Archives par étiquette : Corps

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

04 mai 2021 : Matinée de travail, puis promenade active dans Biarritz l’après-midi. Nous allons en navette gratuite jusqu’au phare. De là, nous progressons tranquillement sur le front de mer,

©Tiphaine Martin

… admirant  là les surfeurs, ici les grosses vagues scintillant au soleil, là encore une partie de l’exposition Jackie et les Kennedy. Nous faisons halte chez le glacier Dodin (chocolat-pêche pour moi), fournisseur de la famille Lacoin sur plusieurs générations.

©Tiphaine Martin

Françoise me montre le rocher du Boucalot jusqu’où Zaza nageait, en face du Port-Vieux (le gros rocher au troisième plan de ma photo) :

©Tiphaine Martin

C’était une véritable sportive, loin de l’image coincée d’une jeune bourgeoise d’une famille catholique ultra-traditionnelle. Le sport féminin a pourtant eu du mal à s’implanter en France, se heurtant aux réticences des médecins et des prêtres. À l’été 1928, Zaza exprime sa joie marine et pique gentiment une de ses sœurs :

A Biarritz, où nous nous sommes arrêtés un moment, la mer était splendide ; j’ai pris un bain délicieux en compagnie de Germaine qui n’avait pas voulu enlever ses lunettes et qui, les cheveux bien collés par l’eau salée, avait l’air de quelque grosse bête marine. Elle se laissait rouler par toutes les vagues et se retrouvait avec ahurissement dans les jambes ou sur le dos d’un gros monsieur non moins surpris qu’elle1.

Les corps féminins bougent avec aisance et sans mauvaise honte, la joie de vivre et d’être entre sœurs éclate.

De retour en 2021 et en haut de la côte des Basques, nous avons ensuite pris l’apéritif chez une collègue du lycée agricole de Saint-Pandelon de Françoise, Cécile, très sympathique, après cette journée bien chargée, surtout au niveau de mon bronzage, qui s’améliore de jour en jour.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 11 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1763

 

Élisabeth Lacoin, Zaza, 1907-1929 : amie de Simone de Beauvoir, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 125.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview M. Provost

Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin

Tiphaine Martin – Quand et comment avez-vous rencontré Simone de Beauvoir ?

Martin Provost – J’avais lu Une mort très douce à vingt ans, et le livre m’avait beaucoup impressionné. Mais j’ai vraiment rencontré Simone de Beauvoir par Violette Leduc, pour la préparation de mon film Violette1. J’ai lu la biographie de Deirdre Bair, puis les mémoires, les Lettres à Nelson Algren, les Lettres à Sartre… j’ai dévoré Beauvoir via Violette Leduc. Sa langue est belle. J’ai passé mon enfance dans une maison de famille en Corrèze, comme celle de Beauvoir dans le Limousin, c’était donc d’autant plus émouvant pour moi de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée.

Dans mon film, j’ai voulu montrer le côté sympathique de Beauvoir. Elle a soutenu Violette Leduc financièrement sans qu’elle le sache, et pendant longtemps. Qui ferait ça aujourd’hui ? Bien sûr il y a des zones d’ombres, mais ce qu’elle a fait pour Violette, personne n’en parle jamais.

Je me souviens, quand nous avons tourné la séquence où Sandrine Kiberlain, qui joue Simone de Beauvoir, vient voir Violette chez elle sous la neige, nous cherchions une voiture pour elle. Quand le jour du tournage est arrivé, le loueur est arrivé avec la voiture que j’avais choisie, une Aronde beige, et il m’a dit, c’est la vraie, c’est celle du Castor. C’était bouleversant vous savez. Sandrine s’est mise au volant. On avait tous les deux le sentiment que Beauvoir nous faisait un petit signe, qu’elle était là, avec nous. C’est ce genre de signes qui me donne envie de continuer à faire des films.

T.M. – Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

M.P. – Non, la rencontre a été très tardive dans mon existence.

T.M. – Quelle a été, quelle est, linfluence de Beauvoir sur votre existence ?

M.P. – L’envie de la lire. C’est déjà beaucoup. Evidemment elle est une pionnière du féminisme. Quand elle a écrit Le Deuxième Sexe, elle ne savait pas que ce mouvement allait exister.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

M.P. – Courage.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement) ?

M.P. – Son sac à main. Sa démarche. Nous avions beaucoup travaillé cela avec Sandrine. Non pas faire une imitation du Castor, mais lui prendre deux trois tics. Cela a suffit. Sandrine est extraordinaire de vérité dans le film. Elle est le Castor. D’ailleurs, quand on en parlait, on disait toujours Notre Simone…

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/536

1 Film sorti en 2013. La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19538367&cfilm=193112.html

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn