Archives par étiquette : Belgique

Yoko Tsuno super-héroïne intersectionnelle VADMC

Yoko Tsuno, une super-héroïne intersectionnelle ?

La sino-japonaise Yoko Tsuno est apparue dans le journal belge Spirou en 1970. Deux ans après, ses premières aventures sont éditées en album, chez Dupuis, l’éditeur historique de séries mythiques – et ultra-masculines – de Boule et Bill, Gaston Lagaffe, Lucky Lucke, Les Stroumpfs. Yoko Tsuno est une des seules séries francophones à porter un nom féminin, avec sa consœur Natacha, hôtesse de l’air, apparue en 1971. Mais tandis que Natacha ouvre grand la bouche et les yeux en direction du lecteur, sur la couverture de son premier album, Yoko ne nous regarde pas, concentrée sur la mystérieuse personne au visage bleu qu’elle porte. Natacha est une caricature de la blonde stupide, moulée dans ses vêtements coquets, poitrine tendue en avant, vers le spectateur/voyeur. Yoko, elle, porte une combinaison et un casque spatiaux, elle est vue de biais, dans un décor d’ultra-technologie. Le dessinateur et scénariste Roger Leloup la place dès le départ dans un rapport de grand pouvoir face à l’adversité, et dans un espace industriel, deux caractéristiques normalement attribuées aux superhéros. Comment définir Yoko Tsuno comme une superhéroïne, si ce n’est en interrogeant ses différentes identités : identité ethnique, au carrefour de deux superpuissances du continent asiatique qui ont un rapport historique tourmenté ; identité d’Orientale vivant en Occident, et souvent renvoyée à des clichés racistes ; identité de Terrienne pendant ses séjours dans la galaxie Vinéa ; identité de femme dans le secteur ultramasculin de la technologie ; identité de mère de substitution pour Rosée du Matin ; identité d’amoureuse, la plus faible, par rapport à Vic Vidéo. Nous souhaiterions définir Yoko Tsuno comme une superhéroïne intersectionnelle. Nous commencerons par analyser ses attributs : pratique de différents arts martiaux, de technologies de pointe, prise constante de risques et prise en main de situations périlleuses. Nous continuerons en soulignant l’imbrication de ses différentes identités. Nous terminerons en montrant comment toutes ses identités et l’ensemble de ses attributs se fondent dans la construction de son être comme femme : comment sa position sociale inégalitaire, puisque femme, devient une force qui la hausse au rang des superhéroïnes, à côté des superhéros.

I. Des attributs forts

Difficile a priori de classer Yoko Tsuno parmi les superhéroïnes, car ses combats n’apparaissent pas dans le champs de la politique, contrairement à Wonder Woman, par exemple. En outre, sa visibilité est très limitée, même dans le domaine de la bande dessinée francophone, malgré le succès de ses aventures. Nos différentes interventions, sur Yoko Tsuno et les personnages graphiques féminins, a montré la méconnaissance de cette héroïne auprès du grand public. Cependant, beaucoup de ses attributs la classent sans efforts au même rang que Batgirl et Catwoman. C’est d’abord par son aspect physique que Yoko Tsuno est reconnaissable : une coupe de cheveux noirs au carré, un visage rond et des yeux noirs en amande. En revanche, elle ne porte aucun costume spécifique dans toutes ses aventures, ni d’accessoire particulier.

Ce qui nous intéresse chez Yoko Tsuno est sa pratique des arts martiaux : karaté, aïkido, jitsu-jitsu, kyudo (tir à l’arc). Ces techniques de combat, reconvertis en sports nobles au vingtième siècle, constituent une de ses marques distinctives, comme sa consœur Black Canary, créée en 1947 par Robert Kanigher et Carmine Infantino. D’ordinaire, ces sports sont réservés aux hommes. Black Canary et Yoko Tsuno se les approprie, mais n’est-ce pas parce qu’elles sont au-dessus des autres femmes et, surtout, des exceptions ? Remarquons qu’une rapide recherche sur Internet a permis de trouver des articles qui s’interrogent – dans nos années 2000 ! – sur la possibilité pour les femmes de pratiquer ces sports. L’exemple de Yoko permet de briser ces interrogations et de les transformer en assertions simples. Yoko ne se sert jamais des arts martiaux pour tuer, mais pour mettre à mal ses adversaires, qui sont en très grande majorité des hommes. Elle n’hésite jamais à empêcher les escrocs et autres mégalomanes de commettre leurs crimes. Ce ne sont pas les coups que notre héroïne leur inflige qui les pousse à la mort, mais bien leurs complots qui se retournent contre eux.

La pratique d’arts martiaux à haut niveau est inhabituel pour une jeune fille japonaise de l’après-guerre. La société nippone est alors très conservatrice et traditionaliste, tout comme les cultures francophones, particulièrement au niveau de la pratique du sport chez les filles et les femmes. ´Yoko n’est déjà pas dans le cadre de ses consœurs, cantonnées aux cours de tâches ménagères, malgré des percées dans le monde du travail de la part des femmes japonaises. L’arc dont elle se sert à plusieurs reprises peut être assimiler sans peine à celui de Wonder Woman, élevée elle aussi sur une île. Comme pour l’amazone de Themyscira, Tsuno se sert de son arc sur la terre humaine autant que dans un univers imaginaire. Ainsi, dans La Forge de Vulcain, Yoko fait fabriquer aux enfants surdoués de Vinéa un arc et des flèches à embout paralysant. Elle peut alors neutraliser le garde du filtre de la vanne volcanique1. Cette action lui permet, ainsi qu’à son amie vinéenne Khany, de conjurer le projet de l’infâme Karpan, qui voulait faire pression sur les Terriens, pour obtenir un endroit où vivre. Ce cliché de Yoko à l’arc est dupliqué en couverture de l’album, montrant la collusion d’une tradition terrienne avec un danger vinéen. L’héroïne est dessinée en une courte contre-plongée, dominant la situation.

Outre les arts martiaux, qui puisent dans une tradition ancestrale – tout comme l’arc de Diana, qui fait référence à l’Antiquité – Yoko Tsuno maîtrise parfaitement les technologies les plus modernes, voire avant-gardistes et futuristes. Ainsi, dès sa première visite (involontaire) dans les mondes vinéens, elle se sert d’un désintégrateur comme si elle était née avec. Au fil de ses aventures, Tsuno montre sa dextérité au saut en parachute et au pilotage d’avions et de deltaplanes. Dans La Forge de Vulcain, elle se hisse d’un bond sur l’aile d’un hélicoptère, alors même qu’elle porte une jupe2. Sa force physique est impressionnante. Plus la fin du vingtième siècle approche, plus Yoko apprend à se servir des techniques informatiques. Ou plutôt, c’est ce que le public francophone apprend dans L’Or du Rhin, dix-neuvième épisode de la série. Le long éloignement de Yoko de sa mère-patrie l’a mise en retard par rapport à ses concitoyennes et concitoyens, qui vivent dans les technologies de pointe depuis longtemps.

Sa résistance physique, sa pratique des arts martiaux et sa connaissance poussée des technologies de pointe la place à l’avant-garde des héroïnes et héros. C’est pour ces raison qu’elle est capable de dépister et de traquer des criminels de grande puissance et non pas les escrocs du coin de la rue, de ceux qui font partie du quotidien de la police.

Yoko se jette tête baissée dans les ennuis pour défendre les femmes qui sont victimes de malversations en tout genre. C’est une autre de ses spécificités : elle ne défend que ses consœurs. Un périple en Écosse la conduit à s’intéresser de près à une captation d’héritage subtile. Elle débarrasse la jeune Cécilia du fantôme magnétique de sa mère, d’un beau-père peu scrupuleux et de son complice, un médecin malhonnête3. Lorsqu’elle se rend en 1350 avec sa cousine indonésienne Monya, c’est autant pour restituer la statue volée par Monya dans un temple que pour sauver sa complice, une danseuse sacrée, condamnée à mort par les prêtres4. Ses périples vinéens fourmillent de femmes et de jeunes filles en détresse. Cependant, Yoko ne fait preuve d’aucune condescendance envers les victimes. Elle ne profite jamais de son statut de sauveuse toute-puissante pour se glorifier de ses actions. À l’instar des autres superhéroïnes, elle laisse les personnes qu’elle a aidées se débrouiller seules.

Courir des risques pour les victimes ne signifie pas oublier toute humanité par ailleurs. Yoko Tsuno n’a de cesse d’aller au-devant de nouveaux dangers pour sauver les méchants et les quelques méchantes qu’elle trouve sur sa route. Alors qu’elle manque d’oxygène, elle soutient le mégalomane Gobol, touché à vif par le manque d’énergie de la planète qu’il contrôle dans le système vinéen5. Sur Terre, elle n’arrive pas à en vouloir à la belle espionne russe, la comtesse Olga, qui pourtant ne cesse de la bousculer, au sens figuré comme au sens propre6. Contre toute logique, elle tente de les ramener dans le droit chemin et elle y arrive quelquefois. Roger Leloup laisse la porte ouverte à la vie et à la nuance.

II. Des identités multiples

Yoko Tsuno est aussi habitée par les nuances, nuances identitaires. Tout d’abord, c’est son appartenance au continent asiatique qui la définit. Vivant en Europe, elle est vue comme étrangère, d’un continent lointain, marqué par l’Histoire récente de l’occupation américaine, suite aux bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki en août 1945. Elle vient d’un pays vaincu, qui a été l’ennemi des puissances alliées pendant quatre années. De prime abord, elle ne devrait pas être une figure positive, d’autant que le racisme anti-asiatique a une histoire déjà longue en Europe. Il est toujours présent dans les années soixante-dix, notamment via les films anglais de James Bond, qui lutte contre l’avatar moderne de Fu Manchu, à savoir l’infâme Dr No. Cependant, Roger Leloup n’entre pas dans ces dangereux stéréotypes et façonne une héroïne positive, qui sait répondre aux attaques racistes sans l’aide de quiconque. Ce sont surtout dans ses premières aventures que Yoko est renvoyée à une supposée couleur de peau différente de celle des Occidentaux : « Toi, la fille à la peau jaune, tu vas payer pour tous les autres7. » Yoko riposte et échappe peu à la mort par désintégration. De retour sur Terre, elle enchaîne avec une prise d’aïkido, suite à une comparaison simiesque faite par Karl, un individu louche : « Quant à vous, les baladins… ramassez votre petit singe jaune et disparaissez8 ! » Cette injonction, mise en relief par la police gras, vise Vic et Pol, les compagnons d’aventure de Yoko. Le racisme et le spécisme s’ajoutent au mépris machiste, car Karl ne s’adresse pas directement à Yoko, réduite au rang d’animal sauvage apprivoisé en vue d’acrobaties et de grimaces, comme dans les meilleurs textes de Cuvier9. Dans l’épisode suivant, La Forge de Vulcain, Yoko fulmine, car un pilote d’hélicoptère refuse de la prendre comme passagère : « … où je vais, on n’y emmène pas un oiseau exotique… fût-il joli10 !! » Le gras de l’injure insiste sur le racisme et le sexisme de la métaphore. Yoko ne se laisse pas démonter et attrape le flotteur gauche de l’hélicoptère. La rapidité de ses réactions montre sa force mentale, morale et physique. Tsuno n’a pas à se réfugier derrière Vic et Pol, elle règle elle-même ses comptes. Notons que les deux jeunes hommes ont des réactions antiracistes spontanées, ce qui est à leur honneur. Le scénariste et dessinateur met en avant des personnages masculins qui ne correspondent pas aux cadres de la virilité arrogante incarnée par Karpan et Karl, qui se ressemblent tant au physique qu’au moral. Les albums de Yoko Tsuno sont la preuve que le monde change, que les vieilles structures craquent et que les jeunes hommes changent leur conduite. Les différents Mai 68 (France, Italie, Allemagne…) ont bousculé la rigidité des préjugés sexistes et racistes. Les femmes des années soixante-dix, elles, prennent leur destin en main et répondent elles-mêmes à leurs agresseurs, sans être blessées en retour.

Outre le racisme européen et vinéen, Yoko doit faire face à l’histoire douloureuse où plongent ses racines sino-japonaises. En effet, sa grand-mère paternelle était chinoise, esclave achetée par son futur époux, avant l’invasion japonaise en Chine. Il n’en reste pas moins que la jeune femme est porteuse de l’histoire de son pays, entre impérialisme nippon, exactions en tout genre, en Chine et en Corée, puis accords politiques avec les puissances de l’Axe, qui aboutiront aux explosions nucléaires de Nagasaki et d’Hiroshima. Yoko est rarement confrontée à ces passés éprouvants, sauf dans La Fille du Vent (1979), lorsque le financier Ito Kazuky s’empare de la force de typhons artificiels, afin d’assoir une autorité sans limites sur son pays. De manière plus positive, les Chinois et Chinoises que Yoko croisent s’étonnent de sa bonne connaissance du cantonnais. C’est par le biais de la langue que le lecteur est informé de la généalogie complexe de Tsuno. Cette partie des racines de notre héroïne est dévoilée progressivement. Le tournant du siècle, ainsi que l’éloignement des évènements tragiques du passé, incite à la rencontre avec l’autre partie de ses origines. N’oublions pas ses cousins maternels, qui se sont installés à Bornéo, sur l’île de Java. De part sa famille, Yoko Tsuno devient, malgré elle, le symbole de l’étendue de l’impérialisme japonais, passé et présent.

Yoko Tsuno est également en porte-à-faux lorsqu’elle se rend dans le système vinéen, du moins dans ses toutes premières aventures extra-terrestres. En effet, les Vinéens sont d’anciens Terriens et manifestent une grande méfiance envers les nouveaux habitants de leur ex-planète. Peu à peu, Tsuno s’intègre aux sociétés vinéennes, en résolvant nombre de leurs problèmes. Son identité de nouvelle habitante terrestre, étrangère aux codes sociétaux, la place finalement en position de supériorité vis-à-vis de Vinéa. Elle agit de manière impulsive et rationnelle, comme sur Terre, sans se laisser démonter par les multiples nouveautés spatiales et technologiques qui sont alors son lot quotidien. Elle ne perd aucun de ses réflexes en voyageant dans l’espace-temps, contrairement à d’autres superhéroïnes qui ont un temps d’adaptation en se mêlant à d’autres sociétés et époques que la leur. Même, son « étrange étrangeté » de Japonaise lui sert à mieux résister aux pressions physiques et psychiques. Etre une superhéroïne, c’est ne se laisser démonter par aucune situation et exploiter ses propres ressources identitaires.

Bizarrement, voyager dans le temps est plus compliqué pour Yoko. Il est vrai que chacun de ses retours en arrière la confronte à des parties de son identité ethnique et, la plupart du temps, à son histoire familiale, comme dans La Spirale du temps et Le Matin du monde (sa contemplation du temple en ruines et de ses fresques), dans La Spirale du temps (son grand-oncle maternel) et dans Le Dragon de Hong-Kong, L’Ecume de l’aube, La Jonque céleste et La Pagode des brumes (ses racines chinoises). Son invincibilité finale ne l’empêche pas d’éprouver des émotions. Comme beaucoup de super-héros et de super-héroïnes, elle n’est pas une machine à redresser les torts, elle s’ancre dans un passé plus ou moins traumatique, dont elle sort victorieuse.

Côté famille, elle se définit également comme fille de son père, comme les héroïnes antiques. Le rôle de sa mère est léger et traditionnel : Masako Tsuno éduque sa fille et la soutient dans ses moments difficiles par sa tendresse vigilante. Elle n’a aucune mission particulière, sauf dans La Spirale du temps, lorsqu’elle est le vecteur entre sa fille et son oncle. Yoko y est transportée dans le « translateur » (machine à remonter le temps) de Monya en 1943. Elle y retrouve son grand-oncle maternel, colonel de l’armée japonaise, afin de le convaincre de ne pas laisser sortir un monstre marin qui se nourrit d’antimatière nucléaire. Toshio Ishida est incrédule devant le récit de sa petite-nièce. il vérifie alors par voie téléphonique que sa nièce Masako (treize ans à l’époque) a bien l’intention de donner Yoko comme prénom à sa future fille, lorsqu’elle aura des enfants11. Le lien familial permet la confiance. Nous ne sortons pas du domaine affectif. Côté paternel, Yoko agit d’abord par esprit scientifique, puis pour sauver l’honneur de son père, dans La Fille du Vent. Les recherches de Seiki Tsuno sur les typhons, dangers de la mer japonaise, ont attiré l’attention d’un financier, Ito Kasuky. Celui-ci qui détourne l’invention de Seiki Tsuno, un typhon artificiel, pour en faire une arme, destinée à faire du Japon un état militariste, comme au début du vingtième siècle. Le père de Yoko a engagé une bataille de typhons artificiels sur mer, afin de vaincre Kazuky, sans écouter les militaires japonais qui veulent que cette guerre cesse. Yoko est chargée de convaincre son père d’arrêter le conflit, tout en neutralisant Kasuky. Le coût de son dévouement à son pays, symbolisé par son père et par une autre figure de type paternel, Aoki, ancien kamikaze recueilli par le grand-père paternel de Yoko, est terrible : il se suicide selon le mode mis en place pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est-à-dire en se faisant hara-kiri à bord de son avion. Il plonge dans le typhon de Kazuky. D’une manière typiquement féminine, c’est-à-dire que son éducation l’a dressée à culpabiliser sans cesse, Yoko s’accuse de ce décès, en s’accusant d’avoir été orgueilleuse12. Et c’est un homme, étranger, Vic, qui la rassure, en lui ôtant cette responsabilité13. Mais le jeune homme n’use pas de son statut d’Occidental mâle pour lui donner une leçon ou pour être paternaliste avec elle. Il la réconforte et lui tonne de l’énergie pour aller de l’avant. La toute-puissance de la super-héroïne s’arrête devant le formatage idéologique et militaire, porteur de mort. Yoko a dépassé l’échec retentissant de son pays à devenir une superpuissance militaire, pas Aoki. En effet, elle s’est forgé des identités multiples, contrairement à lui, buté dans une conception mortifère et passéiste.

Le réconfort à une situation particulièrement éprouvante vient également de Vic :

YOKO – Je crois que je « craque » un peu.

VIC – Le sage a dit : « Repose-toi sur tes amis ! »

YOKO – Il a dit aussi : « L’océan se noie dans une goutte de tendresse »

VIC – Ce sage était un poète !14

Même une superhéroïne a des moments de faiblesse – modalisés ici par le « un peu ». Yoko se reprend rapidement, mais le dessin laisse percevoir son émotion, car elle sappuie franchement sur la poitrine de Vic, alors quils conduisent une planche à voile, afin de regagner la terre. Elle reste humaine, mais . Vic fabrique un précepte à la manière japonaise, en faisant intervenir un « sage » – et non pas un philosophe ou un écrivain. Il entre dans sa culture à elle, par respect et par affection. Vic est le contraire d’un néo-colonialiste. De même, elle s’appuie sur l’épaule de Vic à la fin des Exilés de Kifa, pour un instant de doux partage égalitaire :

VIC – Et moi [j’ai été] égoïste ! J’espérais que l’échec me ramènerait ta tendresse…

YOKO – Tu ne l’as jamais perdue ! L’esprit vagabonde, mais le cœur reste enraciné !…15

L’autoaccusation de Vic n’est pas un jeu. Il ne cherche pas à se montrer supérieur à Yoko dans la feinte humilité ; il n’est pas machiste. La superhéroïne est rassurante, non comme une mère, mais comme une égale qui intellectualise ses actions. Elle n’en est pas moins humaine.

Yoko a beau être façonnée comme un personnage sexy, elle n’est jamais hypersexualisé, à la différence des autres superhéroïnes : elle porte des tenues ras de cou, ses robes s’arrêtent au genou et ses combinaisons spatiales sont hermétiquement fermées. Sa poitrine n’est pas surdimensionnée, ni le reste de ses formes. Elle reste attirante, car élégante dans ses tenues occidentales, japonaises ou vinéennes. Roger Leloup a commencé la série des Yoko Tsuno à une époque de libéralisation des coutumes et du vêtement féminin, mais il reste tributaire des lois sur les bonnes mœurs dans les publications destinées à la jeunesse. Les gestes de franche tendresse amoureuses sont réservées à Pol et à sa compagne Mieke, à partir du numéro vingt, en 1994, dans L’Astrologue de Bruges. Yoko appartient plutôt au type vestale, vierge-mère depuis l’adoption de Rosée du Matin au numéro 16, en 1992, à la fin du Le Dragon de Hong Kong. Dans un premier temps, nous pourrions regretter une telle asexualisation de la superhéroïne, qui renvoie à ds stéréotypes sexistes : le(s) pouvoir(s) , l’intellogence, la haute technicité, empêchent la femme d’avoir une sexualité. C’est le prix à payer pour être au-dessus du commun des mortelles. Cependant, les aventures de Tsuno pouvant s’adresser à de très jeunes filles, devons-nous rester sur cette première analyse ? Faut-il vraiment mettre du sexe partout et souligner par ce biais qu’une femme adulte se définit forcément par sa sexualité (ici, hétérosexuelle) ? Finalement, Leloup contourne les injonctions du patriarcat au sexe (déguisé en amour romantique) et sa réduction des femmes à la soumission amoureuse à un homme, même lorsqu’elles ont du talent. Pensons aux notices biographiques d’autrices comme Sand, Colette ou Beauvoir, présentées d’abord et presqu’uniquement comme amantes, épouses ou compagnes de … tel grand homme. D’une certaine façon, Leloup, en refusant de faire vivre au grand jour une histoire d’amour à Yoko, a anticipé la lutte contre l’hypersexualisation du début du vingt-et-unième siècle. Combien d’œuvres actuelles pour la jeunesse, sous couvert de briser d’anciens tabous, tombent dans la niaiserie la plus affligeante, en focalisant l’intrigue sur les histoires d’amour de leurs héroïnes ? Il est certes triste d’en arriver à mettre de côté la sexualité de Yoko Tsuno et ses manifestations, mais notre époque est encore bien trop soumise aux pires stéréotypes sexistes.

Dans ses rapports à sa famille et à ses ami.es, Tsuno se définit aussi comme une intellectuelle scientifique et sportive. Elle combine l’ensemble de manière modeste, mais sans avoir à s’en cacher, à l’inverse d’autres superhéros, tel Superman, et d’autres superhéroïnes, comme Catwoman, qui ont une identité différente le jour. C’est l’aspect ordinaire – dans le sens de quotidien – qui fait la force de Yoko. Elle ne supporte aucune remarque raciste ou sexiste ou les deux.

III. D’une femme à la superhéroïne

Yoko Tsuno est rarement soumise à des commentaires qui la ramènent à son statut de femme et, particulièrement, à la possibilité d’être mère. Ce prisme singulier est celui choisi par son ami Pol, à la fin des Archanges de Vinéa :

POL – Tu imagines ce que l’on a raté ! : « Il était Vinéen et bleu… elle était Japonaise et jaune… ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants verts !!…

YOKO – Adorables sots !16

Pol entre volontairement dans des clichés racistes pour, en les grossissant, formuler une boutade. Cette plaisanterie n’est pas mal prise par Yoko, qui y voit un preuve de l’affection de son ami, soulagé qu’elle ne reste pas avec le beau robot vinéen. Leloup aurait-il anticipé sur des questions d’éthique en imaginant une histoire d’amour possible entre une humaine et une machine ? La fin de sa quinzième aventure est moins drôle, le sexisme est fort :

COLONEL TAGASHI – Vous avez été pour Sakamoto un véritable ange exterminateur, Yoko !… N’aurez-vous pas l’envie de vous calmer un jour… de vous marier… d’avoir des enfants ?!…

YOKO – Oui ! … un jour ça viendra !

VIC – Et d’ici là, elle nous promet encore bien des émois !

(Case suivante : )

YOKO – Je me vois très bien berçant ma petite fille, que j’appellerai…

POL – Aurore !

(Case suivante : )

YOKO – Aurore ?!…

POL – Joli pour une petite fille du soleil levant ! Non ?17

Notons dès à présent que cette fin inattendue, qui occupe la dernière bande de l’ultime page de l’épisode annonce l’arrivée de Rosée du Matin dans album suivant, Le Dragon de Honk-Kong, à la demande de l’éditeur de Roger Leloup. Même le prénom de la petite Chinoise est en accord avec le symbolisme de l’aurore rêvée par Yoko. La superhéroïne conserve son appétit d’aventure, malgré le poids que représente une enfant à sa charge. Le plus important reste la portée du commentaire du colonel Tagashi, qui qualifie Yoko d’une manière finalement peu flatteuse. L’oxymore souligne la force de Yoko, cachée derrière une apparence douce, mais aussi sa capacité à ne rien laisser de vivant derrière elle, ce qui n’est pas le cas. La phrase suivante indique que le colonel, malgré son respect pour la réussite de Tsuno, est un esprit réactionnaire, pour lequel les femmes qui agissent sont des hystériques (« vous calmer »), qui devraient plutôt accomplir leur destin « naturel » de mère. La maternité étant bien entendu un épanouissement complet dont rêve toutes les femmes. Dans l’antépisode de la série, publié en 1991, Roger Leloup montre que l’esprit de repartie de Yoko ne date pas de son arrivée en Europe et que son enfance ne l’a pas préparée à être une douce jeune femme. Ainsi, lorsqu’elle annonce à ses parents et aux parents de son ex-amoureux Shinji qu’elle veut être électronicienne, son ex-beau-père s’esclaffe :

Électronicienne, cela mène à quoi ?… À élever ses enfants comme des robots ?

Et il éclata de rire, satisfait de sa boutade.

– Non, à réparer les robots de ses enfants ! lui rétorqua sèchement Yoko.

Le père de Shinji en eut le souffle coupé… Pareille repartie, venant de son fils, l’eût mis en colère, mais que la fille de son voisin lui réponde de cette manière, c’était inconcevable. (…) tout compte fait, il l’avait échappé belle et que les dieux devaient être remerciés de ne pas lui avoir réservé pareille arrogante comme belle-fille18.

Le conflit des générations se double d’une différence de sexe. Ce qui est difficilement acceptable d’un fils n’est pas envisageable d’une future membre de la famille dans la société fortement hiérarchisée et patriarcale de cette époque. En outre, la réparation mécanique est ordinairement dévolue aux hommes. Ils sont, « naturellement », seuls aptes à avoir le savoir technique. Les femmes et les enfants cassent, les hommes réparent, telle est la répartition ordinaire et ultra-genrée des tâches. Il n’est pas possible qu’une belle-fille souhaite sortir de son cadre de soumission et avoir une identité à soi, celle qu’elle va se construire progressivement.

La première apparition de Yoko Tsuno est soigneusement préparée. Leloup a ménagé le suspens en focalisant l’attention du public sur Vic Vidéo et Pol Pitron, alors que le titre de la bande dessinée porte le nom de l’héroïne. La silhouette de Yoko Tsuno, poursuivie par les deux jeunes hommes, est énigmatique. Leur surprise est d’autant plus grande qu’ils ne s’attendent pas à voir une femme cambrioler – ils la nomment d’ailleurs au masculin. Celle du lecteur également, car le découpage est très cinématographique, faisant alterner les cases de poursuite à celles de l’attente du cambriolage par le propriétaire de l’immeuble où Yoko entre par effraction. Le public s’attend donc à une histoire de type « dangereuse mais attirante criminelle » versus « gentils apprentis détectives ». Il n’en est rien. Ses compétences intellectuelles et technologiques, ainsi que sa force physique, sont mises en avant, ce qui n’est pas rien. Elle se poste sans effort au-dessus des jeunes gens, tout en restant ancrée dans la réalité de leur époque.

En outre, elle se définie comme étudiante, et non pas comme une jeune fille secrétaire ou vendeuse. Elle se place dans une classe sociale précise, celle de la bourgeoisie japonaise qui a les moyens d’envoyer ses enfants en Europe pour étendre le champ de ses études. Yoko Tsuno ne met jamais en avant sa position exceptionnelle. En effet, comme femme, son destin était tout tracé : arrêt rapide des cours, mariage arrangé, enfants et soin du ménage. Le Japon des années soixante-dix, malgré de timides avancées, reste une société très traditionnelle, où les femmes n’ont pas la main sur leur destin. La normalité de Tsuno est à contextualiser et à remettre en question. Yoko se place au-dessus de bien de ses compatriotes et de femmes belges et françaises.

C’est pour ces raisons que Yoko Tsuno prend en main les événements dès la première aventure. La série d’émissions télévisuelles sert de prétexte à sa première aventure vinéenne (Le Trio de l’étrange), puis terrienne (L’Orgue du diable) . Bien avant les avancées de l’informatique, Tsuno est une lanceuse d’alerte, la seule du trio. C’est elle également qui repère tous les dysfonctionnements d’une situation apparemment normale. Elle se charge des difficultés surgissant sous ses pas, bien souvent au péril de sa vie. En sauvant les femmes, elle les aide à reprendre leur destin en mains. Il n’y a aucune condescendance pour les autres femmes, qui deviennent fortes à son contact. Yoko agit comme révélatrice des potentialités de chaque femme, qui récupèrent leur existence, sans avoir besoin plus longtemps de leur sauveuse.

Le courage de Yoko Tsuno dépasse celui de ses compagnes et compagnons d’aventure. Elle ne se laisse pas facilement démonter par les situations dangereuses où sont les autres et celles où elle s’est mise. Elle trouve toujours une porte de sortie et a rarement des défaillances. Yoko lutte sur tous les fronts : détournement d’héritage, mais aussi de la force nucléaire, de super-armes, de fonds d’or, de collusion de planètes. Elle change les sociétés en les purgeant de ses mauvais côtés, des hommes mauvais qui la composent. C’est la seule à pouvoir tout résoudre et à empêcher que tout aille mal. Elle ne spécialise pas dans les intrigues policières ou les histoire d’espionnage scientifique, elle est sur tous les fronts. Il est vrai qu’elle est marquée dès l’enfance par la résolution de problèmes, lorsque la perle de son grand-père est volée. C’est sa première enquête, qui la mène de son pays natal à la Chine, l’autre partie de ses racines.

Seul point négatif, qui la ramène à sa condition féminine de manière ultra-normée, est son évolution vestimentaire. Au fil des albums, elle porte de plus en plus de couleurs associées au féminin occidental, rose et violet. Le rouge du début a disparu, suivant l’évolution de la société vers une non-mixité de la couleur. Il en est de même pour Rosée. L’identité sexuelle est réaffirmée avec force.

Conclusion

Yoko Tsuno possède de multiples identités : de nationalité (chinoise, japonaise, terrienne), sexuelle (femme, amoureuse platonique, mère de substitution), intellectuelle, technologique, sportive. Elles ne produisent pas une personnalité éclatée, mais forment au contraire un personnage au-dessus des héroïnes ordinaires. Yoko se détache de sa famille et de son père, elle n’est pas nommée comme « fille de », à de (très) rares exceptions près. Et encore doit-elle juger les actes de son père. Féministe sans le dire, elle lutte pour que diminuent les violences masculines, ainsi que l’emprise des hommes sur les femmes, pour aller vers plus de paix et d’égalité. Femme elle-même, sa position inégalitaire dans le monde n’est pas visible la plupart du temps, car son intelligence et ses capacités physiques sont mises en avant dès le début de chacune de ses aventures. Cependant, le sexisme ambiant lui permet de tromper la vigilance de ses ennemis, qui ne la considèrent pas assez comme un danger. Yoko Tsuno modifie le cours décomplexé du patriarcat, grâce à ses potentialités de superhéroïne. Comme le déclare le journaliste Clément Capot : « Et si leurs missions n’étaient pas aussi de faire changer nos sociétés ? »19Etre au croisement d’identités nombreuses enrichit son moi, mais permet surtout de sauver des vies et de rendre le monde meilleur. Un beau moteur d’existence.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Yoko Tsuno, une super-héroïne intersectionnelle ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13364

Bibliographie

LELOUP Roger (1999 [1991]), L’Écume de l’aube, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (1993), L’Or du Rhin, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2001[1973]), L’Orgue du diable, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (1993 [1973]), La Forge de Vulcain, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (1982), La Proie et l’ombre, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (1999[1981]), La Spirale du temps, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2001[1985]), Le Canon de Kra, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2001[1984]), Le Feu de Wotan, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2001[1988]), Le Matin du monde, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2001[1972]), Le Trio de l’étrange, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (2002 [1983]), Les Archanges de Vinéa, Marcinelle, Dupuis.

LELOUP Roger (1991), Les Exilés de Kifa, Marcinelle, Dupuis.

https://www.franceculture.fr/societe/comparer-les-noirs-au-singe-du-XVIIIe-siecle-jusqu-a-HM

[23/12/2018]

Et les autres volumes de la série Yoko Tsuno.

1 LELOUP Roger (1993 [1973]), La Forge de Vulcain, Marcinelle, Dupuis, p. 37.

2 LELOUP Roger (1993 [1973]), La Forge de Vulcain, op. cit., p. 9.

3 LELOUP Roger (1982), La Proie et l’ombre, Marcinelle, Dupuis.

4 LELOUP Roger (2001[1988]), Le Matin du monde, Marcinelle, Dupuis.

5 LELOUP Roger (1991), Les Exilés de Kifa, Marcinelle, Dupuis, p. 42.

6 LELOUP Roger (1993), L’Or du Rhin, Marcinelle, Dupuis.

7 LELOUP Roger (2001[1972]), Le Trio de l’étrange, Marcinelle, Dupuis, p. 16.

8 LELOUP Roger (2001[1973]), L’Orgue du diable, Marcinelle, Dupuis, p. 26.

10 LELOUP Roger (1993 [1973]), La Forge de Vulcain, op. cit., p. 9.

11 LELOUP Roger (1999[1981]), La Spirale du temps, Marcinelle, Dupuis, p. 33.

12 LELOUP Roger, La Fille du Vent, op. cit., p. 45.

13 Ibid.

14 LELOUP Roger (2001[1984]), Le Feu de Wotan, Marcinelle, Dupuis, p. 46.

15 LELOUP Roger, Les Exilés de Kifa, op. cit., p. 46.

16 LELOUP Roger (2002 [1983]), Les Archanges de Vinéa, Marcinelle, Dupuis, p. 46.

17 LELOUP Roger (2001[1985]), Le Canon de Kra, Marcinelle, Dupuis, p. 46.

18 LELOUP Roger (1999 [1991]), L’Écume de l’aube, Marcinelle, Dupuis, p. 76.

19 Clément Capot, « Toutes fantastiques ! », Femmes ici et ailleurs, n° 29, 01-02 2019, p.54.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Toutes des Castafiore ? VADMC

Toutes des Castafiore ? Violences féminines graphiques 

Article issu de notre communication au colloque de Poitiers, qui aurait dû avoir lieu le 19 mars 2020.

Dans l’inconscient collectif, le personnage de la cantatrice Bianca Castafiore est le symbole de la femme-gorgone, terrifiant les héros, Tintin, le Capitaine Haddock et les autres mâles. Milou, dans sa longue interview par Ariane Valadié, l’appelle « Madame Sans-Gêne » (« Ma vie de chien », Paris, Seuil, « Points », 1994). Et il en est de même des très rares autres femmes qui ont le droit d’exister dans les planches d’Hergé. Gosciny et Uderzo emboîtent le pas à leur maître à penser : leurs Gauloises n’ont rien à voir avec la place véritable qu’elles occupaient, malgré des tentatives qui suivent, avec retard et plutôt maladroitement, l’évolution de la société (La Rose et le Glaive, 1991 ; La Fille de Vercingétorix, 2019). Seule héroïne non sexiste dessinée par un homme dans les années soixante-dix, Yoko Tsuno passe son temps à contrer le patriarcat et ses violences. C’est l’époque où des dessinatrices-scénaristes émergent avec leur lot d’héroïnes dans la bande dessinée et le roman graphique. Nous aimerions nous concentrer sur les personnages féminins vues et dessinées par les femmes et par les hommes : sont-elles caricaturales, uniquement représentatives des fantasmes masculins ? subissent-elles des violences physiques et morales ? prennent-elles leur destin en main ? y a-t-il une évolution dans le regard porté par les hommes sur les femmes qu’ils dessinent ? l’émancipation féminine et la redécouverte de femmes féministes est-elle prise en compte par les dessinateurs et scénaristes ? Nous tracerons d’abord une généalogie européenne de personnages féminins vus par les femmes et par les hommes. Nous analyserons ensuite les violences sexistes auxquelles elles sont confrontées et les réactions imaginées par celles et ceux qui les mettent en scène. Nous terminerons en nous demandant si l’imaginaire sur les femmes est enfin troublé à notre époque : assistons-nous à une sérieuse remise en cause du patriarcat, ou à une de ses ultimes métamorphoses ?

I. Généalogie

Aux débuts de la bande dessinée dite « de la ligne claire », initiée par le Belge Hergé dans les années 1920, les femmes sont plutôt absentes. Dans la série des Aventures de Tintin, seule la diva la Castafiore et la fiancée du général Alcazar, Peggy, sont dessinées et ont droit à quelques rares bulles, qui montrent leur caractère emporté. Logiquement, les hommes les fuient pour se retrouver entre eux, seule manière de vivre agréablement. Les Anglais Blake et Mortimer (du Belge Edgar P. Jacobs) dénouent les machinations de l’infâme Olrick, dans un vase clos ultra-masculin, à l’exception de femmes de ménage et de gouvernantes, en arrière-plan d’un très petits nombres de cases. L’accès des femmes belges au droit de vote en 1920 et l’abondance des mouvements féministes wallons et flamands1 serait-il pour quelque chose dans cette misogynie féroce ?

Peggy est une harpie, qui assaille son fiancé de travail : faire la vaisselle, donc partager les tâches ménagères, quel déshonneur pour un homme véritablement viril ! Que dire d’Elvire, la fiancée de M. Cryptogame, qui le poursuit par monts et par vaux ? Dans cet album de 1861, du Suisse Töpffer, Histoire de M. Cryptogame, les traits de la jeune femme sont durs, ses mouvements brusques, et les réactions de Cryptogame démesurées : il bande les yeux de sa fiancée sur un bateau, et la fait tomber à l’eau (ainsi que beaucoup des passagères et passagers). La case suivante la montre péniblement remontée par un filin, tête en bas. Les violences s’enchaînent, mais la culpabilité est portée par le personnage féminin, qui ne reste pas dans les bornes de la bienséance dictées aux femmes.

Bécassine la Bretonne reste dans les cadres genrés et surtout sociaux qui bornent la société bourgeoise du début du vingtième siècle. La sottise de son personnage de bonne fait ressortir celle de sa patronne, en deux images misogynes qui ne se répondent qu’imparfaitement, puisque la domestique n’a jamais la parole. Privée de sa bouche par ses créateurs Rivière et Pinchon (une femme et un homme), Bécassine est ainsi réduite à l’état d’objet utilitaire.

Les personnages féminins sans cervelle peuvent également être hypersexualisés, comme Natacha, hôtesse de l’air. Créée en 1970 par les Belges Walthéry et Gos (deux hommes), elle n’est que sexualité : poitrine mise en avant et vêtements ultra-courts, elle est régulièrement capturée par les méchants de l’histoire, permettant aux autres hommes de jouer les sauveurs. Et lorsqu’elle résout une situation, ce n’est pas grâce à son intelligence, mais par hasard. La Stroumpfette de Peyo est tout aussi caricaturale, avec ceci d’aggravant qu’elle provoque des catastrophes, mettant en péril l’ordre patriarcal et paternaliste du village. On pourrait presque, d’ailleurs, l’analyser comme un personnage féministe malgré elle, tellement sa seule présence est synonyme de danger pour le pouvoir du Grand Stroumpf, qui ne peut plus gouverner ses petits Stroumpf comme il l’entend (pour leur bien à eux, bien entendu). Si ce n’est que la Stroumpfette est une créature de Gargamel, l’horrible sorcier au nez crochu, aux grandes oreilles et à l’amour de l’or inconditionnel. Comme son maître, elle a d’abord les cheveux noirs, ce qui connoterait également une appartenance juive, sous la plume antisémite de leur créateur2. Sa transformation physique en une Aryenne parfaite, grâce au Grand Stroumpf, la renvoie au stéréotype de la blonde stupide parce qu’ayant une couleur jaune pour ses cheveux, à l’instar de Natacha et des personnages féminins aux cheveux blonds dans la série Astérix.

Autre catégorie envisagée comme stupide et secondaire dans l’action, celle des petites amies du héros. La demoiselle Snorque, dans la série graphique des Moumine, de la Finlandaise Tove Jansson, assistée de son frère, n’est préoccupée que de son apparence et de sa frange… blonde. Chez Franquin, Mademoiselle Jeanne sautille autour de Gaston Lagaffe et l’admire inconditionnellement, sans avoir son imagination débordante. Les mères, les sœurs passent régulièrement au second plan, préoccupées par les tâches ménagères et le soin aux enfants, sauf lorsqu’elles se liguent contre les hommes, comme dans La Famille Fenouillard de Christophe. Les hommes sont alors en positon de victimes de harpies. Retour à la misogynie traditionnelle et à sa violence contre les femmes…

Côté révolte contre la société et contre les stéréotypes, nous trouvons Mortelle Adèle et la sorcière Mélusine. Cependant, ni l’une ni l’autre ne sont des révolutionnaires. Mortelle Adèle, créée par Mr Tan (Antoine Dole), a des parents qui se répartissent les tâches ménagères de manière traditionnelle : la mère fait la valise de sa fille, rang sa chambre, fait la cuisine, passe l’aspirateur, et le père ne fait rien. Quant aux aventures vécues par la fillette, elles ne renversent aucunement les pires stéréotypes sexistes. La jeune Mélusine de Clarke et Gilson est plus préoccupée par les philtres d’amour et par ses rendez-vous avec un charmant loup-garou que par l’abolition des sociétés patriarcales, celle de son Moyen-Age et celle de notre époque, qui transparaît pourtant dans les situations qu’elle vit.

Nous évoquerons plus longuement les vraies révoltées dans les parties suivantes : Agrippine, Cellulite et les Frustrées, croquées par Claire Bretécher, Yoko Tsuno la sino-japonaise vivant en Europe et dans une galaxie extra-terrestre (Roger Leloup), la Petite Peste philosophique de l’italienne Vanna Vicci, l’Iranienne Marjane Satrapi dans son autobiographie graphique Persépolis. Et bien d’autres. Toutes ne se laissent pas faire – même les Frustrées – et réfléchissent et combattent celles et ceux qui voudraient que l’ordre établi reste immuable, au détriment de l’égalité femmes-hommes. Voyons de quelles manières elles s’y prennent.

II. Quelles violences ?

Commençons par la série Astérix, qui accorde de plus en plus de place aux femmes au fil des albums, mais qui les confronte à de nombreuses violences physiques : coups de poing, gifles et caricatures misogynes. Bonemine, la « femme du chef », toujours vêtue de rose, fait hurler Astérix dans Le Fils d’Astérix (1983), lui toujours si courtois avec les femmes ; elle prend des coups de la part du bébé mâle (le fameux « fils de »), qui d’ailleurs lui préfère le méchant légionnaire romain. Toutes comme les autres Gauloises, elle n’aura pas sa place au banquet final, sur la galère égyptienne. Notons que Cléopâtre est également vêtue de rose dans cet album, au mépris elle aussi de toute vérité historique et loin des tenues blanches d’Astérix et Cléopâtre (1965), pourtant dessiné à une époque où la deuxième vague du féminisme du vingtième siècle n’avait pas encore surgi. En 1983, cette deuxième vague est bien présente, malgré le reflux de la mobilisation et le retour du bâton patriarcal, lui bien présent dans cet album. La misogynie, inexistante dans les albums antérieurs à 1970, serait-elle due à la présence unique d’Uderzo aux commandes de l’album ? Il faut retenir cette hypothèse, puisqu’il récidive en 1991 avec La Rose et le Glaive. Une étape est franchie, puisque Astérix frappe Maestria, la barde hommasse porteuse de braies (pantalons). Les discours de sonorité tenues par cette dernière sont ridiculisées, de même que l’instauration de l’égalité femme-homme dans les couples du village, qui bascule dans l’asservissement des hommes : bref, un album digne d’Eric Zemmour et de ses discours sur la dévirilisation de la France à cause des féministes (toutes des femmes, bien entendu). Violences également dans la représentation des légionnaires romaines, converties à la paix avec les Gaulois et les Gauloises par… des soldes ! Terminons par le dernier album en date, La Fille de Vercingétorix (2019). Uderzo ayant laissé la place depuis quelques albums au tandem Ferri-Conrad, Adrénaline figure sur la couverture, protégée par Astérix, Obélix et Idéfix, dans une attitude fière. Ses aventures ne dupliquent aucun des albums dont nous venons de parler. Si elle refuse de se plier aux ordres d’Astérix, d’Obélix, de Bonemine et des autres femmes du village, elle n’utilise pas la force comme Maestria ni ses discours enflammés. Elle fait bande à part avec les autres adolescents du village (que des garçons), elle parvient à fuguer à plusieurs reprises et refuse de servir de symbole de la résistance averne et gauloise à la colonisation romaine. Plus sereinement, elle envisage un avenir doré dans une île lointaine avec le beau capitaine Letitbnix, où elle accueillerait tous les enfants qui voudraient y venir. En conclusion, nous retombons dans les clichés sexistes de la femme naturellement maternelle, naturellement pacifiste et uniquement préoccupée de ses histoires de cœur. Où est l’évolution ? Nous posons également la question de la pertinence de conserver des personnages féminins dans cette série, tant ils restent stéréotypés.

Revenons plus de trente ans en arrière, en 1983 : Cothias et Juillard commencent la publication de la série Les 7 Vies de l’épervier. La jeune aristocrate Ariane, suite à de sombres histoires de famille et à un viol perpétré par de jeunes hobereaux locaux, prend la suite du justicier Masquerouge, au dix-septième siècle. Le viol dont elle victime est explicitement montré et l’héroïne est exemptée de toute culpabilité. Elle est courageuse, intelligente et combat sans relâche les tares de la société de son époque. Le duo masculin des créateurs n’est pas, contrairement à Uderzo, effrayé par les luttes pour l’égalité femmes-hommes. Au contraire, ils montrent leur ancienneté et leur pérennité dans l’Histoire.

De même, l’électronicienne Yoko Tsuno combat les violences masculines (physiques et mentales), que ce soit en Europe, en Asie ou dans les galaxies vinéennes. Du onzième siècle chinois aux temps futurs, elle met à bas les ruses des hommes pour capter des héritages qui ne leur appartiennent pas, pour assoir leur soif de pouvoir et elle retourne vers elle les très rares méchantes qu’elle croise dans ses aventures. Un bel exemple de sororité3.

La princesse Cellulite, quant à elle, met à mal les stéréotypes héritées des dessins animés de Walt Disney, en pourchassant tous les mâles qui passent à sa portée. Ce qui pourrait être analysé comme une maladie, de la nymphomanie, devient désir joyeux. Les lecteurs et lectrices rient de la confusion des hommes, qui ne savent plus se retrouver dans ce retournement de situation, face à la demande d’un plaisir sexuel au féminin. Les Frustrées sont croquées par leur créatrice avec humour. Brétecher met à distance les petits problèmes existentiels de ses contemporaines pour montrer l’évolution des mœurs et sen moquer sans méchanceté, quoique avec acuité. Les femmes ne ont jamais responsables, les hommes si. Son adolescente en cheffe, Agrippine (retournement dans le prénom, elle n’a rien d’une empoisonneuse avide de pouvoir comme la mère de Néron), vit ses années collège et lycée sans laisser les garçons lui dicter leur loi et en employant des arguments parfois surprenants pour manipuler l’affection de son père, béat d’admiration devant sa fille. Même les enseignants hommes sont désarmés devant la mauvaise foi d’Agrippine et de ses amies, qui ne savent plus quoi inventer pour échapper à l’ennui de leur scolarité. Les filles font la loi, ce qui n’empêche pas Brétecher de souligner leur addiction à la mode et à la surconsommation et de s’en moquer.

La Petite Peste philosophique, un peu plus jeune qu’Agrippine, donne bien des soucis à sa génitrice. Vautrée sur son pouf, elle soliloque sur l’insupportable pesanteur d’exister, citant indifféremment Nietzsche ou Mae West. Elle refuse tout contact avec ses semblables, leur préférant la compagnie de son singe en peluche, qu’elle fait parler. Aux violences du monde (politiques, sociales, sexuelles), elle répond par des analyses percutantes et mordantes.

Les « brebis zinzins » de l’Helvète F’Murr ont fort à faire pour lutter contre le patriarcat, depuis leur apparition dans la série Le Génie des alpages, en 1973. Râleuses, hypocondriaques, elles s’unissent volontiers pour bouter le nouveau bélier – un macho de deux cents kilos – hors de leurs montagnes4, en jouant les excitées sexuelles. Nous retrouvons ici la thématique d’un désir féminin qui effraie considérablement l’espèce mâle, quand il s’exprime librement. Faut-il voir ici un clin d’œil à la princesse Cellulite, qui a exposé ses « états d’âme » un an auparavant ? Dans le même album, tout le troupeau vole au secours de Molécule, enlevée par un aigle5. Ni le chien de berger ni le bélier n’interviennent, symbole du patriarcat qui laisse les « problèmes de femmes » aux femmes, quitte à se vanter après d’avoir réussi à abolir telle perversion. La sororité est récupérée, créant une nouvelle forme de violence à l’encontre des femmes.

Les violences peuvent également découler de la situation historique. Ainsi, Florence Cestac et l’écrivain de romans policiers Tonino Benacquista ont rappelé, dans Des salopes et des anges (2010) les situations dramatiques des Françaises qui n’avaient pas encore le droit d’avorter au début des années soixante-dix et qui avaient des rapports sexuels non protégés, les Français ne voulant pas se servir du préservatif (existant pourtant depuis le dix-huitième siècle), et les contraceptions féminines et masculines étant difficiles à trouver pour les femmes et inexistantes pour les hommes. Cette situation terrible est redoublée par l’égoïsme masculin, qui refuse de protéger sa partenaire et de lutter pour que les lois changent. Ajoutons que la bande dessinée montre que le choix d’être dans l’illégalité ou d’avoir des enfants non désirés repose entièrement sur les épaules des femmes – à de très rares exceptions près.

Une partie de la bande dessinée Simone Veil l’immortelle, de Bresson et Duphot (2018), est consacrée à cette lutte pour le droit à l’avortement, côté tribune de l’Assemblée nationale. Les violences de ce combat-ci sont surtout psychologiques : lettres anonymes, injures, cris pleuvent sur la ministre et les militant·es féministes qui ont impulsé la remise en question de la loi scélérate de 1920. La bande dessinée retrace également les violences antisémites dont Veil et sa famille ont été victimes : injures, coups, déportation. Simone Veil a perdu ses parents et son frère dans les camps nazis. Les dessins concentrent logiquement l’attention de la lectrice et du lecteur sur les sévices des femmes déportées.

Marjane Satrapi décrit d’autres formes d’enfermement dans la série Persépolis (2000-2003), celles des femmes iraniennes, contraintes à rester chez elles à partir de 1979, après une période de relative liberté de mouvement et de pensée durant le régime du Shah. Les violences contre les femmes sont multiples : obéissances forcées (au chef de l’État, au père, au mari, à la religion…), enfermement au foyer, tenues vestimentaires très strictes, coups et violences domestiques et à l’extérieur, pas de liberté d’apprentissage intellectuel ni de réflexion, autocensure. La seule porte de sortie reste l’exil, ultime violence : s’arracher à la terre natale et à sa famille pour se retrouver seule, avec de nouveaux repères à acquérir, dans un monde où les formes d’oppression contre les femmes peuvent également exister et être reproduits dans la bande dessinée.

III. Nouveaux patriarcats

Le tournant des années deux mille marque l’apparition de nouvelles générations et d’une france diversification des supports : le support papier est concurrencé par le livre électronique et les blogs, diffusés massivement via les réseaux sociaux. Parallèlement, la bande dessinée gagne en visibilité et reconnaissance officielles en faisant son apparition dans les manuels scolaires, comme texte et images littéraires. Les personnages féminins, les autrices et les dessinatrices n’ont jamais été aussi présentes, mais qu’en est-il vraiment ?

Notons que les autrices et scénaristes ne sont pas très connues du grand public (jeunesse et adulte), contrairement aux auteurs et scénaristes hommes. Il est vrai que les institutions officielles n’aident pas à la diffusion de leurs œuvres : pas de sélection au Festival d’Angoulême ni donc de récompense, pas de présence dans les manuels scolaires, très peu d’invitations dans les émissions de télévision ou de radio, pas/peu d’expositions de leurs œuvres dans les musées et bibliothèques, pas de chaînes YouTube qui soit consacré à leurs travaux, très peu d’articles dans les revues spécialisées. Ajoutons notre expérience personnelle, suite à des communications sur Yoko Tsuno et plus généralement les femmes dans la bande dessinées, ainsi que des conversations privées. L’héroïne japonaise reste quasiment inconnue des publics (très/moins) cultivés, à l’exception de rares hommes qui connaissent la série et qui ont donc choisi un métier dans la technologie, en hommage à ce modèle de femme libre et atypique. Concernant les autrices/scénaristes et personnages féminins, seules Claire Bretécher et Bécassine sont largement connues. Grand succès éditorial, les Culottées de Pénélope Bagieu (2016-2017) ont été récompensées par le prix Eisner en 2019… aux États-Unis.

La croisée du Neuvième Art et du Septième Art est fructueuse. Citons entre autres les adaptations de La Famille Fenouillard (1960), de Bécassine (1939, 2018), des Moumine (à partir de 1959), de Tintin (1961, 1964, 1972, 2011, 2021), d’Astérix (entre 1967 et 2018), d’Agrippine (2001), de Corto Maltese (2002), du Chat du rabbin (2011), de Silex and the city (2012), de 50 nuances de Grecs (2018). Sans surprise, ce sont des œuvres faites par des hommes, avec des équipes composées en majorité d’hommes, pour des films où les hommes sont très présents. L’invisibilisation des autrices et scénaristes reste la norme en France, ce qui est une forme de violence. L’imaginaire dans l’univers de la bande dessinée est une affaire d’hommes, il est interdit aux petites filles de se projeter comme future dessinatrice et écrivaine.

Quant aux personnages féminins dans la bande dessinée papier, force est de constater la pérennité des stéréotypes, même chez les autrices/dessinatrices : personnages féminins dessinés selon les canons physiques édictés par les magazines de mode, insistance sur leur superficialité et focalisation sur leurs histoires d’amour et/ou de mère de famille, comme chez Margaux Motin. L’argument historique reste une manière d’introduire de la nudité bon marché – au féminin uniquement. Ainsi, la reine Cléopâtre et l’impératrice Tseu Hi sont dénudées sur la couverture, tout autant que « la princesse du soleil invincible » (tome 2 des Trois Julia), dans Les Reines de sang. Le titre de cette série, commencée en 2012, fait plus penser à celui d’un feuilleton populaire ou d’un roman de gare qu’à celui de bandes dessinées consacrées à des personnages historiques, à destination d’un public cultivé. Il en est de même pour la présentation des différents tomes, sur le site des éditions Delcourt : « Souveraines, bourgeoises ou femmes du peuple, elles ne reculeront devant rien pour assouvir leur soif de pouvoir… Elles sont Les Reines de Sang6. » Si nous nous en tenons à ce résumé, il s’agit de personnages qui sont animés par un autoritarisme féroce. Rien n’indique que leur position de femme, donc de personne en position d’infériorité systématique, les contraindrait à verser le sang en grande quantité. Il n’est fait nulle mention de violences particulières à leur encontre, parce que femmes dans des sociétés patriarcales, tout est essentialisé et dépolitisé.

Les discours et dessins récusant les clichés se trouvent dans des niches qui émergent péniblement au grand jour, c’est-à-dire sur les tables de librairie. Pensons aux dessinatrices de presse Coco et Catherine Meurisse. Cette dernière est invitée à exposer à l’automne 2020 au Centre Pompidou, suite aux succès de ses deux derniers albums, La Légèreté (2016) et Les Grands Espaces (2018), centrés sur son existence.

Le passage du blog à la version papier est également un symptôme positif de l’intérêt pour les violences contre les femmes. Ainsi du blog Projet Crocodiles, en hommage à la bande dessinée de Chantal Montellier Odile et les crocodiles (1984), qui traite du viol. Le blog est actuellement géré Juliette Boutant et Thomas Mathieu, il décrit les violences sexistes et sexuelles du quotidien, l es hommes y ont la tête de crocodiles. Mathieu a publié en 2014 Les Crocodiles, puis avec Boutant Les Crocodiles sont toujours là (2019). Ainsi, l’anthropomorphisme permet de souligner la cruauté masculine humaine et d’accentuer le choc des attentats sexistes. Ajoutons un témoignage personnel récent, de février 2020 : le vendeur de bandes dessinées de notre petite ville de province a fait une table violences sexistes dans sa librairie et nous a confié que des professeurs et professeuses du lycée lui avaient commandé Les Crocodiles, pour en faire étudier des extraits à leurs élèves. Un symptôme encourageant de la massification (relative, mais réelle) de la condamnation par la société des violences contre les femmes et de la prise de conscience de l’importance de l’éducation des jeunes contre ces violences.

La dessinatrice Catel Muller trace son chemin depuis plusieurs années, à coup – entre autres – de romans graphiques consacrées à ses femmes célèbres : Olympe de Gouges (2012), Benoîte Groult (2012), Mylène Demongeot et sa mère Claudia (Adieu Kharkov, 2015), Joséphine Baker (2016), Kiki de Montparnasse (2016), bientôt Colette et Alice Guy. Toutes ont en commun une grande résistance aux violences : sexistes, sexuelles, raciales. Toutes sont des lutteuses, suite à des viols, des attaques racistes, des coups, ce qui permet à Muller de prendre le contrepied des stéréotypes qui voudraient « la » femme passive et uniquement en état de victime sans défense. La dessinatrice propose des exemples d’existences joyeuses et pleines malgré les horreurs vécues. La célébrité grandissante de la dessinatrice auprès d’un large public permettra-t-il de contrebalancer et d’éradiquer les clichés sexistes, en donnant des exemples positifs de battantes aux filles et aux garçons ?

Conclusion

Les violences graphiques contre les femmes se suivent et ont une tendance certaine à se ressembler fâcheusement. Les coups pleuvent, les viols se suivent, les différents types de harcèlement continuent à être représentés, pour le plus grand plaisir voyeuriste du public, pensé comme presque uniquement masculin. Les dénonciations restent sectorisés et peu atteignent la visibilité de l’impression papier, les honneurs des émissions littéraires et des récompenses dans les festivals, sauf hors de France.

Malgré la mixité scolaire, les personnages de série enfantine sont pour beaucoup des garçons (Titeuf, qui a l’honneur de figurer dans certains manuels), les filles restent à l’arrière-plan. Elles sont sœurs, petites amies ou camarades ennuyeuses et pétries de clichés sexistes. Les mères, quand elles existent, sont toujours des domestiques non rétribuées, chargées à cent pour cent des courses-ménage-vaisselle-éducation. Où serait l’évolution depuis l’après-Seconde Guerre mondiale, ou plutôt, depuis la création de la bande dessinée au dix-neuvième siècle ?

Les bandes dessinées adultes jouent de l’étiquette « libération sexuelle » pour présenter des femmes et des jeunes filles hypersexualisées, qui ont tout de la « soubrette » berlusconienne, c’est-à-dire peu vêtue, stupide et qui se laissent manipuler sans dire un mot pour exprimer son propre désir. Seul prime celui des mâles : ceux de la bande dessinée, et ceux qui écrivent et dessinent. Mais comment parler de « libération sexuelle », quand on reste dans la dichotomie homme-sujet/femme-objet ? Les soi-disant transgressions à la morale sexuelle en cours (sadisme, masochisme…) ne sont qu’éléments pimentant la sexualité masculine.

La très modeste féminisation de la profession endiguera-t-elle enfin les renouvellements du système patriarcal ? Il est permis d’en douter, malgré la qualité et l’engagement de certaines autrices/dessinatrices. Il subsiste encore trop de bandes dessinées centrées sur le moi et ressassant les clichés de la superficialité innée des femmes.

Cependant, parions sur la mobilisation des jeunes dessinateurs et dessinatrices, qui refusent plus que leurs aîné·es de vivre dans un monde binaire et étouffant. Place à la créativité féministe !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Toutes des Castafiore ? Violences féminines graphiques »,  Voyages autour de mon cerveau, octobre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/12509

1 Catherine Jacques, « Le féminisme en Belgique de la fin du 19e siècle aux années 1970 », Courrier hebdomadaire du CRISP 2009/7 (n° 2012-2013), p. 5-54.

2 Judidh Duportail, « Les Schtroumpfs sont-ils racistes, machos et antisémites ? », Rue89, 2 juin 2011, https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-rue89-culture/20110601.RUE2617/les-schtroumpfs-sont-ils-racistes-machos-et-antisemites.html.

3 Tiphaine Martin, « Analyse de bandes dessinées : Yoko Tsuno », Dominique Brechemier, Nicole Laval-Turpin (dir.), Femmes de sciences : quelles conquêtes ? quelles reconnaissances ?, Paris, L’Harmattan, p. 125-138. Tiphaine Martin, « Images de femmes dans le Neuvième Art  : de la casse-pieds infatigable à la super-héroïne », Michel Wieviorka (dir.), minin. Masculin, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, p. 93-109.

4 F’MURR, Le Génie des alpages, Paris, Dargaud, 2006, p. 40-41.

5 Idem, p. 42-43.

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview Suppo VADMC

 Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels

Un très grand merci à Alex Vizorek, Caroline Allan et Karo Pauwels d’avoir répondu à nos questions aussi longuement et de manière aussi détaillée au sujet de L’Histoire du Suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon, 2022).

La photographie de couverture est de ©Clémentine Gérard.

Tiphaine Martin – Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a aimanté·es vers l’écriture et l’illustration jeunesse ?

Alex Vizorek – Alors en fait, la première démarche, c’est Michel Lafon qui l’avait faite envers moi via France Inter, pour un conte dans la série Oli. C’est une collection pour des écrivains qui sont assez peu habitués à l’écriture, à part Suzy Morgenstern je crois que tous les autres sont des gens qui avaient très peu écrit. Quand je dis écrivain, il y avait des vrais écrivains de métier. Puis il y avait des des gens un petit peu à-côté. Il y a eu Karine Marsilly, il y a eu Léa Salamé, il y a eu des comiques, dont moi.

Et donc je me suis fendu d’une histoire en me disant que c’était très drôle : l’histoire s’appelait Opaque et Opaline,  (Michel Lafon, 2020), c’était sur des chevaux dans un cirque qui ne s’entendaient pas, déjà illustrée par Karo Pauwels. Les enfants acceptent tellement de choses dans les histoires. Quand un cheval parle déjà ça ouvre des portes très chouettes pour l’écriture.

Caroline Allan – Ce qui m’a menée à écrire c’est que j’ai toujours aimé ça depuis que je suis petite. J’ai fait des études de Lettres, j’ai toujours aimé écrire. Et en ce qui concerne particulièrement cette histoire-là, vers 2017-2018 j’ai travaillé avec Alex et son ancienne maison d’édition pour établir le livre de ses chroniques [L’Échappé belge, Points Seuil]. Donc il s’agissait de choisir les textes, les retravailler un petit peu pour que le texte, lu à la radio, soit lisible par des lecteurs. On a fait ça ensemble et après il m’a proposé de faire cette histoire pour enfant. Et c’est comme ça que j’en suis venue à écrire avec lui L’Histoire du Suppositoire…

Karo Pauwels – J’ai fait d’abord des études de Lettres, de la philologie romane, à l’Université catholique de Louvain. Et puis après, j’ai été faire de l’illustration et de la narration, plus précisément à l’ERG [École de Recherche Graphique], à Bruxelles. Je suis une professionnelle de la narration orientée création visuelle, mais je suis plus largement une artiste visuelle. Ce qui m’a amenée vers la création jeunesse, c’est un spectacle, le Pierre et le Loup que je fais avec Alex Vizorek depuis près de dix ans. C’est un concert illustré, un spectacle illustré qu’on fait avec beaucoup de plaisir depuis plusieurs années. Et puis, de fil en aiguille, voilà, il y a d’autres projets qui sont arrivés. Je fais aussi des des livres pour adultes.

T.M. – D’où vient l’idée d’un héros-suppo ?

A.V. – Après Opaque et Opaline, à un moment j’ai eu cette idée, j’ai fait un espèce de mix entre Toy Story, parce que je trouvais que c’était une bonne idée que, pendant que les gens sont pas là, les jouets se parlent, et Cars où en fait, c’étaient des voitures qui parlaient, donc ça n’a pas de sens.

Je me suis dit : mais en fait, si ça arrivait dans la pharmacie, ce serait très rigolo que les médicaments se parlent. Et évidemment, qui est le médicament le plus rigolo et qui pouvait tout à fait être le héros ? C’est le suppositoire, et donc, il n’y a à nouveau que des enfants pour admettre qu’un suppositoire parle et ait envie d’échapper à sa destinée.

Et les gosses ont un rire de premier degré quand ils comprennent que c’est amusant que le suppositoire n’ait pas envie d’aller là où il doit et ça c’est très, très encourageant et très très agréable à l’écriture. Donc c’est de là qu’est venu un peu cette idée. Et puis j’ai noté plein de trucs en me disant : mais s’il parle avec un Strepsils, s’il parle avec un autre suppositoire, avec un thermomètre, si après il s’enfuit et que le chien… Donc j’avais tout plein d’idées.

C.A. – C’est vraiment une idée d’Alex. Je crois qu’il a toujours voulu faire des histoires pour enfants et il trouvait ça marrant de parler des médicaments et que le suppo était un médicament marrant. Donc voilà, il a construit l’histoire autour de ce personnage comme ça.

K.P. – C’est Alex, je ne sais plus d’où ça lui est sorti, mais ça c’est lui. C’est un vieux projet. Il y a déjà quelques années, on en parlait en 2018, mais c’était dans les tiroirs depuis quelques années et c’est ressorti l’année passée.

T.M. – Comment avez-vous travaillé ? À un, à deux qui écrivent, puis une qui dessine ? Ou écriture et dessin dans le même temps ? Ou un peu d’écriture, du dessin, puis l’écriture à nouveau ?

A.V. – J’avais plein d’idées que j’avais mises vraiment les unes derrière les autres, qui ressemblaient très fort à une histoire, si on mettait tout bout à bout. Et puis je racontais ça dans un dîner, parce que Caroline, on se connaît depuis des années, c’est ma meilleure amie pour dire comme ça, mais on se connaît depuis qu’on a dix ans. Elle éclate de rire et elle me dit : « Trop bien, il faut que tu l’écrives. » Je lui réponds : « Écoute, là j’ai pas le temps… » Et elle m’a dit : « Moi je le ferai volontiers. ». Je dis : « Bah super si tu le fais, moi je demande à Karo, avec qui j’ai déjà travaillé sur Pierre et le Loup et sur Opaque et Opaline, si ça l’amuse. » Et comme ça, on a un dossier complet, il n’y a pas un éditeur qui va le refuser. On écrit l’histoire, on fait des navettes, Caroline écrit une version une, je relis, je renvoie, le texte revient. Bon, il y a une une version définitive dont on est plus ou moins content ; et Karo dessine deux, trois, suppositoires. D’ailleurs à l’époque, il y a un moment où suppositoire a eu des pieds, des chaussures, on l’a enlevé. Après, elle dessine un chat, un chien, une grand-mère.

Donc vite fait, mais pour moi on avait un dossier complet. Et là où je pensais que ce serait facile parce que j’étais sûr que c’est une idée formidable, eh bien, deux éditeurs m’ont dit : « Non, mais c’est peut-être trop pour les adultes. » Ou : « Est-ce que les enfants vont rentrer dans le délire machin. » Et donc ils me l’ont  refusé. Et j’ai rangé ça avec grande déception, en ayant fait travailler mes copines un peu pour rien.

Est arrivé un jour où Elsa Lafon me dit, lors d’un déjeuner où sont présentés d’autres épisodes de Oli : « Mais toi t’as pas autre chose à me proposer ? Ça fait longtemps que t’as pas fait un un conte, un livre. » Je dis : « Alors tu ne vas pas me croire, j’ai une histoire de suppositoire dont personne ne veut, mais toi comme tu es une grande éditrice, tu vas l’accepter. » Et elle éclate de rire évidemment. Et puis elle me dit : « Envoie-moi toujours ton dossier. » Et elle le lit, et le lendemain elle me dit : « Écoute moi je trouve ça très drôle, on y va. » En fait, on se dit que c’était évident que ça plaise à tout le monde, mais fallait-il encore y aller ? Donc je la remercie infiniment.

C.A. – Alex m’a dit : « Voilà, moi, j’ai une idée d’un conte pour enfants. Je sais pas si vous voulez faire ça avec moi, c’est un suppo qui veut échapper à son destin. » Donc ça m’a beaucoup fait rire. Et j’ai dit : « Ah oui, bonne idée. » Puis, il m’a donné les idées qu’il avait en tête et de là j’ai commencé à écrire. Quand j’avais un petit peu écrit je lui renvoyais le texte, puis il faisait ses commentaires, il écrivait, me renvoyait, je récrivais, je renvoyais etc…, etc…, donc on a fait pas mal la navette entre nous deux. Avec Karo, l’illustratrice, ce qui s’est passé, c’est que donc Alex avait déjà travaillé avec elle, pour le spectacle pour enfants (et adultes aussi d’ailleurs) Pierre et le Loup, où lui raconte l’histoire pendant que Karo dessine en live les illustrations.

C’était donc sûr et certain qu’il voulait proposer à Karo de faire les illustrations du suppo et elle nous a fait donc très vite des petits croquis. On pouvait donner notre avis en disant : « Ah oui, celui-là il est plus sympa que celui-là, ou celui-là il est un peu bizarre. » Je me souviens que Karo avait mis des pieds au suppo, des petites baskets rouges et on s’est posé du coup la question, le suppositoire a-t-il des pieds ? Comment se déplace-t-il finalement ? Et on trouvait ça plus amusant de lui faire faire des bonds, donc on lui a enlevé les chaussures.

Et voilà et c’était vraiment super chouette de travailler à trois comme ça en étant capable de se donner son avis, que ce soit sur le texte, parce que Karo aussi en lisant le texte elle nous a fait ses commentaires, ou bien nous sur les dessins. Et donc c’était vraiment très très chouette de bosser ensemble là-dessus.

K.P. – D’abord, il y a eu le travail d’écriture, ensuite le découpage dans la maison d’édition avec l’éditrice et les auteurs. Après moi, là-dessus, je fais les crayonnés, on propose un découpage avec des crayonnés, puis on corrige, on adapte, chacun, il y a des retours, différents allers-retours. Et une fois que tous ces crayonnés sont validés, je passe aux originaux que j’envoie après, par DHL, à mon éditrice à Paris. On se voit d’abord, on papote, on discute, surtout les deux auteurs. Moi je donne mon avis, mais ça reste les deux auteurs d’abord et puis après, une fois que le texte est validé, fini, on le découpe avec l’éditrice et les auteurs. Et puis moi, je crayonne, et puis je dessine.

T.M. – Est-ce que les adultes peuvent s’identifier à votre héros ?

A.V. – Figurez-vous que je l’avais pas pensé directement, je pense qu’instinctivement je me suis dit vu l’étrangeté du personnage, il faut qu’il y ait une grande quête. La quête étant échapper à sa destinée, ce qui est une grande quête pour tout le monde. Et beaucoup de journalistes m’ont fait remarquer à la sortie de vouloir un petit peu intellectualiser, c’est eux qui avaient raison. Et : « Mais est-ce que c’est pas vous un petit peu dans ce personnage de suppositoire ? »

Sans doute, et il y a sans doute plein de gens qui se disent : « Mais en fait c’est pas parce que mon père est carrossier que je dois être carrossier », « c’est pas parce que je suis né au Havre que je dois être pêcheur. » « Si j’ai envie d’être guide de haute montagne alors que je suis né à Ostende, j’ai le droit. » Et « si j’ai envie d’être chanteur alors que mes parents sont éboueurs j’ai le droit. » Et donc, dans ma famille, mon père avait fait deux, trois chansons, et essayé de faire chanteur. Mais je ne l’ai pas connu, c’était avant que je naisse, donc pour moi le show-bizz, l’idée de faire un métier artistique c’était loin de tout le monde dans ma famille. Donc, quand à un moment je me suis rendu compte que, si on travaillait, si on rencontrait les bonnes personnes et si on avait un peu de chance, et si on avait un peu d’obstination ça pouvait fonctionner, d’une certaine manière j’ai échappé à ma destinée. Donc comme le suppo. J’espère que je ne finirai pas aussi mal que lui, parce que la morale c’est qu’on n’échappe pas complètement à sa destinée.

C.A. – Je pense que oui. Les adultes peuvent s’identifier à ce héros suppositoire. Au début, en l’écrivant, je pense qu’on n’a pas du tout pensé à ça, au fait que les adultes pourraient s’identifier à lui. On a vraiment essayé d’écrire pour que l’enfant puisse s’identifier au héros, tout en ayant bien sûr cette espèce de double niveau de lecture. Voilà, l’enfant rit de quelque chose, le parent rit d’autres choses que l’enfant comprend pas forcément. Néanmoins, c’est vrai que ce suppositoire a des préoccupations d’adulte. On ne souhaiterait pas bien sûr que des enfants aient ce type de préoccupation, à savoir lutter pour sa survie. Se battre pour échapper à ce qui l’attend. C’est sûr qu’il a plus des réflexions d’adulte, donc en ça, je pense que oui, vraiment, n’importe quel adulte peut s’identifier à un suppositoire. Enfin à notre suppositoire en tout cas.

K.P. – J’imagine que oui parce qu’il y a un petit conte philosophique là-derrière, avec cette idée d’une quête et qu’on peut échapper à sa destinée, mais pas tout à fait. Puis il y a quelques références quand même qui sont des références typiques, en tout cas dans le texte, des références plutôt pour adultes et c’est ça qui fait le succès de ce livre, je pense.

T.M. – Quels sont les retours que vous avez à propos de l’album ? Quelles remarques reviennent le plus souvent ?

A.V. – Les retours sont très variés, les gosses se marrent. J’ai eu plein d’amis qui ont fait faire un petit message vocal par leurs gamins. Le plus drôle étant les  4-6 ans qui ont des avis très variés.

Alors, il y en a une qui trouve l’histoire très bien, mais ça manquait de princesse. Donc bon, j’ai un peu réfléchi, n’est-ce pas ? Peut-être bien que, à un moment il y aura une princesse, mais pas dans le numéro deux, parce que ça, ça nous embarque sur la question projet [cf. ci-dessous]. Et là on égrène les séances de dédicaces dans les salons, parce que les gens sont contents, viennent nous raconter des trucs.

J’ai eu de tout, j’ai eu des dames de de soixante ans qui l’offraient à leurs enfants de trente parce qu’ils n’avaient jamais voulu mettre de suppositoire, et que donc maintenant elles étaient bien contentes de leur en offrir un. J’ai eu une dame qui… non, je crois que c’est pire, c’était un monsieur, qui me demandait de dédicacer l’album pour la Saint-Valentin, pour sa compagne.

Donc, je crois que ça fait rire tout le monde à différents niveaux. Et donc c’est plutôt un plaisir d’avoir les retours de la part des gens et puis sur les réseaux. Je crois que les gens, on l’a pas fait exprès, mais c’est assez Instagrammable, donc les gens prennent la photo du bouquin, mettent la photo du bouquin sur Instagram, et on en voit passer encore aujourd’hui, parce que la littérature pour enfants ça se vend un peu tout le temps, à des gens qui adhèrent et kiffent le suppo.

C.A. – Les retours qui reviennent le plus souvent sont des retours positifs. Les gens sont super contents, rigolent. On a vraiment de la chance à ce niveau-là, que ce soit quand on a pu faire des signatures, tous les gens qu’on a rencontrés ou alors sur les les réseaux sociaux, donc essentiellement Facebook et Instagram. Ce sont des retours très très positifs de gens qui trouvent que c’est marrant. L’adulte s’amuse en lisant l’album le soir avec son enfant, l’enfant est content aussi. J’ai deux enfants, donc j’en ai lu des histoires, et il y en a qu’on préfère clairement à d’autres. Et je crois que le suppo peut se classer dans cette catégorie-là, parce que les gens rigolent et sont contents de lire une une chouette histoire qui a du sens et de l’humour.

K.P. – Il y a plusieurs niveaux de lecture, il y a un niveau de lecture enfant, très suppositoire. Et puis un niveau de lecture plus adulte, plus second degré. Et ça, on nous le dit souvent.

T.M. – Quels sont vos projets, individuels et en trio ?

A.V. – Il y aura un numéro deux du suppositoire pour les fêtes de fin d’année. On est en train d’écrire, mais on avance, et bientôt on aura suffisamment avancé pour que Karo puisse commencer à dessiner. Voilà ça, c’est le projet, et ça nous fait tellement marrer, tellement plaisir. En fait, on a émis tout plein de bonnes idées dans le premier. Je ne pensais pas qu’on nous redemanderait un second, le succès aidant. Ça ne peut pas être le même suppositoire, donc c’est un autre suppositoire qui aura des ambitions beaucoup plus grandes encore que de découvrir l’odeur des roses. Et puis ça nous fait marrer de retravailler ensemble je crois.

C.A. – Au niveau projet individuel, j’ai fini d’écrire un roman pour adultes, je cherche une maison d’édition. Je suis en train d’écrire un roman jeunesse. J’écris assez lentement, donc je pense prendre encore quelques mois minimum pour mener ce projet-là à bien. J’ai un autre projet pour enfants qui est déjà écrit, je travaille avec un autre illustrateur, c’est en cours. C’était chouette à faire et on verra ce que ça donne. Et enfin, en trio, nous sommes en train de faire le tome deux du suppositoire, donc un nouveau suppositoire, de nouvelles aventures, une nouvelle histoire, c’est très chouette. On est au début, mais voilà on avance, on avance quand même bien, on s’est déjà réuni à trois pour discuter sur l’histoire qu’on voulait faire. On a même déjà parlé des dessins, de l’univers du suppositoire, etc. Et Karo et moi on a peut-être aussi un projet à deux, donc là c’est vraiment le début, donc plein de magnifiques projets.

K.P. – Je crois que c’est pas un secret, qu’on peut le dire, on part sur le numéro deux, voilà ça c’est chouette. On part sur le le suppo numéro deux. Par ailleurs, j’ai toujours ces projets de spectacle avec Alex. Individuellement, j’ai ma boîte de de graphisme qui s’appelle Cabane Studio, et j’ai des projets en tant qu’artiste visuelle, principalement des peintures murales. D’autres livres aussi, d’autres projets, qui sont notamment sur mon site.

Sites :

Alex Vizorek : https://www.alexvizorek.com/fr

Caroline Allan : site en construction

Karo Pauwels : https://www.karopauwels.com/

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, « Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9359

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

8 de carreaux – Grand Prix Ciné ELLE Magazine 2021

Retour en septembre 2021, lorsque j’ai fait partie du jury Grand Prix Ciné ELLE Magazine 2021, au Pathé Fauvettes à Paris 13e. Du vendredi soir au dimanche après-midi, huit films, des rencontres avec les journalistes de ELLE, les réalisateurs et réalisatrices, les acteurs et les actrices, les autres membres du jury, pour des débats parfois musclés, mais toujours courtois.

Lui – Guillaume Canet

Lui (G. Canet), compositeur de musiques de film, convoque sur une île bretonne les hologrammes vivants de son épouse (V. Ephira), de sa maîtresse (L. Casta), de son meilleur ami (M. Kassovitz) et de ses parents (N. Baye et P. Chesnais). Elles et ils s’immiscent dans sa panne d’inspiration pour l’aider à résoudre sa crise existentielle.

Lui dirige tout bien entendu, en bon Pygmalion, en les faisant parler comme il le désire, de ce qu’il désire et en les faisant agir comme il l’entend. Mais ses personnages lui échappent et le forcent à les écouter vraiment, ce qui fait fonctionner la catharsis. Les dialogues font semblant de se répéter pour mieux faire avancer le traitement psychanalytique.

La caméra de Canet enferme son héros dans un huis-clos mental, les échappées en mer ensoleillée tournent aussi au drame. Lui ne peut échapper à ses angoisses et à ses hantises, quel que soit le l’espace et le climat, l’heure et le lieu. L’île n’est pas l’endroit du bonheur comme dans A Good Man (Marie-Castille Mention-Schaar, 2021), ni l’occasion d’un cauchemar absolu comme dans L’Ile aux Trente Cercueils (Maurice Leblanc, 1919), mais un entre-deux où se poser.

La Fracture – Catherine Corsini

Raf (V. Bruni-Tedeschi) aime encore Julie (M. Foïs), qui ne l’aime plus. Raf court après Julie, se casse le poignet et la jambe et finit aux urgences. Bourgeoise de gauche, dessinatrice de bande dessinée et de presse, Raf, puis Julie, découvrent avec effarement le chaos qui règne dans les hôpitaux français en ce moment, manque de personnel, épuisé, et crises sociales en tête.

Les deux se mélangent tout au long du film, puisque la police exige des médecins, des infirmières et des infirmiers qu’ils listent les manifestantes et manifestants qui se font soigner. Il faut la fougue et la force de conviction de Kim (A. Diallo Sagna) pour convaincre ses collègues de refuser cet ordre.

Raf et Julie sont confrontées au mouvement des Gilets jaunes. Raf rencontre un autre blessé, gazé  et frappé par un CRS, Yann (P. Marmaï), qui ne comprend pas pourquoi l’État ne veut pas entendre ses revendications, mais qui va se trouver nez-à-nez avec un CRS dans la cour de l’hôpital, policier qui le laisse partir. Julie croise un ancien camarade de lycée, Laurent (J.L. Coulloc’h), qui accompagne une jeune femme gravement blessée par la police pendant une manifestation.

Catherine Corsini décrit avec force, énergie et humour, des femmes et des hommes ordinaires, qui ont tous et toutes leurs raisons d’être malheureuses et malheureux, CRS compris. À quand le retour du bonheur ?

Un héros –  Asghar Farhadi

Le bonheur, Rahim (Amir Jadidi) y croit. C’est pour cela qu’il pousse sa fiancée Farkhondeh (Sahar Goldoust) à commettre un vol, afin qu’il puisse soudoyer les gardiens de sa prison de Téhéran et sortir. Sauf que ce mouvement malhonnête dans une société guère propre va le précipiter dans l’abîme d’où il souhaite sortir. Décidant d’être honnête, il décide de rendre le sac de pièces d’or volé. Et tout s’enchaîne implacablement : la propriétaire des pièces, une femme malheureuse en ménage, disparaît dans la nature après avoir repris son dû, les réseaux sociaux s’agitent et l’accuse d’avoir tout inventé pour se faire passer pour honnête, le commerçant qui l’a fait mettre en prison, poussé par sa fille, lui refuse un nouveau délai pour rembourser sa dette, l’association de secours aux prisonniers le lâche par peur du scandale, le directeur et le sous-directeur de la prison veulent le faire taire car il pourrait parler des mauvaises conditions de détention, voire de l’épidémie de suicides qui y a lieu. Et il doit retourner en prison.

Un individu, ni particulièrement bon ni vraiment mauvais, est broyé sans pitié dans une société ancrée dans ses traditions (de l’honneur, de la dot féminine, du mariage sacré, de la peine de mort), aidée en ceci par l’hyper-technologie (réseaux sociaux).

Et c’est là que réside la portée universelle du film : non seulement les plus jeunes ont le nez rivé sur leurs tablettes, les moins jeunes sur leurs téléphones portables, donc l’individualisme y triomphe des maigres solidarités qui peuvent se nouer (dans la famille, entre ami·es, entre amoureux), mais encore chacun·e est prisonnier·e dans sa case (sociale, sexuelle), le déterminisme fonctionne à plein. À nous de décider de tendre la main à l’autre.

Un Monde – Laura Wandel

Un premier film belge sur le harcèlement scolaire, dur, sans pathos, cadré à hauteur d’enfant et porté par la jeune interprète de Nora (Maya Vanderbecque), l’héroïne. Premier jour de CP, Nora est terrifiée par l’univers de l’école primaire – visiblement, elle découvre le monde de l’école, non scolarisée auparavant. Les apprentissages sont rudes : bruit fort et incessant, savoir faire ses lacets, marcher sur la poutre sans tomber, plonger et nager, manger à la cantine ce que son père lui a préparé avec les autres élèves, se faire ds amies. Apprentissage aussi d’un des cercles vicieux de la société : voulant protéger son frère aîné de ses tortionnaires, elle les dénonce à son père et au directeur de l’école. Et le harcèlement continue, se reporte sur elle, puis sur un autre élève de la classe de son frère, devenu un bon truand par peur de passer encore et toujours pour un lâche.

Les stéréotypes sexistes et sociaux sont mis en lumière par tous ces comportements. Les petites filles trouvent étrange que le père de Nora vienne la chercher à l’école, puisque c’est aux mamans de le faire : serait-il un chômeur, donc un paresseux, incapable de subvenir, en bon mâle lambda, aux besoins de sa famille ? Et son frère, humilié jusqu’au bout, puisqu’il est obligé de venir manger aux côtés de sa petite sœur et non avec les élèves de son âge, est vraiment un moins que rien, un lâche, pas un être viril.

Les adultes, dans tout cela, n’ont pas le beau rôle : les pères ne savent réagir que par la violence, le directeur et certaines enseignantes et assistantes d’éducation se voilent la face et ne résolvent aucun problème de fond (déconstruction des stéréotypes de genre). Seule l’enseignante de Nora (Laura Verlinden) fait face au machisme des élèves et applique une pédagogie innovante dans ses classes. Elle part donc de cette école privée en cours d’année. Nouveau déchirement pour Nora, qui se fait prendre en grippe par sa nouvelle professeure. Et nous quittons alors cet autre monde, cet univers terrible de l’enfance et de l’école, sans savoir si Nora va rester isolée ou non.

Une femme du monde – Cécile Ducrocq

Un film pro-prostitution. Pour une vue réelle du monde de la prostitution, voir les témoignages sur le site du Mouvement du Nid et les actions de Zéromacho.

Gaza mon amour – Tarzan et Arab Nasser

Un pêcheur sexagénaire, un soir, trouve une statue d’Apollon dans la baie, quelque part dans le monde. Il ne s’en préoccupe que peu, plus intéressé à trouver le moyen de déclarer sa flamme à sa dulcinée, patronne d’un magasin de textile. Si ce n’est que la police a vent de sa découverte et contraint son nouveau propriétaire à céder l’Apollon à l’État, par de multiples vexations, dont deux courts séjours en prison. Entre-temps, sa sœur a l’idée de lui présenter un lot de fiancées potentielles, qu’elle fait défiler chez lui. Elle n’accepte pas la femme qu’il aime et qui ignore de moins en moins la flamme de son soupirant, peu discret il est vrai.

Gaza, de nos jours. Issa (Salim Daw) est amoureux de Siham (Hiam Abbass) et se retrouve avec un Apollon antique sur les bras. Convoquant les mânes de Buster Keaton et le flot de l’absurde en général, les Frères Nasser montent la mécanique d’une comédie qui fleurte avec le drame. Tout est bien qui finit bien, sur le bateau d’Issa, dans une belle scène de tendresse et de corps qui se touchent pour la première fois, mais cela aurait pu tourner autrement.

Les réalisateurs ont préféré montrer des éclats de la vie quotidienne : police partout, contrôles fréquents, espaces de vie réduits, envie de partir pour les jeunes, résignation pour les vieux. Une société travaillée par la guerre, avec ses démonstrations viriles de force côté palestinien et ses soldats mâles prêts à tirer côté israélien. Et les femmes dans tout ça ? Voilées si elles sont âgées, vêtues à l’occidentale si elles sont jeunes, elles attendent les hommes et l’amour, ou tentent de régir l’existence des autres. Comme dans Un héros (Asghar Farhadi, 2021), la collectivité hésite et est tiraillée entre des modèles de civilisations et d’époque différentes. Si ce n’est que la Palestine semble accepter que les jeunes femmes divorcent de leur plein gré et s’habillent comme elles le souhaitent à l’extérieur, sans les rappeler à l’ordre.

A Good Man – Marie-Castille Mention-Schaar

Chef-d’œuvre de justesse, de tendresse, d’amour et de solidarité, A Good Man narre une histoire de couple époustouflante de notre temps. Benjamin (N. Merlant) aime Aude (Soko), qui aime Benjamin. Ils vivent paisiblement sur une île bretonne, lui infirmier, elle professeure de danse contemporaine. De temps à autre, ils sortent avec leurs ami·es, et reçoivent la visite du frère de Benjamin (Vincent Dedienne) et de sa famille. Une vie tranquille, en somme. Mais Aude a un souci : elle ne peut avoir d’enfant, ce qui la ronge. Mais Benjamin a un problème : sauf Aude et sa famille, personne ne sait qu’il s’appelle encore Sarah sur sa carte d’identité, ce qui le ronge. Prêt à être opéré pour sa transformation biologique en homme, Benjamin y renonce et tombe enceint. Son couple est remis en cause, sa famille s’inquiète – nous ne voyons jamais celle d’Aude, mais l’amour sera le plus fort, malgré les coups transphobes, malgré la tentation adultérine d’Aude avec une femme, malgré la découverte par ses proches de l’île de sa grossesse et de son parcours de combattant·e.

Marie-Castille Mention-Schaar a choisi un sujet difficile, complexe et délicat à traiter. C’est une pleine réussite, par la justesse des dialogues, peu fournis, qui font toujours avancer la situation (pas forcément en bien), par le jeu des actrices principales, minimaliste et qui porte loin. Pour ne pas avoir cédé au pathétique, au larmoyant ou à l’optimisme béat. Pour nous tenir en haleine tout au long du film, parce qu’on veut le bonheur d’A(ude) et de B(enjamin). Parce qu’on sourit à travers ses larmes d’émotion à la fin, devant leur sourire et leur réussite, existentielle et sociétale, qui fait reculer la bêtise et la violence. À la vie, à eux, à nous !

Un autre monde – Stéphane Brizé

Philippe (V. Lindon) a tout pour lui : cadre dans une petite entreprise, aimant son travail, marié, deux enfants, la cinquantaine. Philippe n’a rien pour lui : il découvre que son addiction à son travail ont fait de lui un étranger et un type qui met la pression sur sa femme, Claire (S. Kiberlain), qui demande le divorce ; sa fille Juliette (J. Bibring) est au Canada et peu pressée de rentrer ; son fils Lucas (A. Bajon) menace un des professeurs d’école de commerce et finit en hôpital psychiatrique ; sa supérieure, Claire Bonnet Guérin (M. Drucker), qui gère les relations avec la maison-mère aux États-Unis, lui demande de supprimer cinquante-sept emplois dans son entreprise, afin de satisfaire l’appétit des actionnaires et la prospérité du boss. Que va-t-il faire ?

C’est ce cheminement vers la libération personnelle et donc le bonheur retrouvé, ou plutôt vers un bonheur véritable, que nous suivons avec grand intérêt. Cette évolution passe par des logorrhées   suivies de longs silences : de Philippe, mais aussi des autres, sa femme, son fils, les ouvrières et ouvriers, qui ne savent pas comment expliquer leur mal-être et qui partent dans de longs discours pas forcément très biens construits. Tant à dire, trop à dire, trop tard pour se dire ? Par contre, les cadres, eux, sont économes en paroles, tout comme les supérieurs de Philippe, qui savent très bien briser le peu de solidarité entre collègues que Philippe tente de construire. Sa croyance en un monde capitaliste à visage humain tombe dans les oubliettes de la réalité économique et structurelle de notre époque. Ce qui importe est de gagner de l’argent encore, encore, encore, encore, pendant que tombent celles et ceux qui font marcher la chaîne de l’entreprise, sans un regard, sans une main secourable. Jusqu’à quand ?

Un bon film social à la française, solide et mesuré.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « 8 de carreaux – Grand Prix Ciné ELLE Magazine 2021 », Voyages autour de mon cerveau, avril 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5139

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview N. Fernandez-Ferrer

Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer

Un grand merci à Nicole Fernandez-Ferrer d’avoir répondu à nos questions, et de donner envie d’investir le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris 9ème, cf. sitographie en fin d’article) pour y découvrir ses vastes archives féministes et féminines.

Tiphaine Martin – Depuis quand es-tu directrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

Nicole Fernandez-Ferrer – Je suis déléguée générale depuis 2004, depuis le dépôt des statuts pour la réouverture du Centre en juillet 2003. Trois personnes m’ont aidée à réouvrir le centre :  Annie Kensey, présidente actuelle du Centre ; Maryvonne Wattelez, trésorière ; Sophie Laurent, qui s’occupe du site Genrimages. Ensuite, ont rejoint le bureau du Centre Suzanne Robichon, qui travaille actuellement sur la mémoire des déportées lesbiennes ; Joëlle Bolloch, ancienne iconographe, spécialiste de la photo mortuaire et qui militait dans le même groupe féministe que moi en Normandie dans les années 70-80.

Pour ma part, j’ai fait des études de lettres et langues, puis de documentation, archives audiovisuelles et informatique. J’ai commencé à travailler au Centre en 1982, à son ouverture. Le Centre a été fondé par Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Carole Roussopoulos. Simone de Beauvoir lui a donné son nom à la demande des fondatrices. Ensuite, j’ai travaillé à VideoOut avec Carole, puis dans des festivals et comme traductrice Le Centre a fermé en 92, les fonds ont été récupérés par le CNC. Le Centre a réouvert en 2004. Un bref historique du premier Centre est disponible sur notre site, la suite est à écrire ; l’ensemble de la saga du Centre serait à filmer, grâce aux témoignages et aux vidéos dont nous disposons et que nous pourrions recueillir.

Ioana Wieder, Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir 1982
©Martine Franck

T.M. – Quand et comment as-tu rencontré Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – J’avais déjà croisé Simone de Beauvoir dans des manifestations avec Sylvie Le Bon de Beauvoir. J’ai rencontré de Beauvoir chez elle rue Schœlcher, en 1982, en compagnie de Delphine et de Carole. Alors que je pensais assister simplement à la conversation, Delphine m’a donné la parole pour exposer les projets des archives. Quand je parlais, Beauvoir écoutait vraiment ce que je disais, sans m’interrompre, ce qui pour moi était très impressionnant. C’était quelqu’un de très attentif. Beauvoir avait le sens de l’humour et sa conversation était passionnante. Notre dialogue s’est déroulé de façon très agréable, Beauvoir, Delphine, Carole et moi-même partagions le même humour. Dans son appartement, j’ai été frappée par ses nombreux souvenirs de voyage, une véritable collection. Autre écho mémoriel : Beauvoir venait au Centre pour les soirées de projection notamment. Les films passaient sur des téléviseurs que nous installions au rez-de-chaussée. Je me souviens également de Beauvoir aidant aux recherches de financements, sachant que sa notoriété pesait dans les décisions. Delphine était très active aussi pour cela et a continué après le décès de Beauvoir.

T.M. – Quel est le rôle du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – Le Centre a un rôle central dans la préservation du matrimoine de films réalisés par des femmes et des films féministes (réalisé par des femmes et/ou par des hommes). Les archives sont au cœur de notre activité, et participent à enrichir la culture en France, à l’étranger et auprès des jeunes générations. Nous travaillons beaucoup avec les publics scolaires, même très jeunes, sans tabous, mais toujours avec une contextualisation précise des films et des explications plus ou moins détaillées, selon l’âge des spectateurs et spectatrices. J’ai développé ce travail avec des scolaires au Centre, travail que j’avais effectué au Festival des Femmes de Créteil.

Film No Gravity de Silvia Casalino (en distribution au Centre).

Le site Genrimages est né de ces ateliers, animés également ma collègue Laetitia Puertas. Mon intérêt pour les activités avec les personnes incarcérées a donné lieu à des projections, rencontres et ateliers à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, particulièrement chez les femmes, mais également chez les jeunes détenus et les hommes Je me rends également dans des associations, des lieux culturels, des salles de cinéma, mais aussi des syndicats, des établissements scolaires pour diffuser et débattre des films. J’interviens également dans les écoles d’art et les universités en France et à l’étranger, pour parler de l’histoire de la vidéo féministe à partir des années soixante-dix. Notre travail avec les artistes vient d’un groupe de réflexion, Travelling féministe, créé à l’initiative d’Elisabeth Lebovici. Ce groupe compte des critiques d’art, des curatrices, des historiennes de l’art et des commissaires d’exposition. Grâce à la Fondation de France, nous avons organisé des séminaires avec des artistes, des chorégraphes, des plasticiennes, des réalisatrices. Ces séminaires sont filmés. Un autre exemple de cette collaboration est l’exposition Delphine Seyrig et les collectifs vidéo féministes des années 70-80 au Museo Reina Sofía à Madrid et au LaM, à Villeneuve-d’Ascq, par les commissaires Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi.

T.M. – Comment établis-tu les partenariats et quels sont-ils actuellement ?

N.F.F. – Nous avons des partenariats avec deux salles de cinéma, à Paris : le Forum des Images, le cinéma le Luminor-Hôtel de Ville et entamons une nouvelle collaboration avec la Cité audacieuse (une projection est prévue le 21 décembre). Nos partenaires financiers sont : la Mairie de Paris, le CNC, la mission cinéma de la mairie de Paris, le ministère de l’égalité femmes-hommes, le CNC et des partenaires privés ou institutionnels sur des projets comme Wom@rts avec Europe Creative.

Nos partenariats sont les suivants :

  • le réseau de cinémathèques et vidéothèques de films amateurs et militants, DIAZ Interegio,
  • les Archives du féminisme,
  • le service audiovisuel de la BnF (depuis 2005, avec un programme de numérisation et de restauration),
  • l’association Lire c’est vivre, active dans les bibliothèques de prison comme la bibliothèque de la MAF de Fleury Mérogis ouverte en 1987, grâce à une nouvelle loi initiée par Robert Badinter. Avec ce dernier partenaire, nous faisons un choix des films (films encore à l’écran), et invitons des personnes ayant travaillé sur le film : la réalisatrice ou le réalisateur du film, preneuse·eur de son, comédien·n e, productrice·teur, costumièr·e… qui débattent avec les personnes détenues, après la projection.

Nous avons également des partenariats ponctuels, comme des musées à l’instar du Reina Sofia. Quelques autres partenariats et projets : avec l’association Autour du Premier Mai, le projet de programmation Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent ; et notre projet collectif Wom@rts, qui dure trois ans, et se terminera fin 2021.

Yilian Cañizares dans Madre Habana d’Emmanuelle de Riedmatten (en distribution au Centre).

T.M. – Habituellement (hors pandémie), à quelle régularité projetez-vous des films ?

N.F.F. – À Paris, nous organisons des projections une fois par mois. En prison, c’est une fois par mois, sauf en août. Les projections en France et à l’étranger sont assez régulières, je me déplace souvent.

T.M. – Au Centre, avez-vous encore beaucoup de vos archives à numériser ?

N.F.F. – La BnF a encore un lot à numériser, les films vont revenir vers le printemps/été 2021. Ce sont les collections des années 80-90-2000. Avec les nouveaux supports, il n’y a plus besoin de numérisation. À partir de 2021, le flux de numérisation sera réduit. La BnF conserve nos archives dans des conditions de températures et de sécurité optimales, elles restent notre propriété.

T.M. – Quels sont tes projets, vos projets au Centre ?

N.F.F. – Nous avons un projet de restauration de Sois belle et tais-toi ! et d’Ines (une militante brésilienne, incarcérée, torturée et violée dans les années 70), deux films de Delphine Seyrig.

Maria Schneider, Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos (tournage Sois belle et tais-toi ! 1975-1976)
©Famille Seyrig

Nous avons également nos projets de numérisation avec la BnF. Trois rencontres Wom@rts sont prévues avec Jackie Raynal (monteuse, actrice, programmatrice et gérante de deux salles cinémas indépendants à NYC). Une rencontre avec Pascale Obolo (artiste, réalisatrice, fondatrice d’Afrikaada, revue d’art africain contemporain) et Wetsy Mposa, galeriste bruxelloise, sont également prévues, ainsi q’une rencontre avec Maria de Medeiros, actrice, chanteuse et réalisatrice, et marraine du Centre. Nous poursuivons  la coopération avec la Cinematek de Bruxelles sur un projet autour des archives de Chantal Ackerman. Le Centre possède un film d’Akerman, Letterd Home, et la Cinémathèque travaille avec la fondation Chantal Akerman à la restauration et préservation de tous ses autres films. Nous continuons à alimenter en contenu le site Genrimages et nous poursuivons les ateliers. Le montage des captations des débats, rencontres et séminaires que nous avons filmés depuis quelques années se poursuit, tout comme la reprise des projections, avec des nouveaux films qui rentrent dans notre catalogue. Et bien sûr le travail de fond sur les archives et la distribution.

Nicole Fernandez-Ferrer

 

Sitographie

Festival des Femmes de Créteil : https://filmsdefemmes.com

GenrImages : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com/education-a-limage-formation/ateliers-genrimages/

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com

Lire c’est vivre : https://www.lirecestvivre.org

VideoOut : http://www.videoout.org

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Nicole Fernandez-Ferrer, « Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/968

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube