Archives par étiquette : Caro Diario

Bouger solidarité 2 VADMC

Bouger en solidarité (2) : Talons aiguilles et Journal intime

Que les films étaient beaux sous le soleil des années quatre-vingt-dix, surtout ceux chantants et dansants, et surtout en Espagne et en Italie. Même en prison on danse et on chante, avant de se battre. Et quand on est libre de ses mouvements, on commente danse et chant, en ramenant le tout à son nombril. Ce qui n’empêche pas de faire partir du groupe en mouvement, au moins pour un temps.

Dans Talons aiguilles (Tacones lejanos, Pedro Almodovar, 1991), un groupe de femmes aux vêtements colorés danse dans la cour d’une prison madrilène. La musique provient des hauts-parleurs de la cour, elle est donc intradiégétique. Le groupe est mouvant, soit que les femmes dansent en couple, soit qu’elles forment une ronde autour de Susanna (Bibiana Fernandez) qui choisit une partenaire, comme dans la danse du tapis, soit qu’elles forment des lignes et suivent Susanna, reconvertie en chorégraphe en cheffe.

Dans Journal intime (Caro Diario, Nanni Moretti, 1993), le réalisateur sillonne Rome à bord de sa Vespa, nouveau Gregory Peck qui aurait perdu son Audrey Hepburn et qui clamerait son amour pour sa ville, et non pour une ville étrangère, ce qui est le cas de Vacances romaines (Roman Holiday, William Wyler, 1953). Après avoir croisé Jennifer Beales, interprète principale de la comédie musicale Flashdance (Adrian Lyne, 1983), Nanni Moretti arrive sur une place avec un orchestre sur une estrade.

Des couples dansent, en très grande majorité des femmes avec des hommes, à l’exception d’un couple de femmes et de quatre femmes dansant ensemble. Le groupe de musiciens, les danseurs et les danseuses ont des vêtements colorés, quoique moins vifs que chez Almodovar, Moretti tranchant avec son t-shirt, son pantalon et ses lunettes noires, et son casque blanc à fermeture noire, telle une énorme mouche (du coche).

L’orchestre attaque « Visa para un sueño », de Juan Luis Guerra, un tube espagnol, donc. Moretti ne se mêle pas aux danseurs et danseuses, mais va chanter avec l’orchestre, avant de parler avec un couple hétérosexuel qui se trouve sur le bord de la piste. Moretti évoque Jennifer Beales, puis son envie de savoir danser. Il remonte ensuite sur son fier et sombre destrier pour continuer sa/notre balade romaine.

Dans les deux films, chacun·e bouge au sein d’un groupe, même si les leaders finissent par s’en aller. Solidarité vaincra !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (2) : Talons aiguilles et Journal intime », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7624

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Choisir sa voie VADMC

Choisir sa voie

Dans un récit, l’absence de sexualité chez une femme est, le plus souvent, synonyme de pudeur, de chasteté, soit une conduite conforme aux normes occidentales, les différents monothéismes qui y règnent appuyant cette sujétion des corps féminins, quelles que soient les époques.

Si ce n’est que la contrainte à la sexualité – hétérosexuelle – peut être tout autant un poids que l’asexualité. Dans « L’Histoire de Jeanne-Marie » (Comment je m’appelle, 1977), Anne Sylvestre conte l’existence d’une villageoise, à une époque non définie, qui refuse de se marier avec le premier venu. Jeanne-Marie (deux prénoms de femmes célèbres et vierges) ne veut pas « être pute pas plus qu’entrer en religion ». Ce qu’elle désire, c’est que la société la laisse exister et qu’elle ait le temps de respirer comme elle l’entend, sans jamais obéir aux normes. Tout comme Yentl, l’héroïne juive polonaise transfigurée par Barbra Streisand en 1983, Jeanne-Marie va poursuivre son destin après la fin de la narration : « Elle est pas finie l’histoire, l’histoire de Jeanne-Marie. » Le personnage continue sa route existentielle.

Le cas d’Anna (Silvana Mangano) est plus complexe, encore que le résultat soit le même, puisqu’elle choisit sa voie, en refusant que les hommes lui imposent leur volonté. Dans le film d’Alberto Lattuada (1951), Anna est une religieuse qui n’a pas encore prononcé ses vœux. Des retours en arrière dévoilent son existence passée, où la passivité le dispute à la révolte.

Anna est alors sous la coupe de Vittorio (Vittorio Gassman) et chante dans un cabaret. C’est la fameuse séquence du « Negro Zumbón », où, courte vêtue, elle se déhanche, accompagnée de danseurs à la peau noire. Cette séquence est citée, entre autres, dans Le Bal (Ettore Scola, 1983), Cinema Paradiso (Nuovo Cinema Paradiso, Giuseppe Tornatore, 1988), Journal intime (Caro Diario, Nanni Moretti, 1993), et, peut-être, rappelée dans l’adaptation par John Huston de La Nuit de l’iguane (1964), d’après la pièce de Tennessee Williams (1961). Quoique l’atmosphère soit sulfureuse, la rectitude morale d’Anna est déjà montrée, car elle ne sourit que par intermittence pendant qu’elle danse. Puis, elle jette par terre le verre d’alcool que lui tend Vittorio, avant de partir.

Sa piété véritable est ensuite montrée, lorsqu’elle assiste à la messe en compagnie de son fiancé Andrea (Ralf Vallone), un jeune homme de bonne famille qui souhaite l’épouser. Et ce n’est pas tant que sa situation trouble, entre deux hommes, la fasse choisir une troisième voie sans sexe, c’est plutôt qu’elle fuit la violence masculine, celle d’Andrea autant que celle de Vittorio, qui se battent pour ses beaux yeux.

Loin des hommes déchaînés, Anna s’en va soigner les malades, donc les faibles, ce dont la félicite, paternaliste, le chirurgien (Jacques Dumesnil). Il n’empêche qu’elle a choisi sa voie, et le type d’existence qui lui convient, c’est-à-dire en étant active sans tomber dans le racolage ou dans les chaînes conjugales, tout en étant libérée du joug masculin.

Deux femmes, deux pays, des époques peut-être concomitantes, pour deux destinées qui montrent la fermeté de choix féminins. Des chemins à continuer de fouler, par soi-même.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Choisir sa voie », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7127

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube