Archives par étiquette : Bruno Le Roux

Continuer la lutte VADMC

Continuer la lutte ?

Les tentatives d’assassinats, les enlèvements et les assassinats perpétrés par les groupuscules d’extrême-gauche européenne dans les années soixante-dix ont abouti à la traque, puis à la condamnation et à l’emprisonnement des militant·es. Le cinéma s’est bien entendu emparé du sujet, d’abord sur le moment, puis avec de plus en plus de recul.

Dans Allonsanfàn (Frères Taviani, 1974), c’est l’échec de la lutte pour la démocratie et l’unité italiennes, initiée par certains bourgeois, qui est au cœur du dispositif scénique. Tant les villageois·es que les paysan·nes n’en ont que faire des idées des Lumières et de la mise en marche d’une justice et d’un monde plus équitables. De même que les Brigades rouges, issues de la classe moyenne, ont échoué à rallier l’ensemble du peuple italien, tout en tuant certains de ses membres, de même les aristocrates d’Allonsanfàn tuent des paysans et des soldats.

De même, dans Cavale (Lucas Belvaux, 2002), Bruno Le Roux (Lucas Belvaux), militant de l’« Armée populaire » (Action directe dans le scénario publié aux Cahiers du Cinéma) qui s’évade après de longues années de prison, préfère insister sur les mauvais traitements subis par ses camarades de lutte quand ils ont été interrogés par la police après leur capture, plutôt que de faire face aux assassinats de gens ordinaires que ses amis et lui-même ont commis des années auparavant. Sans parler de son association avec le malfrat Jacquillat (Patrick Descamps), qui, lui, n’a jamais été inquiété et est devenu un industriel en vue. C’est d’ailleurs un scénario quasi identique qui a été choisi en 1994 par Joël Séria dans sa transposition du Brouillard au Pont de Tolbiac de Léo Malet (1956) avec Guy Marchand en Nestor Burma, l’agitation politique des années trente du roman étant remplacée par la révolution de Mai 68 et ses suites plus radicales, mais toujours avec la complicité de malfaiteurs apolitiques. Tout comme dans Romanzo Criminale (Michele Placido, 2005), les voyous n’ont pas d’opinion politique et se tiennent soigneusement à l’écart de cet univers.

Aucun regret également du côté de Lisa Venturi (Valeria Bruni Tedeschi), Brigade rouge emprisonnée suite à plusieurs meurtres, dont le dernier, heureusement raté, permet à la victime, Alberto Sajevo (Nanni Moretti), de la contacter plusieurs années ensuite, dans La Seconda Volta (Mimmo Calopresti, 1996). Lisa reste dans son monde de slogans, comme Bruno, dont celui qui justifie la mise à mort de certain·es : « En tuer un pour en éduquer cent ». Ni l’une ni l’autre ne changent d’avis, Lisa en prison, son casque de walkman vissé sur les oreilles, Bruno englouti dans les neiges grenobloises, sa mitraillette en main.

Le sort de Giulia Monfalco (Sonia Bergamasco), dans Nos meilleures années (La Meglio Gioventù, Marco Tulio Giordana, 2003), est plus doux. Brigadiste, elle est arrêtée et emprisonnée, puis libérée au début des années deux mille. Si ses motivations profondes à franchir le pas de l’illégalité et de la violence restent obscures, tant son mal-être est ancré en elle, sa culpabilité de jeune femme issue de la bourgeoisie, ainsi que sa colère devant les injustices criantes de la société de consommation des années soixante-dix, sont visibles. Et, tout comme Lisa, elle reste emmurée dans le silence, même après avoir retrouvé sa liberté.

Des films qui montrent le danger de vouloir régler les problèmes du monde par la violence.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Continuer la lutte ? », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7103

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube