Archives par étiquette : Bourvil

Debout les femmes !

Debout les femmes ! Filmer des exploitées

Être une femme, être une AVS, une auxiliaire de vie, une femme de ménage…, en 2021, c’est être exploitée, quelle que soit sa couleur de peau. Déjà, c’est être invisible aux yeux des femmes et des hommes politiques. Qui nettoie mon bureau de parlementaire? C’est Personne. Qui s’occupe de ma grand-mère, de mon grand-père, qui les lève, les lave, leur fait et leur donne à manger ? Personne. Qui s’occupe de mon enfant handicapé·e, à la maison et à l’école ? Une ombre, sous-payée comme ses consœurs du sanitaire et du social, à pas même le SMIC. Qui veut changer leur quotidien et les faire exister, leur donnant une dignité et une reconnaissance sociale fixes ? Le député François Ruffin (France insoumise), le documentariste Gilles Perret et le député Bruno Bonnell (En Marche !).

Tels les John Steinbeck du XXIème siècle, avec le soutien de Bourvil (« Le Petit Bal perdu», « La Tendresse ») et de Bernard Lavilliers (« On The Road Again »), ils nous découvrent le travail de ces femmes, qui tiennent le cap, font leur travail et l’aime, malgré des contraintes horaires imposantes. Elles se lèvent chaque matin à quatre heures pour qu’à six heures tout soit impeccable dans les hôpitaux, les cliniques, les écoles, les bureaux. Elles se réveillent à six heures pour commencer leur journée de travail à huit heures et la terminer à vingt heures, après avoir parcouru une ville, des lieux, d’est en ouest et du sud au nord, sans relâche et sans être défrayées de leurs frais d’essence. Pause déjeuner ? Quelle pause déjeuner ? Des bons d’achats pour des masques et des blouses ? Pourquoi, elles perçoivent (et l’aperçoivent, de loin) un salaire.

C’est tout cela que nous voyons, que nous (re)découvrons, ainsi que le combat de François Ruffin pour faire bouger les choses. Et pour réunir le plus grand nombre de ces travailleuses, pour qu’elles prennent leur combat en main, sans paternalisme de sa part. Ces dames s’unissent pour être entendues par les politiques et par nous, spectateurs et spectatrices qui pouvons les soutenir. Face caméra, elles parlent et analysent leur situation, indigne d’un pays démocratique et d’un pays d’où les discriminations de sexe sont interdites par la constitution. Mais c’est bien parce qu’elles sont femmes qu’elles sont sous-payées et donc exploitées. Car en France en 2021, il semble normal que les tâches ménagères et de soin aux personnes ne soient pas salariées à leur juste valeur. Rappelons que les luttes féministes au cours des siècles ont aussi eu pour but de rendre visibles le soi-disant normal, à savoir la prise en charge gratuite par la moitié de l’humanité de travaux peu valorisés dans et hors l’espace familial. Les mots employés sont révélateurs : « femmes de » ménage, « auxiliaires » de vie, sans compter les acronymes qui masquent la surreprésentation féminine dans certains métiers. Les ovaires sont mis en avant, tout comme l’aide, elle aussi naturellement féminine.

Soutenir leur combat, c’est aussi agir pour le partage normal des tâches ménagères du quotidien. Peut-être monsieur passera-t-il, ainsi, naturellement l’aspirateur au sein de son couple hétérosexuel, quand il verra que l’AVS de son fils dyslexique est payé autant que lui ?

Le documentaire de Ruffin et Perret est dynamique et non larmoyant, sans apitoiement, mais avec la volonté de changer concrètement le travail de ces femmes. Le film se conclut par une séquence mémorable d’une Assemblée nationale composée uniquement de femmes (de ménage, AVS, auxiliaires de vies), votant des lois visant à leur rendre justice, avant d’entonner « L’Hymne des femmes » (créée en 1971 par des militantes féministes). Minutes d’émotion qui coupent le souffle.

Qu’elles sont grandes et glorieuses, ces femmes !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Debout les femmes ! Filmer des exploitées », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2171

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte France Culture

Une radio à écouter avec plaisir tout le temps

Texte écrit à l’occasion des 50 ans de France Culture, en juillet 2013, suite à un sondage de la radio auprès de ses publics. Comme l’ensemble des personnes qui y avaient répondu, j’ai été ensuite contactée pour être interviewée à la Maison de la Radio. J’ai eu le plaisir d’être interrogée par la journaliste Pauline Maucort. 

Par où commencer? « C’est l’été sur France Culture ! » : cette voix joyeuse – et bien d’autres – m’accompagne maintenant depuis plus de dix ans, de Grandes Traversées en Grands Entretiens. Sans compter les dimanches midi passés à s’ouvrir l’appétit en écoutant l’émission sur la nourriture, commencée par la voix de Bourvil « A table, c’est prêt ! », et juste avant le jeu des « Papous dans la tête », les soirs de semaine à écouter les acteurs, réalisateurs, écrivains… parler d’eux, les vacances passées à suivre « L’histoire du rock », ou les semestres agrémentés de la « Grande et petite histoire de la Comédie Française ». Autres souvenirs : la série sur les écrivaines (Olympe de Gouges ? Mme de Staël, George Sand et Colette) dirigée par Laure Adler, les voix si distinguées et si attachantes de Marguerite Yourcenar et de Patrice de Rosbo. Celle de François Truffaut avec ou sans Hitchcock, écoutée de 9h jusqu’à midi en ayant sous les yeux les montagnes des Alpes. Celle de Claude Lelouch expliquant son enfance rocambolesque dans la France de l’Occupation. Celle de Marguerite Duras lisant à la radio dans les années soixante-dix son adaptation d’India Song, et moi, guettant avec angoisse le cri déchirant du Vice-Consul – Michael Lonsdale.

Combien de fois ai-je demandé à mes parents (à l’époque préhistorique du non-podcast), d’ouvrir la radio dans la voiture afin de ne pas manquer l’Emission du jour avec un grand E, combien de fois suis-je restée près du poste afin de ne pas perdre une miette de l’émission, surtout lorsque je me trouvais dans un endroit retiré où les ondes passaient mal. Et que dire de ma déception lorsque j’ai voulu écouter une émission sur Edgar P. Jacob, l’auteur de Blake et Mortimer  et que je me suis aperçue qu’une autre radio occupait les ondes de France Culture.

France Culture, pour moi, c’est, en vrac : des génériques soigneusement peaufinés, toujours originaux, des voix de journalistes que l’on reconnaît d’une émission à l’autre, d’une année à l’autre, des émissions suivies d’années en années, parfois dans des conditions d’écoute aléatoires – certains lieux sont rétifs à la réception des ondes, une radio que l’on peut écouter à toute heure du jour et de la nuit, où même l’économie devient intéressante. Longue vie à France Culture !

Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une radio à écouter avec plaisir tout le temps », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/457

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn