Archives par étiquette : Comédienne

CHLOE OLIVERES VADMC

Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès

Un très grand merci à l’autrice, metteuse en scène et comédienne Chloé Olivérès pour sa disponibilité et pour avoir bien voulu répondre à nos questions.

Tiphaine Martin – Y a-t-il des constantes dans vos spectacles ?

Chloé Olivérès – Que ce soit au sein des filles de Simone, compagnie que j’ai confondée en 2014 ou dans ce spectacle en solo, les questions qui m’animent sont celles de la condition féminine de façon générale. Ce sont des pièces ouvertement féministes. On y parle de sexualité et de corporeité, de conditionnements et de représentations, des relations hétérosexuelles, d’émancipation. D’un point vue formel, il y a également des points communs, car j’affectionne particulièrement la bande dessinée, et j’essaye d’injecter ce que cet art contient d’irrévérence, de liberté, de spontanéité, dans les différents spectacles que j’ai contribués à écrire.

T.M. – Vos spectacles se répondent-ils, ou sont-ils tous différents ?

C.O. – Ils se répondent, bien sûr! Le premier, cest un peu compliqué d’être lorigine du monde parlait de la maternité, le second, les secrets de gainage efficace avait pour thème la relation que les femmes entretiennent avec leur corps, le troisième, derrière le hublot se cache parfois du linge, questionne la norme du couple hétérosexuel, et quand je serai grande, je serai Patrick Swayze parle de mon rapport à l’amour. Ils ont tous pour point de départ des nœuds existentiels, des jalons cruciaux dans l’existence féminine. En cela, ils se répondent et se complètent les uns les autres. La principale différence c’est que je suis seule sur scène pour quand je serai quand je serai Patrick Swayze, et qu’il s’agit vraiment de mon expérience personnelle, c’est une sorte de journal intime théâtral, et il est peut-être un peu moins ouvertement militant que ceux que j’ai élaborés avec Les Filles de Simone.

T.M. – Quand, comment et pourquoi avez-vous concocté ce spectacle ?

C.O. – L’idée est née durant les confinements . J’ai réalisé et posté des vidéos de « comédienne confinée » sur YouTube pour conjurer l’angoisse de ces périodes vacantes. Ces vidéos ont eu du succès, et des producteurs m’ont repérée. Ils m’ont contactée pour me proposer de m’accompagner dans l’écriture d’un seule-en-scène. J’ai accepté et c’est comme ça que je me suis lancée. Petite, j’ai été très influencée par des comédies romantiques, que je regardais en boucle quand j’étais en vacances chez ma mamie à Toulouse, et ces films ont énormément influencé l’amoureuse que je suis (ou que j’étais), et ont fait naître mon désir de devenir comédienne. J’avais envie de parler de ça, des représentations qui nous forgent, des fictions qui nous accompagnent et nous influencent, de notre rapport à l’amour, et de ce que le féminisme fait à tout ça. Comment on peut se libérer de ces représentations souvent sexistes, comment on arrête d’attendre le prince charmant, comment on se construit une vie à soi ?

T.M. – Quelles sont vos sources d’inspiration pour ce spectacle ?

C.O. – En premier lieu, mes souvenirs d’enfance et d’adolescence, et les films qui ont jalonné ces périodes, en particulier des comédies romantiques : Dirty Dancing surtout, mais aussi Ghost, Pretty Woman, Out of Africa… Et puis bien-sûr, Simone de Beauvoir, et en particulier son chapitre sur la femme amoureuse dans Le Deuxième Sexe. Il y a également une scène où je m’inspire beaucoup de Thérèse Clerc qui a mené un combat magnifique pour le droit à l’avortement, et qui a fondé la maison des Babayagas à Montreuil. Pour moi c’est un modèle de femme puissante qui a merveilleusement vieilli.

T.M. – Votre dernier spectacle, Quand je serai grande, je serai Patrick Swayze, est-il un déplacement du féminisme universaliste vers la transidentité ?

C.O. – Non, il ne s’agit pas du tout de transidentité dans ce spectacle. Même si le titre peut l’évoquer. En fait, c’est plutôt une façon de dire qu’à 40 ans, j’ai décidé de ne plus attendre le prince charmant, et que je suis mon propre prince, que c’est moi l’homme de ma vie. C’est un spectacle sur l’émancipation, sur la quête de soi. 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Chloé Olivérès, « Devenir Patrick Swayze – Interview de Chloé Olivérès », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=7755

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube