Archives par étiquette : Droits des animaux

Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 4

Commencent alors trois semaines de cache-cache le matin et le soir, afin qu’Ulysse s’habitue à son nouvel environnement intérieur, avant de découvrir progressivement l’extérieur. La dame de la SPA me l’avait bien recommandé : « Vous faites bien attention, vous attendez un mois pour le sortir en laisse, puis ensuite quinze jours avec la laisse, pour qu’il ne soit pas désorienté et explore progressivement votre quartier. » Ça, c’est la théorie.

En pratique, c’est donc « où est le chat ? » et « petit minet va rester dans sa chambre bien gentiment » le matin pour ouvrir les volets et le soir pour les fermer. Et qui sait très bien sauter sur la poignée de sa porte et filer jusque’à la fenêtre que je suis train de fermer ? Tout en jouant la comédie du pauvre prisonnier, lorsque je retire les griffes une à une du rebord de la fenêtre idoine. Ou que je saisis le vif-argent au vol. 

Pour tout vous avouer, j’ai cédé à l’attrait du harnais au bout de la troisième semaine. Visite de ma cour et de ses plates-bandes. Longue station d’Ulysse à mon portail, et reniflements appuyés et intéressés. Non mon cœur, tu ne vas pas dans la rue pour l’instant, et de toute façon tu resteras sur les trottoirs. Bien entendu, la deuxième fois, petit malin coquin a réussi à ôter son harnais, que j’avais mal serré, de peur de lui faire mal. Mais je lui ai fait confiance, et j’ai eu raison, car il est resté dans la cour. La troisième fois, toujours en harnais, il a sauté près de la grille qui sépare ma maison de celle de ma voisine. Et la quatrième fois, je l’ai sorti sans harnais, en restant avec lui et en le ramenant à la maison au bout d’une vingtaine de minutes. Au bout de dix jours, je lui montré sa chatière. Petit à petit, il a conquis son autonomie, tout fier de ces nouvelles libertés, pendant que j’apprenais à ne pas (trop) angoisser.

J’ai eu raison de me fier à son intelligence : il revient à la maison, pour manger, jouer et faire des câlins, tout en menant son existence de félin qui dispose de nombreux jardins dans le quartier. L’aventure humaine-félin ne fait que commencer !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 4 », Voyages autour de mon cerveau, 23 août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6083

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 3

L’air faussement dégagé et pas du tout angoissé, je roule tranquillement. Et re-miaulements désespérés et re-…. devinez quoi ? Eh oui, la fermeture éclair a encore lâché. Ce sera donc un remboursement à la boutique où j’ai acheté cette s…aleté de boîte, j’en choisi une passe-partout mais solide. Bref.

Je me gare donc doucement sur le bas-côté prévu à cet effet sur la route, j’appelle ma mère : elle vient en voiture avec un carton et un scotch, nous y mettons minou-chat pas du tout ravi, en lui faisant bien de l’air. Ma mère nous suit chez moi. Heureusement, j’étais à peine à la moitié du trajet.

Et, finalement, je ne suis pas mécontente d’avoir ma maman avec moi, c’est quand même une grosse émotion et un changement important dans ma vie tout cela, ce quadrupède charbonneux. Déposons donc le carton miaoutant, la boîte nulle et inutile, les croquettes et les pâtées, à l’intérieur de la maison. Ferrrrmeture des écoutilles, tout le monde descend, bienvenu mon cœur chez toi !

Oreilles pointues de sphinx, puis yeux verts, puis trufette dans une bouille ronde, puis longues oh oui longues pattes grêles, ouf monsieur touche terre et part prudemment en exploration. 

Sniff le canapé, sniff la table de la salle à manger, re-canapé, ah oui gamelle d’eau moui… moui, bof non. Croquettes ? Non merci pas faim, trop d’émotions. Mmmm… le canapé décidément est attirant. Donc, je m’allonge sur le parquet devant le canapé. Logique féline me voici. Ma mère et moi discutons, nous montrons ses jouets à Ulysse, sa litière.

Le soir tombe, ma mère rentre. Je ferme les volets, ne reste de visible que la porte-fenêtre du salon. L’étage tout comme l’extérieur l’intéresse beaucoup. Clic clac, je prends photo sur photo entre deux caresses. Bon, il est l’heure de mon dîner, à force. Et quel film vais-je regarder ? Quelque chose de léger… direction USA… et Paris ! avec Romy Schneider et Peter O’Toole, bien entendu. C’est parti pour What’s New Pussycat ?, vu lors de sa ressortie en 2005 (?) au Grand Action à Paris.

Que va faire petit chat ? Petit chat vadrouille, mange un peu, s’étend sur le parquet. Le film terminé, comme toujours dans un éclat de rire amusé, nous montons nous coucher, moi sous la couette, Grandes Oreilles Pointues De Sphinx sur la couette.

FIN DU TROISIÈME ÉPISODE

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 3 », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6063

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 2

Après les formalités d’usage (contrat d’adoption, chèque, « dans six mois une bénévole viendra voir si tout va bien »…), je pars de la SPA 89 avec ma mère et mon chat, alors prénommé Osco. Déjà, rien que ce prénom indique des personnes immondes. Comment peut-on donner un tel nom à un félin ? En plus, qu’est-ce que Osco est censé signifier ? Boulette de viande ? Pâte à tartiner ? Baguette fraîche ? Osco, puisque Osco il y a encore, et pas encore Ulysse, est dans une jolie boîte en tissu bien renforcé et doux, avec une fermeture éclair, le tout d’un vert amande fort seyant. Bref, une boîte design et tout à fait confortable. J’installe minou-chat dans sa boîte à l’arrière de ma voiture, avec la ceinture de sécurité. J’installe ma mère… Ma mère et moi nous mettons notre ceinture de sécurité, direction la maison de mes parents, non loin de la SPA.

Premier feu, deuxième feu, rond-point… « MIAOUUUUUU ! » « Oui tu veux sortir mais ce sera pour très bientôt. » « MIIIIIIAOOUUU ! » « Patience. » « MIIII….! » « Pourquoi je vois la boîte du chat mais pas le chat ? » « Oups… la fermeture éclair est ouverte… » Arrêt en catastrophe sur un trottoir, cœurs humains à trois cents à l’heure. L’affreux quadrupède se faufile auprès de nous, ma mère le tiendra contre elle le reste du trajet (cinq très longues minutes). Et il ronronne, en plus ! Peut-être pour se rassurer, aussi.

Je me gare devant chez mes parents. Mon père arrive, curieux. Ma mère lui demande d’ouvrir la porte du sous-sol, nous nous y installons à quatre. Bienvenue Ulysse ! Je lui mets un bol d’eau et nous le laissons renifler et se promener dans la chaufferie. Y a-t-il la trace de Fleur-de-Trèfle, ma chatte décédée en 2009 ? « Tu as pensé aux croquettes?» Et m… ince ! Tout prévu pour l’arrivée du futur chat, sauf la nourriture. Je file chez Intermarché et reviens avec de la nourriture.

Mais il n’est pas intéressé par les croquettes, plutôt par le rideau de perles et par nos pieds, pendant que nous devisons avec mes parents. Après presque deux heures à ce régime-ci, la réparation de la fermeture éclair par mon père et une photo chat-moi, je pars avec MON chat.

FIN DU DEUXIÈME ÉPISODE

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 2 » , Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL  : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6040

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Chat Noir Willette

Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 1

SPA 89, samedi 8 septembre 2018, 14h… : « Vous voulez être sur la photo ? » Je remercie et refuse poliment. Non pas que je ne veuille pas être photographiée, mais je n’ai pas envie d’apparaître sur la page FB de la SPA 89. Ce sera donc la dame de la SPA qui figure en arrière-plan, contenant mal l’impatience de MON chat, patte avant levée et regard tourné vers moi. La bénévole sourit largement devant ce minet de cinq mois et demi, qui a trouvé des bras et un cœur accueillants.

Cette décision, je ne l’ai pas prise à la légère. Je sais que je m’engage à des responsabilités quotidiennes et sur le long terme, avec un être vivant, pensant et sentant. Un être qui a été abandonné par les lâches humains l’ayant fait naître, puis mis en cage pendant trois mois, depuis juin, me dit la dame de la SPA. Bien sûr, il a été certainement plus choyé depuis l’été qu’auparavant, et les cages pour les félins sont spacieuses, mais c’est un traumatisme quand même.

Comme pour les chiennes et chiens qui aboient quand je passe devant leur chenil, comme les chattes et chats d’un an et plus que j’ai caressés dans l’autre grand espace réservé aux félins.

C’est pour ne pas repartir avec l’intégralité des animaux que j’ai demandé à ma mère de venir avec moi. Pour, aussi, oser franchir le seuil de la SPA, puisque l’amour inconditionnel des bénévoles et des salarié·es et les bons traitements qu’elles et ils prodiguent n’effacent pas la meurtrissure des traitements affreux et de la désinvolture d’autres humains.

Comment peut-on avoir le cœur aussi pourri ? Et comment ose-t-on se parer du nom d’humain et attribuer celui de bête à des individu·es qui nous sont bien supérieurs dans leurs comportements ?

J’étais partie sur l’idée, assez large, d’un ou d’une chatte noire, rousse, ou écaille de tortue, d’un an ou plus, car je souhaitais un félin avec de saines habitudes de propreté. Mais je n’ai pas eu de coup de foudre chez les chat·tes adultes. La dame de la SPA m’a donc proposé d’aller voir les chaton·nes : « Ne vous inquiétez pas, ceux qu’on a en ce moment sont tous bien sevrés et bien habitués à la litière. » Va donc pour la partie enfants, avec la même procédure de sécurité que précédemment, c’est-à-dire avec un sas grillagé pour éviter les fugues et donc les accidents. Et là…

« Oh celui-là, il veut se faire adopter ! » Qu’est-ce que cette boule de poils noire qui appuie ses pattes avant sur le second grillage ? Une fois dans mes bras, la fourrure toute douce ronronne à qui mieux mieux. Très mignonne, mais voyons les autres.

Donc, pas le roux, apeuré et qui se réfugie dans un coin. Je n’essaie pas de l’attraper et je me dirige de l’autre côté de la cage. Je me penche vers une minette tigrée qui accepte mes caresses. Pour être plus confortable, je m’accroupis.

Et… mais mais ? Qu’est-ce qui se passe ? Mais je ne suis pas une montagne ! Ne voilà-t-il pas cependant qu’on m’escalade, qu’on me miaule à l’oreille, puis qu’on me mordille les cheveux et ma boucle d’oreille ! Eh oh, on se calme ! La minette en profite pour s’esquiver, elle trouvera une autre famille aimante. Je prends donc le loustic noir à tache blanche et aux grandes oreilles pointues dans mes bras, où il se cale confortablement. Et fais la pelote. Et ronronne. Et appose définitivement sa patte sur mon cœur.

FIN DU PREMIER ÉPISODE

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Celui-là, il veut se faire adopter, épisode 1 », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=6021

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte Rosa Bonheur

Rosa Bonheur, le château-atelier

En cette fin août 2020, je suis partie, entre autres, sur les traces de la peintre Rosa Bonheur, dans son château-atelier de Thoméry, près de Fontainebleau. Après une visite guidée d’une grande qualité, je me suis entretenue avec la directrice, Katherine Brault.

Katherine Brault, directrice du château-atelier Rosa Bonheur

Merci à son équipe et à elle pour leur disponibilité et leur accueil.

Ce n’était pas la guide…

Tiphaine Martin – Qui est Rosa Bonheur ?

Katherine Brault – Rosa Bonheur est une peintre française du dix-neuvième siècle. Née en 1822 à Bordeaux dans une famille de quatre enfants (sa sœur et ses deux frères), elle perd sa mère à l’âge de onze ans, à Paris. Cette dernière s’était usée à nourrir ses enfants, après le départ de son mari chez les Saint-Simoniens. Après le décès de son épouse, celui-ci se préoccupe à nouveau de ses enfants et donne des cours de dessin à Rosa. Elle dépasse rapidement son père et vend ses dessins.

A partir de quatorze ans, Rosa Bonheur est indépendante financièrement et ce, jusqu’à la fin de sa vie. Elle connaît un succès rapide et officiel. Les commandes affluent, tout comme les curieuses et les curieux, qui se pressent aux larges fenêtres de son atelier rue d’Assas. Afin d’être plus tranquille, Bonheur achète une ancienne demeure seigneuriale à Thomery, près de Fontainebleau. Lions, sangliers, cerfs, loups, chiens, moutons, corbeaux et bien d’autres animaux vivent paisiblement dans le parc de quatre hectares, nourris par les aides de la peintre. Anecdote amusante, ses dessins de lions ont servi à l’équipe des studios Disney pour la préparation du Roi Lion1.

Exemples d’œuvres de Rosa Bonheur

Après une vie riche en créativité et en rencontres (dont celle de Buffalo Bill, de sa troupe d’Indiens et de mustangs à Paris), Rosa Bonheur décède en 1899. Son héritière est une jeune Américaine, elle-même peintre. Les tableaux de Rosa Bonheur sont aujourd’hui visibles dans les grands musées étasuniens, dont le MET ; un seul est exposé au musée d’Orsay, à Paris.

T.M. – Pourquoi, à votre avis, a-t-elle été oubliée par l’histoire de la peinture ?

K.B. – Elle a été oubliée, ou plutôt mise de côté de l’histoire officielle des beaux-arts, car elle était une femme et elle était très célèbre à son époque. Deux bonnes raisons pour l’effacer et mettre ses œuvres dans les sous-sols des musées, du moins en France.

T.M. – Comment avez-vous découvert cette peintre ?

K.B. – Je suis née à Fontainebleau, donc Rosa Bonheur fait partie de l’ADN de la région, c’est une gloire locale.

T.M. – Comment votre parcours vous a-t-il amené à prendre la direction de ce château-atelier ?

K.B. – J’ai acheté ce château pour le sauver de la ruine, pour faire renaître cette femme et pour faire les recherches que personne n’a jamais faites. Pourtant, j’étais partie sur la construction d’un projet de tourisme culturel sur le dix-huitième siècle. Je n’avais aucun intérêt à la base, ni pour le dix-neuvième, ni pour la peinture animalière. En visitant cette maison, j’en suis tombée amoureuse. J’étais étonnée par le fait que se soit resté intact, puis je suis tombé devant son portrait [cf. ci-dessous] puis j’ai été fascinée par son existence. Le mystère Bonheur m’intriguait. J’ai mis trois ans avant de pouvoir acheter cette maison, puis les travaux de restauration ont commencé.

Portrait de Rosa Bonheur, par Edouard-Louis Dubufe et Rosa Bonheur (1857)

T.M. – En quoi Rosa Bonheur peut-elle intéresser les générations actuelles ?

K.B. – Elle est plus de notre époque que du dix-neuvième. Même, elle est trop en avance sur notre temps. Par exemple, sur l’égalité hommes-femmes, elle ne revendique rien, mais elle est dans la démonstration. Elle met les humains et les animaux sur un même plan et elle montre qu’on a besoin les uns des autres. Elle lutte contre la déforestation de la forêt, la fierté de Fontainebleau à son époque. Les carrières, qui souhaitaient s’étendre et dévaster la forêt, sont réglementées grâce à elle et à son intervention auprès de Napoléon III.

L’atelier de Rosa Bonheur

T.M. – Les artistes modernes se revendiquent-elles/ils de Rosa Bonheur ?

K.B. – Beaucoup la reconnaissent et c’est une de leurs sources d’inspiration. Ainsi, Magritte a beaucoup copié Bonheur.

T.M. – Vos envies de développement d’activités du château-atelier ?

K.B. – Actuellement, nous sommes le musée de l’atelier Rosa Bonheur. Je souhaite que nous devenions musée et que nous exposions ce que nous avons. Actuellement, nous exposons un dixième de ce que nous possédons. Beaucoup de musées datent du dix-neuvième siècle, époque de l’ouverture des collections royales au grand public et de l’exposition d’œuvres nouvelles.  Nous avons établi une collaboration avec d’autres musées pour faire ressortir ses œuvres des réserves. Rosa a la reconnaissance de son vivant, ce n’est  que dans les années 50 qu’elle est écartée . Quand elle meure, l’État français veut lui rendre les honneurs, ce qu’elle avait explicitement refusé de son vivant. Aujourd’hui, il n’existe pas non plus d’études sur la peinture animalière. Le mépris pour Bonheur à cause de sa trop grande réussite persiste, d’autant qu’elle se doit sa propre réussite, elle ne s’est pas appuyée sur un homme. Un exemple unique de réussite immense, au-delà de ses collègues masculins, et sans revendications militantes.

T.M. – Votre souhait pour l’avenir du château-atelier ?

K.B. – Faire du château/musée un centre de recherches sur Bonheur et sur la peinture animalière, accueillir des chercheurs en résidence. En deux ans de recherche, plus de cinquante mille références sont déjà sorties : plaques de verres (photographies), dessins, notes, coupures de journaux, carnets de voyage, bandes dessinées. Je souhaite également proposer plus de chambres d’hôtes dans le château.

Le salon de thé du château Rosa Bonheur

Katherine Brault

Plus d’infos sur le site du château-atelier : https://www.chateau-rosa-bonheur.fr

FB : https://www.facebook.com/museeatelierrosabonheur/

Instagram : https://www.instagram.com/chateaurosabonheur/

Twitter : @MRosalieBonheur

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Katherine Brault, « Rosa Bonheur, le château-atelier », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/574

 1 Sorti  en France en 1994. Ces recherches d’influences artistiques pour la construction des images animées sont une constante des studios Disney depuis leur création. Cf. mon article «  Le labyrinthe forestier : Walt Disney, Eric Rohmer, Grégoire Leprince-Ringuet  » URL : https://vadmc.hypotheses.org/71

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube