Archives par étiquette : Bohème

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Ardèche. L’amie bien-aimée

Ardèche : septembre 1925

L’amie bien-aimée

Zaza a rencontré les de Neuville grâce à ses parents[1]. Elle est devenue amie avec Geneviève, la seconde fille de la famille, ainsi qu’avec Anne-Marie et Jacques. Zaza est régulièrement invitée dans la propriété du Pont, dans le Gard. Ses séjours et les souvenirs qu’elle en conserve sont radieux, ce qui n’empêche pas sa malice de donner à plein. Nous avons choisi de focaliser votre attention, vous visiteurs et visiteuses, sur le voyage que Zaza a effectué au Pont du 16 au 23 septembre 1925, comme donnant un bon aperçu de la joie de vivre et de l’amitié qu’il y avait entre Geneviève de Neuville et Zaza, ainsi que l’entente cordiale qui régnait entre Zaza, sa sœur Marie-Thérèse (Zon) et la famille de son amie. Les photographies sont de Zaza et d’un·e photographe inconnu·e, prises avec l’appareil photo de Zaza.

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925 :

Cette lettre à Anne-Marie de Neuville, la sœur aînée de Geneviève de Neuville, à Geneviève et à leur frère Jacques, est datée du samedi 12 septembre 1925, depuis Gagnepan. Zaza a presque dix-huit ans, et elle annonce une merveilleuse nouvelle à ses ami·es, à savoir son arrivée au Pont, la propriété familiale des de Neuville dans le Gard.

©BnF

Le temps de l’amitié est de retour, grâce à la pression de Zaza sur sa mère, qui a visiblement du mal à se séparer de sa fille pour quelques jours, sans que les raisons en soient explicitées par Zaza. Peur de madame Lacoin d’importuner madame de Neuville?

©BnF

Rencontres mondaines auxquelles elle souhaite que Zaza assiste afin d’y trouver un mari, même si Marie-Thérèse n’est pas encore mariée ? Difficulté à voir une de ses filles s’éloigner ? À chacun·e de se faire son opinion.

©BnF

 Le ton de la lettre est très libre et fourmille d’anecdotes. Zaza tourne en dérision le sentiment la solitude de Marie-Thérèse et sa frustration – selon elle – de ne pas être enseignante. Marie-Thérèse comble sa morosité supposée par l’adoption d’animaux, une chienne et trois souriceaux en plus de sa chatte Minette : « La chatte a résolu rapidement le problème de leur éducation en les étranglant les trois avec décision. » RIP les rongeurs et vive la reine Minette, qui fait bon ménage avec la chienne Bohème, à tel point que Zaza, qui a des lettres, les compare toutes deux à Paul et Virginie. Le parallèle est curieux, puisque l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre (1788) est une histoire d’amour d’adolescents sur fond d’anti-esclavagisme.

©BnF

Sans doute Zaza veut-elle insister sur la naïveté charmante des deux animaux non humains, qu’elle voit ne pas se quitter :

Tout à l’heure la chatte dormait dans les pattes du chien avec la plus parfaite confiance et ce matin ils se sont embrassés avec frénésie, tout comme Jacques et la jolie Fève au nez de Lélette horrifiée.

Zaza fait ici allusion à un épisode non daté et non situé, où Jacques et Geneviève de Neuville se sont embrassés sous les yeux de Marie-Madeleine du Moulin de Labarthète (dite Lélette[2]). Dans cette famille-ci, les mœurs fraternelles étaient peut-être plus sévères que chez les de Neuville et les Lacoin, d’où la stupeur de Marie-Madeleine. La comparaison humaine permet de mieux comprendre pourquoi Zaza parle ensuite de Paul et Virginie, puisqu’ils sont d’abord élevés comme frère et sœur par leurs mères qui vivent l’une à côté de l’autre. Zaza en profite pour brocarder sa cousine du Moulin, qui a l’âge de sa sœur Marie-Thérèse.

Zaza se moque aussi de la religion catholique, dont elle prétend avoir oublié tous les cantiques. L’épisode de son après-midi où elle a « pensé périr d’ennui » en compagnie d’une chanoinesse est raconté dans un style très enlevé. Pourtant, tout avait bien commencé. Cette religieuse de la famille d’Izarn de Villefort, amie des Lafabrie-Lacoin côté Gagnepan, a discouru sur le maillot de bain à l’époque de sa jeunesse et d’aujourd’hui. Le sport et la mode occupent un temps la conversation et Zaza s’amuse à peindre la plage de Biarritz comme un lieu de perdition pour les baigneuses. Disponible sur YouTube, la vidéo « A Day at the Beach in Biarritz 1928 », par Glamourdaze, montre surtout des mondain·es heureuses et heureux de vivre[3]. La suite de la lettre décrit l’état d’énervement silencieux, donc violent, de Zaza, face à cette obligation mondaine qui tourne au cauchemar d’ennui. Répété, ce type d’épreuve ne peut qu’ébranler une santé nerveuse déjà fragile comme celle de Zaza et expliquer le coup de hache qu’elle se donne en 1927[4].

2) Photos du Pont, s.d. :

Ces deux photographies prises par Zaza en 1925 représentent le domaine du Pont, de la famille de Neuville, où elle se rend régulièrement.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

La légende de la seconde photographie est élogieuse : 

« séjour délicieux, tennis, bains, méditations à volonté ! »

Bref, Zaza pratique un programme sain et sportif chez la famille de Neuville, entre sports et réflexions sur soi et sur le monde. Les rapports entre Geneviève de Neuville et Zaza sont tissés de mille et un secrets et échanges, tout aussi profonds et amicaux que ceux entre Simone de Beauvoir et Zaza[5].

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925 :

©BnF

Cette lettre de Zaza à sa mère est datée du 21 septembre 1925, du domaine du Pont. La jeune fille réaffirme avec force son amour pour sa mère, et pour son père. Pour autant, elle ne semble pas perdue ni désespérée de rester encore deux jours supplémentaires en compagnie de son amie Geneviève de Neuville, « dans ce lieu charmant ». Cependant, même si « Ce mot vous arrivera à peu près en même temps que moi », elle adresse ses remerciements à sa génitrice, ce qui lui permet de ménager un astucieux suspens quant au récit de voyage qu’elle va avoir à lui faire.

©BnF

La suite au prochain chapitre, en somme. Zaza, en écrivaine voyageuse consommée, attise la curiosité de sa lectrice, en l’avertissant qu’il y aura un rapport (oral) de son séjour chez les de Neuville, accompagné d’images, les photographies qu’elle a prises dans les « jolis coins que nous connaissons maintenant grâce aux de Neuville ». Ses hôtes et hôtesses l’ont guidée et lui ont fait découvrir leur région.

4) Photographie de groupe, Ardèche, septembre 1925 :

Cette photographie en noir et blanc a été prise en septembre 1925, lors du séjour de Zaza au Pont, chez les de Neuville.

©Association Élisabeth Lacoin

Cette photographie de groupe a été prise dans le Bois de Païolive, un « chaos minéral et végétal [qui] invite à l’exploration[6] ». Au premier plan se trouvent Geneviève de Neuville, Marie-Thérèse Lacoin, Anne-Marie de Neuville, puis Jacques de Neuville et Zaza, quatre jeunes filles et un jeune homme. Trois d’entre elles sont debout, la quatrième est assise à droite de la photographie, tout comme le jeune homme, assis à gauche. Les jeunes filles ont des robes courtes, à savoir juste au-dessous du genou, selon la mode de cette époque, taillées dans le même tissu à carreaux. Les manches sont également courtes, puisque nous sommes à la fin de l’été, dans le sud-est de la France. Leurs cheveux sont courts, suivant la tendance garçonne des Années folles et elles portent un chapeau cloche, soit sur leur tête soit à la main. On ne voit pas leurs pieds, cachés par l’herbe, sans doute pris dans des chaussures de randonnée. Jacques de Neuville porte un gilet de couleur sombre sur une chemise blanche entrouverte, un pantalon clair et il est nu-tête. Anne-Marie de Neuville et Marie-Thérèse Lacoin ne regardent pas l’objectif, au contraire de Geneviève, Jacques et Zaza. Au deuxième plan se trouvent des buissons et des arbres, au troisième plan des falaises de calcaire.

Il y a un beau mouvement dans cette image, donné par les postures, toutes différentes, les lignes des écharpes des filles, des chapeaux tenus à la main et les fissures des rochers, les lignes courbes et horizontales de la végétation des deuxième et troisième plans. Le groupe humain ressort sur le sombre des buissons tout en étant en accord avec la pierre des falaises.

5) Photographie du Pont-d’Arc, septembre 1925 :

Cette photographie, prise par Zaza, ressemble à une peinture sur soie chinoise : même brume, même roche impressionnante en arc de cercle, même absence de figures humaines. Songeons également aux paysages du film Balzac et la Petite Tailleuse chinoise (Dai Sijie, 2002, d’après son roman éponyme paru en 2000) et ceux dessinés par le bédéaste belge Roger Leloup dans La Jonque céleste (1998) et La Pagode des brumes (2001).

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza est placée sur la rive droite de cet endroit du Pont-d’Arc : « Arche naturelle de 60 mètres de haut enjambant la rivière Ardèche, elle est le point de départ des très renommées gorges de l’Ardèche[7]. » La falaise coupe l’image en deux, tout en laissant de l’espace au premier et au dernier plan, grâce à la présence et au mouvement de l’eau, qui va de la gauche vers le centre de la photographie. Le ciel est présent dans le dernier tiers vertical de l’image, ainsi qu’au troisième plan, ouvrant également l’espace. C’est la lumière qui domine ici, précisant les détails des falaises, celle du premier plan et celle de l’arrière-plan. Une belle réussite pour une photographe amatrice.

L’Ardèche est un coin béni d’une triade divine : Anne-Marie, Jacques et Geneviève de Neuville. Zaza n’a qu’une hâte, c’est de les rejoindre et de goûter au plaisir de leur compagnie. Elle va jusqu’à supplier sa mère de la laisser encore chez eux, au Pont, dans le Gard. Quand on connaît l’amour immense que Zaza porte à sa maman, on mesure à quel point son amitié pour, surtout, Geneviève, est forte. L’écriture du bien-être s’inscrit également dans les photographies, de groupe et de paysages embrumés, une spécialité de Zaza, portée à la douce mélancolie et à la capture de sa future nostalgie.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Ardèche. L’amie bien-aimée », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL: https://vadmc.hypotheses.org/?p=3065


[1] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 8.

[2] Ibid., p. 8.

[3] Cf. https://www.youtube.com/watch?v=WJNjKvCP8UY&t=11s

[4] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit. , p. 85.

[5] Cf. la partie « La vie à Paris ».

[6] Cf. https://www.ardeche-guide.com/sites-incontournables/le-bois-de-paiolive

[7]Cf. https://www.ardeche-guide.com/sites-incontournables/les-gorges-de-l-ardeche

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche

Ardèche – L’amie bien-aimée. Septembre 1925.

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925

Gagnepan                                                                                       12 septembre 25

Ma chère Anne Marie, ma jolie petite fève,
révérendissime frère Innocent,

Vos lettres pleines d’éloquence ont fini par convaincre notre famille et l’on a décidé que nous irions au Pont… toutes les deux, toutes les deux …

J’en suis si folle de joie que je n’ai rien d’autre en tête pour l’instant et ne sais rien vous dire de plus. Je ne peux pourtant pas le répéter quinze fois en suivant même en parodiant de saints cantiques et en répondant au pieux venez venez venez. Nous pourrions dire à la rigueur

Au château du Pont, incomparable veine,
Nous accourons réjouir nos jeunes ans.

Mais je m’arrête ; il y a si longtemps que j’ai laché les catéchismes de persévérance de Saint Thomas d’Aquin que je ne sais plus aucun cantique.

Donc, nous vous arrivons Jeudi, pour quatre jours seulement et encore quel mal nous avons eu à obtenir une si longue permission. Maman très ébranlée déjà par les longues lettres de Geneviève et d’Anne Marie s’est décidée je crois après avoir lu la lettre de Jacques et voici pourquoi. Il était question dans cette épitre de lectures spirituelles pieusement écoutées par Anne Marie et maman enchantée de penser que Zon et moi nous pourrions suivre ces exercices édifiants a pris le parti de nous envoyer au Pont, jugeant que trois jours de retraite nous feraient beaucoup de bien.

Je n’ai rien pu dire à Geneviève l’autre jour. Il est tout à fait déplorable quand on veut bavarder de s’arrêter toutes les dix secondes pour chercher un mot en ère ou en em. Je me suis impatientée deux ou trois fois jusqu’à dire « foute me pacem » (ceci s’adressait à une feuille et non à Geneviève) et j’ai juré de ne plus jamais suivre une semblable méthode.

Nous n’avons pas fait grand-chose il est vrai depuis votre départ. Dimanche nous avons déjeuné avec Lélette chez les d’Izarn de Villefort ; j’étais entre la vicomtesse douairière et la chanoinesse et j’ai pensé périr d’ennui. La chanoinesse pourtant nous a fait un petit cours plein d’agrément sur les costumes de bain de son époque. Apprenant que nous étions en train d’en fabriquer, elle nous a donné des directives, nous conseillant la blouse ample à petites fronces et le pantalon ajusté à la cheville. J’étais si sage depuis trois quarts d’heure que j’en avais par-dessus la tête et l’envie me pressant de faire un peu enrager la chanoinesse je lui ai fait de la plage de Biarritz une description si véridique que ses cheveux si bien tirés d’ordinaire se dressaient d’horreur sur sa révérende tête. J’ai rapporté du chalet une provision de cachets que je remettrai Jeudi à Jacques et c’est vraiment le seul agrément que nous ayons retiré de cette assommante journée. Marie Thérèse pour combler le vide de son cœur et satisfaire ses penchants d’éducation a adopté depuis votre départ une vraie famille d’animaux. A la petite chatte sa fille aimée s’est ajoutée une petite chienne « Bohème » et hier trois souris d’un jour. Ces trois horreurs n’avaient ni poils ni yeux et leur bouche était si imperceptible que d’aucune façon on ne pouvait les nourrir. La chatte a résolut rapidement le problème de leur éducation en les étranglant les trois avec décision. La famille est donc réduite à Bohème et Minette chez lesquelles nous éveillons peu à peu des sentiments fraternels des plus touchants.  Tout à l’heure la chatte dormait entre les pattes du chien avec la plus parfaite confiance et ce matin ils se sont embrassés avec frénésie, tout à fait comme le faisaient Jacques et Jolie Fève au nez de Lélette horrifiée. Jeudi je vous raconterai encore mille traits touchants dignes de Paul et Virginie.

A bientôt, j’ai peur de tomber malade d’impatience avant d’arriver au Pont. Nous n’oublierons ni les raquettes, ni les cachets, ni les costumes de bain qui ne sont pas tout à fait pareils à ceux que portait la chanoinesse de Villefort dans son jeune temps mais qui n’ont pas besoin des petits morceaux que Geneviève proposait charitablement, ou insolemment.

J’embrasse Anne-Marie et Jolie Fève de tout mon cœur, que Frère Innocent croie à mon religieux dévouement en Notre Seigneur. Prière de présenter à Made de Neuville et à votre grand-mère mes respects d’avance très reconnaissants.

Zaza

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925

Le Pont                                                                               Vers le 21 septembre 1925

Maman chérie,

Votre généreuse prolongation nous a mis l’âme en liesse pour utiliser une de ces expressions moyenâgeuses qu’affectionne le dernier descendant de l’illustre famille Coquebert.

Je ne m’attendais pas je l’avoue à un si agréable délai et quoique j’attende avec impatience de vous revoir, maman chérie, je me suis fort réjouie à l’idée de passer deux jours de plus dans ce lieu charmant.

Ce mot vous arrivera à peu près en même temps que nous et je n’ai pas l’intention de vous raconter mes dernières journées, vous les entendrez  bientôt de vive voix. Nous gardons de ce pays un souvenir délicieux et nous avons fait des promenades absolument superbes.

Quelques photographies vous donneront une idée de tous les jolis coins que nous connaissons maintenant grâce aux de Neuville. Nous faisons maintenant des tas de projets pour cet hiver.

Je vous embrasse maman chérie de tout mon cœur et avec vous papa, Anmé et toute la bande.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3980

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn