Archives par étiquette : Droits des femmes

Eugénie Grandet, religion ou voyage ?

En 2021, l’adaptation de Marc Dugain du roman d’Honoré de Balzac Eugénie Grandet (1833) le simplifie sans le trahir, sauf sur le sens du destin de l’héroïne, détail non négligeable.

Le réalisateur a attribué au Père Grandet (Olivier Gourmet) la description de sa biographie : ancien révolutionnaire par intérêt, maire de Saumur, louvoyant entre les régimes avec habileté[1]. De même, les scènes d’avarice, réduites, proviennent toutes du roman : réduction de la chandelle et du pain[2], colère contre la bassinoire pour chauffer les draps humides du lit de Charles Grandet[3], impossibilité de faire de la crème ou de la galette pour fêter l’arrivée du cousin[4], bouillon de corbeau sacré meilleur met du monde[5]. De même, certains dialogues de Balzac sont gardés tels quels par Dugain : celui entre madame Grandet (Valérie Bonneton), Eugénie (Joséphine Japy) et Charles (César Domboy) sur les distractions – hors théâtre, « péché mortel »[6] ; celui entre la mère et la fille sur son amour naissant pour son cousin[7].

Le réalisateur a raccourci la durée de l’idylle entre Eugénie et Charles, passant d’une dizaine de jours à deux jours, le troisième étant le départ de Charles pour les Amériques. Dugain a tenu à sexualiser la passion (au sens religieux du terme) de la Provinciale pour le Parisien. Le public a droit à une brève scène de sexe avec, ô stupeur, la jeune fille bientôt femme postée au-dessus de son cousin. Ce serait un sans-faute féministe, par l’inversion de la posture classique présente dans les films, à savoir femme au-dessous de l’homme. Seul problème, et de taille, rien ne nous indique que la frustration sexuelle d’Eugénie soit si grande qu’elle saute dès le deuxième soir sur le premier homme de son âge qui n’appartient pas à son cercle habituel. Dans une atmosphère à la Rembrandt et à la Le Nain, les visages des Grassin et des Cruchot, les bon·nes ami·es du Père Grandet, deviennent des trognes, croquées avec délectation par la caméra, qui s’attarde sur un menton en galoche, une bouche à demie ouverte, des lèvres pincées, des yeux perçants, une aile (de corbeau ?) suçotée dévotement, des cous engoncées dans des hauts cols. Dans la scène de sexe entre les cousins, nous retombons alors dans le cliché habituel de la puissance virile si irrésistible qu’elle fait chuter n’importe quelle jeune fille, par de simples regards et une promenade le long des peupliers. Balzac comparait Eugénie à « l’idéal de la Marguerite de Gœthe, moins la faute[8] » et concluait la scène d’adieu des cousins par un seul et unique baiser, convenance romantique mais aussi sociale, qui pousse Charles à demander Eugénie en mariage[9]. Dugain tient absolument à… punir son héroïne à la manière des films classiques hollywoodiens : « Ma fille, tu as commis le péché de chair, paies-en chèrement le prix. » À savoir, une attente de six ans (contre les sept du roman[10]), non sanctionné par un mariage. Et où est passée la religiosité d’Eugénie, moquée par son père, et montrée au début du film par une scène de confession ? Nous ne sommes pas dans l’adaptation de Douce (Michel Davet, 1940) par Claude Autant-Lara en 1943, lorsque Douce se rebelle contre son confesseur et ne remet plus les pieds dans une église. L’Eugénie de Balzac et de Dugain est pieuse sans hypocrisie.

Le réalisateur a également simplifié le parcours de la fortune de Charles Grandet. Au lieu de le faire partir pour les Indes[11] puis pour « la côte d’Afrique, (…) Lisbonne et [les] États-Unis[12] », Dugain le charge uniquement, ainsi que le Père Grandet, qui pousse son neveu dans cette direction, du poids d’esclavagiste aux Amériques. Esclavagiste signifiant, bien entendu, faisant le commerce triangulaire, puisque de nos jours les autres esclavages, d’hier à aujourd’hui, n’existent plus et sont effacés par celles et ceux qui hurlent à la mauvaise intrinsèque des personnes à la peau blanche. Étant entendu que ni les Berbères, ni les Chinois·es, ni les Japonais·es, ni les Vietnamien·es, ni les Cambodgiens·nes, ni les Coréen nes, ni les Afghan·nes, ni les Iranien·nes… ni les Indien·nes n’ont la peau blanche. Ces derniers et dernières apprécieront la disparition de leurs souffrances multiples et variées sous les colonisations anglaises, danoises, françaises, hollandaises et portugaises., ainsi que la hiérarchisation desdits tourments, visiblement moins importants que ceux, indéniables, des esclaves issu·es des peuples de l’Afrique de l’ouest, vendu·es par leurs chefs, par les marchands arabes ou capturés par les commerçants européens.

Chez Balzac, qui condamne explicitement le commerce des esclaves, Charles trafique la chair humaine de différentes nationalités, d’âges divers et de classes sociales variées, qu’il place au même rang que d’autres marchandises :

Au contact perpétuel des intérêts, son cœur se refroidit. Le sang des Grandet ne faillit point à sa destinée. Charles devint dur, âpre à la curée. Il vendit des Chinois, des Nègres, des nids d’hirondelles, des enfants, des artistes ; il fit l’usure en grand. L’habitude de frauder les droits de douane le rendit moins scrupuleux sur les droits de l’homme. Il allait alors à Saint-Thomas (…) acheter à vil prix les marchandises volées par les pirates et les portait sur les places où elles manquaient. (…) plus tard, les Négresses, les Mûlatresses, les Blanches, les Javanaises, les Almées (…), ses orgies de toutes les couleurs, et les aventures qu’il eut en divers pays effacèrent complètement le souvenir de sa cousine, de Saumur, de la maison, du banc, du baiser pris dans le couloir[13].

La multiplicité des moyens employés par Charles Grandet pour faire fortune est gommée par Dugain, au mépris de la vérité historique, de même que le sort des femmes prostituées sous toutes les latitudes, pour le plaisir de l’homme riche. Nous passons d’une dénonciation de violations brutales des droits humains partout autour du monde par un homme blanc, européen et français trafiquant tout ce qu’il peut, à la figure d’un vilain univoque, centré sur le commerce triangulaire, qui n’est d’ailleurs que peu évoqué, et jamais dans ses détails.

Rappelons également que Balzac comparait madame Grandet à une « pauvre ilote[14] ». Les connaissances historiques de l’écrivain sont plus détaillées que celles du réalisateur et des « offensé·es » perpétuel·les, voire presque plus féministes, puisque la comparaison entre le sort des femmes et celui des esclaves (ici, spartiates dans l’Antiquité) est un parallèle souvent fait par les militant·es féministes, dont Simone de Beauvoir dans l’introduction du tome un du Deuxième Sexe (1949). Essai où, par ailleurs, l’autrice dénonce le « cynisme » balzacien et son conseil aux hommes, dans La Physiologie du mariage (1829) de « traiter [la femme] en esclave tout en la persuadant qu’elle est reine[15]. » Chez Dugain, rien de tout cela, sinon un discours féministe bien troussé d’Eugénie à son père, quoiqu’étrange du côté religieux. En effet, la jeune femme, une fois sa mère morte et heureuse d’aller au paradis, après avoir vécu l’enfer domestique sur la terre, reproche à son père d’être un mâle tout-puissant, avec les lois (juridiques, sociales, religieuses) de son côté, lois établies par d’autres hommes à leur unique profit. Elle revendique la perte de sa foi. Mais est-ce la conséquence du décès de sa mère, ou est-ce la violente altercation avec son père à cause de Charles ? Monsieur Grandet n’a pas supporté – comme dans le roman – qu’Eugénie donne ses pièces d’or à son cousin. Mais là où Balzac réglait cela à l’intérieur de la maison des Grandet, avec Eugénie revendiquant fièrement son acte de générosité et d’amour, Dugain a préféré une scène grandiloquente. Le Père Grandet traîne sa fille à l’église et lui intime, au nom de Dieu, du lieu sacré où ils se trouvent et de sa foi à elle, de lui dire la vérité. Eugénie s’exécute de mauvais grâce, mais quel rapport entre la brutalité paternelle et la perte de la foi ? Autant sa révolte contre le patriarcat est logique, autant celle contre la divinité est problématique, car elle semble provenir des moqueries de son père à l’égard de Dieu et non d’une réflexion personnelle. Comme lors de son éducation sexuelle par son cousin, elle ne tient sa conduite que des hommes, ce qui n’est pas féministe.

En revanche, le sort que lui réserve le réalisateur (autre homme jonglant avec l’existence féminine) est, lui, féministe. Honoré de Balzac préférait condamner son héroïne à la piété et aux bonnes œuvres, accompagnées d’une haire sévère, celle des habitudes existentielles héritées de son père :

Malgré ses huit cent milles livres de rente, elle vit comme avait vécu la pauvre Eugénie Grandet, n’allume le feu de sa chambre qu’aux jours où jadis son père lui permettait d’allumer le foyer de la salle, et l’éteint conformément au programme en vigueur dans ses jeunes années. (…) La main de cette femme panse les plaies secrètes de toutes les familles. Eugénie marche au ciel accompagnée d’un cortège de bienfaits[16].

Comme dans Le Curé de village (1841), l’amour et la sexualité sont interdites aux femmes, qui passent leurs frustrations et leurs déceptions sentimentales sur les pauvres, pour le bien de ces derniers, bien entendu, en faisant faire des constructions et en éradiquant leurs maux.

Marc Dugain choisit de libérer Eugénie Grandet de cette triste destinée, tout en respectant une réalité historique longtemps oubliée, à savoir que les femmes voyageaient beaucoup au dix-neuvième siècle, comme le rappelle le chercheur Sylvain Venayre :

Lambiguïté de la figure de la grande voyageuse” (et la relative rareté des cas qui lillustraient), de même que le ressassement des motifs dillégitimité du voyage féminin, ne doivent pas faire oublier que les femmes du XIXe siècle voyagèrent massivement et ce, indépendamment des obligations que pouvaient leur imposer les devoirs de famille[17].

L’Eugénie Grandet de Dugain correspond donc à des modèles vivants qui, elles aussi, après voir refusé de regarder par la fenêtre car rien ne se passe devant chez elles, partent librement sur les chemins et les routes, une fois qu’elle sont indépendantes mentalement et financièrement. Loin de la vision balzacienne, passée à la postérité via les manuels scolaires et l’enseignement patriarcal de clichés romanesques qui ne recouvrent pas toute la vérité historique, voire l’occultent, Dugain met en avant l’envie de vivre et l’indépendance d’Eugénie qui, après Paris et sa visite méprisante à son veule cousin (alors que dans le roman elle envoie son futur mari régler ses comptes de famille[18]), part de sa ville natale. Selon la chercheuse Michelle Perrot, les femmes françaises qui voyagent à partir du dix-neuvième-siècle sont courageuses :

Elles ont, surtout, affirmé leur liberté de sujet : dans leurs pratiques vestimentaires, et leur mode de vie, leurs choix religieux, intellectuels et amoureux. Dune manière ou dune autre, en le payant souvent très cher, elles ont brisé le cercle de lenfermement et fait reculer la frontière du sexe[19].

Être soi passe par l’élargissement de l’espace et la création de lieux à soi. Espérons pour l’Eugénie de Dugain un autre destin que celui que Germaine de Staël réserve à sa Corinne (1807), à savoir une solitude désespérée dans un pays étranger, l’Italie, puis la mort. Cette femme intelligente, cultivée et sans chaîne matrimoniale doit s’incliner devant une pure jeune fille, sa jeune sœur, et donc laisser son amant se marier on ne peut plus classiquement, avec une plus jeune que lui.

Nous avons envie de suivre l’héroïne de Dugain dans sa libération. Non, « elle n’est pas finie l’histoire, l’histoire d’Eugénie[20]. »

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Eugénie Grandet, religion ou voyage ? », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2118


[1] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, Paris, Le Livre de Poche, 1991, p. 10-11.

[2] Ibid., p. 27, 83.

[3] Ibid., p. 72.

[4] Ibid., p. 81-82.

[5] Ibid., p. 86.

[6] Ibid., p. 98.

[7] Ibid., p. 112.

[8] Ibid., p. 173.

[9] Ibid., p. 179.

[10] Ibid., p. 242.

[11] Ibidem

[12] Ibid., p. 244.

[13] Ibid., p. 243.

[14] Ibid., p. 103.

[15] Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Tome II, Paris, Gallimard, 1987, p. 565.

[16] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 269, 270.

[17] Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de Mme Livingstone. Réflexions sur le genre du voyage dans la France du XIXe siècle. », Clio, n°28, 2008, p. 113.

[18] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 262-266.

[19] Michelle Perrot, « Sortir » in Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Histoire des femmes. Tome IV, Paris, Perrin, 2002, p. 563.

[20] Réinterprétation personnelle de la chanson d’Anne Sylvestre « L’Histoire de Jeanne-Marie », in Anne Sylvestre, Comment je m’appelle, Barclay, 1977.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

07 mai 2021 : Après une matinée de travail, je me rends à pied au centre-ville de Biarritz. Il est toujours aussi déprimant de voir tous ces rideaux de boutique baissés, même sans être une sur-consommatrice. Pour me remonter le moral, j’entre d’abord dans un « commerce essentiel », le Bookstore, librairie où je pioche Mes combats de Simone Veil (ses discours sur l’Europe, pour la santé, pour les droits des femmes, des handicapé·es…) et J’ai oublié de Bulle Ogier et Anne Diatkine (souvenirs de Bulle Ogier, prix Médicis Essai 2020).

 

                                     ©Tiphaine Martin

                                                   ©Tiphaine Martin

 Une glace de Dodin plus tard, je me trouve sur la plage, à regarder les vagues tout en savourant les mots de Bulle et d’Anne, qui ont bien mérité leur récompense. Extrait du livre, sur fond de spectacle fou dans les années soixante :

Je me livre au name dropping, et heureusement il y avait aussi des psycho-sociologues qui nous délivraient de grandes séances de psychothérapie de groupe après le spectacle, car on était infernaux, on n’arrêtait pas de se battre, tout le monde couchait avec tout le monde, on s’adorait autant qu’on se haïssait, et on épuisait Félix Guattari, qui pour notre plus grande chance faisait partie des spectateurs1.

Quelle époque ! Et quelle existence palpitante, racontée avec drôlerie – du moins ici, puisque la tristesse arrive brutalement lors de ses évocations de la mort de sa fille Pascale, décédée en 1984 à l’âge de vingt-cinq ans, après son triomphe dans Les Nuits de la pleine lune de Rohmer.

Je goûte une dernière fois à l’eau salée sur mes pieds nus, puis repars tranquillement. Demain, ce sera une journée chargée avec deux belles visites en perspective, je suis impatiente d’y être.

 

           ©Tiphaine Martin

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 14 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1815

 

Bulle Ogier et Anne Diatkine, J’ai oublié, Paris, Points, 2020, p. 46-47.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn