Archives par étiquette : Camille redouble

Masculinités aquatiques 2 Effet aquatique VADMC

Masculinités aquatiques (2) : le projet together

Comédie, romantique jusqu’au bout du cratère islandais, L’Effet aquatique (Sólveig Anspach, 2016) multiplie les points d’eau, lieux de rencontres souvent très charnelles.

Ainsi, Corinne (Olivia Côte), maîtresse-nageuse, palpe en riant le corps de Samir (Samir Guesmi, dans un nouveau rôle d’amoureux post-Camille redouble), grutier, qui se douche à la piscine de Montreuil, sous couvert de vérifier qu’il se savonne bien. Samir se dérobe et refuse cet attouchement non consenti. Pour Samir, la personne la plus importante de la piscine reste Agathe (Florence Loiret-Caille), également maîtresse-nageuse, dont il est amoureux. Sauf qu’Agathe n’a pas encore fait le deuil de son mari décédé.

Lorsqu’elle s’abandonne, un soir, sur le haut plongeoir de la piscine alors déserte, leur duo amoureux est interrompu par l’irruption de Reboute (Philippe Rebbot), maître-nageur, ivre, et deux jeunes femmes, ivres également. Samir, qui a fait semblant de ne pas savoir nager pour séduire Agathe, plonge à la rescousse d’une des deux femmes, qui a chuté dans la piscine et se noie, alcool aidant.

Ce sauvetage a des impacts négatifs sur la vie de trois personnages. D’abord, Reboute, honnête père de famille, est mis à pied pour faute professionnelle et sexisme, tandis qu’Agathe s’éloigne de Samir, en refusant de lui parler et en partant pour un congrès international de maîtres et maîtresses-nageuses en Islande, comme le lui apprend le flegmatique Daniel (Estéban), collègue d’Agathe. Derrière Samir, dans l’entrée de la piscine et ce, depuis le début du film, sont suspendus les drapeaux de tous les pays, dont celui d’Israël. Samir perd donc doublement Agathe.

Cependant, cette seconde partie offre l’occasion à Samir de déclarer publiquement son amour à Agathe, qui de blonde est devenue brune, mais sans harcèlement ni pression. Ayant usurpé l’identité du délégué israélien au congrès international, Samir se retrouve à la session d’ouverture. Et, convié malicieusement par Agathe à exposer le projet palestinien, il finit par construire un projet politique fabuleux, qui est aussi une fabuleuse déclaration d’amour à Agathe, le « projet together » : que les Israéliens et Palestiniens construisent une piscine ensemble, la piscine de la paix, où Israélien·nes et Palestinien·nes nageraient ensemble, car nager est une activité paisible. Samir agrippe ses mains l’une à l’autre pour symboliser cette proposition, sous les applaudissements de ses « collègues », dont le délégué palestinien, très ému quoique surpris (Samer Bisharats), de la déléguée brésilienne, yeux brillants et applaudissant frénétiquement (Johanna NIizard), et d’Agathe, muette et yeux ronds. Ou comment l’amour conduit à l’humanisme, donc à la solidarité universelle.

Il faudra pourtant bien d’autres eaux pour qu’Agathe et Samir s’enlacent définitivement, sans être dérangés. D’abord, celle, chlorée, d’une piscine islandaise, où Agathe nage de concert avec Samir, qui a perdu la mémoire suite à une électrocution (Claude François nous voilà). Puis, à la toute fin, Agathe a fait son propre chemin mental et sensuel de son côté. Elle est donc prête à accueillir un nouveau amour, celui que Samir lui porte, depuis qu’il l’a vue dans un café de Montreuil remettre un harceleur à sa place.

C’est dans une source d’eau chaude que tout se conclut. Agathe, ayant reconnu son attachement pour Samir, l’a perdu de vue, lors d’un déplacement en groupe. Elle le retrouve dans une source d’eau chaude, en compagnie de la déléguée brésilienne, qui savonne délicatement le visage de Samir, qui a les yeux fermés. Sur la musique aérienne, délicate, bref sublime, de Martin Wheeler, le couple d’amis islandais (Didda Jónsdóttir, Frosti Jón Runólfsson) d’Agathe et de Samir kidnappent en douceur la déléguée, et Agathe prend sa place. Et c’est…

La grande vie

Le sacre des amants

Qui justifie tous tes chagrins d’avant

Alors là, oui, ça ressemble à quelque chose

Alors là, oui, ça les vaut toutes les roses1

1 Bénabar, « La grande vie », Inspiré de faits réels, Jive Epic, 2014.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Masculinités aquatiques (2) : le projet together », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7840

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Goldoni Rivette Lvovsky VADMC

Goldoni chez Rivette et Lvovsky

Le dramaturge italien Carlo Goldoni (XVIIIe siècle) a été utilisé par les cinéastes, soit comme prétexte d’une quête au trésor, soit comme mise en abyme de la situation vécue par certains personnages.

Dans Va savoir (2001), le réalisateur Jacques Rivette invente, avec la complicité de ses scénaristes Pascal Bonitzer et Christine Laurent, une pseudo-pièce inédite de Goldoni, Il Destino veneziano, que le metteur en scène Ugo (Sergio Castellitto), qui vient jouer du Pirandello avec sa troupe, souhaite retrouver et monter. Noémie Lvovsky, de son côté, fait jouer à sa Camille redouble (2012) des extraits des Amoureux (1759), en compagnie de son futur ex-mari Éric (Samir Guesmi). Dans les deux films, Goldoni est l’occasion de rencontres et d’échanges dans la ville, un fil solide de la dramaturgie cinématographique.

Ugo rencontre Dominique Desprez (Hélène de Fougerolles) à la bibliothèque de l’Arsenal, puis chez sa mère (Catherine Rouvel), qui possède une bibliothèque héritée de son mari, descendant d’un ami français de Goldoni. Ugo rencontre également un marchand d’autographes et de manuscrits (Claude Berri). Rivette filme Paris et ses immeubles anciens, presque aussi anciens que la chasse au trésor d’Ugo. Les liens tissés entre Ugo et Dominique se poursuivent dans les bistrots parisiens et les quais, ainsi que dans la loge d’Ugo – en toute chasteté et chaperonnage maternels – au théâtre. Ugo mentionne sa quête dans l’appartement de Pierre (Jacques Bonnaffé), ancien compagnon heideggerien de Camille (Jeanne Balibar), compagne actuelle d’Ugo. L’Italien trace une carte de Paris à sa mesure artistique, loin des clichés touristiques.

Les amours de Camille (Noémie Lvovsky) et d’Éric explosent sur la scène de leur lycée, pendant les répétitions de la pièce de Goldoni, au désespoir du professeur de théâtre (Micha Lescot) et à l’amusement de leurs ami (Vincent Lacoste) et amies (Judith Chelma, Julia Faure, India Hair), qui sont doublement au spectacle. L’attraction amoureuse se déploie également dans une fête du samedi soir, dans les rues de la ville de province où se déroule le film, dans un café et dans la piscine et la cabine de piscine de cette même ville. La pièce se poursuit donc dans la « vraie vie », avec scène de jalousie, disputes, embrassades, scène de sexe et de tendresse post-coïtale.

Goldoni aurait-il pensé à une telle postérité ? Avis aux spécialistes…

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Goldoni chez Rivette et Lvovsky », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7699

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube