Archives par étiquette : Féminicide

Joyeuses communautés antipatriarcales, 2

Si la communauté imaginée par Anne Sylvestre à la fin de « Petit Bonhomme » est non-mixte, celle où s’intègre et se ré-intègre Céline, l’héroïne des Stances à Sophie de Christiane Rochefort (1963), l’est moins. Pourtant, depuis son entrée au Carmel (son mariage avec Philippe, un jeune espoir en politique), non seulement elle a été effacée du monde des vivant·es, puisqu’elle ne prend la parole que pour des futilités et uniquement si on (les hommes) lui adresse la parole, mais encore elle ne fréquente plus que des femmes : amie-amante (Julia), belle-sœur en rébellion pré-Mai 68 (Stéphanie), domestique (Juana, Espagnole comme de bien entendu, la Syrie étant trop loin à l’époque pour l’exportation d’esclaves vaguement rémunéré·es).

L’adultère avec un homme de son nouveau milieu – Céline était étudiante en ethnologie puis chômeuse avant que Saint-Philippe-de-la-bourgeoisie ne vienne la sauver, paternellement, par le mariage – ne la tente pas. Surtout que, bizarrement, elle n’apprécie pas d’avoir été l’objet d’un pari entre son mari et le meilleur ami de celui-ci, Jean-Pierre : me trompera ? me trompera pas ? Eh non :

(…) j’ai toujours été au moins aussi forte sur la débandade que sur son inverse. Ayant tiré de lui l’aveu qu’il s’agissait bien d’un pari, je lui ai précisé que si je ne trompais pas Philippe, c’est qu’il n’y avait pas de quoi. Que chacun connaisse sa place. En tout cas ça m’a fait beaucoup plus jouir que si j’avais dit oui1.

Le langage et l’observation, ces armes par lesquels vider ces baudruches qui se prennent pour des hommes. Première rébellion. Même si, à ce moment de la narration, elle reste « Madame Philippe Aignan », donc une figure sur laquelle son époux a peint son nom et son prénom, annihilant toute tentative d’évasion du Carmel et d’envies personnelles.

Sauf une. Le sexe résiste et ce sera donc une histoire de désir et d’amour entre Julia et Céline2. Joyeux ensemble féminin, béni par leurs époux respectifs, qui sont loin d’imaginer leurs femmes comme bissexuelles. Ainsi, Céline peint Julia :

Pas toute nue, ça pourrait attirer l’attention. Dans une robe en banlon, d’un beau vert, décolletée en rond, toute droite ; infroissable ; facile à enlever. Et à remettre3.

Nous ne sommes pas loin du Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma (2019), où Héloïse (Adele Haendel) porte une robe verte, droite, décolletée … en carré, lorsqu’elle est peinte par son amante, Marianne (Noémie Merlant), avant leurs étreintes.

Le duo Céline-Julia s’agrandit quand Stéphanie vient les rejoindre et c’est une joyeuse communauté féminine qui peint, dessine, échange. Bref, (re)vit. Loin des jugements, opinions toutes faites et autres idées creuses véhiculées par leur milieu.

Cette belle harmonie vole en éclats à la mort de Julia, tuée par son mari qui roulait trop vite :

Jean-Pierre Bigeon, trente-quatre ans, onze accidents, dont deux avec des blessés, et un mortel : sa femme4.

Et la petite fille de la voiture d’en face, une 2CV (voiture populaire), restera paralysée5. Mais les mâles bourgeois préfèrent pleurnicher sur leur sort plutôt que de reconnaître leurs torts, et n’hésitent pas à culpabiliser les pauvres – Jean-Pierre arrive à faire porter la responsabilité de son assassinat et demi sur le conducteur de la 2CV, avec la complicité de son assureur6.

Entre-temps, Céline aura mis Jean-Pierre face à ses responsabilités, ce qui choque Philippe, outré de ce manque de tact et de bon goût. Céline le remet lui aussi à sa place d’hypocrite, dans une tirade qui, rétrospectivement, nous fait penser aux dialogues de Michel Audiard pour Les Tontons flingueurs de George Lautner, sorti la même année que le roman de Rochefort. Or donc, Céline dit à Philippe :

Un con c’est épais. Avec les cons il faut enfoncer quand c’est mou. Un con ça ne comprend pas ça se marque7.

Philippe n’aura pas le dernier mot. Et Céline, après avoir erré en compagnie de Stéphanie, trouve refuge en Italie, auprès de « gens qui ne sont rien d’autre que gentils8. » La reprise de soi commence par ce voyage à l’étranger, en compagnie de personnes qui la sortent du milieu où elle s’est enfermée par le mariage. Puis, surgit, tel un intermède stendhalien sorti de La Chartreuse de Parme (1839), le beau Fabrizio. Rappelons que Simone de Beauvoir note à la même époque (1963) que « l’amant idéal, dans les représentations collectives, est aujourdhui italien plutôt que français9 ». Céline partage effectivement l’avis de Beauvoir, puis quitte la communauté heureuse qu’elle a trouvé pour rejoindre le Carmel et reprendre ses chaînes conjugales.

Cependant, ce séjour marque le début de la révolte de Céline. Le fait de s’être ressourcée au sein d’un groupe apaisant lui donne, sur le moyen terme, l’énergie de quitter son époux. Et d’être, d’abord, avec des ami·es choisi·es, puis de vrais mâles : « Dès quon sort du monde des bourgeois, on recommence à entrevoir des hommes10. » Au final, elle se retrouve : « Enfin. Seule11. » Ces deux derniers mots des Stances à Sophie ne sont pas glaçants, au contraire. Ils expriment le soulagement de Céline à exister par elle-même. Tout en ayant des ami·es qui l’attendent ici ou là.

La sortie du Carmel-mariage avec le patriarche et le patriarcat est finalement légère, harmonieuse et promesse de richesses, car la femme choisit ce(ux) qu’elle veut, comme elle veut, quand elle veut.

Son histoire n’est pas finie, heureusement.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Joyeuses communautés antipatriarcales, 2 », Voyages autour de mon cerveau, août 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6244

 

1 Christiane Rochefort, Les Stances à Sophie, in Christiane Rochefort, Œuvre romanesque, Paris, Grasset, 2004, p. 369.

2 Ibid., p. 370.

3 Ibid., p. 383.

4 Ibid., p. 391.

5 Ibid., p. 392.

6 Ibid, p. 396.

7 Ibid., p. 395.

8 Ibid., p. 413.

9 Simone de Beauvoir, La Force des choses, Paris, Gallimard, « Folio », p. 261.

10 Christiane Rochefort, Les Stances à Sophie, op. cit., p. 428.

11 Ibid., p. 434.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Mourir peut attendre, surtout pour les femmes

Mourir peut attendre, opus 2021 de la saga Bond, se conclue par la mort du héros, et non par sa fin heureuse habituelle, lorsque le héros a accompli sa mission, à savoir sauver le monde capitaliste des griffes des anti-capitalistes, à savoir les communiste, dont l’idéologie de partage est aujourd’hui sérieusement mâtinée d’égoïsme et d’individualisme fort peu marxistes-léninistes. Ce final est plus symbolique que réel et marque plus l’arrêt par Daniel Craig de son incarnation de l’agent 007 que la mort d’un héros – ni Conan Doyle avec Sherlock Holmes ni Maurice Leblanc avec Arsène Lupin n’y sont d’ailleurs arrivés en leur temps. Mais ce décès est intéressant, car il marque la volonté des producteurs, dont Craig fait partie, d’arrêter les féminicides pandémiques dont était parsemés la saga Bond, qu’il s’agisse de la petite amie de l’espion, des méchantes (toujours subordonnées à l’ennemi principal de 007) ou des amantes épisodiques du viril agent de l’empire britannique.

Dans Mourir peut attendre, les femmes vivent et survivent. Elles ne sont pas du tout touchées lors de combats dont elles maîtrisent parfaitement les règles. Après le générique de début, le dynamitage du tombeau de Vesper Lynd, grand amour de Bond morte à cause de lui dans les deux versions de Casino Royale (1967 et 2006), peut être vu comme l’arrêt symbolique du flot de cadavres féminins dans la série, ce qui est réjouissant. Bond n’est plus le protecteur de femmes plus ou moins faibles, plus ou moins perverses et ce n’est certainement pas lui qui leur enseigne et leur révèle ce qu’est le sexe hétérosexuel (Golfinger et sa lesbophobie), l’amour et la tendresse partagées. Espérons que ce féminisme continue dans les prochains films.

De même, côté héros, la mue en homme qui pense les femmes égales à lui est accomplie, d’où son décès, peut-être … ? Il abandonne son masque et sa carapace d’impassibilité et de froideur pour faire face au soleil de l’amour et de la paternité, ce qui n’est pas rien pour le loup solitaire décrit par Ian Fleming et filmé ainsi depuis 1962 dans James Bond contre Dr No. Dans l’opus sorti en 2021, James Bond est conscient que son orgueil lui a coûté cinq ans de bonheur au côtés de Madeleine Swann (Léa Seydoux) et de leur fille Mathilde (Lisa-Dorah Sonnet), sans oublier le doudou lapin de cette dernière, qu’il arbore fièrement à sa ceinture à la fin du film, non comme prise de guerre, mais comme objet précieux à conserver jusque’à la fin, dans sa tombe aquatique, à l’instar des Anciens Égyptiens qui conservaient leurs objets personnels dans leur dernière demeure.

Sinon, cet opus est une très belle vitrine touristique pour la région Puglia (Pouilles), dans le sud-est de l’Italie. Sans vouloir tomber dans du cynisme et de l’ironie faciles, il est presque regrettable que les personnages s’agitent devant les maisons et les places des petits villages perchés, tellement agréables à l’œil et si ensoleillés. Il est vrai que l’exotisme fait aussi partie de la charte filmique des James Bond, au même titre que les gadgets technologiques – toujours aussi impressionnants et dont on ne se lasse pas non plus – et les belles voitures.

Un film à voir et à méditer, en attendant le prochain de la saga, avec un nouvel acteur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Mourir peut attendre, surtout pour les femmes», Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2107

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube