Archives par étiquette : Emmanuelle Devos

Texte Les Parfums

“Les gens ne sont pas que des odeurs” : nez ou museau ?

Les Parfums (réalisé par Grégory Magne), sorti récemment sur nos écrans de cinéma déconfinés z’et masqués, est un joli film humaniste, à la croisée des savoirs et de l’égalité femme-homme. C’est à un double mouvement d’apprentissages à égalité qu’opère le film : Anne est la Pygmalionne de Guillaume et réciproquement, sans, au final, de condescendance de classe ni de sexe. Chacun·e porte à l’autre son expérience et ses douleurs, afin d’en faire sa réussite personnelle et sa joie de vivre… ensemble.

Anne Walberg (Emmanuelle Devos, toujours aussi formidable), apprend à Guillaume Favre (Grégory Montel, tout en retenue) à prendre confiance en lui – Anne le répète plusieurs fois dans le film. Elle apaise son manque d’estime de soi, et il arrive ainsi à obtenir un appartement décent pour accueillir sa fille un week-end sur deux, et un travail où il peut s’épanouir.

Le divorce est d’ailleurs traité sans masculinisme : on n’en connait pas les causes ; l’ex-femme de Guillaume est toujours calme et tranquille ; la juge, quoiqu’exaspérée par le manque de professionnalisme de l’avocat de Guillaume, répond à ses questions sans s’énerver ; le secret du week-end à Trouville renforce le lien père-fille, mais pas parce que la mère est méchante ou coercitive ; aucun discours ou propos d’aucun des personnages contre une société qui donnerait tous les droits (sic) aux mères lors des divorces ou en général ; si la fillette est au départ plus heureuse avec sa mère, c’est que le père manque de confiance en lui pour mener à bien son existence au quotidien.

Guillaume, quant à lui, ouvre les yeux à Anne et la détache littéralement de son nez, dans un premier temps, pour, finalement, la rendre à elle-même et à sa passion : inventer des fragrances. Anne apprend à apprécier son chauffeur et à ménager la susceptibilité de son entourage : dire « merci beaucoup » à la serveuse au restaurant, ne pas se prendre pour une impératrice, demander à Guillaume de l’aider à changer les draps de ses hôtels et à porter ses valises, plutôt que de lui en intimer l’ordre. La demande de service peut également échouer, mais fait partie du processus de connexion au groupe humain. Lorsque Anne demande à Guillaume de l’accompagner à la fête d’anniversaire de son agente, il lui est finalement impossible de jouer au couple. Les deux personnages se séparent rapidement, au lieu de jouer aux tourtereaux inséparables. Anne reste seule face à des invités qu’elle n’apprécie pas, Guillaume converse avec son hôtesse. Cependant, elle se rapproche de l’onde de sympathie dégagée par Guillaume et lui demande comment il arrive à nouer des contacts en l’espace de quelques minutes.

Cette scène annonce celle où Anne tente de s’insérer dans une boîte de nuit. Elle y reste perdue, isolée des danseurs et danseuses, à consommer de l’alcool : elle est perdue sans son coach. Cette scène montre également que le jeu social et ses normes genrées (être en couple, draguer sur fond sonore extrême et alcoolisé) n’est vraiment pas pour elle.

Fort heureusement, le réalisateur a évité le « happy end » dégoulinant de bons sentiments : Guillaume ne récupère pas son permis, perdu par trop d’infractions au code de la route – même si la dernière a été celle qui a sauvé Anne, après sa tentative de suicide. Au contraire, il obtient un travail qui ne nécessite pas qu’il conduise et se fait conduire sur son lieu de travail par un chauffeur. De même, il reste divorcé et ne se met pas en couple avec Anne.

Anne est aussi gagnante du parcours cinématographique, puisque les étincelles de sa rencontre avec Guillaume l’ont rendue plus ouverte aux autres et plus courtoise dans ses relations humaines. L’apprentissage des odeurs qu’elle a initié chez Guillaume lui ayant permis de retrouver son nez, son chauffeur devient son co-équipier dans sa recherche d’elle-même, tel un sympathique museau1. Sans compter que le beau docteur spécialiste du nez (Sergi Lopez, toujours aussi craquant) ne l’a pas laissée totalement indifférente… Surtout, elle a retrouvé son aisance à inventer des arômes inédits, propres à séduire de prestigieuses maisons de parfum. Elle conserve ainsi son indépendance sexuelle, mentale et financière.

En résumé, un film qui fleure bon une modernité sans chichis et sans pathos inutiles.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « “Les gens ne sont pas que des odeurs” : nez ou museau ? », Voyages autour de mon cerveau, août 2020. URL: https://vadmc.hypotheses.org/563

 

Masculin de muse, comme chacun·e le sait.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview M. Provost

Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin

Tiphaine Martin – Quand et comment avez-vous rencontré Simone de Beauvoir ?

Martin Provost – J’avais lu Une mort très douce à vingt ans, et le livre m’avait beaucoup impressionné. Mais j’ai vraiment rencontré Simone de Beauvoir par Violette Leduc, pour la préparation de mon film Violette1. J’ai lu la biographie de Deirdre Bair, puis les mémoires, les Lettres à Nelson Algren, les Lettres à Sartre… j’ai dévoré Beauvoir via Violette Leduc. Sa langue est belle. J’ai passé mon enfance dans une maison de famille en Corrèze, comme celle de Beauvoir dans le Limousin, c’était donc d’autant plus émouvant pour moi de lire les Mémoires d’une jeune fille rangée.

Dans mon film, j’ai voulu montrer le côté sympathique de Beauvoir. Elle a soutenu Violette Leduc financièrement sans qu’elle le sache, et pendant longtemps. Qui ferait ça aujourd’hui ? Bien sûr il y a des zones d’ombres, mais ce qu’elle a fait pour Violette, personne n’en parle jamais.

Je me souviens, quand nous avons tourné la séquence où Sandrine Kiberlain, qui joue Simone de Beauvoir, vient voir Violette chez elle sous la neige, nous cherchions une voiture pour elle. Quand le jour du tournage est arrivé, le loueur est arrivé avec la voiture que j’avais choisie, une Aronde beige, et il m’a dit, c’est la vraie, c’est celle du Castor. C’était bouleversant vous savez. Sandrine s’est mise au volant. On avait tous les deux le sentiment que Beauvoir nous faisait un petit signe, qu’elle était là, avec nous. C’est ce genre de signes qui me donne envie de continuer à faire des films.

T.M. – Avez-vous fantasmé sur Beauvoir ?

M.P. – Non, la rencontre a été très tardive dans mon existence.

T.M. – Quelle a été, quelle est, linfluence de Beauvoir sur votre existence ?

M.P. – L’envie de la lire. C’est déjà beaucoup. Evidemment elle est une pionnière du féminisme. Quand elle a écrit Le Deuxième Sexe, elle ne savait pas que ce mouvement allait exister.

T.M. – Beauvoir en un mot pour vous ?

M.P. – Courage.

T.M. – Le symbole de Beauvoir pour vous (objet, vêtement) ?

M.P. – Son sac à main. Sa démarche. Nous avions beaucoup travaillé cela avec Sandrine. Non pas faire une imitation du Castor, mais lui prendre deux trois tics. Cela a suffit. Sandrine est extraordinaire de vérité dans le film. Elle est le Castor. D’ailleurs, quand on en parlait, on disait toujours Notre Simone…

Martin Provost

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Martin Provost, « Interview de Martin Provost – Beauvoir au masculin », Voyages autour de mon cerveau, juillet 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/536

1 Film sorti en 2013. La bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19538367&cfilm=193112.html

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn