Archives par étiquette : Concetta Salina

Alain Delon et Hugh Grant VADMC

Alain Delon et Hugh Grant

Comment réussir son couple ? En relevant ou pas le châle d’une femme et en lui laissant en gage, ou pas, son mouchoir.

On trouve la situation négative dans l’adaptation du Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa par Luchino Visconti et ses autres scénaristes (1963), la positive dans l’adaptation de Raison et Sentiments de Jane Austen par Ang Lee (réalisation) et Emma Thompson (scénario), en 1995.

Ces deux histoires de familles nobles se déploient dans un contexte historique patriarcal fort, début du dix-neuvième britannique pour Austen, milieu du dix-neuvième siècle « italien » pour Lampedusa. Les femmes des hautes classes ont un choix plus que réduit en termes de destinée : mariage d’intérêt, couvent, célibat, déclassement. Donc pas/très peu d’indépendance, mentale, physique ou financière.

Le tout n’empêchant pas les sentiments, couronnés de succès ou non. Dans Le Guépard, Concetta Salina (Lucilla Morlacchi) emprunte le mouchoir de son cousin Tancrède Falconeri (Alain Delon) pour se baigner le visage. Mais son parent le lui réclamant, elle le lui rend, à contre-cœur. Par contre, Tancrède ramasse et le drape le châle d’Angelica Sedara (Claudia Cardinale) sur ses épaules, à plusieurs reprises.

Dans Raison et Sentiments, Edward Ferrars (Hugh Grant) reprend le coin du châle d’Elinor Dashwood (Emma Thompson), sa parente par alliance, et lui offre son mouchoir. Eléonore le garde précieusement tout au long de l’intrigue, le mouillant de ses pleurs à différents moments de tension insupportable, avant d’y plonger son visage et ses larmes de joie à la toute fin, lorsque Edward lui avoue enfin son amour et la demande en mariage.

Les vêtements jouent un rôle important dans le déroulement de l’existence des héroïnes, leur apportant heurs et malheurs. Ou, dans le cas de Concetta, un malheur encore présent à la fin du film, puisque Tancrède épouse Angelica. Malheur qui est peut-être un moindre mal, puisque Concetta se trouvera plus tard heureuse d’avoir échappé à un froid arriviste et un égoïste de première.

L’absence d’amour est, dans certaines circonstances, un bien plus qu’un mal(e). Aux femmes de choisir leur destinée.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Alain Delon et Hugh Grant », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7071

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube