Archives par étiquette : Ernest et Célestine

Image mise en avant Ernest et Célestine VADMC

Ernest et Célestine, le film : amère déception

J’en attendais beaucoup et j’ai été amèrement déçue. Ceci est donc à peine un article scientifique.
 

Film d’animation de Benjamin Renner et Vincent Patar, sorti en 2012, Ernest et Célestine, le film, semble avoir tous les atouts pour la réussite critique et publique qu’il a obtenu : scénario de l’écrivain Daniel Pennac, voix de Lambert Wilson pour le héros Ernest, couleurs pastel agréables à l’œil, idées généreuses d’antiracisme, de tolérance et de compréhensions entre les peuples développées pendant l’une heure vingt de ce moyen métrage.

Si ce n’est que le tout est un ratage complet, sauf pour les voix des personnages. Il ne reste rien de la technique de Gabrielle Vincent, lautrice belge des albums adaptés, proche des estampes japonaises et tendant vers l’abstraction. Les fonds sont souvent blancs. Son trait fin et enlevé est aplati dans le film, les couleurs délavées et peu appuyées sont devenues criardes et surchargent l’image du film. Chez Vincent, pas de débauche de gouache. Elle préfère l’esquisse et l’impression à une lourde précision.

Cruauté sans doute involontaire des réalisateurs, peut-être masochistes, ils font transcrire à Ernest certains des dessins de La Naissance de Célestine (Gabrielle Vincent, 1987) au cours du film. Aux spectateurs et spectatrices de juger de la différence de qualité entre la frimousse de bébé Célestine et celle qu’elle a dans les autres albums, avec la tête qui lui a été faite dans le dessin animé, semblable à mille autres têtes de souris, Minnie exceptée.

©Tiphaine Martin
Ernest et Célestine 1

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

Ernest et Célestine 2

©Tiphaine Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons maintenant au scénario. Rien ou presque rien n’a été conservé des albums de Gabrielle Vincent, sauf la découverte de Célestine par Ernest dans une poubelle, dans La Naissance de Célestine[1]. Et encore. Dans La Naissance de Célestine nous ne savons pas qui a abandonné Célestine et pourquoi elle a subi ce début cruel dans l’existence. L’important, comme dans les autres albums, est la relation toute en tendresse qu’elle construit avec Ernest, père célibataire.

     ©Tiphaine Martin

Tandis que dans le film, c’est sa gourmandise qui l’a conduite à la poubelle et son goût de l’aventure, punis tous deux par la peur qu’elle éprouve à se trouver dans le monde des ours, avant, heureusement, de se trouver sous la patte paternaliste d’Ernest. C’est une des lignes choquantes de l’histoire du film, à savoir l’angoisse permanente éprouvée par Célestine, qu’elle se trouve dans l’univers des souris ou dans celui des ours. Ne parlons pas de la caricature bien sexiste de la méchante directrice du pensionnat non mixte où Célestine est élevée – mais où sommes-nous et quand ? – ni des ours·es mal léché·es qu’elle croise dans son parcours de combattante.

Quant aux discours pseudo-antiracistes, même un·e enfant de deux ans a plus de jugeote et de réflexion que cette bouillie indigeste et inutilement grandiloquente, clamée par les deux héros lors de leur jugement respectif, Ernest au tribunal des souris, Célestine au tribunal des ours·es.

L’univers imaginé par Pennac n’est qu’angoisse et ordalie. Où est passée la délicatesse à envisager le rapport à l’autre de l’auteur de Cabot-caboche (1982) et de L’Œil du loup (1984) ? Le prof-écrivain qui s’amusait à édicter les « Dix Droits du lecteur » à la fin de Comme un roman (1992) ? « Droits du lecteur » que, pour ma part, j’ai vu affichés dans mes salles de classe de primaire, illustrés par Quentin Blake, que je côtoyais par ailleurs depuis mon enfance via son étroite collaboration avec l’écrivain britannique Roald Dahl.

 

10 droits lecteur affiche Quentin Blake

 

Dans les albums, Célestine est certes confrontée à la peur (Noël chez Ernest et Célestine), à l’absence (Ernest et Célestine ont perdu Siméon), au chagrin (Ernest et Célestine chez le photographe), à l’instar de n’importe quel·le enfant, mais le monde qui l’entoure n’est pas hostile et le négatif occupe finalement peu de place au sein de la narration. Le but de Gabrielle Vincent n’est pas non plus de renvoyer dos-à-dos souris et ours·es, ainsi que leur univers concentrationnaire, mais de parler de paternité en mode solo, d’homme/ours qui se sort de l’alcoolisme en devenant responsable d’une nourrissonne et qui vit les aventures extraordinaires du quotidien avec elle, sans la surprotéger ni lui faire des leçons de bonne conduite. À la fin de certains albums, la note d’intention est ainsi rédigée : « L’essentiel, pour elle, est de “rendre” la vie dans toute son intensité, toutes ses nuances[2]. »

Il faut dire que Gabrielle Vincent aime ses personnages, ce qui n’est pas le cas des réalisateurs ni du scénariste du dessin animé, qui les manipulent brutalement.

Par conséquent, ruez-vous chez votre libraire de proximité, (re)plongez-vous dans les albums et baignez-y avec vos enfants – de proximité également -, vous ne perdrez rien au change, bien au contraire.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Ernest et Célestine, le film : amère déception», Voyages autour de mon cerveau, décembre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2339


[1] Gabrielle Vincent, La Naissance de Célestine, Paris, Duculot, 1987, p. 11-12.

[2] Gabrielle Vincent, Noël chez Ernest et Célestine, Paris, Duculot, 1987, s.p.

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn