Archives par étiquette : Conan Doyle

Darcy amoureux de Bingley VADMC

Darcy amoureux de Bingley ? Orgueil et Préjugés

Non, monsieur Darcy n’est pas un pauvre être incompris, comme certains médias se complaisent à le dire1, au mépris de tout ce qui est écrit par son autrice Jane Austen, dans le roman Orgueil et Préjugés (1813). C’est un jeune homme gâté et plein d’arrogance, comme il le reconnaît dans sa dernière lettre à Elizabeth Bennett, dont il se dit amoureux :

As a child I was taught what was right, but I was not taught to correct my temper. I was given good principles, but left to follow them in pride and conceit. Unfortunately an only son (for many years an only child), I was spoilt by my parents, who, though good themselves (my father, particularly, all that was benevolent and amiable), allowed, encouraged, almost taught me to be selfish and overbearing; to care for none beyond my own family circle; to think meanly of all the rest of the world; to wish at least to think meanly of their sense and worth compared with my own2.

C’est-à-dire :

J’étais malheureusement fils unique, – même, durant de longues années, unique enfant, et j’ai été gâté par mes parents qui, bien que pleins de bonté (mon père en particulier était la bienveillance même), ont laissé croître et même encouragé la tendance que javais à me montrer personnel et hautain, à enfermer mes sympathies dans le cadre familial et à faire fi du reste du monde3.

Bien sûr, grâce à son amour pour cette jeune fille, et parce qu’elle l’a éconduit quand il l’a demandée en mariage de manière condescendante, il a évolué de manière positive. Ils peuvent ainsi se marier à la fin du livre, après la seconde demande de Darcy par une belle après-midi ensoleillée4 – et non dans un petit matin brumeux sur fond de violons dégoulinants comme dans la version filmée de Joe Wright (2005).

Si ce n’est qu’Elizabeth n’est pas la seule concernée par la conduite méprisante de Darcy. Dont elle se remet facilement et dont elle rit avec sa meilleure amie Charlotte Lucas5. Là où le bât blesse vraiment, c’est lorsque cet aristocrate fier de ses origines et de ses fréquentations sépare sciemment son meilleur ami Bingley de Jane, la sœur aînée d’Elizabeth. Son argumentation est faible, quand il écrit à Elizabeth pour expliquer sa conduite :

But it was not till the evening of the dance at Netherfield that I had any apprehension of his feeling a serious attachment. (…) At that ball, while I had the honour of dancing with you, I was first made acquainted, by Sir William Lucass accidental information, that Bingleys attentions to your sister had given rise to a general expectation of their marriage. He spoke of it as a certain event, of which the time alone could be undecided. From that moment I observed my friends behaviour attentively; and I could then perceive that his partiality for Miss Bennet was beyond what I had ever witnessed in him. Your sister I also watched6.

C’est-à-dire :

(…) mais cest seulement le soir du bal de Netherfield que je commençai à craindre que cette inclination ne fût vraiment sérieuse. (…) Au bal, pendant que je dansais avec vous, une réflexion de sir William Lucas me fit comprendre pour la première fois que lempressement de Bingley auprès de votre sœur avait convaincu tout le monde de leur prochain mariage. Sir William en parlait comme d’un événement dont la date seule était indéterminée. À partir de ce moment, jobservai Bingley de plus près et je maperçus que son inclination pour miss Bennet dépassait ce que javais remarqué jusque-là. J’observai aussi votre sœur (…)7.

Visiblement, danser avec Elizabeth est un pensum plus qu’un plaisir. En outre, Darcy insiste beaucoup, par la suite, sur la supposée indifférence de Jane, tout en blâmant la mère et les jeunes sœurs Bennett au sujet de leur conduite trop expansive, contraire aux bonnes mœurs. Il avance également, en passant, des motifs de convenance sociale, qui tiennent un peu plus, au vu de l’époque, où les sentiments ne faisaient pas partie du contrat de mariage. Darcy a donc raison de vouloir séparer Jane de Bingley pour ces raisons-ci. En conclusion de son épître, il n’exprime aucun regret d’avoir brisé le cœur de Jane et de son ami.

Cependant, tout cela ne serait-il point, plutôt, de la jalousie ? Jalousie de voir son ami heureux, se dégageant de son emprise, et heureux avec une jeune fille. Le texte originel est explicite, «apprehension » (cf. citation ci-dessus) signifiant tout autant « soupçon » que « peur » à cette époque en anglais8. Au sein de l’aristocratie anglaise de cette époque, femmes et hommes avaient des vies séparées. Les dames restaient à l’intérieur à broder, causer et recevoir, tandis que les messieurs montaient à cheval, travaillaient à leurs affaires en se rendant sur place, discutaient et se voyaient dans des clubs. Et l’après-dîner se déroulait en partie de manière séparée. Cette société était donc peu mixte, ce que l’on retrouve dans la littérature anglo-saxonne du vingtième siècle, avec les couples crypto-homosxuels Watson et Holmes (Conan Doyle), Poirot et Hastings (Agatha Christie), Bertram Wooster et Jeeves (P.G. Wodehouse).

Dans Orgueil et Préjugés, l’acharnement de Darcy à détruire le bonheur de son ami et à le garder sous sa coupe peut donc s’expliquer par un amour contrarié et non réciproque. Tant que Bingley reste célibataire, les fantasmes homosexuels de Darcy peuvent se donner libre cours, d’autant que les mœurs sociales permettent une intimité quotidienne quasiment non mixte. Le refus de Darcy de danser aux bals provinciaux, au début du roman, serait alors, aussi, la manifestation de son refus des femmes, autant que de son snobisme. À ces deux occasions, il a d’ailleurs du mal à quitter Bingley des yeux, sous couvert d’amitié (premier bal) et de surveillance (second bal).

L’arrogance de sa conduite envers Elizabeth lors de sa première demande en mariage serait ainsi encore plus explicable : il peut donner libre cours à son mépris de classe et à son mépris tout court, puisqu’agissant ainsi, il est certain que Miss Bennett, dont il connaît le caractère droit et fier, ainsi que son attachement pour le beau Wickham, refusera de l’épouser. Et quand elle accepte de se marier avec lui, après qu’il a expliqué sa conduite infâme à Bingley, Jane Austen précise que Jane et Bingley, heureusement mariés, viennent habiter près de chez eux. La résignation à l’hétéronorme de Darcy est récompensée par l’installation de Bingley, et de Jane, près de chez lui.

Par conséquent, il est regrettable que les mœurs homophobes de l’époque condamnent Darcy au silence et à la souffrance9. Un tort à réparer aujourd’hui.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Darcy amoureux de Bingley ? Orgueil et Préjugés », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10327

3 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, Paris, 10/18, 2001, p. 351.

4 Ibid.

7 Jane Austen, Orgueil et Préjugés, op. cit., p. 197.

8 Samuel Johnson, Dictionary of the English Language, London, William Pickering ed., 1828, p. 40.

9 Voir aussi, au début du vingtième siècle, le personnage de Thomas dans la série anglaise Downton Abbey (Julian Fellowes, 2010-2015).

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Mourir peut attendre, surtout pour les femmes

Mourir peut attendre, opus 2021 de la saga Bond, se conclue par la mort du héros, et non par sa fin heureuse habituelle, lorsque le héros a accompli sa mission, à savoir sauver le monde capitaliste des griffes des anti-capitalistes, à savoir les communiste, dont l’idéologie de partage est aujourd’hui sérieusement mâtinée d’égoïsme et d’individualisme fort peu marxistes-léninistes. Ce final est plus symbolique que réel et marque plus l’arrêt par Daniel Craig de son incarnation de l’agent 007 que la mort d’un héros – ni Conan Doyle avec Sherlock Holmes ni Maurice Leblanc avec Arsène Lupin n’y sont d’ailleurs arrivés en leur temps. Mais ce décès est intéressant, car il marque la volonté des producteurs, dont Craig fait partie, d’arrêter les féminicides pandémiques dont était parsemés la saga Bond, qu’il s’agisse de la petite amie de l’espion, des méchantes (toujours subordonnées à l’ennemi principal de 007) ou des amantes épisodiques du viril agent de l’empire britannique.

Dans Mourir peut attendre, les femmes vivent et survivent. Elles ne sont pas du tout touchées lors de combats dont elles maîtrisent parfaitement les règles. Après le générique de début, le dynamitage du tombeau de Vesper Lynd, grand amour de Bond morte à cause de lui dans les deux versions de Casino Royale (1967 et 2006), peut être vu comme l’arrêt symbolique du flot de cadavres féminins dans la série, ce qui est réjouissant. Bond n’est plus le protecteur de femmes plus ou moins faibles, plus ou moins perverses et ce n’est certainement pas lui qui leur enseigne et leur révèle ce qu’est le sexe hétérosexuel (Golfinger et sa lesbophobie), l’amour et la tendresse partagées. Espérons que ce féminisme continue dans les prochains films.

De même, côté héros, la mue en homme qui pense les femmes égales à lui est accomplie, d’où son décès, peut-être … ? Il abandonne son masque et sa carapace d’impassibilité et de froideur pour faire face au soleil de l’amour et de la paternité, ce qui n’est pas rien pour le loup solitaire décrit par Ian Fleming et filmé ainsi depuis 1962 dans James Bond contre Dr No. Dans l’opus sorti en 2021, James Bond est conscient que son orgueil lui a coûté cinq ans de bonheur au côtés de Madeleine Swann (Léa Seydoux) et de leur fille Mathilde (Lisa-Dorah Sonnet), sans oublier le doudou lapin de cette dernière, qu’il arbore fièrement à sa ceinture à la fin du film, non comme prise de guerre, mais comme objet précieux à conserver jusque’à la fin, dans sa tombe aquatique, à l’instar des Anciens Égyptiens qui conservaient leurs objets personnels dans leur dernière demeure.

Sinon, cet opus est une très belle vitrine touristique pour la région Puglia (Pouilles), dans le sud-est de l’Italie. Sans vouloir tomber dans du cynisme et de l’ironie faciles, il est presque regrettable que les personnages s’agitent devant les maisons et les places des petits villages perchés, tellement agréables à l’œil et si ensoleillés. Il est vrai que l’exotisme fait aussi partie de la charte filmique des James Bond, au même titre que les gadgets technologiques – toujours aussi impressionnants et dont on ne se lasse pas non plus – et les belles voitures.

Un film à voir et à méditer, en attendant le prochain de la saga, avec un nouvel acteur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Mourir peut attendre, surtout pour les femmes», Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2107

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube