Archives par étiquette : Chien

Heureuse texte VADMC

 Heureuse

Un texte écrit pour le concours Arte Radio en octobre 2023.

Elle vivait au milieu des prés et des bois, non loin d’une ferme reconvertie en gîte d’étape, du côté de Saint-Sauveur-en-Puisaye, le pays de Colette, au début du vingt-et-unième siècle. Cette mère minette, une tigrée grise aux yeux d’or, avait été abandonnée par ses propriétaires lorsqu’ils avaient découvert, avec stupeur, qu’elle était enceinte : « Mais comment, elle ne pouvait pas se retenir d’aller courir le matou sur les toits ? Non, ce n’était pas à nous de la faire stériliser ! Pour le prix qu’on l’a payée au Salon des Chats l’an dernier ! » Le couple de Parisiens avait alors embarqué la féline dans la maison de campagne d’un couple d’amis et l’avait jetée dans le bois le plus proche.

D’abord surprise et apeurée, la future mère avait trouvé refuge dans la ferme-gîte, où les propriétaires l’avait découverte, affamée, un matin de juillet. Pitoyables aux malheureux, Margaret et José avait nourri Minette chez eux, une grande dépendance de la ferme. Ils lui avaient fait une place dans leur cœur et accueillie comme une des leurs, avec Barbe le sanglier, Tuny le saint-bernard, Mouchette la poule blanche et noire, Julie et Arthur, leurs enfants de six et quatre ans. Minette avait vite pris l’habitude de dormir nichée contre le flanc tiède d’Arthur, pendant que Tuny, dans la chambre d’à côté, veillait sur les rêves de Julie. Barbe et Mouchette préféraient le poêle à granulés de la cuisine.

La vie continua. Minette devint la princesse des lieux, accouchant d’une magnifique portée de chatons à la fin du mois d’août, sous le lit d’Arthur. Quatre perles, une blanche, deux tigrées grises, une noire. Quatre fois quatre pattes qui apprirent à ouvrir les yeux, miauler, marcher, manger comme les chats adultes. Julie et Arthur s’émerveillaient chaque jour de leurs progrès et les racontaient, très fiers, à leurs amis. Minette, une fois l’allaitement terminé, reprit ses habitudes. Elle était toujours partante pour une promenade dans la ferme sur le dos de Tuny, un marathon avec Barbe dans les bois interdits à la chasse, une sieste avec Mouchette dans le poulailler, un partage presque équitable du goûter d’Arthur, une partie de balle avec Julie et Tuny, des câlins en tout lieu et à toute heure avec Margaret et José.

Seul épisode désagréable, la visite de la vétérinaire, Ambre, dont Minette n’avait pas compris le besoin de la tatouer et pucer, en cette belle journée de mi-septembre. Ni pourquoi Ambre riait très fort aux plaisanteries de José, mais beaucoup moins à celles de Margaret. Tout de même, Minette était allée ronronner sur les genoux de Margaret un peu plus longtemps le soir, pendant que celle-ci faisait semblant de lire un article sur les panneaux solaires dans La Maison écologique. José, assis à côté de Margaret sur le canapé fleuri, fixait son attention sur Barbe et Mouchette, étalés sur de vieux So Foot. Tuny était déjà aux côtés de Julie, tout aussi plongée dans le sommeil que son frère. À minuit, José se leva, se racla la gorge, réveillant Minette, qui le fusilla de ses prunelles d’or : « Margaret, je suis désolé, je te quitte, j’aime Ambre. » Puis il partit, ses affaires déjà dans le coffre de sa voiture depuis deux jours. Margaret déposa La Maison écologique à la place de José, mit Minette par terre et alla pleurer dans la chambre ex-conjugale.

José revint six mois après, efflanqué comme les chats après la saison des amours, un matin de givre tardif, après le départ de Julie et d’Arthur pour l’école. Minette, stérilisée en décembre par un vétérinaire d’Auxerre, lui fit un accueil poli, tout comme Barbe, Tuny et Mouchette. Tous attendaient la réaction de Margaret. Elle regarda José, lui sourit et sortit de la cuisine. José la suivit au gîte, un couple âgé venait d’arriver.

Au bout de seize années heureuses, Minette décida d’user une autre de ses neuf vies. Elle repose avec Barbe, Mouchette, Tuny et tant d’autres en bordure des bois poyaudins. Un galet gris irisé de blanc, souvenir d’un torrent pyrénéen, marque l’emplacement de son départ.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Heureuse », Voyages autour de mon cerveau, mars 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14902

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Idéfix et Totoro VADMC

Planter des arbres avec Idéfix et Totoro

Ce ne sont pas uniquement les êtres humains qui se soucient de la préservation de la planète, comme L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono (1953). Les chiens et les créatures à tête de chat également se sentent également concernés, quelle que soit la partie du monde où elles et ils vivent.

Idéfix, petit chien blanc de la Gaule armoricaine (sic) du premier siècle avant notre ère, adore se promener dans les forêts boisées près de son village, avec son humain de compagnie Obélix. Jusqu’au jour où un vilain promoteur romain, Anglaigus, commence à raser ses arbres chéris, afin de construire des immeubles de rapport, pompeusement appelés « Le Domaine des Dieux », dans l’album éponyme de Gosciny et Uderzo (1971). Il s’agit, à l’origine, d’un projet de César (Jules), afin de réduire le village d’irréductibles Gaulois à l’adaptation au monde moderne ou à périr, isolé (Dargaud, 1971, p. 5).

Mordre le derrière d’Anglaigus (Idem, p. 7) n’ayant pas ralenti les marques sur les arbres ni les coupes sauvages, Idéfix ulule de désespoir, avant de faire une crise cardiaque devant un énième arbre déraciné, qui git, mort (Idem, p. 12). Heureusement, Obélix replante un des arbres (Ibid.), puis, le druide Panoramix, qui a une vue large, replante les arbres avec des glands magiques (Idem, p. 15), avec l’aide d’Astérix et d’Obélix, au grand bonheur d’Idéfix (Idem, p. 17).

Idéfix VADMC

©Tiphaine Martin

Et les héros Astérix et Obélix de faire la chasse aux habitant·es romain·es des immeubles, puis, aux légionnaires qui les ont remplacé, cette fois en faisant participer leur village. Finalement, Panoramix distribue des glands pour effacer « Le Domaine des Dieux » (Idem, p. 46). Idéfix est heureux et ronge son os en paix, lors du traditionnel banquet de fin d’aventure (Idem, p. 47). Astérix a bien un doute (Ibid.) :

Panoramix, notre druide, crois-tu vraiment que nous pourrons toujours arrêter le cours des choses comme nous venons de le faire ?

Ce à quoi le druide répond :

Bien sûr que non, Astérix… [case suivante] Mais nous avons encore le temps, tellement de temps !

Car oui, « Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ », comme l’indique le célèbre carton introductif de chaque album d’Astérix (Idem, p. 3). Pas de panique pour nos Gaulois favoris.

Cet album fait écho à la folie bétonnière des années soixante et soixante-dix en France, dans une course au profit et à la destruction massive du territoire que les militant·es écologistes de cette époque dénonçaient. Et dénoncent toujours, au vingt-et-unième siècle.

Rappelons également, sur un mode moins heureux, au Japon, l’échec de Pompoko (Isao Takahata, 1994) et de sa tribu de Tanukis (sorte de ratons laveurs) à préserver l’intégralité de leurs espaces naturels, les forêts japonaises. Leur combat, des années soixante aux années quatre-vingt-dix, se termine par l’adaptation forcée des Tanukis au monde humain.

Un autre accord humain·es et non humains est, heureusement, parfait. C’est celui de l’adolescente Satsuki et de sa jeune sœur Mei avec la créature grise et blanche Totoro et les deux plus petits Totoro, un bleu et un blanc, dans le film Mon voisin Totoro (Hayao Miyazaki, 1988). Nous sommes de nuit, dans les années soixante, dans le jardin de la maison des jeunes filles et de leur père. Celui-ci, vêtu de son pantalon gris et de son maillot de corps blanc, travaille à ses équations dans son bureau, et ne participe donc pas à la cérémonie.

Satsuki, vêtue d’un pyjama bleu, et Mei, en robe de chambre jaune, font pousser les glands précédemment offerts par Totoro, qui deviennent des pousses d’arbres, puis un arbre gigantesque. La musique liquide de Joe Hisahi ajoute de la magie supplémentaire à cette séquence tout en finesse et poésie.

Totoro VADMC

©Tiphaine Martin

Celle-ci vient après la première rencontre de Mei avec le petit Totoro blanc, puis du moyen Totoro bleu, enfin de Totoro. Le blanc ayant laissé échapper des glands, ainsi que le bleu, Mei avait ainsi pu suivre leur trace jusqu’à atterrir, telle une nouvelle Alice au pays des merveilles, dans la cachette souterraine de la famille Totoro et faire connaissance avec Totoro. Bien sûr, les trois créatures figurent le père de Mei, Satsuki et Mei. Mei se réfugie auprès d’une figure paternelle, plus disponible que son père biologique, pris par son travail, la mère des deux filles est à l’hôpital jusqu’à la fin du film. De même, Totoro protège ses « filles », Satsuki et Mei, quand elles attendent leur père à l’arrêt du bus, en pleine campagne, sous la pluie nocturne, après la première rencontre avec Mei.

Une fois l’arbre poussé magiquement, le groupe s’envole à son sommet, se pose sur une branche et joue d’une sorte d’ocarina. La cérémonie est complète, tout en douceur énergique. La planète est préservée dans ce coin de campagne.

Ainsi, planter des arbres est accessible à tous et toutes, que l’on soit humain·e ou non.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Planter des arbres avec Idéfix et Totoro », Voyages autour de mon cerveau, février 2024. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14748

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Un petit hamster VADMC

 S’installer en France : Un petit hamster

Quel est le point de vue des étranger·es sur la France et comment les accueille-t-on ? Dans la chanson pour enfants « Un petit hamster » (1969), paroles et musiques de Mannick, chant de Jo Akepsimas, le rongeur, d’origine hollandaise, s’installe dans une famille française, d’abord pour l’hiver, puis définitivement.

Quoique discret, il provoque l’effarement des deux animaux de compagnie de la maison de son hôte : le chien s’enfuie « jusqu’au fond du poulailler » et le chat se demande si c’est un plat vivant, ou pas.

Son aménagement est progressif : il goûte vin, pain et radis français ; il met ses vêtements de nuit (culotte à pois et bonnet de nuit). Puis, comme c’est un être vivant et non un saint :

Quand il tombé dans le saladier

Je l’ai pris du bout des doigts, il était, quel maladroit !

De la tête aux pieds, plein de crème au chocolat.

Cet enfant hamster ressemble fort à un enfant humain, d’où l’identification possible entre hamster/enfant humain immigré/enfant humain non immigré. L’inadvertance du petit hamster n’est pas due à son origine néerlandaise, mais à son âge.

Et le refrain insiste sur le « courage » qu’il a fallu à notre héros pour venir en France depuis Amsterdam, et ce, en « tram » :

Le petit hamster a fait un long voyage

Il a pris le tram

Le petit hamster a vraiment du courage

Il vient d’Amsterdam

La migration et l’installation définitive dans un autre pays que le sien ne vont pas de soi. Heureusement, la chanson, le chanteur, la compositrice et musicienne, nous invitent à bien accueillir les étranger·es. À suivre.

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « S’installer en France : Un petit hamster », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9175

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche

Ardèche – L’amie bien-aimée. Septembre 1925.

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Lettre aux enfants de Neuville, 12 septembre 1925

Gagnepan                                                                                       12 septembre 25

Ma chère Anne Marie, ma jolie petite fève,
révérendissime frère Innocent,

Vos lettres pleines d’éloquence ont fini par convaincre notre famille et l’on a décidé que nous irions au Pont… toutes les deux, toutes les deux …

J’en suis si folle de joie que je n’ai rien d’autre en tête pour l’instant et ne sais rien vous dire de plus. Je ne peux pourtant pas le répéter quinze fois en suivant même en parodiant de saints cantiques et en répondant au pieux venez venez venez. Nous pourrions dire à la rigueur

Au château du Pont, incomparable veine,
Nous accourons réjouir nos jeunes ans.

Mais je m’arrête ; il y a si longtemps que j’ai laché les catéchismes de persévérance de Saint Thomas d’Aquin que je ne sais plus aucun cantique.

Donc, nous vous arrivons Jeudi, pour quatre jours seulement et encore quel mal nous avons eu à obtenir une si longue permission. Maman très ébranlée déjà par les longues lettres de Geneviève et d’Anne Marie s’est décidée je crois après avoir lu la lettre de Jacques et voici pourquoi. Il était question dans cette épitre de lectures spirituelles pieusement écoutées par Anne Marie et maman enchantée de penser que Zon et moi nous pourrions suivre ces exercices édifiants a pris le parti de nous envoyer au Pont, jugeant que trois jours de retraite nous feraient beaucoup de bien.

Je n’ai rien pu dire à Geneviève l’autre jour. Il est tout à fait déplorable quand on veut bavarder de s’arrêter toutes les dix secondes pour chercher un mot en ère ou en em. Je me suis impatientée deux ou trois fois jusqu’à dire « foute me pacem » (ceci s’adressait à une feuille et non à Geneviève) et j’ai juré de ne plus jamais suivre une semblable méthode.

Nous n’avons pas fait grand-chose il est vrai depuis votre départ. Dimanche nous avons déjeuné avec Lélette chez les d’Izarn de Villefort ; j’étais entre la vicomtesse douairière et la chanoinesse et j’ai pensé périr d’ennui. La chanoinesse pourtant nous a fait un petit cours plein d’agrément sur les costumes de bain de son époque. Apprenant que nous étions en train d’en fabriquer, elle nous a donné des directives, nous conseillant la blouse ample à petites fronces et le pantalon ajusté à la cheville. J’étais si sage depuis trois quarts d’heure que j’en avais par-dessus la tête et l’envie me pressant de faire un peu enrager la chanoinesse je lui ai fait de la plage de Biarritz une description si véridique que ses cheveux si bien tirés d’ordinaire se dressaient d’horreur sur sa révérende tête. J’ai rapporté du chalet une provision de cachets que je remettrai Jeudi à Jacques et c’est vraiment le seul agrément que nous ayons retiré de cette assommante journée. Marie Thérèse pour combler le vide de son cœur et satisfaire ses penchants d’éducation a adopté depuis votre départ une vraie famille d’animaux. A la petite chatte sa fille aimée s’est ajoutée une petite chienne « Bohème » et hier trois souris d’un jour. Ces trois horreurs n’avaient ni poils ni yeux et leur bouche était si imperceptible que d’aucune façon on ne pouvait les nourrir. La chatte a résolut rapidement le problème de leur éducation en les étranglant les trois avec décision. La famille est donc réduite à Bohème et Minette chez lesquelles nous éveillons peu à peu des sentiments fraternels des plus touchants.  Tout à l’heure la chatte dormait entre les pattes du chien avec la plus parfaite confiance et ce matin ils se sont embrassés avec frénésie, tout à fait comme le faisaient Jacques et Jolie Fève au nez de Lélette horrifiée. Jeudi je vous raconterai encore mille traits touchants dignes de Paul et Virginie.

A bientôt, j’ai peur de tomber malade d’impatience avant d’arriver au Pont. Nous n’oublierons ni les raquettes, ni les cachets, ni les costumes de bain qui ne sont pas tout à fait pareils à ceux que portait la chanoinesse de Villefort dans son jeune temps mais qui n’ont pas besoin des petits morceaux que Geneviève proposait charitablement, ou insolemment.

J’embrasse Anne-Marie et Jolie Fève de tout mon cœur, que Frère Innocent croie à mon religieux dévouement en Notre Seigneur. Prière de présenter à Made de Neuville et à votre grand-mère mes respects d’avance très reconnaissants.

Zaza

3) Lettre à sa mère, 21 septembre 1925

Le Pont                                                                               Vers le 21 septembre 1925

Maman chérie,

Votre généreuse prolongation nous a mis l’âme en liesse pour utiliser une de ces expressions moyenâgeuses qu’affectionne le dernier descendant de l’illustre famille Coquebert.

Je ne m’attendais pas je l’avoue à un si agréable délai et quoique j’attende avec impatience de vous revoir, maman chérie, je me suis fort réjouie à l’idée de passer deux jours de plus dans ce lieu charmant.

Ce mot vous arrivera à peu près en même temps que nous et je n’ai pas l’intention de vous raconter mes dernières journées, vous les entendrez  bientôt de vive voix. Nous gardons de ce pays un souvenir délicieux et nous avons fait des promenades absolument superbes.

Quelques photographies vous donneront une idée de tous les jolis coins que nous connaissons maintenant grâce aux de Neuville. Nous faisons maintenant des tas de projets pour cet hiver.

Je vous embrasse maman chérie de tout mon cœur et avec vous papa, Anmé et toute la bande.

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Ardèche », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=3980

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube