Archives par étiquette : Chat

Un conte VADMC

Un conte

Un jour, j’ai eu envie de passer brièvement de l’autre côté du clavier et d’écrire un court conte pacifique et antispéciste. Le voici.

Elle était une fois une minette rondelette et fort gironde. Son pelage rayé faisait l’admiration du voisinage. Ses miaulements étaient réservés aux humains, comme il se doit. Avec ses congénères félins, elle usait des habituels frottements de truffe et frémissements de moustaches. Son nom de Sushi lui venait de lointains ancêtres japonais. Elle avait élu domicile chez un jeune artiste, Clément, qui l’adorait. Elle folâtrait gaiement dans le voisinage, passant de jardins en terrasses.

Ses coussinets ne faisaient aucun bruit quand elle accompagnait Clément dans ses promenades quotidiennes. Les vignes au-dessus de leur maison n’avaient plus de secrets pour eux, ils les exploraient sans se lasser, passant d’herbes vertes aux sauterelles bondissantes, des grillons violonistes aux sarments entrelacés.

Le meilleur ami de Sushi était un chat au poil noir, luisant et doux, Ulysse, dont les lointaines origines grecques ne faisaient aucun doute, au vu de ses oreilles effilées et de sa tache blanche sous le cou. Ulysse avait un caractère aussi affable que Sushi, d’où leur entente cordiale. Ils aimaient à se retrouver la nuit pour de longues balades dans le quartier.

Sous la lune, ils cheminaient sur les toits, humant les étoiles. Ils se posaient ça et là, roulant dans la terre meuble des plates-bandes, reniflant les fleurs (pouah !), mordillant certains brins d’herbe, ceux de haute qualité bien entendu, leur mâchoire de haute lignée n’acceptant que la qualité supérieure.

Ulysse logeait chez une jeune écrivaine, Clémentine. Pourri gâté par elle, il n’abusait pourtant pas de sa patience, sauf une fois par an, au printemps, à la période des amours. Quoique refusant d’être père, il partait alors à la recherche de compagnes éphémères. Sushi ne lui en voulait pas non plus, car elle faisait de même avec les mâles de son quartier, en toute liberté.

Leur existence s’écoulait ainsi, entre grandes joies quotidiennes et peines de temps à autre. Au bout de quelques années, bien installés dans leur chemin de vie, ils pensèrent que leur amitié méritait d’être étendue. Après quelques conciliabules automnaux sous un pommier, ils se partagèrent les tâches. 

Sushi se chargea de l’organisation pratique : listing, buffet (souris, oiseaux, herbes, os divers), invitation effective. Ulysse, de son côté, chercha et trouva un coin douillet, moelleux, abrité de la chaleur et de la pluie, avec une bonne visibilité en cas d’intrusion humaine ou ratière.

Le jour dit, les invité•es arrivèrent. Ulysse les installa au mieux, avec son urbanité coutumière. Sushi supervisa le tout, puis elle prit la parole. Son ami et elle avaient assez des batailles pour le territoire, ainsi que des chamailleries inter et intra-espèces. Foin des aboiements et des claquements de mâchoires, plus de batailles rangées ni de duels. Ouverture des jardins, champs, vignes, toits à tous et toutes. Toutes ces motions furent votées avec enthousiasme, Sushi et Ulysse se chargeant de prévenir les nouvelles et nouveaux venus, et de ramener à la raison les quelques êtres de mauvaise volonté, généralement montés contre les autres par leurs humain•es d’adoption. Les conversations, les échanges, les danses et les chants durèrent toute la soirée, puis chacun•e rentra chez soi.

La décision de Sushi et Ulysse porta ses fruits, non seulement dans leur quartier, mais également sur l’ensemble de la planète. Et, miracle, les humain•es parvinrent, au bout de quelques années seulement, à les imiter.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un conte », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5761

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin

Allemagne : 10 novembre 1928 – 2 février 1929

La dactylographie des documents de la partie se trouve ici.

Une Française à Berlin

Élisabeth Lacoin se dirige seule vers son exil germanique en novembre 1928. Aucun membre de sa famille ne l’accompagne, ni aucun chaperon. Même si la mentalité de la bourgeoisie française a évolué depuis la fin de la Première Guerre mondiale, les filles restent surveillées jusqu’à leur mariage. Jamais Zaza ne s’est trouvée seule à ce point et sur un aussi long temps. Il ne s’agit plus de se rendre à vélo chez ses cousins de Bayonne ou en voiture de Haubardin à Gagnepan, ou d’aller chercher des échantillons de tissus au Bon Marché et aux Galeries Lafayette parisiennes pour un rideau ou une robe.

Dix ans après la Première Guerre mondiale, ce séjour est destiné à l’éloigner de l’influence de la Sorbonne[1], c’est-à-dire d’un milieu qui analyse et pense le monde selon des grilles de lecture rationnelles, d’un groupe d’ami·es qui ne vit pas principalement par et pour la religion catholique. Le souhait de Zaza de poursuivre ses études au-delà de la licence reste en suspens, pour les mêmes raisons. En outre, une jeune fille faisant des études par goût et non pour pouvoir suivre les conversations de son futur mari et de leurs invité·es serait non mariable, car trop intellectuelle. Et les intellectuels sont suspects en France depuis l’Affaire Dreyfus. Et les intellectuelles encore plus, car penser les rendrait stériles de cœur, de corps et d’âme. Et quel mâle qui se respecte voudrait d’une épouse aussi cultivée et intelligente que lui ?

La soudaineté de ce séjour et la coupure nette avec sa famille et son pays, sinon son milieu social, fragilisent Zaza, qui reste d’autant plus attachée à sa mère qu’elle en est éloignée contre son gré. Si la jeune fille sait très bien se débrouiller au niveau pratique (se trouver une chambre moins chère que celle retenue, trouver des cours particuliers de français) et social (se faire rapidement de nouvelles connaissances et laisser tomber ses préjugés contre les Allemand·es), ses lettres et son agenda disent le manque de son entourage et de la routine à laquelle elle a été habituée depuis sa naissance.

1) Carte postale à Anmé sur le chemin vers Berlin, 10 novembre 1928 :

La carte postale, pour sa grand-mère maternelle Céline Darracq (dite Anmé), du samedi 10 novembre 1928, représente la place du marché (Markt) du huitième arrondissement de Cologne (Köln-Kalk). Le train français de Zaza y a fait halte. Elle y a mis à la boîte aux lettres un mot pour sa mère[2]. La carte postale, quant à elle, a été envoyée depuis Berlin, comme l’indique le cachet de la poste allemande. Par contre, les dates des deux cachets français sont effacées, on distingue seulement le mot « L’Adour », pour Aire-sur-l’Adour. Le timbre représente le philosophe Kant, l’éloignement de Zaza de la Sorbonne et du groupe de Beauvoir ne serait-il pas impossible ?

Le ton de Zaza est optimiste : elle ne cache pas le « cafard affreux » qu’elle a eu au moment du départ, mais elle souligne le beau temps qui règne à Berlin, ainsi que l’heureuse rencontre dans le train avec une Allemande, Fraülein Herbst[3], qui « se [met] très aimablement à [sa] disposition. »

©Association Élisabeth Lacoin

Cette francophile est un contact essentiel pour l’acclimatation germanique de Zaza, puisqu’elle va lui présenter et lui donner des adresses d’ami·es à Berlin, parmi lesquel·les Hans Miller, proclamé chevalier servant[4] de la voyageuse.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que la jeune fille éprouve le besoin d’écrire à sa mère et à sa grand-mère maternelle avant même d’être installée. Besoin de rassurer le côté maternel et féminin de sa famille ? De se rassurer ? De garder le lien avec les siens de manière habituelle et logique lors d’un voyage ? Sans doute, un peu tout cela. La rupture se fait donc, dans ce premier moment, avec Simone de Beauvoir et le milieu universitaire, comme le souhaite Marguerite Lacoin.

2) Lettre à Marie-Thérèse, 24 novembre 1928 :

Cette lettre de Berlin, écrite dans tous les sens, est adressée à Marie-Thérèse (dite Zon), moins de quinze jours après l’arrivée de Zaza dans la capitale de la République de Weimar, le samedi 24 novembre 1928.

©Association Élisabeth Lacoin

Le ton de la lettre est optimiste, avec de légères piques à l’encontre de sa sœur aînée :

Tout le monde me parle tellement de ton travail dans toutes les lettres reçues que je commence à craindre beaucoup pour ton index gauche et pour tes yeux ; mais je ne t’en suis que plus reconnaissante d’avoir quitté robes et fonds de plateaux pour m’écrire.

Nous retrouvons le goût pour les beaux-arts et la musique dont Zaza fait preuve depuis son enfance. Simone de Beauvoir évoque ainsi une visite au Louvre, pendant leur adolescence, en compagnie de Maurice Lacoin[6], ainsi que l’apprentissage du piano et du violon par Zaza[7].

©Association Élisabeth Lacoin

Zaza suit son chemin vers la découverte des usages urbains, en soulignant les différences entre la France et l’Allemagne, c’est-à-dire entre son milieu bourgeois parisien et landais et le milieu bourgeois berlinois. Zaza étend à un pays une manière d’agir (récente ?) entre filles et garçons :

Il est vrai que les coutumes d’ici ne pourraient guère exister chez nous, elles auraient immédiatement un tout autre sens. En France, la camaraderie jeunes gens, jeunes filles tourne naturellement au genre [mots illisibles]. Ici cela n’a rien à voir. Ces visages des jeunes allemandes [sic] qui vivent ainsi avec leurs amis masculins sont absolument dépourvus de toute coquetterie et leurs cavaliers ont toujours l’air sérieux et corrects comme des premiers ministres.

L’étrangère analyse le calme et l’absence de trouble sexuel des femelles et mâles germaniques, contrairement aux femelles et mâles français. La mixité allemande dans l’espace public, ici au restaurant, n’est pas source de rapports érotiques et la séduction est ignorée du côté des Allemandes. Zaza relie cette attitude à « l’étonnement des petites américaines [sic] des de Neuville », c’est-à-dire à la perplexité des habitantes de pays protestants devant les affèteries des femmes des pays catholiques vis-à-vis des hommes. Ce cliché des voyageurs et des voyageuses des deux religions se retrouve encore aujourd’hui dans la perception de l’égalité femmes-hommes : « galanterie latine » (harcèlement sexuel) d’une part, « puritanisme anglo-saxon » (franchise et simplicité des rapports femmes-hommes) d’autre part.

3) Lettre à Geneviève, 5 décembre 1928 :

Cette lettre, dont l’original a été perdu, du mercredi 5 décembre 1928 est adressée à Geneviève (dite Bichette), l’une des jumelles. Zaza fait le point sur sa situation personnelle, après avoir encouragé sa sœur par rapport à ses futurs résultats scolaires. Elle égratigne au passage la passion de ses proches pour la « vente de Raoux ». Nous n’en savons pas plus : s’agit-il d’une vente de charité de la directrice de cette institution où Zaza enseignait[8] ? La jeune fille s’agace de l’intérêt pour ce fait mondain, qui focalise l’attention de sa famille.

Pour autant, elle songe à gâter ses trois dernières sœurs et frère. Geneviève, dix ans, est ainsi chargée de l’importante mission de faire le lien entre Zaza, sa jumelle Françoise (Bichon) et Vincent (Raton), neuf ans : « (…) ce qui leur ferait le plus plaisir (un livre allemand ? un sac ? une boîte de chocolats ? un jouet berlinois ? un plumier ?). » L’ex-pays ennemi est devenu un réservoir à cadeaux. Le spectre est vaste, entre nourriture sucrée, fourniture scolaire, accessoire de mode, joujou, ouvrage. Pas de refus de la langue de l’autre chez Zaza, au contraire, elle souhaite diffuser la culture germanique auprès des siens, tout en leur faisant plaisir avec des cadeaux venus d’ailleurs.

©Association Élisabeth Lacoin

La lettre montre la progression de Zaza dans son installation à Berlin. Si, dans son courrier à Marie-Thérèse du 24 novembre, elle se lamente de la difficulté à suivre une heure trente de cours en allemand, c’est d’une jeune Française vivant à Berlin dont elle se plaint, une douzaine de jours plus tard. Zaza loue la gentillesse et la simplicité des Allemandes qu’elle croise. Ces relations amicales débouchent professionnellement, puisqu’elles lui procurent des cours de français à donner dans deux familles allemandes « tout à fait charmantes, les “Bertels”et les “Brünner”, ce qui me fait mieux en mieux connaître la vie de Berlin. » Zaza est curieuse des autres et de la vie quotidienne des gens qu’elle côtoie. Elle refuse de s’enfermer dans un cercle mondain et uniquement français. Les liens avec son chevalier servant Hans Miller, rencontré le mercredi 19 novembre[9], sont déjà assez forts pour que sa famille signe une carte pour la famille Lacoin et pour avoir des conversations suivies avec son père sur la littérature française moderne[10].

4) Lettre à sa mère, 22 décembre 1928 :

Cette lettre du samedi 22 décembre 1928 est adressée à sa mère, sur du papier à en-tête de l’hôtel Esplanade à Berlin, situé à l’ouest de la ville, rue Bellevue, deux noms qui sonnent français. En cette avant-veille de Noël, Zaza a acheté ses présents pour les Miller chez Kayser : « (…) bien entendu, le seul magasin de Berlin où les gens chics puissent choisir leurs cadeaux. » Elle prend de la distance avec le snobisme mondain par un humour léger. La jeune Française est totalement acceptée par les Miller, elle passera la soirée du lundi 24 décembre en leur compagnie. Que de chemin parcouru depuis Le Cocorico et ses dessins contre les « Boches ». Le séjour sur place et, surtout, la fréquentation quotidienne des autochtones a ouvert les yeux de Zaza et a fait son œuvre d’antiracisme.

©Association Élisabeth Lacoin

Il n’empêche que le manque de sa famille, particulièrement de sa mère, est ressenti avec douleur :

Je voudrais être auprès de vous et vous aider à empaqueter les mandarines et  petits objets que le Petit Jésus doit mettre dans les souliers. Maman chérie j’espère bien avoir de vous demain matin une lettre m’annonçant votre arrivée, je ne pense plus qu’à cela. J’aurai vu ici des choses curieuses et appris l’Allemand [sic] et l’Allemagne, mais le plus beau jour de mon voyage ma petite maman tant aimée sera celui du retour, celui où je vous retrouverai définitivement. (…) vous maman chérie je vous aime trop, et je me serre contre votre cœur à me faire mal.

Votre petite Zaza

Notons que le vieil homme barbu vêtu de rouge et blanc n’a pas encore fait son apparition au sein des familles catholiques et que c’est l’enfant Jésus qui récompense les bons sujets.

©Association Élisabeth Lacoin

Le cordon ombilical n’est pas coupé par la jeune fille, projetée seule dans un univers étranger, suite à un départ qu’elle n’a pas voulu. Les termes utilisés sont forts. Ils expriment le désarroi et le sentiment de solitude de Zaza, qui infantilise sa mère puis elle-même, pour mieux se faire dorloter et plaindre. La voyageuse laisse de côté les bénéfices de son éloignement familial en ne visant que son départ d’Allemagne. Elle ne retient que le manque de sa mère, non l’apprentissage de l’indépendance, sinon de la liberté.

5) Télégramme à sa famille, 24 décembre 1928 :

Ce télégramme de Zaza à sa famille au 5bis rue de Berri, Paris Huitième, est daté du lundi 24 décembre 1928, envoyé à 16h25 heure allemande : « Joyeux Noël tendresses ». Jusqu’au dernier moment avant les fêtes de fin d’année la jeune fille pense aux siens. Pensons que ce bout de papier a presqu’un siècle et qu’il est intact. Songeons également que l’année d’après, en 1929, Zaza n’était plus là pour fêter Noël.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

6) Carte postale à Marie-Thérèse, 27 décembre 1928 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 27 décembre 1928 est adressée à sa sœur aînée Marie-Thérèse. La légende de la carte postale indique : « Herzlichen Glückwunsch zum neuen Jahre », soit « Meilleurs vœux de bonne année[11] » La carte représente des chat·tes noir·es anthropomorphiques dans un salon aux murs jaunes, au sol rouge clair et au canapé bleu avec un coussin jaune dans le coin droit. Au mur de la pièce, un portrait de chat jaune. Dans les coins droit et gauche, des branches de houx pendent, ainsi qu’une branche de gui dans le coin droit. Les chat·tes, souriant·es, qui ont soit un ruban rouge soit un ruban jaune au cou, ont tous et toutes une activité différente : jouer de la clarinette, se cacher sur le côté gauche du canapé, se poster devant le canapé en position d’attaque pour rire, faire ses griffes sur le canapé, s’enlacer à deux contre le coussin jaune, danser à deux, courir l’un après l’autre. Ces dix félins pourraient tout à fait représenter la famille Lacoin : Marguerite et Maurice sur le canapé, leurs huit enfants autour d’eux, moins Zaza.


©Association Élisabeth Lacoin

C’est ce qu’indique Zaza à sa grande sœur : « Cette carte dont le symbolisme est délicieux, il y a juste huit petits frères chats autour de l’heureux couple (…). » Après les vœux de Noël, vient le temps de l’année civile à venir. Le ton de la carte est volontiers léger, mais le choix du sujet, outre qu’il est choisi pour l’amour des chat·tes de Marie-Thérèse, révèle le manque criant de Zaza vis-à-vis de sa famille.

La jeune exilée déborde d’attente quant à l’arrivée de sa mère : « (…) je me dis avec un débordement de joie que maman va bientôt arriver. » L’exaltation est de mise, montrant en creux le sentiment de solitude où Zaza est plongée. Rien ne semble la détourner de son attachement profond pour sa génitrice.

7) Les Lettres de Mozart, s.d. : 

Ce volume des Lettres de Mozart est annoté de la main de Zaza, avec un ajout ultérieur au crayon de son dernier frère, Vincent, sur l’époque du cadeau et l’appartenance à sa sœur, dont il marque la date et le lieu de décès.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est un cadeau de Noël (« Weihnachten ») 1928, de Monsieur Curtius, son logeur à Berlin, en référence au goût de Zaza pour la musique.

©Association Élisabeth Lacoin

C’est Zaza qui a choisi de quitter la pension non mixte où sa mère l’avait inscrite et de s’installer chez l’habitant. L’intégration de Zaza à Berlin se fait sur le mode familial : les Curtius, les Miller. Elle passe de cocon en cocon, avec quelques moments de solitude qui ne lui plaisent guère. Au final, elle n’est pas plus seule qu’à Paris, puisqu’elle passe de cours à l’université à des rendez-vous avec Hans Miller et d’autres Allemand·es, pour finir sa journée chez les Curtius.

8) Lettre à Germaine, 31 janvier 1929 :

©Association Élisabeth Lacoin

Cette carte postale du jeudi 31 janvier 1929 est adressée à sa sœur Germaine. Elle représente une salle de restaurant élégant, avec une verrière et une baie vitrée. Le recto représente des clientes qui sont en robe de couleur dos nu, des clients qui sont en habit de soirée noir, chemise blanche et nœud papillon noir. Un groupe de danseuses classiques, en tutu doré, évolue sur une scène minuscule, en bas à droite. Ou sont-ce des danseuses de music-hall ? Le verso porte le message de Zaza, ainsi qu’un mot signé Hans Miller et un autre de Toni Miller, sœur de Hans. Nous invitons les descendant·es de Hans et de Toni Miller à se faire connaître auprès de nous.

©Association Élisabeth Lacoin

Ces ajouts tête-bêche par rapport au message de Zaza, en haut du verso, montrent la familiarité qui s’est instaurée entre les jeunes gens de part et d’autre du Rhin. Sans compter que les Miller se sont vite acclimatés à la mise en page très libre des Lacoin. Ou serait-ce un effet secondaire des verres de « vin du Rhin » absorbés avec libéralité ?

Cette légère ivresse aurait-elle pour conséquence le joyeux mélange d’allemand et de français dans le texte de Mademoiselle Élisabeth Lacoin ?

« Je suis dans un “lokal echt” berlinois où je fais mon dernier Bümmel Abend. »

Soit :

« Je me trouve dans un endroit typiquement berlinois où je passe ma dernière soirée décontractée en flânant, ma tranquille soirée d’adieu[12]. »

Zaza part pour la France trois jours plus tard, le samedi 2 février, mais elle éprouve le besoin d’écrire encore et encore à sa famille. Le message est contrasté :

« Il faut bien abuser d’une liberté que je vais bientôt perdre. »

« Je me rappelle encore que dimanche je serai avec vous et je suis folle de joie de te revoir. »

Zaza oscille entre bonheur de se retrouver chez elle, parmi les siens, et lucidité quant à ce qui l’attend, à savoir une contrainte de chaque instant, malgré sa majorité toute neuve, qu’elle a fêtée le vingt-quatre décembre 1928 : « J’ai 21 ans ce soir, Maman, mais je me sens si peu d’indépendance ! Et j’ai besoin de vous comme si j’avais six mois[13]. » Depuis lors, rien n’a évolué, Zaza voit toujours avec netteté qu’elle est dépendante de son amour pour sa mère, même s’il peut lui peser.

Son séjour s’achève avec de nouvelles amitiés de type familial.

9) Le Sachs-Villatte, s.d. :

Le dictionnaire encyclopédique de Sachs-Villatte, en deux volumes, est une coproduction franco-germanique, dont la première édition date du dix-neuvième siècle. L’annotation de la main de Zaza est postérieure à son séjour. Nous sommes jeudi « 14 février 1929. Retour de Berlin ». A-t-elle acheté ces usuels pour continuer à échanger en allemand avec Hans Miller et ses autres correspondant·es germaniques ? Cet achat témoigne d’un intérêt constant pour le pays et les personnes qu’elle vient de quitter. Ce voyage de près de trois mois a fait tomber les préjugés de Zaza envers les vaincu·es du premier conflit mondial et lui a permis de goûter à l’ailleurs sans que ses parents y soient trop présents, même s’ils se sont inquiétés de leur fille et qu’ils lui ont rendus visite. Maurice Lacoin fait le déplacement Paris-Berlin du seize novembre au dix-neuf novembre 1928. Marguerite Lacoin y reste du vingt-huit décembre 1928 au trois janvier 1929. Ils prennent soin d’espacer leurs visites d’un mois afin de rompre l’isolement de leur fille, en divisant les trois mois du séjour de Zaza en trois parties égales.

©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin
©Association Élisabeth Lacoin

           

L’exil à Berlin imposé par ses parents tourne presqu’à l’avantage de Zaza. Sa curiosité et son allant la poussent à aller vers des autochtones plutôt que de rester enfermée dans un milieu franco-français. Elle fréquente également l’université germanique, alors que sa mère souhaitait l’éloigner de la Sorbonne, ce qui est paradoxal. Ou est-ce surtout de Simone de Beauvoir l’athée que venait le danger pour Zaza, selon Marguerite Lacoin, plus que de l’université parisienne ? Il n’empêche que Zaza s’intègre bien au sein de la culture berlinoise, malgré son extrême solitude morale. Celle-ci l’empêche de se sentir totalement à son aise et de prendre son élan pour se rendre indépendante de sa famille et de son amour débordant pour sa mère. Son humour et sa vivacité restent tangibles cependant dans ses épîtres, où Zaza continue à griffer légèrement untel ou unetelle, à Berlin ou en France, tout en se souciant des siens. Zaza est une bonne personne.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Allemagne. Une Française à Berlin », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3046


[1] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), Paris, LHarmattan, 2004, p. 85.

[2] Ibid., p.148.

[3] Ibid., p. 164.

[4] Ibid., p. 146.

[5] Auteur d’une étude sur le peintre toscan : Edmund Hildebrandt, Leonardo de Vinci. Der Künstler und sein Werk, G. Groteche Verlagsbuchhandlung, Berlin, 1927.

[6] Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999,  p. 334.

[7] Ibid., p. 332.

[8] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929), op. cit., p. 84.

[9] Ibid., p. 166.

[10] Cf. aussi Ibid., p. 170.

[11] Traduction personnelle.

[12] Merci à Philippe Devaux et à Dominique Le Masne pour leurs traductions des termes allemands.

[13] Élisabeth Lacoin, Correspondance et carnets d’Élisabeth Lacoin (1914-1929)op. cit., p. 187.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche

Ardèche – L’amie bien-aimée. Septembre 1925.

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925

Gagnepan                                                                                       12 septembre 25

Ma chère Anne Marie, ma jolie petite fève,
révérendissime frère Innocent,

Vos lettres pleines d’éloquence ont fini par convaincre notre famille et l’on a décidé que nous irions au Pont… toutes les deux, toutes les deux …

J’en suis si folle de joie que je n’ai rien d’autre en tête pour l’instant et ne sais rien vous dire de plus. Je ne peux pourtant pas le répéter quinze fois en suivant même en parodiant de saints cantiques et en répondant au pieux venez venez venez. Nous pourrions dire à la rigueur

Au château du Pont, incomparable veine,
Nous accourons réjouir nos jeunes ans.

Mais je m’arrête ; il y a si longtemps que j’ai laché les catéchismes de persévérance de Saint Thomas d’Aquin que je ne sais plus aucun cantique.

Donc, nous vous arrivons Jeudi, pour quatre jours seulement et encore quel mal nous avons eu à obtenir une si longue permission. Maman très ébranlée déjà par les longues lettres de Geneviève et d’Anne Marie s’est décidée je crois après avoir lu la lettre de Jacques et voici pourquoi. Il était question dans cette épitre de lectures spirituelles pieusement écoutées par Anne Marie et maman enchantée de penser que Zon et moi nous pourrions suivre ces exercices édifiants a pris le parti de nous envoyer au Pont, jugeant que trois jours de retraite nous feraient beaucoup de bien.

Je n’ai rien pu dire à Geneviève l’autre jour. Il est tout à fait déplorable quand on veut bavarder de s’arrêter toutes les dix secondes pour chercher un mot en ère ou en em. Je me suis impatientée deux ou trois fois jusqu’à dire « foute me pacem » (ceci s’adressait à une feuille et non à Geneviève) et j’ai juré de ne plus jamais suivre une semblable méthode.

Nous n’avons pas fait grand-chose il est vrai depuis votre départ. Dimanche nous avons déjeuné avec Lélette chez les d’Izarn de Villefort ; j’étais entre la vicomtesse douairière et la chanoinesse et j’ai pensé périr d’ennui. La chanoinesse pourtant nous a fait un petit cours plein d’agrément sur les costumes de bain de son époque. Apprenant que nous étions en train d’en fabriquer, elle nous a donné des directives, nous conseillant la blouse ample à petites fronces et le pantalon ajusté à la cheville. J’étais si sage depuis trois quarts d’heure que j’en avais par-dessus la tête et l’envie me pressant de faire un peu enrager la chanoinesse je lui ai fait de la plage de Biarritz une description si véridique que ses cheveux si bien tirés d’ordinaire se dressaient d’horreur sur sa révérende tête. J’ai rapporté du chalet une provision de cachets que je remettrai Jeudi à Jacques et c’est vraiment le seul agrément que nous ayons retiré de cette assommante journée. Marie Thérèse pour combler le vide de son cœur et satisfaire ses penchants d’éducation a adopté depuis votre départ une vraie famille d’animaux. A la petite chatte sa fille aimée s’est ajoutée une petite chienne « Bohème » et hier trois souris d’un jour. Ces trois horreurs n’avaient ni poils ni yeux et leur bouche était si imperceptible que d’aucune façon on ne pouvait les nourrir. La chatte a résolut rapidement le problème de leur éducation en les étranglant les trois avec décision. La famille est donc réduite à Bohème et Minette chez lesquelles nous éveillons peu à peu des sentiments fraternels des plus touchants.  Tout à l’heure la chatte dormait entre les pattes du chien avec la plus parfaite confiance et ce matin ils se sont embrassés avec frénésie, tout à fait comme le faisaient Jacques et Jolie Fève au nez de Lélette horrifiée. Jeudi je vous raconterai encore mille traits touchants dignes de Paul et Virginie.

A bientôt, j’ai peur de tomber malade d’impatience avant d’arriver au Pont. Nous n’oublierons ni les raquettes, ni les cachets, ni les costumes de bain qui ne sont pas tout à fait pareils à ceux que portait la chanoinesse de Villefort dans son jeune temps mais qui n’ont pas besoin des petits morceaux que Geneviève proposait charitablement, ou insolemment.

J’embrasse Anne-Marie et Jolie Fève de tout mon cœur, que Frère Innocent croie à mon religieux dévouement en Notre Seigneur. Prière de présenter à Made de Neuville et à votre grand-mère mes respects d’avance très reconnaissants.

Zaza

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925

Le Pont                                                                               Vers le 21 septembre 1925

Maman chérie,

Votre généreuse prolongation nous a mis l’âme en liesse pour utiliser une de ces expressions moyenâgeuses qu’affectionne le dernier descendant de l’illustre famille Coquebert.

Je ne m’attendais pas je l’avoue à un si agréable délai et quoique j’attende avec impatience de vous revoir, maman chérie, je me suis fort réjouie à l’idée de passer deux jours de plus dans ce lieu charmant.

Ce mot vous arrivera à peu près en même temps que nous et je n’ai pas l’intention de vous raconter mes dernières journées, vous les entendrez  bientôt de vive voix. Nous gardons de ce pays un souvenir délicieux et nous avons fait des promenades absolument superbes.

Quelques photographies vous donneront une idée de tous les jolis coins que nous connaissons maintenant grâce aux de Neuville. Nous faisons maintenant des tas de projets pour cet hiver.

Je vous embrasse maman chérie de tout mon cœur et avec vous papa, Anmé et toute la bande.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3980

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube