Archives par étiquette : Crocodile

L'Enorme Crocodile VADMC

Crocodile énorme, mais petit cerveau : L’Énorme Crocodile

Être un énorme crocodile permet de faire peur à ses proies et d’en déguster un certain nombre sans être dérangé par la concurrence, mais cela n’empêche pas la gentillesse ni l’intelligence. Ou devrait.

Le héros éponyme de Roald Dahl (1978) va en faire l’amère expérience et payer, in fine, ses méchancetés, gratuites ou préméditées. Après avoir mordu Trompette l’éléphant, l’arbre où Jojo-la-Malice le singe se reposait et les plumes de la queue de Dodu-de-la-Plume, l’oiseau multicolore, l’Énorme Crocodile sort de la jungle. Las de manger des poissons, il souhaite diversifier son alimentation.

Cependant, il préfère s’attaquer de manière sournoise aux enfants plutôt que d’attraper des proies près de son domicile marécageux. L’Énorme Crocodile met toute son énergie affamée au service de l’anthropophagie, devenant cocotier, balançoire, crocodile de manège en bois, banc de pique-nique. Sa courte intelligence n’avait pas prévue que ses confrères animaliers porteraient secours aux enfants et qu’il ne pourrait rien faire contre ces actions de solidarité. Ses « plans secrets et ruses habiles » et autres « pièges subtiles » échouent.

De prédateur il devient proie et finit très mal. Dans la collection Folio Benjamin, édition de 1987, son châtiment s’étale sur sept pages. Les illustrations de Quentin Blake, dessinateur favori de Dahl, montre le rétrécissement du saurien, sa courte élongation, puis son écrabouillement dans le soleil, grâce à Trompette.

Ainsi, il est prouvé : 1) que le régime piscivore est meilleur pour la santé que le carnivore ;  2) que la solidarité inter-espèce existe ; 3) que la mauvaiseté est toujours punie.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Crocodile énorme, mais petit cerveau : L’Énorme Crocodile », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8440

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Petit Singe VADMC

Une histoire de singe, sauver sa vie par l’intelligence

Petit Singe est curieux, donc Petit Singe part à la découverte de son environnement, la jungle. Las, il tombe dans le fleuve, car il a voulu prendre une noix de coco trop grosse pour lui en haut d’un arbre. Et tombe dans la gueule d’un crocodile.

La dramatisation est rapide dans ce récit d’après May d’Alençon (Père Castor-Flammarion, 1968). L’envie d’ailleurs du héros serait-elle un vilain défaut, condamnée par la narration ? C’est plutôt sa gourmandise qui cause sa perte – provisoire.

Car Petit Singe va savoir se tirer d’affaire. Gourmand lui-même, il table sur l’avidité du crocodile. Et promet au saurien « un buffle bien gras ». Alléché, le croco laisse faire. Et laisse partir Petit Singe. Funeste erreur, puisque celui-ci se sauve et demande l’aide de l’éléphant qu’il rencontre sur la terre ferme.

Petit Singe n’est pas un héros, mais il sait se sortir d’une situation difficile, et demander de l’aide à plus puissant que lui (un adulte) quand il le faut. Il se sert de son intelligence pour rectifier son erreur (la noix de coco trop grosse pour lui qui l’entraîne au bord de la mort), tout en continuant son exploration, cette fois sur la terre ferme.

L’amitié est au bout de la liane, ainsi que le retour chez soi. L’éléphant, après avoir tancé le crocodile, ramène Petit Singe auprès de sa famille. Qui se moque de lui. Il faut la parole de l’éléphant (de l’adulte) pour que le récit de voyage de Petit Singe soit accrédité. Et c’est la fête, avant un repos bien mérité après toutes ces aventures, dans les bras rassurants de sa maman.

L’aventure, c’est bien joli, mais encore faut-il avoir quelque’un·e à qui la raconter, et auprès de qui se reposer, avec son consentement.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une histoire de singe, sauver sa vie par l’intelligence », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8405

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube