Archives par étiquette : Caroline Allan

Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune

Comment devenir un héros ? Luc choisit, en toute simplicité, de viser la lune. Pour accomplir sa destinée, il lui faut cependant un coup de pouce. Gentil suppositoire de pharmacie, il est choisi, avec ses camarades Imo, Jeff et Elon, pour faire partie du voyage spatial d’Ariane et de Thomas vers la l’astre lunaire, dans l’album jeunesse L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux éditions Michel Lafon, 2023).

Après quelques bouffées de fierté à l’idée de ce grand départ et un cauchemar où il croise une fusée-suppo-Dark Vador (s.p.), Luc part pour l’objectif lune, comme certains Belges avant lui : le fameux Tintin, le Capitaine Haddock, Milou, le Professeur Tournesol, les Dupond et Dupont, ainsi que les méchants de rigueur (Objectif Lune, Hergé, éditions Casterman, 1953 ; On a marché sur la lune, Hergé, éditions Casterman, 1954).

Comme son alter ego terrestre Paul, dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, aux Michel Lafon, 2022), Luc le malin glisse hors de portée humaine et part à la découverte d’un nouvel univers. Il fait la rencontre d’une sympathique balle de golf, oubliée là par des humains doublement peu soucieux de l’écologie. Tel un pauvre suppositoire solitaire, il continue son chemin dans la lune tombante. Et tombe dans le l’estomac d’un non moins sympathique extraterrestre. Qui l’a gagné de haute lutte avec un autre non moins sympathique extraterrestre.

Ayant évité de servir à déboucher les intestins d’Ariane ou de Thomas suite à leur consommation de nourriture américaine, anglaise, française, indienne, italienne, Luc finit tout de même comme digestif. Après avoir parcouru des milliers de kilomètres, vu un nouveau monde et ses habitants, avoir pris son destin en… mains, Luc termine son voyage camusien (« Un destin n’est pas une punition. », s.p.) en beauté.

Quelle vie exaltante et quelles aventures ébouriffantes pour un voyage tout en couleurs !

 

Voir aussi notre interview et notre article du L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée :

 Tiphaine Martin, Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, « Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9359

Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un destin exceptionnel : L’Histoire du Suppositoire qui visait la lune », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13594

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Interview Suppo VADMC

 Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels

Un très grand merci à Alex Vizorek, Caroline Allan et Karo Pauwels d’avoir répondu à nos questions aussi longuement et de manière aussi détaillée au sujet de L’Histoire du Suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon, 2022).

La photographie de couverture est de ©Clémentine Gérard.

Tiphaine Martin – Qu’est-ce qui, dans votre parcours, vous a aimanté·es vers l’écriture et l’illustration jeunesse ?

Alex Vizorek – Alors en fait, la première démarche, c’est Michel Lafon qui l’avait faite envers moi via France Inter, pour un conte dans la série Oli. C’est une collection pour des écrivains qui sont assez peu habitués à l’écriture, à part Suzy Morgenstern je crois que tous les autres sont des gens qui avaient très peu écrit. Quand je dis écrivain, il y avait des vrais écrivains de métier. Puis il y avait des des gens un petit peu à-côté. Il y a eu Karine Marsilly, il y a eu Léa Salamé, il y a eu des comiques, dont moi.

Et donc je me suis fendu d’une histoire en me disant que c’était très drôle : l’histoire s’appelait Opaque et Opaline,  (Michel Lafon, 2020), c’était sur des chevaux dans un cirque qui ne s’entendaient pas, déjà illustrée par Karo Pauwels. Les enfants acceptent tellement de choses dans les histoires. Quand un cheval parle déjà ça ouvre des portes très chouettes pour l’écriture.

Caroline Allan – Ce qui m’a menée à écrire c’est que j’ai toujours aimé ça depuis que je suis petite. J’ai fait des études de Lettres, j’ai toujours aimé écrire. Et en ce qui concerne particulièrement cette histoire-là, vers 2017-2018 j’ai travaillé avec Alex et son ancienne maison d’édition pour établir le livre de ses chroniques [L’Échappé belge, Points Seuil]. Donc il s’agissait de choisir les textes, les retravailler un petit peu pour que le texte, lu à la radio, soit lisible par des lecteurs. On a fait ça ensemble et après il m’a proposé de faire cette histoire pour enfant. Et c’est comme ça que j’en suis venue à écrire avec lui L’Histoire du Suppositoire…

Karo Pauwels – J’ai fait d’abord des études de Lettres, de la philologie romane, à l’Université catholique de Louvain. Et puis après, j’ai été faire de l’illustration et de la narration, plus précisément à l’ERG [École de Recherche Graphique], à Bruxelles. Je suis une professionnelle de la narration orientée création visuelle, mais je suis plus largement une artiste visuelle. Ce qui m’a amenée vers la création jeunesse, c’est un spectacle, le Pierre et le Loup que je fais avec Alex Vizorek depuis près de dix ans. C’est un concert illustré, un spectacle illustré qu’on fait avec beaucoup de plaisir depuis plusieurs années. Et puis, de fil en aiguille, voilà, il y a d’autres projets qui sont arrivés. Je fais aussi des des livres pour adultes.

T.M. – D’où vient l’idée d’un héros-suppo ?

A.V. – Après Opaque et Opaline, à un moment j’ai eu cette idée, j’ai fait un espèce de mix entre Toy Story, parce que je trouvais que c’était une bonne idée que, pendant que les gens sont pas là, les jouets se parlent, et Cars où en fait, c’étaient des voitures qui parlaient, donc ça n’a pas de sens.

Je me suis dit : mais en fait, si ça arrivait dans la pharmacie, ce serait très rigolo que les médicaments se parlent. Et évidemment, qui est le médicament le plus rigolo et qui pouvait tout à fait être le héros ? C’est le suppositoire, et donc, il n’y a à nouveau que des enfants pour admettre qu’un suppositoire parle et ait envie d’échapper à sa destinée.

Et les gosses ont un rire de premier degré quand ils comprennent que c’est amusant que le suppositoire n’ait pas envie d’aller là où il doit et ça c’est très, très encourageant et très très agréable à l’écriture. Donc c’est de là qu’est venu un peu cette idée. Et puis j’ai noté plein de trucs en me disant : mais s’il parle avec un Strepsils, s’il parle avec un autre suppositoire, avec un thermomètre, si après il s’enfuit et que le chien… Donc j’avais tout plein d’idées.

C.A. – C’est vraiment une idée d’Alex. Je crois qu’il a toujours voulu faire des histoires pour enfants et il trouvait ça marrant de parler des médicaments et que le suppo était un médicament marrant. Donc voilà, il a construit l’histoire autour de ce personnage comme ça.

K.P. – C’est Alex, je ne sais plus d’où ça lui est sorti, mais ça c’est lui. C’est un vieux projet. Il y a déjà quelques années, on en parlait en 2018, mais c’était dans les tiroirs depuis quelques années et c’est ressorti l’année passée.

T.M. – Comment avez-vous travaillé ? À un, à deux qui écrivent, puis une qui dessine ? Ou écriture et dessin dans le même temps ? Ou un peu d’écriture, du dessin, puis l’écriture à nouveau ?

A.V. – J’avais plein d’idées que j’avais mises vraiment les unes derrière les autres, qui ressemblaient très fort à une histoire, si on mettait tout bout à bout. Et puis je racontais ça dans un dîner, parce que Caroline, on se connaît depuis des années, c’est ma meilleure amie pour dire comme ça, mais on se connaît depuis qu’on a dix ans. Elle éclate de rire et elle me dit : « Trop bien, il faut que tu l’écrives. » Je lui réponds : « Écoute, là j’ai pas le temps… » Et elle m’a dit : « Moi je le ferai volontiers. ». Je dis : « Bah super si tu le fais, moi je demande à Karo, avec qui j’ai déjà travaillé sur Pierre et le Loup et sur Opaque et Opaline, si ça l’amuse. » Et comme ça, on a un dossier complet, il n’y a pas un éditeur qui va le refuser. On écrit l’histoire, on fait des navettes, Caroline écrit une version une, je relis, je renvoie, le texte revient. Bon, il y a une une version définitive dont on est plus ou moins content ; et Karo dessine deux, trois, suppositoires. D’ailleurs à l’époque, il y a un moment où suppositoire a eu des pieds, des chaussures, on l’a enlevé. Après, elle dessine un chat, un chien, une grand-mère.

Donc vite fait, mais pour moi on avait un dossier complet. Et là où je pensais que ce serait facile parce que j’étais sûr que c’est une idée formidable, eh bien, deux éditeurs m’ont dit : « Non, mais c’est peut-être trop pour les adultes. » Ou : « Est-ce que les enfants vont rentrer dans le délire machin. » Et donc ils me l’ont  refusé. Et j’ai rangé ça avec grande déception, en ayant fait travailler mes copines un peu pour rien.

Est arrivé un jour où Elsa Lafon me dit, lors d’un déjeuner où sont présentés d’autres épisodes de Oli : « Mais toi t’as pas autre chose à me proposer ? Ça fait longtemps que t’as pas fait un un conte, un livre. » Je dis : « Alors tu ne vas pas me croire, j’ai une histoire de suppositoire dont personne ne veut, mais toi comme tu es une grande éditrice, tu vas l’accepter. » Et elle éclate de rire évidemment. Et puis elle me dit : « Envoie-moi toujours ton dossier. » Et elle le lit, et le lendemain elle me dit : « Écoute moi je trouve ça très drôle, on y va. » En fait, on se dit que c’était évident que ça plaise à tout le monde, mais fallait-il encore y aller ? Donc je la remercie infiniment.

C.A. – Alex m’a dit : « Voilà, moi, j’ai une idée d’un conte pour enfants. Je sais pas si vous voulez faire ça avec moi, c’est un suppo qui veut échapper à son destin. » Donc ça m’a beaucoup fait rire. Et j’ai dit : « Ah oui, bonne idée. » Puis, il m’a donné les idées qu’il avait en tête et de là j’ai commencé à écrire. Quand j’avais un petit peu écrit je lui renvoyais le texte, puis il faisait ses commentaires, il écrivait, me renvoyait, je récrivais, je renvoyais etc…, etc…, donc on a fait pas mal la navette entre nous deux. Avec Karo, l’illustratrice, ce qui s’est passé, c’est que donc Alex avait déjà travaillé avec elle, pour le spectacle pour enfants (et adultes aussi d’ailleurs) Pierre et le Loup, où lui raconte l’histoire pendant que Karo dessine en live les illustrations.

C’était donc sûr et certain qu’il voulait proposer à Karo de faire les illustrations du suppo et elle nous a fait donc très vite des petits croquis. On pouvait donner notre avis en disant : « Ah oui, celui-là il est plus sympa que celui-là, ou celui-là il est un peu bizarre. » Je me souviens que Karo avait mis des pieds au suppo, des petites baskets rouges et on s’est posé du coup la question, le suppositoire a-t-il des pieds ? Comment se déplace-t-il finalement ? Et on trouvait ça plus amusant de lui faire faire des bonds, donc on lui a enlevé les chaussures.

Et voilà et c’était vraiment super chouette de travailler à trois comme ça en étant capable de se donner son avis, que ce soit sur le texte, parce que Karo aussi en lisant le texte elle nous a fait ses commentaires, ou bien nous sur les dessins. Et donc c’était vraiment très très chouette de bosser ensemble là-dessus.

K.P. – D’abord, il y a eu le travail d’écriture, ensuite le découpage dans la maison d’édition avec l’éditrice et les auteurs. Après moi, là-dessus, je fais les crayonnés, on propose un découpage avec des crayonnés, puis on corrige, on adapte, chacun, il y a des retours, différents allers-retours. Et une fois que tous ces crayonnés sont validés, je passe aux originaux que j’envoie après, par DHL, à mon éditrice à Paris. On se voit d’abord, on papote, on discute, surtout les deux auteurs. Moi je donne mon avis, mais ça reste les deux auteurs d’abord et puis après, une fois que le texte est validé, fini, on le découpe avec l’éditrice et les auteurs. Et puis moi, je crayonne, et puis je dessine.

T.M. – Est-ce que les adultes peuvent s’identifier à votre héros ?

A.V. – Figurez-vous que je l’avais pas pensé directement, je pense qu’instinctivement je me suis dit vu l’étrangeté du personnage, il faut qu’il y ait une grande quête. La quête étant échapper à sa destinée, ce qui est une grande quête pour tout le monde. Et beaucoup de journalistes m’ont fait remarquer à la sortie de vouloir un petit peu intellectualiser, c’est eux qui avaient raison. Et : « Mais est-ce que c’est pas vous un petit peu dans ce personnage de suppositoire ? »

Sans doute, et il y a sans doute plein de gens qui se disent : « Mais en fait c’est pas parce que mon père est carrossier que je dois être carrossier », « c’est pas parce que je suis né au Havre que je dois être pêcheur. » « Si j’ai envie d’être guide de haute montagne alors que je suis né à Ostende, j’ai le droit. » Et « si j’ai envie d’être chanteur alors que mes parents sont éboueurs j’ai le droit. » Et donc, dans ma famille, mon père avait fait deux, trois chansons, et essayé de faire chanteur. Mais je ne l’ai pas connu, c’était avant que je naisse, donc pour moi le show-bizz, l’idée de faire un métier artistique c’était loin de tout le monde dans ma famille. Donc, quand à un moment je me suis rendu compte que, si on travaillait, si on rencontrait les bonnes personnes et si on avait un peu de chance, et si on avait un peu d’obstination ça pouvait fonctionner, d’une certaine manière j’ai échappé à ma destinée. Donc comme le suppo. J’espère que je ne finirai pas aussi mal que lui, parce que la morale c’est qu’on n’échappe pas complètement à sa destinée.

C.A. – Je pense que oui. Les adultes peuvent s’identifier à ce héros suppositoire. Au début, en l’écrivant, je pense qu’on n’a pas du tout pensé à ça, au fait que les adultes pourraient s’identifier à lui. On a vraiment essayé d’écrire pour que l’enfant puisse s’identifier au héros, tout en ayant bien sûr cette espèce de double niveau de lecture. Voilà, l’enfant rit de quelque chose, le parent rit d’autres choses que l’enfant comprend pas forcément. Néanmoins, c’est vrai que ce suppositoire a des préoccupations d’adulte. On ne souhaiterait pas bien sûr que des enfants aient ce type de préoccupation, à savoir lutter pour sa survie. Se battre pour échapper à ce qui l’attend. C’est sûr qu’il a plus des réflexions d’adulte, donc en ça, je pense que oui, vraiment, n’importe quel adulte peut s’identifier à un suppositoire. Enfin à notre suppositoire en tout cas.

K.P. – J’imagine que oui parce qu’il y a un petit conte philosophique là-derrière, avec cette idée d’une quête et qu’on peut échapper à sa destinée, mais pas tout à fait. Puis il y a quelques références quand même qui sont des références typiques, en tout cas dans le texte, des références plutôt pour adultes et c’est ça qui fait le succès de ce livre, je pense.

T.M. – Quels sont les retours que vous avez à propos de l’album ? Quelles remarques reviennent le plus souvent ?

A.V. – Les retours sont très variés, les gosses se marrent. J’ai eu plein d’amis qui ont fait faire un petit message vocal par leurs gamins. Le plus drôle étant les  4-6 ans qui ont des avis très variés.

Alors, il y en a une qui trouve l’histoire très bien, mais ça manquait de princesse. Donc bon, j’ai un peu réfléchi, n’est-ce pas ? Peut-être bien que, à un moment il y aura une princesse, mais pas dans le numéro deux, parce que ça, ça nous embarque sur la question projet [cf. ci-dessous]. Et là on égrène les séances de dédicaces dans les salons, parce que les gens sont contents, viennent nous raconter des trucs.

J’ai eu de tout, j’ai eu des dames de de soixante ans qui l’offraient à leurs enfants de trente parce qu’ils n’avaient jamais voulu mettre de suppositoire, et que donc maintenant elles étaient bien contentes de leur en offrir un. J’ai eu une dame qui… non, je crois que c’est pire, c’était un monsieur, qui me demandait de dédicacer l’album pour la Saint-Valentin, pour sa compagne.

Donc, je crois que ça fait rire tout le monde à différents niveaux. Et donc c’est plutôt un plaisir d’avoir les retours de la part des gens et puis sur les réseaux. Je crois que les gens, on l’a pas fait exprès, mais c’est assez Instagrammable, donc les gens prennent la photo du bouquin, mettent la photo du bouquin sur Instagram, et on en voit passer encore aujourd’hui, parce que la littérature pour enfants ça se vend un peu tout le temps, à des gens qui adhèrent et kiffent le suppo.

C.A. – Les retours qui reviennent le plus souvent sont des retours positifs. Les gens sont super contents, rigolent. On a vraiment de la chance à ce niveau-là, que ce soit quand on a pu faire des signatures, tous les gens qu’on a rencontrés ou alors sur les les réseaux sociaux, donc essentiellement Facebook et Instagram. Ce sont des retours très très positifs de gens qui trouvent que c’est marrant. L’adulte s’amuse en lisant l’album le soir avec son enfant, l’enfant est content aussi. J’ai deux enfants, donc j’en ai lu des histoires, et il y en a qu’on préfère clairement à d’autres. Et je crois que le suppo peut se classer dans cette catégorie-là, parce que les gens rigolent et sont contents de lire une une chouette histoire qui a du sens et de l’humour.

K.P. – Il y a plusieurs niveaux de lecture, il y a un niveau de lecture enfant, très suppositoire. Et puis un niveau de lecture plus adulte, plus second degré. Et ça, on nous le dit souvent.

T.M. – Quels sont vos projets, individuels et en trio ?

A.V. – Il y aura un numéro deux du suppositoire pour les fêtes de fin d’année. On est en train d’écrire, mais on avance, et bientôt on aura suffisamment avancé pour que Karo puisse commencer à dessiner. Voilà ça, c’est le projet, et ça nous fait tellement marrer, tellement plaisir. En fait, on a émis tout plein de bonnes idées dans le premier. Je ne pensais pas qu’on nous redemanderait un second, le succès aidant. Ça ne peut pas être le même suppositoire, donc c’est un autre suppositoire qui aura des ambitions beaucoup plus grandes encore que de découvrir l’odeur des roses. Et puis ça nous fait marrer de retravailler ensemble je crois.

C.A. – Au niveau projet individuel, j’ai fini d’écrire un roman pour adultes, je cherche une maison d’édition. Je suis en train d’écrire un roman jeunesse. J’écris assez lentement, donc je pense prendre encore quelques mois minimum pour mener ce projet-là à bien. J’ai un autre projet pour enfants qui est déjà écrit, je travaille avec un autre illustrateur, c’est en cours. C’était chouette à faire et on verra ce que ça donne. Et enfin, en trio, nous sommes en train de faire le tome deux du suppositoire, donc un nouveau suppositoire, de nouvelles aventures, une nouvelle histoire, c’est très chouette. On est au début, mais voilà on avance, on avance quand même bien, on s’est déjà réuni à trois pour discuter sur l’histoire qu’on voulait faire. On a même déjà parlé des dessins, de l’univers du suppositoire, etc. Et Karo et moi on a peut-être aussi un projet à deux, donc là c’est vraiment le début, donc plein de magnifiques projets.

K.P. – Je crois que c’est pas un secret, qu’on peut le dire, on part sur le numéro deux, voilà ça c’est chouette. On part sur le le suppo numéro deux. Par ailleurs, j’ai toujours ces projets de spectacle avec Alex. Individuellement, j’ai ma boîte de de graphisme qui s’appelle Cabane Studio, et j’ai des projets en tant qu’artiste visuelle, principalement des peintures murales. D’autres livres aussi, d’autres projets, qui sont notamment sur mon site.

Sites :

Alex Vizorek : https://www.alexvizorek.com/fr

Caroline Allan : site en construction

Karo Pauwels : https://www.karopauwels.com/

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Alex Vizorek, Caroline Allan, Karo Pauwels, « Notre héros le Suppo – Interview d’A. Vizorek, C. Allan, K. Pauwels », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9359

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Histoire du suppositoire VADMC

À la recherche de la rose perdue

Que faire quand on est un suppo en pleine forme ? Partir à la découverte du vaste monde, bien entendu. C’est l’envie qui tenaille Paul, garçonnet suppositoire. Sans compter qu’il refuse de finir à l’intérieur d’un être humain, ce qui sera le cas de son ami Chico. Foin des conseils de prudence et des avis pessimistes de sa voisine Camille, Paul veut sentir l’odeur des roses, une fois.

Dans L’Histoire du suppositoire qui voulait échapper à sa destinée (Michel Lafon, 2022), Alex Vizorek et Caroline Allan imaginent les aventures rebondissantes d’un suppositoire et de ses congénères de l’armoire à pharmacie, dans une maison où deux bambin·es enchaînent les coliques. Le texte est très vivant, enchaînant les dialogues et de courts paragraphes de récit. Les référents adultes-médicaments restent des entités dont la parole est mystérieuse pour Camille et Paul : qui est ce Van Gogh (p. 18) dont parle monsieur Quiès ? comment peut-on revenir du postérieur d’un enfant mais sous une forme différente (p. 13) ? comment soigne-t-on le café (p. 19) ?

Les illustrations de Karo Pauwels donnent une profondeur humoristique supplémentaire au texte.  Par exemple, des jeux de mot sur les noms des médicaments (p. 14, 16, 17), ou des noms de destinations qui font référence tant à la réalité qu’au stade anal (p. 4).

La trajectoire de Paul est vue à hauteur d’enfant/de suppositoire, donc immense à ses yeux : armoire à pharmacie, sol de la salle de bains, couloir, cuisine, puis jardin, au pied des rosiers. Le conte n’est pas manichéen, les alliés peuvent se révéler des ennemis. C’est le cas du chat et du chien de la maison, qui font progresser Paul spatialement, le rapprochant de son but, mais parce qu’ils jouent avec lui. En même temps, quand on s’appelle Lucifer et Belzébuth, on est forcément double : séduisant mais fort peu sympathique au fond. Les êtres humains existent dans un monde parallèle, sauf lorsqu’ils utilisent des suppositoires, bien entendu. Mais ils ne sont ni amis ni ennemis, plutôt des divinités qui, indifférents au destin des médicaments, les utilisent au besoin.

Retenons le courage et la volonté acharnée de Paul, qui plongera, non dans le lac Titicaca en Amérique du Sud ou dans la mer de corail, mais … là où il doit arriver.

Alors, pour ou contre les départs au long cours ?

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À la recherche de la rose perdue », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9344

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube