Archives par étiquette : Famille de Dianous

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Remerciements

Remerciements vifs et chaleureux à Anne-Marie Taupin, à Françoise Lacoin et à leurs familles.

Reconnaissance éternelle à l’ensemble des membres de la famille Lacoin que j’ai rencontrés et avec lesquels j’ai échangé.

Vifs remerciements à la BnF-Bibliothèque Nationale de France pour l’utilisation gratuite des documents dans ma publication scientifique. Bravo pour cette ouverture culturelle.

Tous mes remerciements sincères à Sylvie Le Bon de Beauvoir, à Madame Bady et à Madame Gerassi pour le droit à l’image des documents qui concernent leur famille.

Très grands mercis aux partenaires de cette exposition : l’Association Élisabeth Lacoin, le Laboratoire Babel de l’Université de Toulon, la librairie Au Saut du Livre à Joigny, les Éditions de l’Herne, la revue Femmes Ici et Ailleurs, l’application Un Texte Un Jour.

Gratitude à Ulysse, dont les ronrons ont contribué à ma joie de construire cette exposition.

©Tiphaine Martin

Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivants du Chatfoin. Remerciements », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=4476

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 6

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

29 avril 2021 : Après une journée de travail, Françoise de Dianous nous rejoint pour une promenade au lac de Vieillote, en bas de Haubardin.

©Tiphaine Martin

Retour par les anciens remparts de cette demeure, dont ne subsiste qu’un court côté, lieu propice aux confidences en tout genre. Je me plais à y imaginer Zaza rédigeant ses lettres à Maurice Merleau-Ponty, sa dernière passion tragique.

©Tiphaine Martin

Le futur philosophe hésitait à s’engager nettement avec elle, sous la forme de fiançailles officielles qui auraient rassuré Marguerite et Maurice Lacoin. Mais, pas encore agrégé, pas encore dégagé du service militaire, avec un frère qui se mariait et laissait leur mère veuve seule chez elle, Merleau-Ponty balançait entre son amour, sa raison et sa situation financière non réalisée. Le décès de Zaza a mis un terme définitif aux tiraillements sociaux de part et d’autre des deux familles, sur fond d’affections différentes pour la jeune fille : profonde tendresse pour sa mère et fort attachement pour Merleau-Ponty. Zaza ayant dû arrêter ses études pour des raisons de convenances – sinon elle courrait le risque de devenir une intellectuelle, donc non mariable comme son amie Beauvoir -, elle n’avait aucune indépendance financière à venir et peu d’occasions de se distraire des feux qui la déchiraient. Des pistes à creuser grâce aux archives dont je dispose, en plus des lettres et des carnets déjà publiés.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 6 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1683

 

 

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte A bord de l'Aire avec Zaza

À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 5

Ce carnet de voyage suit les progressions des recherches pour mon exposition Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin, ainsi que mon immersion dans les pas de Zaza : des photographies des lieux visités et de certains documents accompagnent les textes du carnet, pour une mise en bouche apéritive de l’exposition.

28 avril 2021 : Après une matinée de travail, nous partons pour un très bon déjeuner chez Françoise de Dianous, fille de Geneviève Lacoin, une des sœurs de Zaza. Après avoir découvert que nous avons enseigné dans le même établissement à quelques années de différence, la conversation s’oriente sur Zaza. Comme chez tous ses neveux et nièces, je demande quels sont les souvenirs de Zaza qui leur ont été racontés par leurs parents.

Je glane également l’anecdote de l’accouchement de Marguerite Lacoin – mère de Zaza et de ses frères et sœurs – en 1918. Ce serait son mari qui l’aurait aidée à mettre au monde les jumelles Françoise et Geneviève dans une cave parisienne pendant le bombardement de Paris1. Les descriptions proustiennes du Paris bombardé pendant que Charlus se fait fouetter dans la maison tenue par Jupien2 semblent bien pâles à côté de ce vécu féminin et familial.

Le soir, je goûte avec plaisir aux matefaims, crêpes salées dont la pâte est garnie d’herbes aromatiques et fourrées à la salade froide, spécialité familiale des Taupin. Ce mélange chaud/froid est très bon, je me pourlèche les babines.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « À bord de l’Aire avec Zaza – Jour 5 », Voyages autour de mon cerveau, mai 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1672

 

1 https://www.centenaire.org/fr/en-france/ile-de-france/paris/paris-bombarde-pendant-la-grande-guerre

2 https://marcel-proust.com/marcelproust/443   et   https://marcel-proust.com/marcelproust/452

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn