Archives par étiquette : Bruxelles

Interview des Sœurs Barbault

« Le cinéma, ça vient de soi » – Interview des Sœurs Barbault

Emilie et Sarah Barbault sont sœurs et réalisatrices : clips, séries, film, rien ne leur résiste, tout les intéresse. Un grand merci à elles pour leurs réponses complètes et passionnantes.

Tiphaine Martin – Comment êtes-vous devenues réalisatrices ?

Émilie et Sarah Barbault – Nous inventons des histoires depuis que nous sommes petites. Notre père était producteur de films, nous avons ainsi baigné dans le milieu du cinéma. Sarah a commencé par faire l’École d’Art Saint-Luc à Bruxelles, elle est devenue graphiste et elle a travaillé dans le milieu de la presse. Émilie a toujours voulu devenir réalisatrice, mais elle a entrepris des études de droit et elle a passé le concours à l’université Paris-Assas. Parallèlement, nous avons hanté les tournages de films, en étant techniciennes, scripte pour Emilie, assistante réal et régisseuse pour Sarah. Et nous réalisions des courts-métrages pendant le week-end. En 2012, nous nous sommes consacrées uniquement à la réalisation, nous avons réalisé notre premier clip pour le groupe Minor Alps (co-fondé par Matthew Caws, fondateur du groupe Nada Surf) [en ligne sur notre site, cf. le lien à la fin de l’interview]. Nous avons ensuite enchaîné les clips, des publicités, continué à réaliser des courts métrages, puis nous avons réalisé les épisodes de la websérie C’est quoi ton nom, créée par le duo Blankass. C’est ainsi que nous sommes rentrées complétement dans la fiction, d’où la réalisation d’épisodes pour la série de France 2 Un si grand soleil.

T.M. – Voyez-vous des différences entre tourner des clips et réaliser des films pour la télévision ou le cinéma ?

E.S.B. – Techniquement, il n’y a aucune différence entre les différentes formats (clips, pubs, films pour la télévision, séries). Ceci dit, un clip, c’est la liberté narrative la plus totale, chacun possède son style, du plus abstrait au plus réaliste. Dans une quotidienne comme « Un si grand soleil », la, le réalisateur·trice n’intervient pas sur le scénario, on filme ce qui a été écrit en amont. Même si on essaie toujours d’aller un peu plus loin, et d’apporter un peu de poésie. Pour un unitaire pour la télé, on va pouvoir apporter notre point de vue sur l’ensemble du scénario, une collaboration avec le ou la scénariste est essentielle, on essaiera ensemble de renforcer certaines choses, par exemple si on veut que le héros existe encore plus, on pourra essayer d’ajouter des scènes du quotidien qui le montreront dans son intimité, pour nous il est essentiel que les personnages soient vivants, on aime montrer une certaine réalité… Et au cinéma, pour un film d’auteur comme le nôtre, on est très libre, car on choisit les comédiennes et comédiens, et c’est notre histoire que l’on réalise. Le cinéma, ça vient de toi.

De toute façon, nous abordons chaque projet avec la même passion, on trouve notre bonheur dans chaque format.

T.M. – Pourquoi venir tourner à Joigny ?

E.S.B. – Nous sommes tombées amoureuses de Joigny et nous y habitons maintenant toutes les deux, avec nos familles. Enfants, nous avions l’habitude de venir passer certaines de nos vacances à Sens. En 2008, nous avons visité des maisons dans l’Yonne, dont Joigny, diligentées par notre mère qui souhaitait s’installer dans le coin. Finalement, c’est nous qui y habitons. Et nous trouvons que ce sont des lieux inspirants, les côteaux, la vue spectaculaire, les maisons, la café de Laïd, les ciels, le pont… Un matin, on a eu une certitude, il fallait que notre film se passe à Joigny. La film évoque un retour aux sources, et, l’été dernier, en regardant le ciel rose, spectaculaire, qui se couchait, ces sources sont devenues Joigny. 

T.M. – Quand et comment est née l’idée de votre prochain film, Retour à Joigny ?

E.S.B. – C’est un projet assez autobiographique, l’héroïne a des choses de nous deux en elle, il y a le personnage du père (qui sera interprété par l’immense Jean-Pierre Darroussin) qui ressemble beaucoup au nôtre, le personnage de la mère a été victime d’inceste de la part de son beau-père, comme la nôtre… 

Nous avons écrit une première version du scénario il y a presque 6 ans maintenant. Notre ami, le très talentueux scénariste Jérôme Reybaud, nous a aidé à le retravailler en élaguant, en nous poussant à aller plus loin dans nos envies et dans notre imaginaire. Nous avons également fait un travail de réécriture pour adapter notre histoire à Joigny, qui se passait initialement en Belgique, et encore avant à Los Angeles. Le scénario a tellement évolué… La première version s’appelait Sasha In L.A., aujourd’hui nous avons  Retour à Joigny en tête, mais on l’appelera peut-être définitivement Sasha de Joigny. C’est le titre qui nous plaît le plus !

T.M. – Ce nouveau film a-t-il des liens avec vos autres productions ?

E.S.B. – Oui, il est un peu relié à notre court-métrage Pleurez des larmes d’enfance (2016). Le personnage de la mère de Sasha, Tessa, qui sera interprété par la magnifique actrice norvégienne Elisabeth Mortensen, est, comme on vous l’a dit, inspiré de notre maman, l’écrivaine et journaliste Tootsie Guéra. Pour le reste…. il faudra attendre la sortie du film en salles ! Ajoutons que maintenant, après toutes nos réalisations différentes, nous connaissons notre style, nous savons ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Quand nous faisons des repérages, nous visualisons tout de suite notre mise en scène.

T.M. – Quels sont les rôles principaux et qui les tiendra ?

E.S.B. – Donc…

Personnages, comédiennes et comédiens : Sasha (Sara Mortensen) ; David (Jean-Pierre Darroussin) ; Matthieu (Jean-Christophe Folly) ; Tessa (Elisabeth Mortensen) ; Philippe (Philippe Rebbot) ; Laurence (Maëlle Genet) ; la vétérinaire (Juliette Plumecocq-Mech) ; Vincent (Alban Aumard que nous avons rencontré et dirigé sur Un si grand soleil ), entre autres.

Résumé : Et s’il n’était finalement jamais trop tard pour changer de vie ?

Sasha, 38 ans, revient dans la maison de son enfance à Joigny en Bourgogne, après avoir tout envoyé balader : Londres, Philippe son conjoint, son métier de photographe plutôt bancal. 

Un peu perdue, comme ce chien qui la suit jour après jour, elle recherche calme et réconfort en attendant de pouvoir partir se réinventer ailleurs. Mais son entourage, Tessa sa mère, David son père, Laurence son amie de toujours, et Matthieu le nouveau patron du café de quartier, faisant face eux aussi à leurs propres difficultés, ne peuvent pas lui apporter l’apaisement qu’elle est venue chercher. Et ils ont du mal à comprendre son désarroi, qui pourrait peut-être cacher quelque chose de plus profond…

Emilie et Sarah Barbault

 

Site des réalisatrices, avec les clips, les pubs, les épisodes de websérie et de téléfilm – à consommer sans modération : https://www.emiliesarahbarbault.com/biofilmo

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Emilie et Sarah Barbault, « “Le cinéma, ça vient de soi” – Interview des Sœurs Barbault », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1395

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview N. Fernandez-Ferrer

Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer

Un grand merci à Nicole Fernandez-Ferrer d’avoir répondu à nos questions, et de donner envie d’investir le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir (Paris 9ème, cf. sitographie en fin d’article) pour y découvrir ses vastes archives féministes et féminines.

Tiphaine Martin – Depuis quand es-tu directrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

Nicole Fernandez-Ferrer – Je suis déléguée générale depuis 2004, depuis le dépôt des statuts pour la réouverture du Centre en juillet 2003. Trois personnes m’ont aidée à réouvrir le centre :  Annie Kensey, présidente actuelle du Centre ; Maryvonne Wattelez, trésorière ; Sophie Laurent, qui s’occupe du site Genrimages. Ensuite, ont rejoint le bureau du Centre Suzanne Robichon, qui travaille actuellement sur la mémoire des déportées lesbiennes ; Joëlle Bolloch, ancienne iconographe, spécialiste de la photo mortuaire et qui militait dans le même groupe féministe que moi en Normandie dans les années 70-80.

Pour ma part, j’ai fait des études de lettres et langues, puis de documentation, archives audiovisuelles et informatique. J’ai commencé à travailler au Centre en 1982, à son ouverture. Le Centre a été fondé par Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Carole Roussopoulos. Simone de Beauvoir lui a donné son nom à la demande des fondatrices. Ensuite, j’ai travaillé à VideoOut avec Carole, puis dans des festivals et comme traductrice Le Centre a fermé en 92, les fonds ont été récupérés par le CNC. Le Centre a réouvert en 2004. Un bref historique du premier Centre est disponible sur notre site, la suite est à écrire ; l’ensemble de la saga du Centre serait à filmer, grâce aux témoignages et aux vidéos dont nous disposons et que nous pourrions recueillir.

Ioana Wieder, Carole Roussopoulos et Delphine Seyrig, au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir 1982
©Martine Franck

T.M. – Quand et comment as-tu rencontré Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – J’avais déjà croisé Simone de Beauvoir dans des manifestations avec Sylvie Le Bon de Beauvoir. J’ai rencontré de Beauvoir chez elle rue Schœlcher, en 1982, en compagnie de Delphine et de Carole. Alors que je pensais assister simplement à la conversation, Delphine m’a donné la parole pour exposer les projets des archives. Quand je parlais, Beauvoir écoutait vraiment ce que je disais, sans m’interrompre, ce qui pour moi était très impressionnant. C’était quelqu’un de très attentif. Beauvoir avait le sens de l’humour et sa conversation était passionnante. Notre dialogue s’est déroulé de façon très agréable, Beauvoir, Delphine, Carole et moi-même partagions le même humour. Dans son appartement, j’ai été frappée par ses nombreux souvenirs de voyage, une véritable collection. Autre écho mémoriel : Beauvoir venait au Centre pour les soirées de projection notamment. Les films passaient sur des téléviseurs que nous installions au rez-de-chaussée. Je me souviens également de Beauvoir aidant aux recherches de financements, sachant que sa notoriété pesait dans les décisions. Delphine était très active aussi pour cela et a continué après le décès de Beauvoir.

T.M. – Quel est le rôle du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir ?

N.F.F. – Le Centre a un rôle central dans la préservation du matrimoine de films réalisés par des femmes et des films féministes (réalisé par des femmes et/ou par des hommes). Les archives sont au cœur de notre activité, et participent à enrichir la culture en France, à l’étranger et auprès des jeunes générations. Nous travaillons beaucoup avec les publics scolaires, même très jeunes, sans tabous, mais toujours avec une contextualisation précise des films et des explications plus ou moins détaillées, selon l’âge des spectateurs et spectatrices. J’ai développé ce travail avec des scolaires au Centre, travail que j’avais effectué au Festival des Femmes de Créteil.

Film No Gravity de Silvia Casalino (en distribution au Centre).

Le site Genrimages est né de ces ateliers, animés également ma collègue Laetitia Puertas. Mon intérêt pour les activités avec les personnes incarcérées a donné lieu à des projections, rencontres et ateliers à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, particulièrement chez les femmes, mais également chez les jeunes détenus et les hommes Je me rends également dans des associations, des lieux culturels, des salles de cinéma, mais aussi des syndicats, des établissements scolaires pour diffuser et débattre des films. J’interviens également dans les écoles d’art et les universités en France et à l’étranger, pour parler de l’histoire de la vidéo féministe à partir des années soixante-dix. Notre travail avec les artistes vient d’un groupe de réflexion, Travelling féministe, créé à l’initiative d’Elisabeth Lebovici. Ce groupe compte des critiques d’art, des curatrices, des historiennes de l’art et des commissaires d’exposition. Grâce à la Fondation de France, nous avons organisé des séminaires avec des artistes, des chorégraphes, des plasticiennes, des réalisatrices. Ces séminaires sont filmés. Un autre exemple de cette collaboration est l’exposition Delphine Seyrig et les collectifs vidéo féministes des années 70-80 au Museo Reina Sofía à Madrid et au LaM, à Villeneuve-d’Ascq, par les commissaires Nataša Petrešin-Bachelez et Giovanna Zapperi.

T.M. – Comment établis-tu les partenariats et quels sont-ils actuellement ?

N.F.F. – Nous avons des partenariats avec deux salles de cinéma, à Paris : le Forum des Images, le cinéma le Luminor-Hôtel de Ville et entamons une nouvelle collaboration avec la Cité audacieuse (une projection est prévue le 21 décembre). Nos partenaires financiers sont : la Mairie de Paris, le CNC, la mission cinéma de la mairie de Paris, le ministère de l’égalité femmes-hommes, le CNC et des partenaires privés ou institutionnels sur des projets comme Wom@rts avec Europe Creative.

Nos partenariats sont les suivants :

  • le réseau de cinémathèques et vidéothèques de films amateurs et militants, DIAZ Interegio,
  • les Archives du féminisme,
  • le service audiovisuel de la BnF (depuis 2005, avec un programme de numérisation et de restauration),
  • l’association Lire c’est vivre, active dans les bibliothèques de prison comme la bibliothèque de la MAF de Fleury Mérogis ouverte en 1987, grâce à une nouvelle loi initiée par Robert Badinter. Avec ce dernier partenaire, nous faisons un choix des films (films encore à l’écran), et invitons des personnes ayant travaillé sur le film : la réalisatrice ou le réalisateur du film, preneuse·eur de son, comédien·n e, productrice·teur, costumièr·e… qui débattent avec les personnes détenues, après la projection.

Nous avons également des partenariats ponctuels, comme des musées à l’instar du Reina Sofia. Quelques autres partenariats et projets : avec l’association Autour du Premier Mai, le projet de programmation Les filles sages vont au paradis, les autres où elles veulent ; et notre projet collectif Wom@rts, qui dure trois ans, et se terminera fin 2021.

Yilian Cañizares dans Madre Habana d’Emmanuelle de Riedmatten (en distribution au Centre).

T.M. – Habituellement (hors pandémie), à quelle régularité projetez-vous des films ?

N.F.F. – À Paris, nous organisons des projections une fois par mois. En prison, c’est une fois par mois, sauf en août. Les projections en France et à l’étranger sont assez régulières, je me déplace souvent.

T.M. – Au Centre, avez-vous encore beaucoup de vos archives à numériser ?

N.F.F. – La BnF a encore un lot à numériser, les films vont revenir vers le printemps/été 2021. Ce sont les collections des années 80-90-2000. Avec les nouveaux supports, il n’y a plus besoin de numérisation. À partir de 2021, le flux de numérisation sera réduit. La BnF conserve nos archives dans des conditions de températures et de sécurité optimales, elles restent notre propriété.

T.M. – Quels sont tes projets, vos projets au Centre ?

N.F.F. – Nous avons un projet de restauration de Sois belle et tais-toi ! et d’Ines (une militante brésilienne, incarcérée, torturée et violée dans les années 70), deux films de Delphine Seyrig.

Maria Schneider, Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos (tournage Sois belle et tais-toi ! 1975-1976)
©Famille Seyrig

Nous avons également nos projets de numérisation avec la BnF. Trois rencontres Wom@rts sont prévues avec Jackie Raynal (monteuse, actrice, programmatrice et gérante de deux salles cinémas indépendants à NYC). Une rencontre avec Pascale Obolo (artiste, réalisatrice, fondatrice d’Afrikaada, revue d’art africain contemporain) et Wetsy Mposa, galeriste bruxelloise, sont également prévues, ainsi q’une rencontre avec Maria de Medeiros, actrice, chanteuse et réalisatrice, et marraine du Centre. Nous poursuivons  la coopération avec la Cinematek de Bruxelles sur un projet autour des archives de Chantal Ackerman. Le Centre possède un film d’Akerman, Letterd Home, et la Cinémathèque travaille avec la fondation Chantal Akerman à la restauration et préservation de tous ses autres films. Nous continuons à alimenter en contenu le site Genrimages et nous poursuivons les ateliers. Le montage des captations des débats, rencontres et séminaires que nous avons filmés depuis quelques années se poursuit, tout comme la reprise des projections, avec des nouveaux films qui rentrent dans notre catalogue. Et bien sûr le travail de fond sur les archives et la distribution.

Nicole Fernandez-Ferrer

 

Sitographie

Festival des Femmes de Créteil : https://filmsdefemmes.com

GenrImages : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com/education-a-limage-formation/ateliers-genrimages/

Le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir : https://www.centre-simone-de-beauvoir.com

Lire c’est vivre : https://www.lirecestvivre.org

VideoOut : http://www.videoout.org

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Nicole Fernandez-Ferrer, « Diffuser les films féminins et féministes – Interview de Nicole Fernandez-Ferrer », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/968

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn