Archives par étiquette : Dirty Dancing

Texte hommage B. Tavernier

Bertrand Tavernier est mort, vive la cinéphile et le cinéma

J’ai vu mon premier Tavernier contrainte et forcée, au cinéma, car mes parents ne voulaient pas me laisser seule dans le gîte montagnard où nous nous trouvions, en cet été 1996 de mes douze ans. J’ai détesté les cris et la violence du Capitaine Conan et de ses hommes plongés dans l’enfer de la guerre qui n’en finit pas de finir. Seule image qui me reste : le capitaine, seul sur un fauteuil, en bord de falaise, à contempler son chez-soi. N’ayant jamais voulu revoir ce film depuis ce traumatisme primitif, il s’agit peut-être d’une image reconstituée, métaphore visuelle de la solitude de ce personnage, remisé avec les horreurs de ce conflit sanglant qui ne portait pas encore le nom de Première Guerre mondiale, puisque les rescapés n’avaient pas encore déclenché la seconde. Afin de ne pas me laisser sur cette mauvaise impression, mes parents m’ont fait voir Coup de torchon (1981) et La Fille de d’Artagnan (1994), respectivement en film enregistré sur cassette et lors d’un passage à la télé. Deux films dont j’ai aimé l’humour, le dynamisme, l’anticolonialisme et l’engagement à gauche. Et, pour le second film, une héroïne forte qui ne s’en laisse pas compter, sur fond de faux complot, de traite négrière et de souvenirs de Vingt ans après et autre Vicomte de Bragelonne.

Les années sont passées, j’ai vu bien d’autres films de bien d’autres réalisateurs – parfois même de réalisatrices -, jusque’à ce qu’en 2002, j’aille voir Laissez-passer, qui mettait en images le monde du cinéma des années noires, avec ses extraits de Douce (Claude Autant-Lara, 1943, Marguerite Moreno, impériale), son Jean Aurenche/Denis Podalydès acrobatique entre son métier, ses maîtresses et l’occupant, son Jean Devaivre/Jacques Gamblin parachuté et crachotant en pleine brume anglaise, ahuri par ce voyage imprévue, reprenant son vélo pour une course contre la montre, afin que les collaborateurs et les nazis ne se doutent pas de son implication dans la Résistance.

Du coup, j’ai revu Coup de torchon et j’ai vu, au cinéma ou à la télévision ou les deux : La Princesse de Montpensier (2010, un grand merci à l’ancien président de la République Nicolas Sarkosy d’avoir remis Mme de Lafayette à l’honneur et d’avoir donné envie aux cinéastes d’adapter ses œuvres), Que la fête commence… (1975, Noiret, Rochefort et Marielle sans scène à trois ensemble mais tout de même réunis au sommet), L’Horloger de Saint-Paul (1974, Noiret hiératique contre la peine de mort, pas encore abolie) et, récemment, grâce à ARTE, Une semaine de vacances (1980, l’école va mal), Le Juge et l’Assassin (1976, ), Ça commence aujourd’hui (1999, l’école va très mal), Dans la brume électrique (2009, on dirait vraiment un film américain, et toujours la dénonciation du commerce triangulaire), Un dimanche à la campagne (1984, gentillet), L’Appât (1995, Marie Gillain qui sombre dans le sang ô combien masculin de la société de consommation).

J’ai soigneusement mis à part son documentaire, devenu ensuite série télévisuelle, Voyage(s) à travers le cinéma français (2016 et 2017). Des heures de bonheur cinéphiliques, en compagnie d’un pédagogue hors pair (B. Tavernier), doublé d’un homme cultivé qui lisait, écoutait de la musique, se rendait aux expositions d’art. Bref, un cinéphile dont la cinéphile était irriguée par de multiples canaux, canaux qui enrichissent ses propres films. Loin, très loin de soi-disant·es cinéphiles pour lesquel·les le cinéma commence en 1970 ou 1980 et est une industrie fermée sur elle-même, qui n’ont donc pas envie de faire des découvertes multiples et variées en lisant, écrivant, jouant, écoutant, regardant. D’où l’entreprise mémorielle et patrimoniale de Tavernier dans ses Voyage(s) … : montrer que le cinéma ne peut vivre et se renouveler que s’il est réalisé par des personnes (des femmes, parfois) qui sont ouvertes à tout ce qui passe sous leurs yeux.

De même, j’ai adoré, tous les passages consacrés à la musique de film, parente pauvre de l’édition musicale, ce qui m’est tout aussi incompréhensible qu’à Tavernier. Pourtant, écouter de la musique de film procure autant de plaisir qu’entendre du classique, de la chanson (d’auteur ou populaire), du rap, de l’électro, du métal, de la techno même. Soit que la musique rappelle les scènes du film, soit que, détachée de son contexte cinématographique, elle s’écoute pour elle-même. Ou que les deux émotions s’imbriquent. Pour ma part, j’ai toujours les larmes aux yeux en écoutant le « grand choral » de Georges Delerue, extrait de La Nuit américaine de François Truffaut (1975), le thème d’amour du Roi et l’Oiseau (1980, Paul Grimault) de Wojciech Kilar, le thème du Bal d’Ettore Scola (1983) par Vladimir Cosma. Si ce sont trois films que j’aime par-dessus tout, je peux écouter ces morceaux pour leurs propres qualités et lyrisme. Inversement et de manière complémentaire, les chansons présentes dans Dirty Dancing (1987, Emile Ardolino) m’emmènent dans le film. Exemple entre mille, l’écoute de « Love is strange », avec ses chanteur et chanteuse aux voix aigües, m’envoie directement les images de Johnny se roulant délicieusement jusqu’aux pieds de Frances, qui coquète avec son amoureux. Scène d’amour avec une touche d’humour sur fond de karaoké. Et le « baby » des paroles qui renvoie au surnom infantilisant de Frances, surnom dont elle est maintenant détachée, puisqu’elle a acquis son indépendance mentale et physique. La chanson marque la progression de la jeune femme, tout en soulignant la tendresse qui lie les deux personnages. Et lorsque résonnent les premières notes d’un certain morceau de Michel Legrand, je n’ai qu’à fermer les yeux pour voir un pont transbordeur, des camions, des jeunes femmes qui en sautent gracieusement, qui s’étirent avec leurs camarades masculins, et le tout devient le début enchanteur d’une des plus belles comédies musicales occidentales1.

En conclusion, j’ajouterai que le décès de Bertrand Tavernier me peine au point que je n’hésite pas à reprendre la phrase fétiche d’un acteur-scénariste mort il y a quelques semaines : « Putain merde fais chier. »

 

 

1 Les Demoiselles de Rochefort, Jacques Demy, 1967.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bertrand Tavernier est mort, vive la cinéphile et le cinéma », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1450

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Dirty Dancing, film féministe et marxiste

Il semblerait que quelques rares médias français s’interrogent enfin sur un possible féminisme de la comédie musicale Dirty Dancing (Emile Ardolino, 1987), tandis que d’autres, dont la revue Télérama, continue à le mépriser. Rien d’étonnant pour cette revue d’obédience catholique, qui encense depuis des années les films à base d’inceste du réalisateur hollywoodien Woody Allen. La culture populaire n’y a pas bonne presse, sauf si elle a été sanctifiée par les glorieux aînés des Cahiers du cinéma : il est donc permis au lectorat de Télérama de regarder sans mauvaise conscience les comédies musicales de Vincente Minelli et de Stanley Donen, devenues des « films d’auteur », ce qui n’étaient pas le cas lors de leur sortie en salle.

Revenons à Dirty Dancing : une jeune bourgeoise, Frances, dite Bébé, vient passer l’été 1963 avec ses parents et sa sœur aînée Lisa dans un camp de vacances. Elle tombe amoureuse d’un des serveurs, Johnny, issu de la classe populaire. Johnny est aussi prof de danse de salon. Il a pour partenaire Penny, une amie d’enfance, elle aussi d’un milieu très modeste. Frances a des parents engagés contre la guerre au Vietnam et pour la paix universelle, c’est-à-dire de gauche, selon les critères USA. Pendant que Lisa fleurte avec le serveur Robbie, issu de la bourgeoisie et étudiant en médecine, Frances tombe sous le charme de Johnny et découvre les « danses de rue », avec un coprs-à-corps érotisé au maximum, sur fond de musiques également érotiques. Sa rigidité fond lentement, mais sans plus, elle reste spectatrice. Le basculement de l’intrigue provient de Penny : enceinte, elle désire payer un avorteur, mais elle ne possède pas l’intégralité de la somme. Johnny lui propose de l’aider, mais elle refuse. C’est Frances (toujours surnommée « bébé » par l’ensemble des personnages), qui demande l’argent à son père, médecin, mais sans lui dire pour quelle raison. Penny finit par accepter. Un autre problème subsiste : Penny et Johnny assurent une soirée dansante dans une autre pension à la date de l’avortement. Penny propose à Frances de la remplacer, au grand dam de Johnny. Bien sûr, la soirée est une réussite, et les entraînements de danse auront rapproché Frances de Johnny et réciproquement. Euphoriques, ils regagnent le camp de vacances… Penny est prostrée dans sa chambre, l’avortement a mal tourné. Le père de Frances soigne Penny et lui dit qu’elle pourra avoir des enfants. Mais il interdit à Frances de continuer à fréquenter Johnny, qu’il croit à tort le géniteur, coupable d’avoir forcé sa maîtresse à avorter. Frances rejoint Johnny chez lui, elle l’enlace, ils font l’amour. Quelques péripéties plus loin, où Frances avoue publiquement sa liaison avec Johhny pour le sauver d’un vol qu’il n’a pas commis, tout rentre dans l’ordre pour une fin heureuse : le père de Frances se réconcilie avec sa fille et découvre que Robbie avait mis Penny enceinte, Johnny rend publiquement hommage au courage de Frances, qu’il n’est plus question d’appeler « bébé ». Les danseurs et danseuses des « danses de rue » envahissent le salon guindé des client·es de l’hôtel. Et tout le monde danse, et pas un tango !

On voit bien que ce « nanar », ce « film sirupeux » est en fait un film féministe, marxiste et légèrement antiraciste. Pour ma part, ayant vu ce film pour la première fois à six ans, j’en avais surtout retenu l’aspect féministe. Je précise que j’ai vu et revu ce film en VF entre six et dix ans et que les trouvailles horriblement dégoulinantes du traducteur n’ont en rien empêché de considérer ce film comme féministe dès ces premiers visionnages. Film féministe et marxiste donc :

  • Penny n’est pas punie d’avoir avorté, alors que l’avortement est illégal dans les années soixante aux USA et que les anti-avortements y sont très virulents dans les années 80, à l’époque de tournage et de sortie du film ;
  • la sororité existe entre Frances et Penny, sans condescendance de classe ;
  • les relations difficiles entre Lisa et Frances sont finalement abolies, alors que Lisa n’a pas voulu écouter sa sœur, qui la prévenait contre Robbie ;
  • Lisa représente le stéréotype de la jeune bourgeoise blanche des années soixante : uniquement préoccupée de son apparence, elle tombe immédiatement sous le charme de Robbie, de la même classe qu’elle et qui possède une voiture rutilante, signe de richesse ; après seulement quelques jours, Lisa s’imagine en voyage de noces avec Robbie : bref, une princesse Disney (Blanche-Neige, Cendrillon, La Belle au bois dormant) ;
  • c’est la mère de Frances qui intervient pour que sa fille puisse danser avec Johnny à la fin du film, retenant le bras du père/patriarcat, qui voudrait censurer le désir de Frances et ses choix ;
  • le film montre que les différences de classe peuvent parfois être abolies (Frances et Johnny) et que chacun·e apprend de l’autre ;
  • Frances démontre à son père que ses idéaux « de gauche » ne reposent que sur de belles paroles et qu’il doit accepter qu’elle ne soit pas une jeune fille rangée qui obéit gentiment à ses parents  et qui est toujours d’accord avec eux, sans réflexion et sans choix personnels ;
  • Frances abolit la contradiction corps/esprit par la « danse de rue » et en choisissant de coucher avec Johnny : ses choix sont réfléchis et elle continue à être intelligente ;
  • les virilités classiques (le père de Frances, Robbie) sont mises à mal par le danseur Johnny : Johnny se préoccupe de Penny sans lui faire la morale, il est plus objet de désir que sujet, et, surtout, il danse lascivement. Il n’est pas un corps rigide à la John Wayne ;
  • c’est Frances qui rejoint Johnny chez lui, mais, contrairement aux autres riches clientes de l’hôtel, elle parle avec lui, elle l’enlace tendrement, elle lui avoue son désir pour lui, avant de coucher avec lui. Pas de prise de pouvoir d’une énième bourgeoise sur le serveur issu du peuple, mais un érotisme à deux ;
  • etc. etc.

Côté marxiste, les classes sociales se mélangent avec bonheur, comme indiqué dans mon résumé. La méfiance des classes populaires (Penny et Johnny) face à la classe possédante (Frances) fait face à des solidarités multiples : Penny (présente dans les premiers entraînements) et Johnny enseignent à Frances comment danser, Frances et son père aident Penny, Johnny et Frances s’éduquent l’un l’autre.

Le côté antiraciste est faible, mais il existe : les danseurs et danseuses « des rues » ne sont pas toutes blanches. Elles et ils dansent dans le même espace, mais, malheureusement, sans se mélanger.

En conclusion, on fait péter le sac de pop-corn et on s’émancipe avec Frances et Penny !

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Dirty Dancing, film féministe et marxiste », Voyages autour de mon cerveau, mai 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/128

Articles consultés le 9 mai 2020 :

https://www.telerama.fr/cinema/films/dirty-dancing,10933.php

https://www.lesinrocks.com/2019/09/06/actualite/societe/dirty-dancing-a-t-il-fait-de-nous-des-feministes/

https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-08-mai-2020

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn