Archives par étiquette : Bretagne

Masculinités aquatiques 1 planche à voile VADMC

Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile

… ou de la drague en milieu aqueux, dans L’Ami de mon amie (Éric Rohmer, 1987) et dans L’Effet aquatique (Sólveig Anspach, 2016). Les relations de couple se nouent et se dénouent dans l’eau, tant urbaine que campagnarde.

La piscine est le lieu d’échanges salés, voire tragicomiques. Chez Rohmer, Adrienne (Anne-Laure Meuret) est jetée à l’eau dans un des bassins de la piscine de Cergy-Pontoise, par son petit ami Alexandre (François-Éric Gendron), dont le machisme et le niveau basique de drôlerie éclate dans cette séquence, où nous le voyons pour la première fois, par les yeux de Léa (Sophie Renoir) et de Blanche (Emmanuelle Chaulet), qui ont fini de nager dans le second bassin.

D’autres lieux aquatiques prennent en charge la séduction. Ainsi, l’étang de Neuville, à la base de loisirs de Cergy-Pontoise, devient-il le lieu propre où l’amour de Blanche et de Fabien – l’ami de l’amie de Blanche – s’épanouit progressivement. Ils partagent le même goût pour la planche à voile, et, se devinant l’un à l’autre, beaucoup d’autres choses, avec, en point d’orgue, la séquence renoirienne de la forêt. C’est donc sans surprise que l’étang et  la base de loisirs deviennent le lieu de l’aveu de leur amour réciproque, et de la construction de leur couple, couple encore secret.

Et qu’après la première séquence de planche à voile, Blanche repousse la (vague) avance d’Alexandre, rencontré en milieu urbain. C’est également dans les séquences de café en trio (Blanche, Léa et Alexandre) que Blanche se met volontairement en retrait, ce qui provoque l’agacement de Léa qui, quoique inconsciemment amoureuse d’Alexandre depuis le début, pousse consciemment Blanche dans ses bras. Alexandre est donc un homme de paille pour Blanche, qui lui permet de masquer son amour pour Fabien, tout en permettant à Léa de masquer l’amour qu’elle éprouve pour Alexandre, puisqu’elle est encore en couple avec Fabien.

Savants chassés-croisés du jeu de l’amour et du désir, typiques de Rohmer, ici portés à un haut point d’incandescence, soutenus par le langage (les échanges rapides et moqueurs d’Alexandre et de Léa, versus le parler tranquille et réfléchi de Blanche et de Fabien) et les couleurs de leurs vêtements (échanges entre le bleu et le vert, avec ça et là une touche de rouge, de jaune et de blanc).

La base de loisirs est l’espace des derniers échanges des couples enfin formés correctement, à savoir Blanche & Fabien, Léa & Alexandre. Les vacances d’été les éloigneront définitivement les uns des autres, chacun avec sa chacune : les premiers se rendent en Bretagne (coucou Pauline à la plage et Le Rayon vert, à bientôt Conte d’été), les seconds en Sardaigne. Région française à prix modeste versus destination luxueuse et étrangère, Rohmer soigne les détails sociaux-culturels jusqu’au bout de sa sixième comédie et proverbe.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Masculinités aquatiques (1) : la planche à voile », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7806

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Thésardes en film VADMC

Thésardes en film

Les métiers intellectuels ont peu d’attrait pour les cinéastes français·es, et les étudiantes sont plus représentées dans leurs histoires sentimentales que comme des travailleuses, tant à l’université que dans les petits boulots qui leur permettent de poursuivre leurs études. Il semble que le mariage soit leur horizon indépassable, tout comme une intelligence limitée, qui ne leur permet pas de s’intéresser à leurs cours. Sauf si elle n’a pas un physique de rêve, puisqu’une étudiante intéressée par ses études ne peut être que laide, donc bas-bleue, intello, vieille fille (aucune mention n’est à barrer).

Cette représentation patriarcale et classiste – dont un des pires exemples restera à jamais le feuilleton Hélène et les garçons (Jean-François Pory, 1992-1994), ex-æquo avec L’Auberge espagnole (Cédric Klapisch, 2002) – est parfois battue en brèche, au moins dans sa partie travail, intelligence et beauté.

Outre une rapide mention dans Lui (Guillaume Canet, 2021), où la maîtresse du personnage principal (Guillaume Canet) est jouée par Laetitia Casta et où elle déclare être titulaire d’un doctorat en Lettres, il y a Camille (Agnès Jaoui) dans On connaît le chanson (Alain Resnais, 1997) et Dominique dite Do (Hélène de Fougerolles) dans Va savoir (Jacques Rivette, 2001).

La persona de ces trois actrices est un mélange de beauté physique et d’intelligence, les spectateurs et les spectatrices les attendent dans des rôles de femmes qui ont un cerveau. C’est le cas dans Lui, où la maîtresse ne s’en laisse pas compter par son amant et fait alliance avec l’épouse (Virginie Efira). On reste cependant dans le domaine sentimental, uniquement.

Le doctorat de Do et de Camille est pris plus au sérieux. Do, jeune bourgeoise, planche à la bibliothèque parisienne de l’Arsenal et chez elle, elle écrit et dessine pour son sujet consacré au péplum tourné en Italie et aux États-Unis et à l’Antiquité gréco-romaine (cinéma et Lettres classiques). Ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire, de tomber amoureuse d’un séduisant metteur en scène italien (Sergio Castellitto), un peu plus âgé qu’elle. De l’art d’aller jusqu’au bout de son sujet, en l’actualisant un tant soit peu… Pour Hélène de Fougerolles, ce rôle est le prolongement de celui de Christine, la lycéenne déléguée de classe du Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), qui faisait honte de leur paresse au groupe de petits mecs héros du film, et qui n’était donc pas béate d’admiration devant leurs bêtises, sans pour autant faire partie de la bande de militantes féministes de leur établissement scolaire.

Le sens de la répartie ne fait pas non plus défaut à Camille, qui, agacée par l’incompréhension abyssale de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), ami de sa sœur Odile (Sabine Azéma), devant son sujet de thèse en histoire médiévale : « Mais pourquoi t’as choisi ce sujet ? », lui répond frontalement : « Pour faire parler les cons. » Un très très grand merci au tandem Jaoui-Bacri, également scénaristes, d’avoir écrit cet échange percutant, qui a vengé, venge, et vengera tant de doctorantes en Sciences humaines. Et qui, comme je l’ai expérimenté en distribuant cet extrait à des proches et amies, fait office de catharsis, en provoquant un rire salvateur. Tout au long du film, Camille est montrée comme prenant sa thèse très au sérieux, tout en se questionnant sur son utilité. Le public assiste à la fin de sa soutenance, ainsi qu’aux félicitations chaleureuses qu’elle reçoit de sa famille – et même de son petit ami Marc (Lambert Wilson), un salaud ordinaire (voir pourquoi dans le film…), pour lequel la seule réponse aux multiples angoisses existentielles de Camille est un morceau de sucre. Ne manque à Camille que le collier et la laisse pour devenir la parfaite animale de compagnie de Marc.

Si Do est dans sa thèse, Camille parcourt les derniers mois de la sienne et la soutient, et la maîtresse de Lui est docteure. Ces trois films déroulent le spectre de la fin des études universitaires, les doctorantes et docteure étant jouées par des actrices au physique agréable et à la vive intelligence, déjà connues du public pour des rôles de femmes à l’esprit délié, de sujets et non d’objets. De quoi chasser, le temps de ces films, le poids du sexisme ambiant. Pas si mal.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thésardes en film », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7375

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube