Archives par étiquette : Cinéma italien

Bouger solidarité 3 Bal Grand Bal VADMC

Bouger en solidarité (3) : Le Bal et Le Grand Bal

Que peut créer un groupe dansant ? De la chaleur humaine, de la beauté, mais aussi une forme d’utopie. Que ce soit dans Le Bal (Ettore Scola, 1983) ou dans Le Grand Bal (Laetitia Carton, 2018), danseurs, danseuses et musicien·nes nous emmènent dans un cocon festif.

Les deux films se posent dans un lieu unique : la salle de bal en sous-sol chez Scola, l’espace des tentes (de danse et de détente) à Gennetines dans l’Allier, au Grand Bal de l’Europe, chez Carton. On ne sort pas de ces endroits, sans que cela soit étouffant. Au contraire, la danse et les échanges charnels s’y déploient.

Jeux de regards (ou de non regards), jeux avec les glaces de la salle de bal, jeux avec les musicien·nes, jeux de lumière (diurne et nocturne), jeux musicaux, jeux de caméra et, pour Le Bal, jeux avec les références cinématographiques nord-américaines, italiennes et françaises : les spectateurs et les spectatrices sont aux anges.

Les rapports de sexe sont finement observés par le réalisateur et la réalisatrice, qui scrutent les corps et les attitudes. Dans Le Grand Bal, des danseuses interviennent face caméra pour témoigner de situation de harcèlement, et dans Le Bal, film musical et muet, on voit, au début du film, un homme mûr à l’aspect fuyant (corps courbé, regard en coin, imper flottant) forcer l’accord d’une dame âgée pour la danse, puis l’entraîner derrière une glace, avant que celle-ci ne parvienne à se dégager violemment. Et pendant ce temps, les autres couples continuent à danser…

De même, Le Bal examine et dénonce les rapports de classe (cf. notre article précédent sur ce film) et de race, ce dernier dans l’épisode 1956 de la Guerre d’Algérie. Là aussi, personne n’intervient quand le danseur immigré se fait tabasser par un nervi très pré-FN, et aucun·e danseur·se ne s’offusque qu’une des jeunes filles en organdi bleu refuse de danser avec cet homme immigré, sous prétexte de mal de cheville, alors qu’elle saute de joie à l’idée de danser avec un danseur aux cheveux gominés, deux minutes plus tard.

C’est d’ailleurs un des écueils du Grand Bal que de ne pas examiner les 99,99% de blancheur des danseurs et danseuses de Gennetines, ainsi que les homogénéité de classe (petite-bourgeoisie).

Cependant, les deux réalisations se rejoignent dans le regard amoureux qu’elles portent sur ces deux espaces, où les gens peuvent se donner la main, être ensemble, encore et encore, jusqu’au bout de la nuit. À vos pieds, prêt·es… dansons !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (3) : Le Bal et Le Grand Bal », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7646

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Thésardes en film VADMC

Thésardes en film

Les métiers intellectuels ont peu d’attrait pour les cinéastes français·es, et les étudiantes sont plus représentées dans leurs histoires sentimentales que comme des travailleuses, tant à l’université que dans les petits boulots qui leur permettent de poursuivre leurs études. Il semble que le mariage soit leur horizon indépassable, tout comme une intelligence limitée, qui ne leur permet pas de s’intéresser à leurs cours. Sauf si elle n’a pas un physique de rêve, puisqu’une étudiante intéressée par ses études ne peut être que laide, donc bas-bleue, intello, vieille fille (aucune mention n’est à barrer).

Cette représentation patriarcale et classiste – dont un des pires exemples restera à jamais le feuilleton Hélène et les garçons (Jean-François Pory, 1992-1994), ex-æquo avec L’Auberge espagnole (Cédric Klapisch, 2002) – est parfois battue en brèche, au moins dans sa partie travail, intelligence et beauté.

Outre une rapide mention dans Lui (Guillaume Canet, 2021), où la maîtresse du personnage principal (Guillaume Canet) est jouée par Laetitia Casta et où elle déclare être titulaire d’un doctorat en Lettres, il y a Camille (Agnès Jaoui) dans On connaît le chanson (Alain Resnais, 1997) et Dominique dite Do (Hélène de Fougerolles) dans Va savoir (Jacques Rivette, 2001).

La persona de ces trois actrices est un mélange de beauté physique et d’intelligence, les spectateurs et les spectatrices les attendent dans des rôles de femmes qui ont un cerveau. C’est le cas dans Lui, où la maîtresse ne s’en laisse pas compter par son amant et fait alliance avec l’épouse (Virginie Efira). On reste cependant dans le domaine sentimental, uniquement.

Le doctorat de Do et de Camille est pris plus au sérieux. Do, jeune bourgeoise, planche à la bibliothèque parisienne de l’Arsenal et chez elle, elle écrit et dessine pour son sujet consacré au péplum tourné en Italie et aux États-Unis et à l’Antiquité gréco-romaine (cinéma et Lettres classiques). Ce qui ne l’empêche pas, bien au contraire, de tomber amoureuse d’un séduisant metteur en scène italien (Sergio Castellitto), un peu plus âgé qu’elle. De l’art d’aller jusqu’au bout de son sujet, en l’actualisant un tant soit peu… Pour Hélène de Fougerolles, ce rôle est le prolongement de celui de Christine, la lycéenne déléguée de classe du Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), qui faisait honte de leur paresse au groupe de petits mecs héros du film, et qui n’était donc pas béate d’admiration devant leurs bêtises, sans pour autant faire partie de la bande de militantes féministes de leur établissement scolaire.

Le sens de la répartie ne fait pas non plus défaut à Camille, qui, agacée par l’incompréhension abyssale de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), ami de sa sœur Odile (Sabine Azéma), devant son sujet de thèse en histoire médiévale : « Mais pourquoi t’as choisi ce sujet ? », lui répond frontalement : « Pour faire parler les cons. » Un très très grand merci au tandem Jaoui-Bacri, également scénaristes, d’avoir écrit cet échange percutant, qui a vengé, venge, et vengera tant de doctorantes en Sciences humaines. Et qui, comme je l’ai expérimenté en distribuant cet extrait à des proches et amies, fait office de catharsis, en provoquant un rire salvateur. Tout au long du film, Camille est montrée comme prenant sa thèse très au sérieux, tout en se questionnant sur son utilité. Le public assiste à la fin de sa soutenance, ainsi qu’aux félicitations chaleureuses qu’elle reçoit de sa famille – et même de son petit ami Marc (Lambert Wilson), un salaud ordinaire (voir pourquoi dans le film…), pour lequel la seule réponse aux multiples angoisses existentielles de Camille est un morceau de sucre. Ne manque à Camille que le collier et la laisse pour devenir la parfaite animale de compagnie de Marc.

Si Do est dans sa thèse, Camille parcourt les derniers mois de la sienne et la soutient, et la maîtresse de Lui est docteure. Ces trois films déroulent le spectre de la fin des études universitaires, les doctorantes et docteure étant jouées par des actrices au physique agréable et à la vive intelligence, déjà connues du public pour des rôles de femmes à l’esprit délié, de sujets et non d’objets. De quoi chasser, le temps de ces films, le poids du sexisme ambiant. Pas si mal.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thésardes en film », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7375

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube