie entre leurs caddies, hésiter à choisir un cercueil, peindre un vagin sur les murs de leur cité, soliloquer sur la mort, causer sexe, chercher le sens de la vie (droite ou gauche?).

Les #Mémés de Sylvain Frécon sont donc ultra-connectées et réfléchissent à tout. Elles n’hésitent pas à tout remettre en cause avec insolence, telles les sales gamines qu’elles sont restées.

Foin des réputations établies, en fait, tenez-vous bien, Simone de Beauvoir était en fait…. Jean-Paul Sartre (p. 28). Sartre s’est fait opérer et a ensuite écrit Le Deuxième Sexe, mais oui. D’où la portée transgenre de son célèbre « On ne naît pas femme : on le devient » (première phrase du chapitre « Enfance » du tome 2 du Deuxième Sexe). Et, surtout, d’où l’humour du dessinateur-scénariste, qui joue avec les modes actuelles, le sexisme de base qui voudrait qu’une femme soit incapable d’écrire (ce que rappelle Beauvoir dans La Force des choses à propos des Mandarins), tout en rappelant la phrase la plus célèbre des féminises français au vingtième siècle.

De quoi donner à réfléchir à de nouveaux sens de l’essai de Beauvoir, tout en se régalant des aventures des #Mémés.

©FluideGlacial

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « #Lesmémés t.2, ou le caddie LGBTQ + », Voyages autour de mon cerveau, juin 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5564

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte Rosa Bonheur

Rosa Bonheur, le château-atelier

En cette fin août 2020, je suis partie, entre autres, sur les traces de la peintre Rosa Bonheur, dans son château-atelier de Thoméry, près de Fontainebleau. Après une visite guidée d’une grande qualité, je me suis entretenue avec la directrice, Katherine Brault.

Katherine Brault, directrice du château-atelier Rosa Bonheur

Merci à son équipe et à elle pour leur disponibilité et leur accueil.

Ce n’était pas la guide…

Tiphaine Martin – Qui est Rosa Bonheur ?

Katherine Brault – Rosa Bonheur est une peintre française du dix-neuvième siècle. Née en 1822 à Bordeaux dans une famille de quatre enfants (sa sœur et ses deux frères), elle perd sa mère à l’âge de onze ans, à Paris. Cette dernière s’était usée à nourrir ses enfants, après le départ de son mari chez les Saint-Simoniens. Après le décès de son épouse, celui-ci se préoccupe à nouveau de ses enfants et donne des cours de dessin à Rosa. Elle dépasse rapidement son père et vend ses dessins.

A partir de quatorze ans, Rosa Bonheur est indépendante financièrement et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Elle connaît un succès rapide et officiel. Les commandes affluent, tout comme les curieuses et les curieux, qui se pressent aux larges fenêtres de son atelier rue d’Assas. Afin d’être plus tranquille, Bonheur achète une ancienne demeure seigneuriale à Thomery, près de Fontainebleau. Lions, sangliers, cerfs, loups, chiens, moutons, corbeaux et bien d’autres animaux vivent paisiblement dans le parc de quatre hectares, nourris par les aides de la peintre. Anecdote amusante, ses dessins de lions ont servi à l’équipe des studios Disney pour la préparation du Roi Lion1.

Exemples d’œuvres de Rosa Bonheur

Après une vie riche en créativité et en rencontres (dont celle de Buffalo Bill, de sa troupe d’Indiens et de mustangs à Paris), Rosa Bonheur décède en 1899. Son héritière est une jeune Américaine, elle-même peintre. Les tableaux de Rosa Bonheur sont aujourd’hui visibles dans les grands musées étasuniens, dont le MET ; un seul est exposé au musée d’Orsay, à Paris.

T.M. – Pourquoi, à votre avis, a-t-elle été oubliée par l’histoire de la peinture ?

K.B. – Elle a été oubliée, ou plutôt mise de côté de l’histoire officielle des beaux-arts, car elle était une femme et elle était très célèbre à son époque. Deux bonnes raisons pour l’effacer et mettre ses œuvres dans les sous-sols des musées, du moins en France.

T.M. – Comment avez-vous découvert cette peintre ?

K.B. – Je suis née à Fontainebleau, donc Rosa Bonheur fait partie de l’ADN de la région, c’est une gloire locale.

T.M. – Comment votre parcours vous a-t-il amené à prendre la direction de ce château-atelier ?

K.B. – J’ai acheté ce château pour le sauver de la ruine, pour faire renaître cette femme et pour faire les recherches que personne n’a jamais faites. Pourtant, j’étais partie sur la construction d’un projet de tourisme culturel sur le dix-huitième siècle. Je n’avais aucun intérêt à la base, ni pour le dix-neuvième, ni pour la peinture animalière. En visitant cette maison, j’en suis tombée amoureuse. J’étais étonnée par le fait que se soit resté intact, puis je suis tombé devant son portrait [cf. ci-dessous] puis j’ai été fascinée par son existence. Le mystère Bonheur m’intriguait. J’ai mis trois ans avant de pouvoir acheter cette maison, puis les travaux de restauration ont commencé.

Portrait de Rosa Bonheur, par Edouard-Louis Dubufe et Rosa Bonheur (1857)

T.M. – En quoi Rosa Bonheur peut-elle intéresser les générations actuelles ?

K.B. – Elle est plus de notre époque que du dix-neuvième. Même, elle est trop en avance sur notre temps. Par exemple, sur l’égalité hommes-femmes, elle ne revendique rien, mais elle est dans la démonstration. Elle met les humains et les animaux sur un même plan et elle montre qu’on a besoin les uns des autres. Elle lutte contre la déforestation de la forêt, la fierté de Fontainebleau à son époque. Les carrières, qui souhaitaient s’étendre et dévaster la forêt, sont réglementées grâce à elle et à son intervention auprès de Napoléon III.

L’atelier de Rosa Bonheur

T.M. – Les artistes modernes se revendiquent-elles/ils de Rosa Bonheur ?

K.B. – Beaucoup la reconnaissent et c’est une de leurs sources d’inspiration. Ainsi, Magritte a beaucoup copié Bonheur.

T.M. – Vos envies de développement d’activités du château-atelier ?

K.B. – Actuellement, nous sommes le musée de l’atelier Rosa Bonheur. Je souhaite que nous devenions musée et que nous exposions ce que nous avons. Actuellement, nous exposons un dixième de ce que nous possédons. Beaucoup de musées datent du dix-neuvième siècle, époque de l’ouverture des collections royales au grand public et de l’exposition d’œuvres nouvelles.  Nous avons établi une collaboration avec d’autres musées pour faire ressortir ses œuvres des réserves. Rosa a la reconnaissance de son vivant, ce n’est  que dans les années 50 qu’elle est écartée . Quand elle meure, l’État français veut lui rendre les honneurs, ce qu’elle avait explicitement refusé de son vivant. Aujourd’hui, il n’existe pas non plus d’études sur la peinture animalière. Le mépris pour Bonheur à cause de sa trop grande réussite persiste, d’autant qu’elle se doit sa propre réussite, elle ne s’est pas appuyée sur un homme. Un exemple unique de réussite immense, au-delà de ses collègues masculins, et sans revendications militantes.

T.M. – Votre souhait pour l’avenir du château-atelier ?

K.B. – Faire du château/musée un centre de recherches sur Bonheur et sur la peinture animalière, accueillir des chercheurs en résidence. En deux ans de recherche, plus de cinquante mille références sont déjà sorties : plaques de verres (photographies), dessins, notes, coupures de journaux, carnets de voyage, bandes dessinées. Je souhaite également proposer plus de chambres d’hôtes dans le château.

Le salon de thé du château Rosa Bonheur

Katherine Brault

Plus d’infos sur le site du château-atelier : https://www.chateau-rosa-bonheur.fr

FB : https://www.facebook.com/museeatelierrosabonheur/

Instagram : https://www.instagram.com/chateaurosabonheur/

Twitter : @MRosalieBonheur

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Brault, « Rosa Bonheur, le château-atelier », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/574

 1 Sorti  en France en 1994. Ces recherches d’influences artistiques pour la construction des images animées sont une constante des studios Disney depuis leur création. Cf. mon article «  Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet  » URL : https://vadmc.hypotheses.org/71

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Image mise en avant VADMC

Voyages autour de mon cerveau

Il s’agit de créer un carnet de recherche sur des thématiques qui me tiennent à cœur, autour de l’analyse de la condition féminine à travers l’espace et le temps :

  • les études de genre
  • l’histoire des femmes
  • Simone de Beauvoir
  • les récits de voyage
  • la littérature jeunesse
  • la bande dessinée
  • l’histoire des arts
  • le cinéma
  • les feuilletons télévisuels
  • la chanson.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube