Archives par étiquette : Carnets de voyage

Texte E. Desjeux

Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque – Interview de Delphine Lannaud

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments des fonds Emilie Desjeux, peintre, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Delphine Lannaud. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un carnet de voyage écrit à l’encre violette, paginé, parfois daté. Il commence à la page 33, par la description d’un voyage à Florence, puis à Bologne, « sous une pluie torrentielle ».

Desjeux concentre ses notes de voyage sur ses visites aux musées, ce qui est logique, au vu de sa profession (p. 39) :

L’après-midi le musée Pitti, quelles merveilles entassées, que de chefs-d’œuvre on est ému là, comme dans une église, je vois les gens qui ôtent leurs chapeaux, les larmes en viennent aux yeux tous ces raphael, oh !il faut renoncer à rien citer c’est un éblouissement et je ne me doutais certes pas de cela (…).

Je n’ai pas modifié l’absence de ponctuation et de majuscules de Desjeux, qui trahit son émotion… et sa modernité. Les adeptes de textos a-grammaticaux et a-ponctués apprécieront. Si la religiosité est explicite, elle n’est pas (seulement) due aux sujets religieux des tableaux de Raphaël. Ce n’est pas non plus celle que la marquise de Blocqueville retrouve en Italie, quelques années plus tôt [voir notre article ici]. C’est celle de la communauté artistique, qui exulte devant tant de savoir-faire et de beauté.

Desjeux varie les plaisirs et se rend quelques pages plus loin à la basilique Santa Croce, au Palais Bargello (musée), puis dans un grand parc, toujours à Florence (p. 48) : « L’après-midi tournée photographique Sta Croce au Bargello ensuite au Cascine où j’ai été dévorée par les moustiques ce qui m’a fait fuir un peu vite ». La peintre photographe ne se prend pas au sérieux et note avec humour la férocité des insectes italiens, indice d’un air peu pollué, pourtant.

Deuxième archive, un carnet écrit à l’encre violette, puis noire, puis écrit au crayon, parfois paginé. Il commence à la page 50 et n’est pas écrit jusqu’à la fin. 

Nous sommes à Sienne (p. 50) : 

(…) arrivée dans la pluie et le vent qui fait rage. Cela manque de charme (…), pension très bien après le déjeuner la pluie s’étant calmée mot illisible de reconnaissance autour de la ville qui est un bijou tout au moins ce qu’il y a de pittoresque, avec du soleil ce doit être très séduisant.

Le terme « pittoresque » est typique des récits de voyage du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle, avec le goût pour les ruines hérité de la période romantique (fin du dix-huitième siècle- début du dix-neuvième). Le pays étranger est vu à travers un prisme déformant d’exotisme. La voyageuse ou le voyageur ne retiennent que le côté amusant, distrayant du lieu visité. Elle et il ne creusent pas la surface de ce qui est vu.

Troisième archive, un carnet écrit à l’encre violette et noire, non paginé. La première date est celle du « 29 Mars 99 » et nous nous trouvons à Londres avec Desjeux :

Les musées anglais tout merveilleusement installés c’est fort clair, les tableaux de maître bien groupés ce qui rend la visite facile (…). La matinale Gallery se trouve sur la plus belle place de Londres Trafalgar Square (…).

Nous sommes loin des entassements de cadres dans les salles du Louvre de cette époque. La muséographie française ne songeait pas au plaisir de la contemplation des visiteurs et visiteuses.

Quatrième archive, un carnet écrit à l’encre violette puis noire, paginé à partir de la page 3.

Cette fois, direction la Hollande de l’automne 1898, avec l’appareil photo en bandoulière et devant les paysages :

« (…) nous regrettons de ne pas pouvoir faire des photographies, mais nous passons un peu vite (…). » (p. 2)

« Et voici les jolis moulins qui font leur apparition (…). » (p. 3)

« Caractère fait des photographies qui du reste ne donneront rien mot illisible étant faites avec le brouillard, ces appareils de photographie tous mot illisible un succès extraordinaire près des gamins qui nous suivent. » (p. 20)

Le pittoresque refait surface, avec son cliché du moulin qui nous fait reconnaître les Pays-Bas entre mille autres destinations touristiques. La description du travail photographique de Desjeux met en avant les contraintes météorologiques, ainsi que la rareté de ce travail artistique, qui attire la curiosité des jeunes générations.

Cinquième archive, un carnet écrit à l’encre noire puis violette, paginé.

Nous sommes au vingtième siècle, départ de l’Yonne, en gare de Laroche-Migennes :

19 août [dans la marge] Nous quittons Laroche à destination de Chambéry à 11h du soir par un bon train, mais des voyageurs ennuyeux avec cela au complet, si bien qu’en arrivant à Chambéry à 7h du matin nous sommes fatiguées repos à l’hôtel de la Poste et l’après-midi excursions aux Charmettes. La maison de J Jacques et de Mme de Warrens vieille petite maison très bien située et laissée dans l’état primitif avec les meubles anciens retour par la colline des Charmettes et la fontaine St Martin, fort jolie vue, mais quelle route ! 

Récit haletant – surtout sans ponctuation – d’une traversée ferroviaire bourguignonne-savoyarde, avec point de chute littéraire ancien d’un siècle et demi, c’est-à-dire assez nouveau. La culture de Desjeux est multiple et ne se résume pas aux beaux-arts.

Sixième archive, un album de cartes postales, d’envois d’ami·es à Desjeux : Londres, Vézelay, Saint-Georges (près de Nyons), Varsovie, Autriche, Allemagne, Angleterre, Italie, Italie, Italie (surtout Venise, Florence et Rome).

Nous suivons les changements d’adresse de Desjeux, de la capitale à la province :

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Interview de Delphine Lannaud

Tiphaine Martin – Qui est Emilie Desjeux ? 

Delphine Lannaud – Remarquable portraitiste, Emilie Desjeux naît en 1861 à Joigny, un bourg près d’Auxerre, dans un petit milieu de commerçants-artisans. La famille déménage à Paris, où la jeune fille suit un cours de dessin à l’Ecole Municipale et Spéciale de Dessin, puis assez rapidement les cours de l’Académie Julian, sans doute à partir de 1880. Elle devient l’élève de William Bouguereau dès son entrée comme professeur, en 1885. Le peintre la soutient et la cite souvent comme l’une de ses élèves les plus talentueuses.

Secrétaire des Artistes Français, elle expose dans leur Salon chaque année jusqu’en 1908. Surtout, elle s’engage très tôt pour réclamer l’entrée des femmes à l’Ecole des Beaux-arts et prend part à la fondation de l’«Union des femmes peintres et sculpteurs », avec Hélène Berthaux, pour soutenir les droits des femmes dans le domaine de l’art. C’est d’ailleurs au titre de son engagement qu’elle est promue officier de l’ordre des Palmes académiques en 1890.

 Célibataire, son talent lui permet de vivre de sa peinture. L’obtention d’une « mention honorable » à l’Exposition universelle de 1900, pour son Autoportrait, assoit sa réputation. Elle dispose d’un atelier puis ouvre à son tour au 108, rue du Bac puis au 21, rue de Visconti, un lieu où elle dispense son enseignement et prépare les jeunes femmes à entrer aux Beaux-Arts, où elles sont enfin admises à partir de 1896.

Emilie Desjeux fait de nombreux voyages, dont un en Hollande en 1898, pour visiter l’Exposition « Rembrandt » à Amsterdam. Ce qui ne l’empêche pas de passer régulièrement ses étés à Bussy (vers Joigny) où son père a racheté la maison familiale.

Elle se retire de la vie publique à 71 ans, en 1932, chez les sœurs de la Providence à Paris et décède à 96 ans.

T.M. – De quoi sont constitués les fonds Desjeux ? 

D.L. – Les carnets de voyage que vous avez pu étudier proviennent d’un fonds privé, exceptionnellement prêté aux Musées d’Auxerre, qu’il faut distinguer de nos propres collections. Il se compose de notes, de carnets de croquis, d’albums de cartes postales, de carnets de voyages, de lettres et de photographies… des témoignages tous rassemblés par un ami proche d’Emilie Desjeux.

T.M. – Des œuvres d’Emilie Desjeux ont-elles déjà été exposées à Auxerre et dans l’Yonne ? 

D.L. – Oui. Récemment à Joigny, en 2014, à l’occasion d’une exposition sur les artistes du Jovinien et à Auxerre, en 2018, pour célébrer l’acquisition de l’Autoportrait présenté à l’Exposition Universelle de 1900 par les Musées d’Auxerre.

Mais en 2005 déjà, une exposition des Musées d’Auxerre voulait faire redécouvrir l’artiste à travers l’une de ses œuvres les plus emblématiques : Le Banquet. Une oeuvre qui mérite d’ailleurs quelques mots… Emilie Desjeux reçoit, en 1906, la commande officielle de ce tableau témoignant, à Auxerre, du discours d’Emile Combes sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat (1904). Pour l’achever, l’artiste a principalement recours à la photographie et à de nombreuses esquisses, les personnalités et les membres du Conseil municipal d’Auxerre ne mettant guère de bonne volonté pour prendre la pose.

T.M. – Et hors du département ? 

D.L. – A ma connaissance, non. Le chemin est encore long pour faire connaître plus largement le travail des artistes femmes représentées dans les collections publiques de province. Le Musée d’Orsay a envisagé, me semble-t-il, de lancer un programme de recherches et une collecte de données sur cette thématique…

T.M. – Avez-vous des projets concernant la mise en valeur des fonds Desjeux ? 

D.L. – Comme je vous le disais, ce fond reste entre des mains privées. Nous souhaiterions toutefois, avec l’accord des propriétaires, poursuivre son étude. Je suis également attentive à tout ce qui pourrait éclairer certains pans de la vie de l’artiste, ainsi qu’à l’opportunité d’acquérir de nouvelles œuvres pour enrichir les collections auxerroises. Si un parcours dédié aux Beaux-Arts devait venir compléter nos salles d’archéologie, il est évident qu’Emilie Desjeux occuperait une place de choix illustrant la richesse de la production locale.

Delphine Lannaud

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Delphine Lannaud, «Interview de Delphine Lannaud », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Marquise de Blocqueville

La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse – Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments du fond de la marquise de Blocqueville, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Stéphanie Guyot-Nourry. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un grand carnet vert, qui contient le journal intime de la marquise, à l’écriture penchée. Des fleurs séchées ont laissé leur marque sur les lignes tracées par la diariste.

 

 

Ensuite, un petit carnet bordeaux d’aquarelles (paysages, maisons, plantes, animaux) et de notes.

Puis, un petit carnet noir de notes de voyages, non paginé. 

La citation suivante nous montre le caractère affirmé de la marquise, lors d’un séjour en Normandie avec des proches :

 Rouen. Hôtel d’Angleterre, le mardi 6 8bre 1857. Je me suis levée bien lasse, et Marie ayant voulu aller au bain elles ne sont rentrées, à mon immense ennui, qu’après 1 heure. Mon caractère commençait à bouillonner !

Puis, un second petit carnet noir de notes de voyages, non paginé.

La citation suivante nous montre la ferveur religieuse de la marquise. Cependant, je n’ai pu déterminer, avec une première lecture rapide, s’il s’agit d’une citation de Cris à propos de mot illisible, évoqués par la marquise au début du carnet, ou les propos de la marquise, car il y a une sorte de guillemets tout au long des marges dans tout le carnet. Mais sont-ce vraiment des guillemets ?

La Rome chrétienne et catholique, enfin, domine tout pour mon esprit. Ou vit en commerce intime et familier avec Jésus, avec les apôtres, pour les entendre.

Puis, le manuscrit de Rome, récit de voyage paru en 1865, est disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1075961/f4.item.texteImage Le manuscrit n’est pas paginé, mais abondamment raturé.

Enfin, deux petits carnets rouges de voyage enfermés dans un coffret, non paginés.

Extraits des carnets, au hasard :

  1. « Voici le soleil, et le soleil du midi et la route bien aimée, tout comme… ivresse et joie jadis ! … ah ! pourquoi vieillir ! (…) l’amour du midi est comme le prolongement de l’amour de moi-même tant il fait partie de mon essence ! »
  1. « Malade, j’ai traîné le matin, écrit cinq ou six lettres. »

J’ai choisi ces citations pour montrer les changements d’humeur de la marquise, ainsi que sa faculté d’analyse. Nous voyons également que ces alternances sont centrées sur le corps, un corps féminin type du dix-neuvième siècle, en proie à des humeurs mouvantes, tel que l’ont figé les romanciers et les médecins, sans analyses poussées des véritables causes de ces sautes d’humeur, à savoir les corsets du patriarcat.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « La marquise de Blocqueville, diariste, peintre et écrivaine voyageuse », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Interview de Stéphanie Guyot-Nourry

Tiphaine Martin – Qui est la marquise de Blocqueville ?

Stéphanie Guyot-Nourry – Louise Adélaïde Davout voit le jour le 8 juillet 1815, à Paris, rue Saint Dominique, dans le grand hôtel d’Eckmühl.

Dès le 24 juillet, le maréchal Davout se retire, avec sa famille, dans son domaine de Savigny-sur-Orge. La petite Louise Adélaïde passe ses toutes premières années dans ce lieu qui demeurera pour elle un refuge, où l’image du grand homme est omniprésente.

La maréchale entend que ses filles aient la même éducation que les garçons. Aussi, les matières enseignées à Louise Adélaïde sont variées : mathématiques, histoires, langues étrangères, dessin, musique, latin…

Après le décès de son père en 1823, elle relate dans de petits carnets des événements privés (voyages, lectures, événements familiaux…) mais aussi des faits historiques ou des événements nationaux ou internationaux. Habitude qu’elle conservera tout au long de sa vie.

En 1835, elle épouse Edmond François de Couliboeuf, comte de Blocqueville, de 26 ans son aîné. Il semble que la félicité soit de courte durée. Ils se séparent en 1858. Le couple n’aura pas d’enfant.

Ce qui explique, qu’en 1869, elle décide de léguer à la Ville d’Auxerre, un ensemble d’objets et d’ouvrages, afin de créer un salle à la mémoire de son père.

Pourquoi Auxerre ? Le maréchal Davout a étudié au lycée militaire d’Auxerre, a été chef d’un bataille de volontaire de l’Yonne pendant la Révolution. De plus, la marquise de Blocqueville connaissait fort bien Maximilien Quantin, archiviste du département de l’Yonne et Amboise Challes, maire de la ville. Elle assurait, ainsi, à sa donation une caution scientifique et politique.

En 1868, elle emménage dans un hôtel particulier à paris, au 9 quai Malaquais. C’est dans ce lieu, qu’elle donne « Salon » et reçoit lors de somptueuses fêtes.

Elle voyage très fréquemment en Italie, Espagne, Angleterre ou au Moyen-Orient.

Elle écrit quelques romans. Son livre le plus connu demeure la publication d’un ouvrage consacré à son père Le Maréchal Davout raconté par lui même et par les siens.

Elle s’éteint à Paris, le 8 octobre 1892.

T.M. – De quoi est constitué le fond marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Le cœur de la salle d’Eckmühl est constitué d’objets ayant appartenu en propre au maréchal Davout, puis des objets ayant appartenu aux membres de la famille Davout sont venus enrichir la salle.

Les collections couvrent tout le 19ème siècle. Mais on peut noter des œuvres du 17ème et du 18ème siècle, notamment de remarquables tableaux ou pièces de moblier.

Ainsi, cette salle conserve un ensemble riche de 650 objets et 2500 ouvrages et manuscrits.

La collection du Maréchal Davout, prince d’Eckmühl :

Elle constitue le cœur de la collection avec des objets prestigieux : le manteau d’apparat, le glaive et la canne de cérémonie portée lors du sacre de Napoléon Ier en 1804, une console Jacob-Desmalter provenant de l’hôtel d’Eckmühl ou des correspondances de Napoléon au Maréchal, mais aussi des objets plus confidentiels comme un médaillon, renfermant des mèches de cheveux de son épouse et de ses enfants, porté sur les champs de bataille.

La collection de la Maréchale Davout, princesse d’Eckmühl :

Exception faite du costume de cérémonie porté par la princesse d’Eckmühl lors du mariage de Napoléon Ier et de Marie-Louise, les objets de Julie Aimée Davout nous invitent à entrer dans l’intimité de la famille : les lettres envoyées à son époux ou à ses enfants, son coffret de couture ou ses livres de comptes.

La collection de Napoléon-Louis Davout :

Ses portraits, sa correspondance, ses cahiers d’études et sa bibliothèque nous éclairent sur la personnalité du seul fils survivant du Maréchal Davout, resté dans l’ombre de son illustre père.

La collection de Louise Adélaïde de Couliboeuf, marquise de Blocqueville :

Ses pièces de mobilier, ses bijoux, sa correspondance, ses cachets, ses carnets de notes ou ses albums de voyage sont prétextes à un voyage dans le temps, un voyage dans le XIXème siècle.

T.M. – Quelles ont été les expositions consacrées à la marquise de Blocqueville hors Auxerre ?

S.G.N. – Aucune à ma connaissance.

T.M. – Quels sont les ouvrages consacrés à la marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Aucune bibliographie de la marquise de Blocqueville n’a été publiée.

T.M. – Quels sont vos projets de mise en valeur du fonds marquise de Blocqueville ?

S.G.N. – Les collections seront mises à l’honneur dans l’exposition consacrée à Napoléon Ier qui se tiendra à La Villette en 2021.

Prêt de trois objets : le manteau la ceinture, le glaive et la canne de cérémonie que le maréchal Davout a porté lors du Sacre de napoléon en 1804 ainsi qu’un bicorne appartenant au maréchal Davout dit »Bicorne d’Auerstadt ».

Exposition sur le Japonisme (programmée pour 2022). Seront présentés notamment des albums originaux d’Hokusaï et d’Hiroshige.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Stéphanie Guyot-Nourry, «Interview de Stéphanie Guyot-Nourry», Voyages autour de mon cerveau, novembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/836

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte La Philosophie marseillaise Beauvoir

Diffusion de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir

En avril 2018, j’ai contacté l’émission d’ARTE Invitation au voyage, avec un projet d’émissions sur les voyages de Simone de Beauvoir. La productrice, Blandine Grosjean, m’a répondu sur-le-champ. C’est ainsi que j’ai tourné une partie de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir, réalisée par Gaëlle Corvest et diffusée en septembre 2018.

A voir ici :

https://www.arte.tv/fr/videos/084418-001-A/la-philosophie-marseillaise-de-simone-de-beauvoir/

Ou ici :

https://vimeo.com/288537104

En espérant que cet épisode se transforme en série viatico-beauvoirienne, un très grand merci à Blandine Grosjean et à Gaëlle Corvest.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Diffusion de La Philosophie marseillaise de Simone de Beauvoir », Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/611

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Rosa Bonheur

Rosa Bonheur, le château-atelier

En cette fin août 2020, je suis partie, entre autres, sur les traces de la peintre Rosa Bonheur, dans son château-atelier de Thoméry, près de Fontainebleau. Après une visite guidée d’une grande qualité, je me suis entretenue avec la directrice, Katherine Brault.

Katherine Brault, directrice du château-atelier Rosa Bonheur

 

Merci à son équipe et à elle pour leur disponibilité et leur accueil.

 

Ce n’était pas la guide…

 

Tiphaine Martin – Qui est Rosa Bonheur ?

Katherine Brault – Rosa Bonheur est une peintre française du dix-neuvième siècle. Née en 1822 à Bordeaux dans une famille de quatre enfants (sa sœur et ses deux frères), elle perd sa mère à l’âge de onze ans, à Paris. Cette dernière s’était usée à nourrir ses enfants, après le départ de son mari chez les Saint-Simoniens. Après le décès de son épouse, celui-ci se préoccupe à nouveau de ses enfants et donne des cours de dessin à Rosa. Elle dépasse rapidement son père et vend ses dessins.

A partir de quatorze ans, Rosa Bonheur est indépendante financièrement et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Elle connaît un succès rapide et officiel. Les commandes affluent, tout comme les curieuses et les curieux, qui se pressent aux larges fenêtres de son atelier rue d’Assas. Afin d’être plus tranquille, Bonheur achète une ancienne demeure seigneuriale à Thomery, près de Fontainebleau. Lions, sangliers, cerfs, loups, chiens, moutons, corbeaux et bien d’autres animaux vivent paisiblement dans le parc de quatre hectares, nourris par les aides de la peintre. Anecdote amusante, ses dessins de lions ont servi à l’équipe des studios Disney pour la préparation du Roi Lion1.

 

Exemples d’œuvres de Rosa Bonheur

Après une vie riche en créativité et en rencontres (dont celle de Buffalo Bill, de sa troupe d’Indiens et de mustangs à Paris), Rosa Bonheur décède en 1899. Son héritière est une jeune Américaine, elle-même peintre. Les tableaux de Rosa Bonheur sont aujourd’hui visibles dans les grands musées étasuniens, dont le MET ; un seul est exposé au musée d’Orsay, à Paris.

T.M. – Pourquoi, à votre avis, a-t-elle été oubliée par l’histoire de la peinture ?

K.B. – Elle a été oubliée, ou plutôt mise de côté de l’histoire officielle des beaux-arts, car elle était une femme et elle était très célèbre à son époque. Deux bonnes raisons pour l’effacer et mettre ses œuvres dans les sous-sols des musées, du moins en France.

T.M. – Comment avez-vous découvert cette peintre ?

K.B. – Je suis née à Fontainebleau, donc Rosa Bonheur fait partie de l’ADN de la région, c’est une gloire locale.

T.M. – Comment votre parcours vous a-t-il amené à prendre la direction de ce château-atelier ?

K.B. – J’ai acheté ce château pour le sauver de la ruine, pour faire renaître cette femme et pour faire les recherches que personne n’a jamais faites. Pourtant, j’étais partie sur la construction d’un projet de tourisme culturel sur le dix-huitième siècle. Je n’avais aucun intérêt à la base, ni pour le dix-neuvième, ni pour la peinture animalière. En visitant cette maison, j’en suis tombée amoureuse. J’étais étonnée par le fait que se soit resté intact, puis je suis tombé devant son portrait [cf. ci-dessous] puis j’ai été fascinée par son existence. Le mystère Bonheur m’intriguait. J’ai mis trois ans avant de pouvoir acheter cette maison, puis les travaux de restauration ont commencé.

Portrait de Rosa Bonheur, par Edouard-Louis Dubufe et Rosa Bonheur (1857)

 

T.M. – En quoi Rosa Bonheur peut-elle intéresser les générations actuelles ?

K.B. – Elle est plus de notre époque que du dix-neuvième. Même, elle est trop en avance sur notre temps. Par exemple, sur l’égalité hommes-femmes, elle ne revendique rien, mais elle est dans la démonstration. Elle met les humains et les animaux sur un même plan et elle montre qu’on a besoin les uns des autres. Elle lutte contre la déforestation de la forêt, la fierté de Fontainebleau à son époque. Les carrières, qui souhaitaient s’étendre et dévaster la forêt, sont réglementées grâce à elle et à son intervention auprès de Napoléon III.

L’atelier de Rosa Bonheur

T.M. – Les artistes modernes se revendiquent-elles/ils de Rosa Bonheur ?

K.B. – Beaucoup la reconnaissent et c’est une de leurs sources d’inspiration. Ainsi, Magritte a beaucoup copié Bonheur.

T.M. – Vos envies de développement d’activités du château-atelier ?

K.B. – Actuellement, nous sommes le musée de l’atelier Rosa Bonheur. Je souhaite que nous devenions musée et que nous exposions ce que nous avons. Actuellement, nous exposons un dixième de ce que nous possédons. Beaucoup de musées datent du dix-neuvième siècle, époque de l’ouverture des collections royales au grand public et de l’exposition d’œuvres nouvelles.  Nous avons établi une collaboration avec d’autres musées pour faire ressortir ses œuvres des réserves. Rosa a la reconnaissance de son vivant, ce n’est  que dans les années 50 qu’elle est écartée . Quand elle meure, l’État français veut lui rendre les honneurs, ce qu’elle avait explicitement refusé de son vivant. Aujourd’hui, il n’existe pas non plus d’études sur la peinture animalière. Le mépris pour Bonheur à cause de sa trop grande réussite persiste, d’autant qu’elle se doit sa propre réussite, elle ne s’est pas appuyée sur un homme. Un exemple unique de réussite immense, au-delà de ses collègues masculins, et sans revendications militantes.

T.M. – Votre souhait pour l’avenir du château-atelier ?

K.B. – Faire du château/musée un centre de recherches sur Bonheur et sur la peinture animalière, accueillir des chercheurs en résidence. En deux ans de recherche, plus de cinquante mille références sont déjà sorties : plaques de verres (photographies), dessins, notes, coupures de journaux, carnets de voyage, bandes dessinées. Je souhaite également proposer plus de chambres d’hôtes dans le château.

Le salon de thé du château Rosa Bonheur

Katherine Brault

Plus d’infos sur le site du château-atelier : https://www.chateau-rosa-bonheur.fr

FB : https://www.facebook.com/museeatelierrosabonheur/

Instagram : https://www.instagram.com/chateaurosabonheur/

Twitter : @MRosalieBonheur

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Brault, « Rosa Bonheur, le château-atelier », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/574

 

 1 Sorti  en France en 1994. Ces recherches d’influences artistiques pour la construction des images animées sont une constante des studios Disney depuis leur création. Cf. mon article «  Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet  » URL : https://vadmc.hypotheses.org/71

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn