Archives par étiquette : Conte

Femmes en attente VADMC

Femmes en attente

Parallèlement à la revanche d’Arnolphe étudiée dans un article précédent, les réalisateurs hollywoodiens des années cinquante et soixante refusent toute sexualité aux jeunes filles de leurs films. Elles doivent attendre, sagement, comme les héroïnes des contes traditionnels,  que le héros ait fini de jeter sa gourme avec l’autre, la (mauvaise) femme. Les jeunes filles sont récompensées de leur attente par la bague au doigt, sans jamais perdre leur respectabilité, c’est-à-dire sans devenir des corps et des sujets désirants. La « méchante », quant à elle, a une sexualité, mais outrancière, donc perverse. Elle en est punie par la narration, soit en mourant (et un féminicide supplémentaire, un !), soit en étant repoussée avec horreur par le héros – une fois qu’il a eu ce qu’il désirait d’elle.

Les jeunes filles, elles, attendent en brodant leur trousseau, yeux baissés, sans sortir. La « méchante », elle, est dans le mouvement, donc au cœur de l’espace extérieur. Rappelons ici les vers de la chanteuse Anne Sylvestre dans « Portrait de mes aïeules » (Comment je m’appelle, 1977) : « Mais que d’orages, que de foudres/Réduits sous tant de broderies » Que de violences rentrées et de frustrations qui en demandent qu’à déborder, par exemple sur plus faible : domestique, enfant, chat, chien… Les hiérarchies sociales, religieuses, de sexe, sont donc renforcées.

Le modèle promu par ce type de films est celui du bonheur domestique obtenu après la fin du film, avec batteur à œufs intégré, marche nuptiale, bague au doigt, fidélité (surtout du côté de madame), bientôt la télévision, bref, l’ennui mortel. Surtout pour la femme, moins pour l’homme, qui est gagnant sur tous les tableaux, malgré le poids des injonctions à la virilité.

Par contraste, les « méchantes » sont mille fois plus vivantes et attrayantes que les « gentilles », notamment dans les films noirs et dans les westerns. Sororité où es-tu ?

Une exception cependant, où la jeune fille est la « méchante », et la femme la « gentille ». Johnny Guitare (Johnny Guitar, Nicholas Ray, 1954), où le titre masculin cache une héroïne forte, indépendante, habile en affaires, aux amours multiples, mais qui n’exclut pas le romantisme et la tendresse. La trame narrative montre la normale faiblesse de Vienna (Joan Crawford), à la toute fin du film, face à un groupe d’hommes qui la hait pour son équilibre et son bonheur loin de leur norme mortifère. Hommes dont la misogynie est aiguillonnée par une jeune fille, Emma (Mercedes MacCambridge), frustrée au plus haut degré, mais très intelligente. S’il n’y a pas de sororité possible, ce n’est pas à cause d’une essence féminine, mais parce que la société, de l’époque où se situe le western et du tournage du film, ne fonctionne qu’en vissant les femmes dans la domination masculine. Ray choisit une fin en demi-teinte : la frustrée meurt, aveuglée par sa folie (mais folie provoquée par qui sinon les hommes ?), les hommes ont toute latitude de continuer leurs affaires sans Vienna. Celle-ci a la vie sauve et peut partir avec son Johnny, et c’est déjà beaucoup après le déchaînement de violences qui a coûté la vie à un jeune homme. Car ce sont les hommes âgés, aussi, qui sont vainqueurs, eux qui, hors écran, ont envoyé sans broncher leurs fils tuer et se faire tuer en Corée, entre 1950 et 1953, avant que ne commence la guerre du Vietnam en 1955. Au sexisme s’ajoute donc une bonne pincée d’âgisme dans Johnny Guitare. Rappelons que Nicholas Ray mettra en accusation la génération des parents dans La Fureur de vivre (Rebel Without A Cause, 1955).

En ce qui concerne les jeunes filles qui attendent dans tant de films le prince charmant, généralement plus âgé, on ne peut que leur souhaiter « l’impatience et la révolte » de leur cousine française Douce (Claude Autant-Lara, 1943). Et d’excellentes années soixante-dix dans les mouvements féministes, quelque que soit l’époque où elles sont censées vivre. Soyons utopiques.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Femmes en attente », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/13341

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

La Comtesse de Ségur, des romans adultes

Que nous racontent les romans de la Comtesse de Ségur ? À nous enfant, à nous adulte.

1857 : Nouveaux Contes de fées :

1) Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon : la douceur, la reconnaissance, la gentillesse envers les autres sont toujours récompensés, tout comme le courage et la persévérance.

2) Le Bon Petit Henri : le courage, la persévérance la gentillesse envers les autres sont toujours récompensés ; qu’on est bien chez soi, même si les voyages forment la jeunesse.

3) Histoire de la princesse Rosette : l’envie, la méchanceté et la jalousie mènent à bien des ennuis, tandis qu’une éducation féminine hautement intellectuelle alliée à un bon cœur mène à l’amour.

4) La Petite Souris grise : de la curiosité comme vilain défaut et des moyens de la vaincre seule.

5) Ourson : halte aux masculinistes meurtriers ; antispécisme ; antivalidisme ; combat de chars ; rétablir la justice sociale.

1858 : Les Petites Filles modèles : joyeuse communauté matriarcale ; possibilité de corriger l’éducation sadique donnée par la mère puis par la belle-mère.

1859 : Les Malheurs de Sophie : antépisode des Petites Filles modèles ; éducation sadique de la mère ; indifférence du père ; vitalité de Sophie ; l’exil hors de France est dur.

1859 : Les Vacances : suite du précédent ; les garçons ont le droit de pleurer et d’être peureux ; les filles ont le droit de courir, de sauter et de construire des cabanes, à égalité avec les garçons ; comment être un·e bon·ne parent·e.

1860 : Mémoires d’un âne : antispécisme ; méchancetés et tortures infligées aux animaux non humains par les humain·es.

1862 : La Sœur de Gribouille : vie d’une petite ville de province ; la charge mentale et physique des femmes qui s’occupent des hommes handicapés ; l’insertion difficile des handicapés dans la vie quotidienne.

1862 : Pauvre Blaise : comment convertir les méchant·es en bon·nes, par une heureuse influence ; racisme social versus paternalisme.

1863 : Les Bons Enfants : de la bonne éducation ; de l’imagination fertile des enfants quand elles et ils sont nourris de livres et d’expériences.

1863 : Les Deux Nigauds : vive la vie à la campagne (quand on est bourgeois) ; antiracisme ; du harcèlement scolaire et des moyens d’y remédier (ou presque) ; importance de l’éducation pour les filles et les garçons.

1863 : L’Auberge de l’Ange gardien : antimilitarisme ; antiracisme ; possibilité de corriger la mauvaise éducation (coups, famine, injures…) par une éducation en pension ; la recomposition familiale, c’est bien.

1863 : Le Général Dourakine : suite du précédent ; politique européenne ; les camps de travail en Russie ; antiracisme ; la méchanceté est toujours punie.

1864 : François le bossu : antivalidisme ; importance de donner une éducation aux filles et aux garçons.

1865 : Un bon petit diable : anticapitalisme ; possibilité de corriger la mauvaise éducation reçue et de devenir un honnête homme ; antispécisme ; antivalidisme ; anti-âgisme.

1866 : Comédies et proverbes :

1) On ne prend pas les mouches avec du vinaigre : quelle est la bonne, quelle est la mauvaise éducation ? Châtiments corporels, faire rapporter les enfants, leur faire inventer des actions méchantes non faites par les autres enfants ? Ou refuser la délation, les châtiment corporels ?

2) Le Forçat, ou à tout péché miséricorde : fumer tue ; exciter les autres contre un ex-prisonnier est de la lâcheté et de la méchanceté ; les prisonniers ont droit à une seconde chance.

3) Le Petit De Crac : des conséquences quasi mortelles du mensonge… masculin, pour les autres, surtout pour les filles ; et comment se guérir de l’habitude de mentir.

4) Les Caprices de Gizelle : tout céder à son enfant est-il bon ? ; des dangers de laisser des mineures aux caprices d’une enfant gâtée.

5) Le Dîner de Mademoiselle Justine : ah ma chère ne me parlez pas des domestiques, seuls ceux qui sont chrétiens sont corrects ; une comédie dramatique policière.

1866 : Jean qui grogne et Jean qui rit : qu’est-ce qu’un bon domestique ? qu’est-ce qu’un bon maître ? ; quand on voit le verre à moitié plein, ça aide à être heureux et à réussir son existence.

1866 : La Fortune de Gaspard : bon et mauvais capitalisme ; importance de l’école et des bibliothèques publiques dans la formation de l’individu·e ; mariage arrangé versus mariage d’amour.

1867 : Quel amour d’enfant ! : danger d’une éducation sans limites, cf. Les Caprices de Gizelle ; à quelque chose le malheur est bon.

1867 : Le Mauvais Génie : comment se débarrasser d’un mauvais ami ; apologie de la colonisation sur le continent africain ; le bon capitalisme ; le bon Anglais est celui qui s’installe en France.

1868 : Diloy le chemineau : du racisme social et des moyens de s’en corriger ; une bonne éducation  bourgeoise passe par l’exercice physique, pour les filles et les garçons.

1871 : Après la pluie, le beau temps : solitude des orphelines laissées aux mauvais soins d’hommes de leur famille ; harcèlement sexuel ; antiracisme versus paternalisme ; danger d’une éducation sans limites ; importance de l’éducation des filles ; femme aux affaires, bonheur dans la chaumière (dorée) ; situation politique italienne.

Source des dates de parution des œuvres : https://musee-comtessedesegur.fr/les-œuvres.html

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Thématiques des romans de la Comtesse de Ségur », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10979

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Vanessa Callico VADMC

Dessine-moi un conte – Interview de Vanessa Callico

Un très grand merci à Vanessa Callico pour ses réponses. 

Tiphaine Martin – Pouvez-vous nous parler de vos différentes branches d’activités ?

Vanessa Callico – Je suis auteure d’ouvrages de littérature de l’imaginaire (romans et encyclopédies), ainsi qu’éditrice fondatrice des Éditions le Héron d’Argent. Par ailleurs, je suis également flûtiste à l’orchestre philharmonique de Fontainebleau, ainsi que chanteuse lyrique.

T.M. – Plus précisément, quel travail effectuez-vous au sein des Éditions du Héron d’Argent ? Quel est la spécialité de cette maison d’édition ?

V.C. – Je suis directrice artistique, je veille donc à l’élaboration de notre ligne éditoriale, ainsi que responsable de la stratégie et recherche/développement marketing. Quelque part, mon travail est la vision de long terme de l’entreprise éditoriale. La spécialité de notre maison sont les finitions luxueuses, les textes d’auteurs francophones, les collaborations avec des artistes de niveau international.

T.M. – La forêt de Fontainebleau, où vous habitez, est-elle votre espace favori d’inspiration ? À quelles autres sources s’abreuve votre écriture ?

V.C. – La forêt de Fontainebleau est très clairement ma bouffée d’oxygène au quotidien. C’est mon lieu privilégié, là où je me sens le mieux. Les autres sources de mon écriture sont l’Histoire et les mythes.

T.M. – Comment avez-vous travaillé avec Séverine Pineaux pour La Nymphe, le Jeune Homme et le Temps, votre dernière parution ?

V.C. – Nous sommes parties de l’univers artistique de Séverine Pineaux, pour inventer une nouvelle trame ensemble, autour de ses illustrations magnifiques, qui fasse sens et écho à une fable universaliste.

T.M. – Quelle est la signification de ce conte magique et poétique, La Nymphe, le Jeune Homme et le Temps?

V.C. – Pour moi, c’est une parabole sur le temps qui passe, avec sa cruauté, mais également sa beauté. C’est aussi un ode à la Nature et au rêve.

T.M. – Quels sont vos projets, dans l’ensemble de vos branches d’activités ?

V.C. – Nous avons en préparation des dizaines de projets tous plus passionnants les uns que les autres. Nous allons augmenter également nos publications (ainsi que nos équipes), afin de proposer encore plus de rêve et d’aventure. L’avenir s’annonce radieux !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Vanessa Callico, « Dessine-moi un conte – Interview de Vanessa Callico », Voyages autour de mon cerveau, mai 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9761

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Un conte VADMC

Un conte

Un jour, j’ai eu envie de passer brièvement de l’autre côté du clavier et d’écrire un court conte pacifique et antispéciste. Le voici.

Elle était une fois une minette rondelette et fort gironde. Son pelage rayé faisait l’admiration du voisinage. Ses miaulements étaient réservés aux humains, comme il se doit. Avec ses congénères félins, elle usait des habituels frottements de truffe et frémissements de moustaches. Son nom de Sushi lui venait de lointains ancêtres japonais. Elle avait élu domicile chez un jeune artiste, Clément, qui l’adorait. Elle folâtrait gaiement dans le voisinage, passant de jardins en terrasses.

Ses coussinets ne faisaient aucun bruit quand elle accompagnait Clément dans ses promenades quotidiennes. Les vignes au-dessus de leur maison n’avaient plus de secrets pour eux, ils les exploraient sans se lasser, passant d’herbes vertes aux sauterelles bondissantes, des grillons violonistes aux sarments entrelacés.

Le meilleur ami de Sushi était un chat au poil noir, luisant et doux, Ulysse, dont les lointaines origines grecques ne faisaient aucun doute, au vu de ses oreilles effilées et de sa tache blanche sous le cou. Ulysse avait un caractère aussi affable que Sushi, d’où leur entente cordiale. Ils aimaient à se retrouver la nuit pour de longues balades dans le quartier.

Sous la lune, ils cheminaient sur les toits, humant les étoiles. Ils se posaient ça et là, roulant dans la terre meuble des plates-bandes, reniflant les fleurs (pouah !), mordillant certains brins d’herbe, ceux de haute qualité bien entendu, leur mâchoire de haute lignée n’acceptant que la qualité supérieure.

Ulysse logeait chez une jeune écrivaine, Clémentine. Pourri gâté par elle, il n’abusait pourtant pas de sa patience, sauf une fois par an, au printemps, à la période des amours. Quoique refusant d’être père, il partait alors à la recherche de compagnes éphémères. Sushi ne lui en voulait pas non plus, car elle faisait de même avec les mâles de son quartier, en toute liberté.

Leur existence s’écoulait ainsi, entre grandes joies quotidiennes et peines de temps à autre. Au bout de quelques années, bien installés dans leur chemin de vie, ils pensèrent que leur amitié méritait d’être étendue. Après quelques conciliabules automnaux sous un pommier, ils se partagèrent les tâches. 

Sushi se chargea de l’organisation pratique : listing, buffet (souris, oiseaux, herbes, os divers), invitation effective. Ulysse, de son côté, chercha et trouva un coin douillet, moelleux, abrité de la chaleur et de la pluie, avec une bonne visibilité en cas d’intrusion humaine ou ratière.

Le jour dit, les invité•es arrivèrent. Ulysse les installa au mieux, avec son urbanité coutumière. Sushi supervisa le tout, puis elle prit la parole. Son ami et elle avaient assez des batailles pour le territoire, ainsi que des chamailleries inter et intra-espèces. Foin des aboiements et des claquements de mâchoires, plus de batailles rangées ni de duels. Ouverture des jardins, champs, vignes, toits à tous et toutes. Toutes ces motions furent votées avec enthousiasme, Sushi et Ulysse se chargeant de prévenir les nouvelles et nouveaux venus, et de ramener à la raison les quelques êtres de mauvaise volonté, généralement montés contre les autres par leurs humain•es d’adoption. Les conversations, les échanges, les danses et les chants durèrent toute la soirée, puis chacun•e rentra chez soi.

La décision de Sushi et Ulysse porta ses fruits, non seulement dans leur quartier, mais également sur l’ensemble de la planète. Et, miracle, les humain•es parvinrent, au bout de quelques années seulement, à les imiter.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Un conte », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=5761

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube