Archives par étiquette : Clichés

Texte Dans un jardin qu'on dirait éternel

Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé

La cérémonie du thé étant devenue un cliché pour touriste en mal de japonisme, j’ai hésité, malgré une bande-annonce alléchante, à aller voir Dans un jardin qu’on dirait éternel. Heureusement, je me suis ravisée et j’ai bien fait, car c’est un beau film existentiel et relaxant.

Noriko (Haru Kuroki), narratrice est en voix-off, déroule le fil de son existence en partant de l fin de sa scolarité, en 1993. Timide et mal dans sa peau, Noriko est entraînée par sa cousine Michiko (Mikako Tabe) à prendre des cours de cérémonie du thé. Maîtresse Takeda (Kiki Kirin) sera leur enseignante pendant dix ans pour Michiko, pendant vingt-quatre années pour Noriko. NB : les sous-titres traduisent par « maître », étrangement …

Outre les scènes faussement paisibles de la préparation du thé, nous assistons aux conversations entre les cousines. Noriko est passionnée par la littérature et par le cinéma, elle mime pour sa cousine les évolutions hésitantes de Gelsomina (Giulietta Masina) dans La Strada de Fellini, qu’elle a vue petite, puis revue plus tard. Bien plus rationnelle, Michiko ne comprend pas les enthousiasmes de sa parente, et elle préfère orienter la conversation vers leur avenir : elle voit Noriko éditrice, et elle, avec plus ou moins d’hésitations, dirigeante d’une entreprise d’import-export. Rien de tout cela ne se réalisera, car toutes deux échouent à combattre le patriarcat japonais, aussi virulent que ceux qui sévissent en Europe.

Si Noriko conquiert son indépendance matérielle, spatiale et mentale, c’est au prix d’un statut de précaire comme pigiste, puis d’un échec au concours d’éditeur·trice, à une vie d’autrice repliée sur elle-même dans un appartement désert, après son refus (courageux) d’un mariage tout confort, et à une culpabilité lancinante, dont il lui faudra toute la dernière partie du film pour se libérer, celle de ne pas avoir été une assez bonne fille et d’avoir donc laissé mourir son père sans l’avoir revu une dernière fois. De manière typiquement féminine, elle se refuse ainsi de couper le cordon ombilical – son père lui reprochait de ne pas venir assez souvent depuis qu’elle avait quitté le domicile de ses parents, à trente ans passés. S’accomplir de manière hors normes (ne pas être mariée, avoir son propre appartement sans y habiter en couple) est dur et demande des années.

Quant à Michiko, elle se rend compte au bout de trois ans que sa carrière ne décollera jamais, car le plafond de verre est trop épais dans les entreprises japonaises pour donner une chance aux femmes. Elle baisse les bras et accepte un mariage arrangé et devient une bourgeoise au foyer, mettant trois enfants au monde et souriant avec son gentil mari et ses enfants (fils en bleu, fille en rose), sur la photographie qu’elle envoie à sa cousine.

Si Michiko échoue à vivre sa propre existence pour se contenter de reproduire le modèle sexiste de base, c’est qu’elle s’est refusée à prendre le temps pour regarder autour d’elle et à laisser courir son imagination. Noriko a continué pendant vingt-quatre ans à venir chaque samedi apprendre à servir le thé selon un rituel immuable, qu’il « ne faut pas chercher à comprendre mais à ressentir », selon Maîtresse Takeda. Dans ce cheminement intérieur, les longues stations devant son jardin d’une beauté à couper le souffle sont aussi importantes que de suivre ses instructions mille fois répétées ou que de déchiffrer les slogans inscrits en écriture ancienne et apposés dans la salle de cours. On aimerait être aussi sur le bord de la maison, en kimono (pêche, fleur de cerisier, bleu pâle, jaune délicat, vert amande, ceinture noire à motif fleuri, ceinture de la même couleur que le kimono), genoux repliés (aïe), mains sur les genoux. On contemplerait le rouge des feuilles, l’or du soleil adouci de l’automne, les dessins des végétaux qui ressortent grâce à la neige qui les recouvrent, les gouttes d’eau glissant de ci de là en plein cœur de l’été. Et, bien sûr, à écouter encore et encore et encore le son des différentes pluies, puisque maintenant l’on sait, tout comme Noriko, faire la différence entre le bruit de l’eau chaude du bol du thé et l’eau froide qu’on y verse avec une louche : pluie d’été, fortes pluies, petites pluies pépiantes sur les plantes. Sans oublier le glouglou imperturbable de la fontaine située à l’extrémité du jardin, près de la maison.

Le voyage intérieur de l’apprentissage existentiel de Noriko se conclut par son remplacement de Maîtresse Takeda à la tête de la maison de thé, en compagnie d’une jeune parente de son enseignante. Noriko est enfin prête à transmettre et à vivre au milieu d’autres femmes (les clientes de la maison du thé) et à partager les responsabilités de la pédagogie. Les hésitations à la Gelsomina sur la plage sont terminées, place à sa propre « strada » (« voie, chemin » en italien) : celle du thé.

Si ce film souligne les destins étouffés des femmes par le système patriarcal, il est dommage que les solutions proposées soient aussi renfermées spatialement et closes sur un univers uniquement féminin. A (re)voir cependant !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dans un jardin qu’on dirait éternel : suivre la route du thé», Voyages autour de mon cerveau, septembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/633

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte Beauvoir A. Eludut

Alain Eludut – Beauvoir au masculin

Alain Eludut fait partie de Zeromacho – Des hommes  engagés contre la prostitution et pour l’égalité (https://zeromacho.wordpress.com). Lisons son opinion :

  • J’ai rencontré Beauvoir uniquement par la lecture, mais avant de la lire il y a une dizaine d’années ou un peu plus, je la connaissais pour avoir lu des citations, des témoignages de personnes l’ayant connue… Je vais bientôt avoir 70 ans, j’aurai pu effectivement la rencontrer directement, mais hélas, je ne connaissais personne qui aurait permis une rencontre. J’ai commencé à lire des ouvrages féministes dès le milieu des années 1970, en particulier Notre corps, nous-mêmes (je l’avais offert à mon épouse d’alors). Puis j’ai lu dans ces années-là Le Prince charmant de George Falconnet, La Fabrication des mâles de Falconnet et Lefaucheur, et un peu plus tard Du côté des petites filles de Belotti et La Femme potiche & la femme boniche de Claude Alzon. Mais tous ces ouvrages ne sont pas Beauvoir, bien que tous lui doivent certainement quelque chose.

  • Je n’ai jamais fantasmé sur Beauvoir, ni sur la personne qu’elle représentait, ni après l’avoir vue nue dans Le Nouvel Obs.  Je me souviens de la question qui avait été posée : aurait-on montré les fesses de Sartre ?

  • Beauvoir a très certainement influencé l’homme que je suis devenu, proféministe. Je ne veux pas dire qu’elle est à la racine du féminisme, mais l’ayant lue assez tardivement finalement, son aura est telle qu’elle représente quelque chose de particulier, bien que je me rende compte qu’à présent nombre de jeunes féministes ne la mettent pas particulièrement en avant, bien au contraire, elle fait partie du monde ancien de la deuxième vague du féminisme, et pour certaines, elle représente un féminisme dépassé. Mes lectures féministes dans les années 2000 se sont multipliées, mais je garde d’elle la force et le courage d’avoir écrit Le Deuxième Sexe, un livre passionnant.

  • En un mot… « La statue du commandeur» : malheureusement, je regrette cette vision à la fois autoritaire et mystique, mais sans doute cela tient-il à sa manière d’être, sa « rigidité » de statue justement, et la formalisation de ses propos.

  • Le symbole : Le chignon, ou le turban, bien sûr !

Alain Eludut

Pour citer cet article : Alain Eludut, « Alain Eludut – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/83

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Yan Hamel – Beauvoir au masculin

Yan Hamel est un auteur canadien qui vient de publier En randonnée avec Simone de Beauvoir1. Lisons son opinion :

Tiphaine Martin – Quand avez-vous rencontré Beauvoir ? Par la lecture à l’école ? Par la lecture conseillée ? Par un membre de la famille un une ami(e) ?

Yan Hamel – Je viens d’un milieu où l’intelligence, l’éducation et la grande culture sont méprisées. L’idée de France y est liée à celle de culture, et donc objet de mépris. Pour fuir ce milieu étouffant je me suis inscrit à l’université. J’ai choisi le programme de baccalauréat spécialisé en littérature française, alors offert par l’Université Laval de Québec. J’y ai suivi un cours obligatoire sur les formes de l’essai. Nous devions lire un extrait des Mémoires d’une jeune fille rangée. Ce fut mon premier contact avec l’œuvre de Beauvoir.

T.M. – Avez-vous rencontré Beauvoir ? Si oui à quelle occasion ?

Y.H. – Simone de Beauvoir est morte quand j’avais 10 ans. Je n’avais encore jamais franchi les frontières de la province de Québec.

T.M.– Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

Y.H. – L’écriture d’En randonnée avec Simone de Beauvoir est très sexualisée. La première phrase est à ce titre programmatique : « Chacun est libre d’imaginer Simone de Beauvoir comme il la désire. » Je suis allé jusqu’à imaginer une scène ou Sartre exprime le désir de sodomiser son charmant Castor. Cependant, en dehors de l’écriture de ce texte, je ne crois pas avoir déjà entretenu de fantasmes sexuels à l’égard de Simone de Beauvoir.

T.M. – Quelle a été, quelle est l’influence de Beauvoir sur votre existence?

Y.H. – Je crois qu’elle est pour moi un modèle d’intelligence, de curiosité, de rigueur intellectuelle, de liberté, d’ambition philosophique, de détermination, d’exigence envers soi-même et d’intransigeance envers ce qui n’est pas acceptable. Je suis engagé dans ma vie personnelle comme dans l’évolution de ma collectivité dans la mesure exacte où je me pense beauvoirien.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

Y.H. – Exception.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous ?

Y.H. – La carte d’état-major.

Yan Hammel

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Yan Hamel, « Yan Hamel – Beauvoir au masculin », Beauvoir au masculin, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/category/beauvoir-au-masculin

1 Ouvrage paru aux Éditions Boréal en 2020. Cf. notre compte-rendu https://lirecrire.hypotheses.org/3075

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Appel, Beauvoir au masculin

Simone de Beauvoir est une grande figure de femme féministe. Ne l’oublions pas, le féminisme s’est toujours conjugué tant au féminin qu’au masculin : comment Beauvoir, l’autrice, la militante et la femme, a-t-elle eu une influence sur les hommes, militants ou non ? Que représente-t-elle pour eux ? Pensons à sa mise en pièces du système patriarcal dans Le Deuxième Sexe, mais également à ses héros masculins. Nous appelons les messieurs à nous contacter, afin de nous raconter leur rapport à Beauvoir. À vos claviers !

Quelques pistes pour rédiger votre texte :

  • quand avez-vous rencontré Beauvoir ? par la lecture à l’école, par la lecture conseillée par … un·e membre de la famille, un·e amie ?
  • avez-vous rencontré Beauvoir ? si oui, à quelle(s) occasion(s) ?
  • avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?
  • quelle a été, quelle est, l’influence de Beauvoir sur votre existence ?
  • Beauvoir en un mot pour vous ?
  • le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement…) ?

 

Autre possibilité – déontologie de la transparence : je peux vous interviewer par téléphone. Je n’enregistre rien, je prends des notes et je vous envoie le texte de mon interview pour que vous puissiez le relire et, éventuellement, le modifier.

Contact : tiphainemartin6@gmail.com

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Appel, Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/17

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn