Archives par étiquette : Chatte

Heureuse texte VADMC

 Heureuse

Un texte écrit pour le concours Arte Radio en octobre 2023.

Elle vivait au milieu des prés et des bois, non loin d’une ferme reconvertie en gîte d’étape, du côté de Saint-Sauveur-en-Puisaye, le pays de Colette, au début du vingt-et-unième siècle. Cette mère minette, une tigrée grise aux yeux d’or, avait été abandonnée par ses propriétaires lorsqu’ils avaient découvert, avec stupeur, qu’elle était enceinte : « Mais comment, elle ne pouvait pas se retenir d’aller courir le matou sur les toits ? Non, ce n’était pas à nous de la faire stériliser ! Pour le prix qu’on l’a payée au Salon des Chats l’an dernier ! » Le couple de Parisiens avait alors embarqué la féline dans la maison de campagne d’un couple d’amis et l’avait jetée dans le bois le plus proche.

D’abord surprise et apeurée, la future mère avait trouvé refuge dans la ferme-gîte, où les propriétaires l’avait découverte, affamée, un matin de juillet. Pitoyables aux malheureux, Margaret et José avait nourri Minette chez eux, une grande dépendance de la ferme. Ils lui avaient fait une place dans leur cœur et accueillie comme une des leurs, avec Barbe le sanglier, Tuny le saint-bernard, Mouchette la poule blanche et noire, Julie et Arthur, leurs enfants de six et quatre ans. Minette avait vite pris l’habitude de dormir nichée contre le flanc tiède d’Arthur, pendant que Tuny, dans la chambre d’à côté, veillait sur les rêves de Julie. Barbe et Mouchette préféraient le poêle à granulés de la cuisine.

La vie continua. Minette devint la princesse des lieux, accouchant d’une magnifique portée de chatons à la fin du mois d’août, sous le lit d’Arthur. Quatre perles, une blanche, deux tigrées grises, une noire. Quatre fois quatre pattes qui apprirent à ouvrir les yeux, miauler, marcher, manger comme les chats adultes. Julie et Arthur s’émerveillaient chaque jour de leurs progrès et les racontaient, très fiers, à leurs amis. Minette, une fois l’allaitement terminé, reprit ses habitudes. Elle était toujours partante pour une promenade dans la ferme sur le dos de Tuny, un marathon avec Barbe dans les bois interdits à la chasse, une sieste avec Mouchette dans le poulailler, un partage presque équitable du goûter d’Arthur, une partie de balle avec Julie et Tuny, des câlins en tout lieu et à toute heure avec Margaret et José.

Seul épisode désagréable, la visite de la vétérinaire, Ambre, dont Minette n’avait pas compris le besoin de la tatouer et pucer, en cette belle journée de mi-septembre. Ni pourquoi Ambre riait très fort aux plaisanteries de José, mais beaucoup moins à celles de Margaret. Tout de même, Minette était allée ronronner sur les genoux de Margaret un peu plus longtemps le soir, pendant que celle-ci faisait semblant de lire un article sur les panneaux solaires dans La Maison écologique. José, assis à côté de Margaret sur le canapé fleuri, fixait son attention sur Barbe et Mouchette, étalés sur de vieux So Foot. Tuny était déjà aux côtés de Julie, tout aussi plongée dans le sommeil que son frère. À minuit, José se leva, se racla la gorge, réveillant Minette, qui le fusilla de ses prunelles d’or : « Margaret, je suis désolé, je te quitte, j’aime Ambre. » Puis il partit, ses affaires déjà dans le coffre de sa voiture depuis deux jours. Margaret déposa La Maison écologique à la place de José, mit Minette par terre et alla pleurer dans la chambre ex-conjugale.

José revint six mois après, efflanqué comme les chats après la saison des amours, un matin de givre tardif, après le départ de Julie et d’Arthur pour l’école. Minette, stérilisée en décembre par un vétérinaire d’Auxerre, lui fit un accueil poli, tout comme Barbe, Tuny et Mouchette. Tous attendaient la réaction de Margaret. Elle regarda José, lui sourit et sortit de la cuisine. José la suivit au gîte, un couple âgé venait d’arriver.

Au bout de seize années heureuses, Minette décida d’user une autre de ses neuf vies. Elle repose avec Barbe, Mouchette, Tuny et tant d’autres en bordure des bois poyaudins. Un galet gris irisé de blanc, souvenir d’un torrent pyrénéen, marque l’emplacement de son départ.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Heureuse », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14902

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Un conte VADMC

Un conte

Un jour, j’ai eu envie de passer brièvement de l’autre côté du clavier et d’écrire un court conte pacifique et antispéciste. Le voici.

Elle était une fois une minette rondelette et fort gironde. Son pelage rayé faisait l’admiration du voisinage. Ses miaulements étaient réservés aux humains, comme il se doit. Avec ses congénères félins, elle usait des habituels frottements de truffe et frémissements de moustaches. Son nom de Sushi lui venait de lointains ancêtres japonais. Elle avait élu domicile chez un jeune artiste, Clément, qui l’adorait. Elle folâtrait gaiement dans le voisinage, passant de jardins en terrasses.

Ses coussinets ne faisaient aucun bruit quand elle accompagnait Clément dans ses promenades quotidiennes. Les vignes au-dessus de leur maison n’avaient plus de secrets pour eux, ils les exploraient sans se lasser, passant d’herbes vertes aux sauterelles bondissantes, des grillons violonistes aux sarments entrelacés.

Le meilleur ami de Sushi était un chat au poil noir, luisant et doux, Ulysse, dont les lointaines origines grecques ne faisaient aucun doute, au vu de ses oreilles effilées et de sa tache blanche sous le cou. Ulysse avait un caractère aussi affable que Sushi, d’où leur entente cordiale. Ils aimaient à se retrouver la nuit pour de longues balades dans le quartier.

Sous la lune, ils cheminaient sur les toits, humant les étoiles. Ils se posaient ça et là, roulant dans la terre meuble des plates-bandes, reniflant les fleurs (pouah !), mordillant certains brins d’herbe, ceux de haute qualité bien entendu, leur mâchoire de haute lignée n’acceptant que la qualité supérieure.

Ulysse logeait chez une jeune écrivaine, Clémentine. Pourri gâté par elle, il n’abusait pourtant pas de sa patience, sauf une fois par an, au printemps, à la période des amours. Quoique refusant d’être père, il partait alors à la recherche de compagnes éphémères. Sushi ne lui en voulait pas non plus, car elle faisait de même avec les mâles de son quartier, en toute liberté.

Leur existence s’écoulait ainsi, entre grandes joies quotidiennes et peines de temps à autre. Au bout de quelques années, bien installés dans leur chemin de vie, ils pensèrent que leur amitié méritait d’être étendue. Après quelques conciliabules automnaux sous un pommier, ils se partagèrent les tâches. 

Sushi se chargea de l’organisation pratique : listing, buffet (souris, oiseaux, herbes, os divers), invitation effective. Ulysse, de son côté, chercha et trouva un coin douillet, moelleux, abrité de la chaleur et de la pluie, avec une bonne visibilité en cas d’intrusion humaine ou ratière.

Le jour dit, les invité•es arrivèrent. Ulysse les installa au mieux, avec son urbanité coutumière. Sushi supervisa le tout, puis elle prit la parole. Son ami et elle avaient assez des batailles pour le territoire, ainsi que des chamailleries inter et intra-espèces. Foin des aboiements et des claquements de mâchoires, plus de batailles rangées ni de duels. Ouverture des jardins, champs, vignes, toits à tous et toutes. Toutes ces motions furent votées avec enthousiasme, Sushi et Ulysse se chargeant de prévenir les nouvelles et nouveaux venus, et de ramener à la raison les quelques êtres de mauvaise volonté, généralement montés contre les autres par leurs humain•es d’adoption. Les conversations, les échanges, les danses et les chants durèrent toute la soirée, puis chacun•e rentra chez soi.

La décision de Sushi et Ulysse porta ses fruits, non seulement dans leur quartier, mais également sur l’ensemble de la planète. Et, miracle, les humain•es parvinrent, au bout de quelques années seulement, à les imiter.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un conte », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5761

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube