Archives par étiquette : Est

Honte sociale 1 Amour et Forêts

De la honte sociale (1) : L’Amour et les Forêts, le film

Comment oser dire la violence psychologique et l’enfermement qu’on subit à la maison ? En tombant malade d’épuisement, en faisant une tentative de suicide et en renouant avec la sororité, comme dans L’Amour et les Forêts (Valérie Donzelli, 2023), adaptation du roman éponyme d’Éric Reinhardt (2014). C’est l’hôpital, et non le lieu de travail, qui permet la libération de la parole pour Blanche Renard (Virginie Ephira), enseignante vacataire de Lettres modernes dans le Secondaire. Pourtant, Blanche ne fréquente que des femmes dans ce lycée de l’Est de la France où elle a trouvé du travail, en suivant son mari Grégoire Lamoureux (Melvin Poupaud), un banquier.

Mais elle a honte de l’échec de son couple, du naufrage de son mariage et de sa famille, tout en cédant à la culpabilisation que son mari fait peser sur ses épaules, sans oublier son chantage affectif et son chantage au meurtre de leurs enfants qui serait suivi de son suicide.

Car Grégoire est malin, comme tous les pervers. Il sait alterner cris, murmures, pleurs chez eux, tout en jouant les pères parfaits le jour à la maison et les maris attentionnés jour et nuit à l’extérieur. Il manie à merveille l’ironie et les reproches incessants, notamment sur la supposée supériorité intellectuelle dont ferait preuve Blanche et donc sur le mépris que cette supériorité engendrerait.

Cependant, il n’a pas tort de craindre les livres, avec lesquels il autorise Blanche à passer du temps, car ce sont grâce à eux qu’elle résiste, au moins un temps, à ses tortures psychologiques. Et c’est grâce à l’écriture qu’elle se libère, au calme de l’hôpital puis de la maison de repos, du poids des maux, en écrivant tout à sa sœur jumelle, Rose (Virginie Ephira), restée en Normandie. Ce qui lui permet de faire mettre ses deux enfants en sécurité en Normandie avant son départ de la maison de repos. Le tout avant la catharsis du récit fait à son avocate (Dominique Reymond), après la tentative d’étranglement presque réussie de Grégoire à son encontre, lorsqu’elle a voulu, très courageusement, l’affronter une dernière fois.

Dans ce film, tous les mécanismes de l’emprise sont montrés, mais sans pesanteur : l’éloignement de la famille, le chantage affectif, les grossesses à répétition, la surveillance incessante, les menaces, la culpabilisation, puis la tentative d’étranglement.

On découvre également une France petite-bourgeoise et bourgeoise du vingt-et-unième siècle qui vit comme avant la légalisation de la contraception féminine et de l’avortement, puisque Blanche, même avant d’être sous l’emprise de Grégoire, ne prend pas la/une pilule, n’a pas de stérilet, etc. Elle n’envisage pas non plus d’avorter de leur premier enfant, alors que cela fait à peine quelques mois qu’ils sont ensemble. Comme si les combats féministes des siècles passés n’avaient pas eu lieu, ni leurs revendications d’enfants qui naissent parce que voulus consciemment et choisis.

Tout cela forme un film terrifiant et choquant, à voir absolument, pour que la peur change de camp, si peur il doit y avoir.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « De la honte sociale (1) : L’Amour et les Forêts, le film », Voyages autour de mon cerveau, juin 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/10529

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube