Archives par étiquette : Duel

En vie et rebelle : Une affaire d'honneur VADMC

En vie et rebelle : Une affaire d’honneur

Un film on ne peut plus agréable, (Vincent Perez, 2023). Agréable d’abord par son absence de musique fourre-tout, on redécouvre enfin le silence, le timbre des acteurs et des actrices, le doux son des grillons, le claquement des épées et des coups de pistolet, la sonorité d’un piano et de la voix de la chanteuse, non professionnelle donc sans affèteries. Un film donc que n’aurait pas renié Éric Rohmer, par exemple. Ou Jean Renoir, pour le côté humaniste, près des êtres, à l’écoute de leur souffle et de leurs battements de cœur.

Film agréable ensuite, pour ce côté sans chichis, simple. Le scénario de Vincent Perez et Karine Silla est bien construit, sans manichéisme, et qui nous tient en haleine. La caméra suit ses personnages sans mille et un mouvements compliqués, mais sans statisme non plus. Et, surtout, sans « regard masculin », le corps de l’héroïne est érotisé uniquement par ses épaules nues filmées de dos dans son bain, sinon vêtue. Pour autant, le réalisateur a pensé aux spectatrices hétérosexuelles en filmant les corps masculins nus après l’effort de l’escrime, dans la brume des douches de la salle d’armes, dans un érotisme discret et classique, de la virilité sportive.

Aucune fausse note côté acteurs et actrices, qui font tous et toutes leur travail avec sobriété, sans tirer la couverture à elles ou eux. Un beau travail d’équipe. Regrettons cependant que le héros, Clément Lacaze (Roschdy Zem), ait vingt-et-un ans de plus que l’héroïne, Marie-Rose Astié de Valsayre (Doria Tillier). Nous ne sortons pas des gouffres habituels de différence d’âge cinématographiques, et ce, pourtant, dans un film qui dénonce les inégalités femmes-hommes.

L’honneur dont il est question dans le titre est double, en cette fin du dix-neuvième siècle européen et français : celui, familial, du maître d’armes Clément Lacaze, celui, militant, de Marie-Rose Astié de Valsayre. Lacaze est entraîné dans les histoires sentimentales de son neveu Adrien (Noham Edje). La jeune femme dont Adrien est amoureux et qui fuit son protecteur, le colonel Berchère (Vincent Perez), devient prétexte à un conflit de générations meurtrier. Elle est d’ailleurs rapidement évacuée de la narration. Simple objet de désir dans un monde ultra-patriarcal, elle n’a pas son mot à dire sur son choix de partenaire, ni sur le duel dont elle est initialement l’objet, entre Adrien et le colonel. Duel qui se termine par la mort d’Adrien. Clément, ancien soldat de 1870, marqué par les horreurs de la guerre, se résout au duel, car provoqué par son ancien patron, le rédacteur en chef du Petit Journal, Ferdinand Massat (Damien Bonnard), grand ami du colonel. Mais, en tant que maître d’armes, les codes de l’honneur, encore eux, et de l’escrime, interdisent à Clément d’affronter directement l’assassin de son neveu.

Marie-Rose Astié de Valsayre , journaliste à La Citoyenne, organe féministe dirigé par Hubertine Auclert (numéros disponibles ici ), a également eu maille avec Ferdinand, qui l’a maintes fois attaquée dans son quotidien très grand public. Marie-Rose militant pour l’égalité femmes-hommes, dont le droit à porter un pantalon, Ferdinand la traite et la fait traiter par ses employés d’ « hystérique » et autres gracieusetés sexistes. Et quand Marie-Rose vient au journal pour lui demander des explications et des excuses, puis le provoque en duel, il fuit, tout en ordonnant aux journalistes : « Virez-moi ça ! » Marie-Rose, toujours maîtresse d’elle-même, rit de l’esquive et de la grossièreté de Ferdinand, avant de s’en aller. Elle n’a pas non plus réussi à convaincre Clément de lui enseigner l’escrime. Mais Clément change d’avis, suite à la provocation de Ferdinand.

Il demande donc à Marie-Rose de se battre avec Ferdinand, pour la cause féministe, pour elle, et pour lui. Elle l’accepte, il l’entraîne. Pour se battre, elle revêt un pantalon, dont le port est alors interdit aux femmes (jusqu’en 2013), et assimilé à un travestissement qui doit faire l’objet d’une demande en préfecture de police. Le duel a lieu dans une grange, avec des plans solaires  extérieurs alternant avec des plans plus sombres. Influence de Terence Malik et Michael Cimino ? Quoique légèrement blessée au bras gauche, Marie-Rose vainc son adversaire, mais ne l’achève pas. L’honneur féministe, son honneur et celui de Ferdinand sont saufs.

La fête chez la jeune femme est grandiose, avec toustes ses ami·es, français·es et étranger·es, au teint blanc et noir, et Ferdinand, plus réservé devant cette joie d’être « en vie et rebelle », comme le déclare Marie-Rose. Le lendemain matin, après avoir dormi dans un fauteuil, il ne la laisse pas moins presque l’embrasser, avant qu’ils ne soient interrompus. La gestion du consentement féminin et masculin est respectée, ce qui est très agréable. Rappelons-nous de la majorité des films autrefois tournés par Pierre Fresnay et Lino Ventura, qui n’embrassaient pas leurs partenaires féminines, sans que cela paraisse déplacé ni ridicule.

Mais le colonel, entêté dans sa soif de sang, refuse d’en rester là et provoque Clément, qui, las de cette spirale infernale, accepte un duel au pistolet, filmé de façon très Sergio Leone, avec plans des profils des adversaires, plans fixes et silence, avant que les coups n’éclatent. Clément est vainqueur, après avoir blessé son adversaire au visage, ce qui vexe et enrage le colonel, qui en appelle à un nouveau duel, cette fois-ci au sabre, son arme de combat. Clément en appelle au « tribunal de l’honneur », une forme de justice parallèle et non mixte.

Clément et son ami le maître d’armes Adolphe Tavernier (Guillaume Gallienne) prouvent que le premier duel était un assassinat et non un jeu dramatique d’honneur, un conflit de génération et de classe. Ils demandent, si le quatrième duel doit avoir lieu, que le vaincu soit déchu de sa noblesse – l’aristocratie pour le colonel, l’escrime pour Clément. Le « tribunal d’honneur » interdit ce duel, mais laisse latitude à Clément de l’accepter. Dont acte.

Dernier duel, où le colonel fait preuve, à nouveau, de cruauté, en blessant volontairement le cheval de Clément. On espère qu’il y a eu trucage et que l’animal n’a pas été réellement touché lors du tournage de cette scène. Clément est à nouveau vainqueur et épargne son adversaire. Et peut sourire à Marie-Rose, travestie en homme, entrée dans le lieu du combat grâce à Ferdinand, qui décide donc d’être intelligent.

Sourire que lui rend la jeune femme, échange qui conclue de manière apaisée ce beau film. L’honneur, le respect et l’amour se peuvent gagner sans que le sang en coule.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « En vie et rebelle : Une affaire d’honneur », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/14129

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Paris fin de siècle chez Rivette VADMC

Fin de siècle à Paris chez Rivette

À la fin du vingtième siècle, il faisait bon être à Paris en été, car les touristes n’étaient pas si encombrants, et peu de Parisien·nes restaient dans la capitale. Le printemps n’était pas mal non plus. Deux films de Jacques Rivette explorent ces deux saisons, d’abord Haut, bas, fragile (1995), puis Va savoir (2001).

Le titre de ce dernier opus lui aurait-il été soufflé par une réplique de Madame Quatre (Marianne Basler, qui joue dans Va Savoir) à M. Fontaine/Maigret (Bruno Cremer) dans l’épisode Madame Quatre et ses enfants (Philippe Bérenger, 1999) ? Rêvons un peu, puisque les scénaristes Pascal Bonitzer et Christine Laurent n’expliquent pas d’où il vient, dans les bonus du dvd édité par ARTE en 2002.

Songeons aussi à l’influence d’Agatha Christie et de ses Sept Cadrans (The Seven Dials Mystery, 1929) et de Balzac et de son Histoire des Treize (1833-1835) dans Haut, bas, fragile. Rivette cultive ici son goût pour les sociétés secrètes et les défis, mortifères à première vue, mais finalement anodins.

C’est le défi qu’accepte Louise (Marianne Denicourt), jeune bourgeoise récemment sortie du coma, héritière de la maison parisienne de sa tante Marthe et d’un lourd secret de famille, et qui, suite à un imbroglio passionnant, se retrouve à adhérer à une société secrète sans nom. Et à devoir tuer son garde du corps Lucien (Bruno Todeschini, bien moins inquiétant que dans Va savoir). Mais comme Lucien interroge Louise pour savoir s’il est mort ou non, l’épisode dramatique se clôt par du rire, côté public. Buster Keaton nous voici.

C’est aussi se battre en duel dans les cintres d’un théâtre désert, à coup de bouteilles de vodka, qu’on échange pour être sûr qu’il n’y a pas de poison dans celle qui nous est destinée. Ce moment épique de Va savoir et ô combien viril, entre l’Italien Ugo (Sergio Castellitto), metteur en scène, et le Français Pierre (Jacques Bonnaffé), chercheur spécialiste de Heidegger, est interrompu par l’arrivée de femmes, dont Sonia (Marianne Basler), compagne de Pierre, professeure de danse classique, qui lui intime l’ordre de descendre. L’outrance du machisme est dégonflée aussi sec.

Grâce à des scénarios écrits majoritairement par des femmes dans ces deux films, les personnages féminins ne se laissent pas faire, et ne laissent pas faire. Louise fait des prises de judo à un inconnu qui agresse son garde du corps, Camille (Jeanne Balibar) s’enfuit par les toits de l’appartement où Pierre l’a enfermée, Sonia résiste au harcèlement d’Arthur (Bruno Todeschini) et contrôle la folie de Pierre. Les femmes se déplacent en moto, en patins à roulettes, à pied. Elles sillonnent Paris seules, de jour comme de nuit. Elles préfèrent le pantalon aux jupes et aux robes, sans y renoncer pour autant. Et, comme le chantent et le dansent Louise et Ninon : « on peut parler d’autre chose [que des hommes] ». Test Bechdel nous voici.

Les personnages féminins maîtrisent également le jeu du désir. Dans Va savoir, Camille passe une nuit et pas plus avec Arthur, afin de récupérer la bague qu’il a volée à Sonia, mais aussi pour punir Ugo, qu’elle soupçonne de la tromper avec la jeune Do (Hélène de Fougerolles). Dans Haut, bas, fragile, Ninon (Nathalie Richard) drague Roland (André Marcon), à son travail à elle, à son travail à lui, dans une boîte de nuit, chez elle ; Louise embrasse Lucien, puis, plus tard, lui propose une danse rapprochée dans la gloriette du parc Montsouris.

Douces sont les balades dans Paris. La caméra se promène à la suite des différents personnages, en un temps sans doute plus heureux que celui du vingt-et-unième siècle. Alors les sirènes de police ne signifiaient pas forcément violences contre des manifestant·es, ni attentats, d’hideuses cabines téléphoniques gris béton parsemaient les trottoirs, les jeunes femmes, dont Ida (Laurence Côte)  dans Haut, bas, fragile possédaient des Masque années soixante, peut-être des Agatha Christie, les squares étaient verdoyants. Et les couples dansaient : Ninon et Roland, Ninon et Louise, grâce aux chansons d’Enzo Enzo et de Sarah (Anna Karina) ; Camille et Ugo, Do et son demi-frère Arthur, sous l’auspice conjugué de la nord-américaine Peggy Lee et du « Senza Fine » écrit et composé par l’Italien Gino Paoli.

La caméra s’attarde sur les affiches de films lors des déambulations des personnages (Va savoir), ou sur un néon « cinéma » (Haut, bas, fragile), ou sur le cours de la Seine (Va savoir), ou sur des maquettes pour un théâtre (Haut, bas, fragile), ou sur les loges et les coulisses du théâtre de la Porte Saint-Martin (Va savoir). Les rues de Paris sont arpentées dans un cadre assez restreint : treizième et quatorzième sud pour Haut, bas, fragile, premier, quatrième et dixième arrondissements dans Va savoir.

Les trajets des personnages sont également liés à leur travail : garde du corps pour Lucien ; livreuse pour Ninon ; bibliothécaire aux Arts décoratifs pour Ida ; doctorante pour Do qui va travailler à l’Arsenal ; professeure de danse classique pour Sonia ; comédien·nes pour Ugo et sa troupe, qui passent de leur hôtel au théâtre et vice-versa ; enquêteur pour Ugo, qui cherche une pièce inédite de Goldoni afin de la monter.

Ces déplacements dans Paris sont aussi en lien avec leur vie privée, donc, parfois, leurs secrets : retrouvailles avec Paris en général, puis avec la maison de sa tante en particulier après cinq ans de coma pour Louise, puis adhésion à la société secrète qui se trouve au sous-sol de la boîte de nuit Le Backstage ; adhésion à cette même société pour la chanteuse Sarah ; location d’une chambre meublée chez Sarah pour Ida, qui la soupçonne d’être sa mère biologique ; retrouvailles dans un square pour Pierre et Camille, puis dîner à quatre chez Pierre et Sonia, puis enfermement de Camille par Pierre le lendemain ; sorties plus ou moins innocentes dans Paris de Do et d’Ugo d’une part, d’Arthur avec ou sans Sonia d’autre part ; soirée puis après-midi au théâtre pour Madame Desprez (Catherine Rouvel), mère d’Arthur et de Do.

L’espace est mouvement, jusqu’à la dernière minute de chaque film, quand tous les secrets sont révélés, et que les couples sont (re)formés.

Tout n’est pas rose (sauf une des robes de Louise, et de Sonia), mais tout est bien qui finit bien, pour le plus grand plaisir du public. De belles soirées cinéphiles en perspective.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Fin de siècle à Paris chez Rivette », Voyages autour de mon cerveau, avril 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9614

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube