Archives par étiquette : Enfance

Un petit hamster VADMC

 S’installer en France : Un petit hamster

Quel est le point de vue des étranger·es sur la France et comment les accueille-t-on ? Dans la chanson pour enfants « Un petit hamster » (1969), paroles et musiques de Mannick, chant de Jo Akepsimas, le rongeur, d’origine hollandaise, s’installe dans une famille française, d’abord pour l’hiver, puis définitivement.

Quoique discret, il provoque l’effarement des deux animaux de compagnie de la maison de son hôte : le chien s’enfuie « jusqu’au fond du poulailler » et le chat se demande si c’est un plat vivant, ou pas.

Son aménagement est progressif : il goûte vin, pain et radis français ; il met ses vêtements de nuit (culotte à pois et bonnet de nuit). Puis, comme c’est un être vivant et non un saint :

Quand il tombé dans le saladier

Je l’ai pris du bout des doigts, il était, quel maladroit !

De la tête aux pieds, plein de crème au chocolat.

Cet enfant hamster ressemble fort à un enfant humain, d’où l’identification possible entre hamster/enfant humain immigré/enfant humain non immigré. L’inadvertance du petit hamster n’est pas due à son origine néerlandaise, mais à son âge.

Et le refrain insiste sur le « courage » qu’il a fallu à notre héros pour venir en France depuis Amsterdam, et ce, en « tram » :

Le petit hamster a fait un long voyage

Il a pris le tram

Le petit hamster a vraiment du courage

Il vient d’Amsterdam

La migration et l’installation définitive dans un autre pays que le sien ne vont pas de soi. Heureusement, la chanson, le chanteur, la compositrice et musicienne, nous invitent à bien accueillir les étranger·es. À suivre.

 

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « S’installer en France : Un petit hamster », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9175

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Les J'aime pas VADMC

Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS…

Les Éditions Talents Hauts ont publié une série de six albums anti-sexistes intitulés « J’aime PAS… », écrits par Stéphanie Richard et illustrés par Gwénaëlle Doumont. Trois d’entre eux ont une héroïne : J’aime PAS la danse (2015), J’aime PAS être belle (2016), J’aime PAS  les poupées (2018). Les trois autres récits ont un héros : J’aime PAS le foot (2015), J’aime PAS être grand (2017), J’aime PAS les super-héros (2018).

Chaque album décrit une situation du quotidien enfantin et parental, à savoir les injonctions genrés de la société adulte. Ainsi, dans J’aime PAS la danse, la jeune héroïne, contrainte et forcée par sa mère de faire de la danse classique, finit-elle par faire ses propres pas sur scène, le jour du spectacle de fin d’année. Et gagne le droit à ne plus correspondre aux attentes maternelles, mais à faire ce qui lui plaît comme loisir(s).

Dans J’aime PAS être belle, la petite Tiphaine est-elle habillée comme une poupée par sa mère, pour la photo de classe : jupe rose à volants et cœurs rouges, haut blanc, souliers vernis, chaussettes blanches, coiffure élaborée. Sauf que la poupée est une fillette en bonne santé et de son temps, c’est-à-dire qu’elle bouge, qu’elle court, qu’elle joue au foot avec ses copains et copines, qu’elle fait de la peinture, qu’elle reçoit de l’encre du stylo-plume d’un voisin et des zestes de repas à la cantine. Et qu’elle se bagarre avec sa meilleure amie Aglaé. D’où un aspect sympathiquement hirsute sur la photo de classe.

Lili n’est pas non plus une petite fille bien sage, et surtout pas une « maman ». Elle revendique le droit à être une « enfant », qui préfère lire, mâcher du chewing-gum et jouer avec la, le chien·ne. Et qui en a plus qu’assez qu’on lui offre poupées, dînettes et poussettes. Par conséquent, quand une de ses grand-mères lui donne une poupée imitant parfaitement l’aspect et la taille d’une petite fille, Lili est-elle gênée, puis angoissée. Heureusement, elle trouve la bonne solution. Son ultime poupée sert donc de doudou au reptile de compagnie, dans son aquarium.

Trois bonnes raisons d’être une fille bien dans ses baskets, et trois bonnes raisons d’être un garçon sans poids de virilité toxique. Six bonnes raisons de lire et relire les albums de Stéphanie Richard et Gwénaëlle Doumont.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Sus au sexisme ! La série des J’aime PAS… », Voyages autour de mon cerveau, mars 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/9026

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 8

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

01 mai 2021 : Après des photos de groupe et en duo à Haubardin (merci Emilie !), ce sont les courts au-revoir, car ni la famille Taupin ni moi-même n’apprécions ce type d’instant. Ma fière cavale est ravie de se remplir d’essence, et moi beaucoup moins de n’avoir pas prévu de déjeuner ; je me rabats sur le premier Subway venu. Direction Mimizan et mes souvenirs d’enfance… en fait non, puisque tout est fermé et que je ne sais pas où se trouvait le gîte loué par mes parents dans les années quatre-vingt-dix. Ceci étant, j’ai passé un très bon moment sur la plage face à l’océan, pieds nus dans l’eau salée, puis assise sur le sable.

 

©Tiphaine Martin

Je n’oublie pas de me sécher les pieds avec ma superbe serviette, vestige de parties de ping-pong de fin d’années dans l’établissement scolaire du Val-de-Marne où j’ai débuté comme enseignante, dans une autre vie. L’ensemble des collègues m’avaient très bien accueillie, d’où ma douce émotion lorsque j’utilise cette serviette.

©Tiphaine Martin

Après avoir frugalement déjeuné, je suis partie à Capbreton, où là aussi mes vestiges infantiles sont perdus à jamais : plus d’hôtel Miramar joliment bétonné, plus de plage avec des modestes mares d’eau salée où s’ébattre quand on est une petite enfant. Par contre, belle balade jusqu’au phare…

©Tiphaine Martin

… et travail de reconnaissance photographique sur Zaza à la plage centrale.

Posée sur le sable, je lis Les Gens honnêtes ont-ils un avenir ?, de Liliane Roudière, et je me régale.

©Tiphaine Martin

Je regarde alternativement la page et la plage, le ciel et le papier imprimé, entre deux vagues et deux coquillages. En fin d’après-midi, je me dirige vers ma nouvelle étape, Biarritz, où Françoise, ma nouvelle hôtesse, m’accueille très gentiment. Nous commençons à bavarder, de Zaza, de Mimizan et Capbreton, et de bien d’autres sujets.

 

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 8 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1708

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube