Archives par étiquette : Féminisme

Eugénie Grandet, religion ou voyage ?

En 2021, l’adaptation de Marc Dugain du roman d’Honoré de Balzac Eugénie Grandet (1833) le simplifie sans le trahir, sauf sur le sens du destin de l’héroïne, détail non négligeable.

Le réalisateur a attribué au Père Grandet (Olivier Gourmet) la description de sa biographie : ancien révolutionnaire par intérêt, maire de Saumur, louvoyant entre les régimes avec habileté[1]. De même, les scènes d’avarice, réduites, proviennent toutes du roman : réduction de la chandelle et du pain[2], colère contre la bassinoire pour chauffer les draps humides du lit de Charles Grandet[3], impossibilité de faire de la crème ou de la galette pour fêter l’arrivée du cousin[4], bouillon de corbeau sacré meilleur met du monde[5]. De même, certains dialogues de Balzac sont gardés tels quels par Dugain : celui entre madame Grandet (Valérie Bonneton), Eugénie (Joséphine Japy) et Charles (César Domboy) sur les distractions – hors théâtre, « péché mortel »[6] ; celui entre la mère et la fille sur son amour naissant pour son cousin[7].

Le réalisateur a raccourci la durée de l’idylle entre Eugénie et Charles, passant d’une dizaine de jours à deux jours, le troisième étant le départ de Charles pour les Amériques. Dugain a tenu à sexualiser la passion (au sens religieux du terme) de la Provinciale pour le Parisien. Le public a droit à une brève scène de sexe avec, ô stupeur, la jeune fille bientôt femme postée au-dessus de son cousin. Ce serait un sans-faute féministe, par l’inversion de la posture classique présente dans les films, à savoir femme au-dessous de l’homme. Seul problème, et de taille, rien ne nous indique que la frustration sexuelle d’Eugénie soit si grande qu’elle saute dès le deuxième soir sur le premier homme de son âge qui n’appartient pas à son cercle habituel. Dans une atmosphère à la Rembrandt et à la Le Nain, les visages des Grassin et des Cruchot, les bon·nes ami·es du Père Grandet, deviennent des trognes, croquées avec délectation par la caméra, qui s’attarde sur un menton en galoche, une bouche à demie ouverte, des lèvres pincées, des yeux perçants, une aile (de corbeau ?) suçotée dévotement, des cous engoncées dans des hauts cols. Dans la scène de sexe entre les cousins, nous retombons alors dans le cliché habituel de la puissance virile si irrésistible qu’elle fait chuter n’importe quelle jeune fille, par de simples regards et une promenade le long des peupliers. Balzac comparait Eugénie à « l’idéal de la Marguerite de Gœthe, moins la faute[8] » et concluait la scène d’adieu des cousins par un seul et unique baiser, convenance romantique mais aussi sociale, qui pousse Charles à demander Eugénie en mariage[9]. Dugain tient absolument à… punir son héroïne à la manière des films classiques hollywoodiens : « Ma fille, tu as commis le péché de chair, paies-en chèrement le prix. » À savoir, une attente de six ans (contre les sept du roman[10]), non sanctionné par un mariage. Et où est passée la religiosité d’Eugénie, moquée par son père, et montrée au début du film par une scène de confession ? Nous ne sommes pas dans l’adaptation de Douce (Michel Davet, 1940) par Claude Autant-Lara en 1943, lorsque Douce se rebelle contre son confesseur et ne remet plus les pieds dans une église. L’Eugénie de Balzac et de Dugain est pieuse sans hypocrisie.

Le réalisateur a également simplifié le parcours de la fortune de Charles Grandet. Au lieu de le faire partir pour les Indes[11] puis pour « la côte d’Afrique, (…) Lisbonne et [les] États-Unis[12] », Dugain le charge uniquement, ainsi que le Père Grandet, qui pousse son neveu dans cette direction, du poids d’esclavagiste aux Amériques. Esclavagiste signifiant, bien entendu, faisant le commerce triangulaire, puisque de nos jours les autres esclavages, d’hier à aujourd’hui, n’existent plus et sont effacés par celles et ceux qui hurlent à la mauvaise intrinsèque des personnes à la peau blanche. Étant entendu que ni les Berbères, ni les Chinois·es, ni les Japonais·es, ni les Vietnamien·es, ni les Cambodgiens·nes, ni les Coréen nes, ni les Afghan·nes, ni les Iranien·nes… ni les Indien·nes n’ont la peau blanche. Ces derniers et dernières apprécieront la disparition de leurs souffrances multiples et variées sous les colonisations anglaises, danoises, françaises, hollandaises et portugaises., ainsi que la hiérarchisation desdits tourments, visiblement moins importants que ceux, indéniables, des esclaves issu·es des peuples de l’Afrique de l’ouest, vendu·es par leurs chefs, par les marchands arabes ou capturés par les commerçants européens.

Chez Balzac, qui condamne explicitement le commerce des esclaves, Charles trafique la chair humaine de différentes nationalités, d’âges divers et de classes sociales variées, qu’il place au même rang que d’autres marchandises :

Au contact perpétuel des intérêts, son cœur se refroidit. Le sang des Grandet ne faillit point à sa destinée. Charles devint dur, âpre à la curée. Il vendit des Chinois, des Nègres, des nids d’hirondelles, des enfants, des artistes ; il fit l’usure en grand. L’habitude de frauder les droits de douane le rendit moins scrupuleux sur les droits de l’homme. Il allait alors à Saint-Thomas (…) acheter à vil prix les marchandises volées par les pirates et les portait sur les places où elles manquaient. (…) plus tard, les Négresses, les Mûlatresses, les Blanches, les Javanaises, les Almées (…), ses orgies de toutes les couleurs, et les aventures qu’il eut en divers pays effacèrent complètement le souvenir de sa cousine, de Saumur, de la maison, du banc, du baiser pris dans le couloir[13].

La multiplicité des moyens employés par Charles Grandet pour faire fortune est gommée par Dugain, au mépris de la vérité historique, de même que le sort des femmes prostituées sous toutes les latitudes, pour le plaisir de l’homme riche. Nous passons d’une dénonciation de violations brutales des droits humains partout autour du monde par un homme blanc, européen et français trafiquant tout ce qu’il peut, à la figure d’un vilain univoque, centré sur le commerce triangulaire, qui n’est d’ailleurs que peu évoqué, et jamais dans ses détails.

Rappelons également que Balzac comparait madame Grandet à une « pauvre ilote[14] ». Les connaissances historiques de l’écrivain sont plus détaillées que celles du réalisateur et des « offensé·es » perpétuel·les, voire presque plus féministes, puisque la comparaison entre le sort des femmes et celui des esclaves (ici, spartiates dans l’Antiquité) est un parallèle souvent fait par les militant·es féministes, dont Simone de Beauvoir dans l’introduction du tome un du Deuxième Sexe (1949). Essai où, par ailleurs, l’autrice dénonce le « cynisme » balzacien et son conseil aux hommes, dans La Physiologie du mariage (1829) de « traiter [la femme] en esclave tout en la persuadant qu’elle est reine[15]. » Chez Dugain, rien de tout cela, sinon un discours féministe bien troussé d’Eugénie à son père, quoiqu’étrange du côté religieux. En effet, la jeune femme, une fois sa mère morte et heureuse d’aller au paradis, après avoir vécu l’enfer domestique sur la terre, reproche à son père d’être un mâle tout-puissant, avec les lois (juridiques, sociales, religieuses) de son côté, lois établies par d’autres hommes à leur unique profit. Elle revendique la perte de sa foi. Mais est-ce la conséquence du décès de sa mère, ou est-ce la violente altercation avec son père à cause de Charles ? Monsieur Grandet n’a pas supporté – comme dans le roman – qu’Eugénie donne ses pièces d’or à son cousin. Mais là où Balzac réglait cela à l’intérieur de la maison des Grandet, avec Eugénie revendiquant fièrement son acte de générosité et d’amour, Dugain a préféré une scène grandiloquente. Le Père Grandet traîne sa fille à l’église et lui intime, au nom de Dieu, du lieu sacré où ils se trouvent et de sa foi à elle, de lui dire la vérité. Eugénie s’exécute de mauvais grâce, mais quel rapport entre la brutalité paternelle et la perte de la foi ? Autant sa révolte contre le patriarcat est logique, autant celle contre la divinité est problématique, car elle semble provenir des moqueries de son père à l’égard de Dieu et non d’une réflexion personnelle. Comme lors de son éducation sexuelle par son cousin, elle ne tient sa conduite que des hommes, ce qui n’est pas féministe.

En revanche, le sort que lui réserve le réalisateur (autre homme jonglant avec l’existence féminine) est, lui, féministe. Honoré de Balzac préférait condamner son héroïne à la piété et aux bonnes œuvres, accompagnées d’une haire sévère, celle des habitudes existentielles héritées de son père :

Malgré ses huit cent milles livres de rente, elle vit comme avait vécu la pauvre Eugénie Grandet, n’allume le feu de sa chambre qu’aux jours où jadis son père lui permettait d’allumer le foyer de la salle, et l’éteint conformément au programme en vigueur dans ses jeunes années. (…) La main de cette femme panse les plaies secrètes de toutes les familles. Eugénie marche au ciel accompagnée d’un cortège de bienfaits[16].

Comme dans Le Curé de village (1841), l’amour et la sexualité sont interdites aux femmes, qui passent leurs frustrations et leurs déceptions sentimentales sur les pauvres, pour le bien de ces derniers, bien entendu, en faisant faire des constructions et en éradiquant leurs maux.

Marc Dugain choisit de libérer Eugénie Grandet de cette triste destinée, tout en respectant une réalité historique longtemps oubliée, à savoir que les femmes voyageaient beaucoup au dix-neuvième siècle, comme le rappelle le chercheur Sylvain Venayre :

Lambiguïté de la figure de la grande voyageuse” (et la relative rareté des cas qui lillustraient), de même que le ressassement des motifs dillégitimité du voyage féminin, ne doivent pas faire oublier que les femmes du XIXe siècle voyagèrent massivement et ce, indépendamment des obligations que pouvaient leur imposer les devoirs de famille[17].

L’Eugénie Grandet de Dugain correspond donc à des modèles vivants qui, elles aussi, après voir refusé de regarder par la fenêtre car rien ne se passe devant chez elles, partent librement sur les chemins et les routes, une fois qu’elle sont indépendantes mentalement et financièrement. Loin de la vision balzacienne, passée à la postérité via les manuels scolaires et l’enseignement patriarcal de clichés romanesques qui ne recouvrent pas toute la vérité historique, voire l’occultent, Dugain met en avant l’envie de vivre et l’indépendance d’Eugénie qui, après Paris et sa visite méprisante à son veule cousin (alors que dans le roman elle envoie son futur mari régler ses comptes de famille[18]), part de sa ville natale. Selon la chercheuse Michelle Perrot, les femmes françaises qui voyagent à partir du dix-neuvième-siècle sont courageuses :

Elles ont, surtout, affirmé leur liberté de sujet : dans leurs pratiques vestimentaires, et leur mode de vie, leurs choix religieux, intellectuels et amoureux. Dune manière ou dune autre, en le payant souvent très cher, elles ont brisé le cercle de lenfermement et fait reculer la frontière du sexe[19].

Être soi passe par l’élargissement de l’espace et la création de lieux à soi. Espérons pour l’Eugénie de Dugain un autre destin que celui que Germaine de Staël réserve à sa Corinne (1807), à savoir une solitude désespérée dans un pays étranger, l’Italie, puis la mort. Cette femme intelligente, cultivée et sans chaîne matrimoniale doit s’incliner devant une pure jeune fille, sa jeune sœur, et donc laisser son amant se marier on ne peut plus classiquement, avec une plus jeune que lui.

Nous avons envie de suivre l’héroïne de Dugain dans sa libération. Non, « elle n’est pas finie l’histoire, l’histoire d’Eugénie[20]. »

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Eugénie Grandet, religion ou voyage ? », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2118


[1] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, Paris, Le Livre de Poche, 1991, p. 10-11.

[2] Ibid., p. 27, 83.

[3] Ibid., p. 72.

[4] Ibid., p. 81-82.

[5] Ibid., p. 86.

[6] Ibid., p. 98.

[7] Ibid., p. 112.

[8] Ibid., p. 173.

[9] Ibid., p. 179.

[10] Ibid., p. 242.

[11] Ibidem

[12] Ibid., p. 244.

[13] Ibid., p. 243.

[14] Ibid., p. 103.

[15] Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe. Tome II, Paris, Gallimard, 1987, p. 565.

[16] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 269, 270.

[17] Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de Mme Livingstone. Réflexions sur le genre du voyage dans la France du XIXe siècle. », Clio, n°28, 2008, p. 113.

[18] Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., p. 262-266.

[19] Michelle Perrot, « Sortir » in Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Histoire des femmes. Tome IV, Paris, Perrin, 2002, p. 563.

[20] Réinterprétation personnelle de la chanson d’Anne Sylvestre « L’Histoire de Jeanne-Marie », in Anne Sylvestre, Comment je m’appelle, Barclay, 1977.

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Mourir peut attendre, surtout pour les femmes

Mourir peut attendre, opus 2021 de la saga Bond, se conclue par la mort du héros, et non par sa fin heureuse habituelle, lorsque le héros a accompli sa mission, à savoir sauver le monde capitaliste des griffes des anti-capitalistes, à savoir les communiste, dont l’idéologie de partage est aujourd’hui sérieusement mâtinée d’égoïsme et d’individualisme fort peu marxistes-léninistes. Ce final est plus symbolique que réel et marque plus l’arrêt par Daniel Craig de son incarnation de l’agent 007 que la mort d’un héros – ni Conan Doyle avec Sherlock Holmes ni Maurice Leblanc avec Arsène Lupin n’y sont d’ailleurs arrivés en leur temps. Mais ce décès est intéressant, car il marque la volonté des producteurs, dont Craig fait partie, d’arrêter les féminicides pandémiques dont était parsemés la saga Bond, qu’il s’agisse de la petite amie de l’espion, des méchantes (toujours subordonnées à l’ennemi principal de 007) ou des amantes épisodiques du viril agent de l’empire britannique.

Dans Mourir peut attendre, les femmes vivent et survivent. Elles ne sont pas du tout touchées lors de combats dont elles maîtrisent parfaitement les règles. Après le générique de début, le dynamitage du tombeau de Vesper Lynd, grand amour de Bond morte à cause de lui dans les deux versions de Casino Royale (1967 et 2006), peut être vu comme l’arrêt symbolique du flot de cadavres féminins dans la série, ce qui est réjouissant. Bond n’est plus le protecteur de femmes plus ou moins faibles, plus ou moins perverses et ce n’est certainement pas lui qui leur enseigne et leur révèle ce qu’est le sexe hétérosexuel (Golfinger et sa lesbophobie), l’amour et la tendresse partagées. Espérons que ce féminisme continue dans les prochains films.

De même, côté héros, la mue en homme qui pense les femmes égales à lui est accomplie, d’où son décès, peut-être … ? Il abandonne son masque et sa carapace d’impassibilité et de froideur pour faire face au soleil de l’amour et de la paternité, ce qui n’est pas rien pour le loup solitaire décrit par Ian Fleming et filmé ainsi depuis 1962 dans James Bond contre Dr No. Dans l’opus sorti en 2021, James Bond est conscient que son orgueil lui a coûté cinq ans de bonheur au côtés de Madeleine Swann (Léa Seydoux) et de leur fille Mathilde (Lisa-Dorah Sonnet), sans oublier le doudou lapin de cette dernière, qu’il arbore fièrement à sa ceinture à la fin du film, non comme prise de guerre, mais comme objet précieux à conserver jusque’à la fin, dans sa tombe aquatique, à l’instar des Anciens Égyptiens qui conservaient leurs objets personnels dans leur dernière demeure.

Sinon, cet opus est une très belle vitrine touristique pour la région Puglia (Pouilles), dans le sud-est de l’Italie. Sans vouloir tomber dans du cynisme et de l’ironie faciles, il est presque regrettable que les personnages s’agitent devant les maisons et les places des petits villages perchés, tellement agréables à l’œil et si ensoleillés. Il est vrai que l’exotisme fait aussi partie de la charte filmique des James Bond, au même titre que les gadgets technologiques – toujours aussi impressionnants et dont on ne se lasse pas non plus – et les belles voitures.

Un film à voir et à méditer, en attendant le prochain de la saga, avec un nouvel acteur.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Mourir peut attendre, surtout pour les femmes», Voyages autour de mon cerveau, octobre 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=2107

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview de F. Montreynaud

Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud

L’écrivaine féministe Florence Montreynaud a répondu à nos questions, qu’elle en soit adelphiquementremerciée. 

Tiphaine Martin – Pourquoi et comment ouvrir les yeux chaque matin dans un monde patriarcal2 ?

Florence Montreynaud – Avec une énergie renouvelée pour travailler à le changer. Cela ne peut plus durer, c’est trop injuste, trop violent.

T.M. – Etes-vous née féministe ou êtes-vous devenue féministe ?

F.M. – Je ne suis pas née féministe, je la suis devenue vers l’âge de 22 ans, quand j’ai pris pleinement conscience de l’injustice et de la violence de ce monde contre les femmes et les filles.

T.M. – Le Dictionnaire de citations, Appeler une chatte. Mots et plaisirs du sexe et LAventure des femmes. XXe-XXIe siècle : quel(s) rapport(s) entre ces titres ? Et quels liens tracez-vous entre vos différentes œuvres et vos associations ?

F.M. – Mes premiers livres — des dictionnaires — m’ont été commandés. Tous les suivants sont des livres dont j’ai eu l’idée et que j’ai proposés à un éditeur.

Le livre sur les Zéromachos est directement issu de mon expérience : les rencontres avec des centaines d’hommes à travers le monde, qui refusent la prostitution.

Les autres viennent de ma réflexion sur des idées féministes.

Le livre qui a changé ma vie est l’encyclopédie Le XXe Siècle des femmes (première édition en 1989, dernière en 2001). Il m’a demandé 15 ans de travail et a eu un grand succès.

T.M. – De quelle(s) envie(s) est née l’association Zéromacho ?

F.M. – Du désir que la prostitution disparaisse de notre monde. D’une analyse féministe : c’est la demande masculine qui est à l’origine de la prostitution.

Dans un monde d’égalité il n’y aura pas de prostitution.

T.M. – Quels sont vos projets, vos désirs  ?

De nouveaux livres féministes, de nouveaux réseaux féministes pour continuer à changer ce monde, avec d’autres féministes.

Florence Montreynaud

 

1 Son néologisme pour réconcilier le « fraternellement » trop masculin et le « sororalement », non mixte.

 En référence à l’ouvrage de Florence Montreynaud, Chaque matin, je me lève pour changer le monde. Du MLF aux Chiennes de garde. Mémoires féministes, Paris, Eyrolles, 2014.

 

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Florence Montreynaud, « Changer ce monde – Interview de Florence Montreynaud », Voyages autour de mon cerveau, mars 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=1435

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Interview de T. Dee

Sororités comblées – Interview de Typhaine D

Typhaine D est autrice, comédienne, metteuse en scène, formatrice, coach, conférencière engagée pour les Droits des Femmes, des Enfants et des personnes animales.

Tiphaine Martin – Pourquoi tes contes sont-ils « à rebours » ? Un hommage au masculiniste Huysmans ?

Typhaine D – Pas du tout, je n’ai pas eu le déplaisir d’entendre parler de ce monsieur !

Comme Alice Coffin l’a dite dans un passage de son livre  Le Génie lesbien qui a fait scandale chez les masculinistes (bien délicats tout de même pour être effarouchés si souvent par la moindre de nos déclarations féministes), je ne lis que des femmes, et ce depuis des années.

De plus, je ne rends jamais d’hommages, mais bien des Femmages !
J’ai nommée ma première pièce de théâtre Contes à Rebours pour articuler trois principales idées, mises en résonance dans ce jeux de mots.

La première : je voulais remettre à l’endroit ces histoires qui noues sont livrées à l’envers, dont la morale est retournée, marche sur la tête, où les victimes sont les coupables et les bourreaux nos soit-disant alliés. En effet, elles ont bercé notre enfance et forment, de gré, ou plutôt de force via l’empire Disney, notre imaginaire commun. Pétries de propagande misogyne, misopédique (haineuse des enfants), spéciste (haineuse des autres espèces animales), validiste (discriminantes des personnes en situation de handicap), et tout à loisir racistes et classistes, elles insinuent un imaginaire inégalitaire et violent dans les esprits des enfant·es. Or, c’est l’imaginaire qui constitue notre machine à rêver. Et ce que nous rêvons devient ce qui est désiré. Or, par les contes traditionnels, on présente aux petites filles comme désirable un destin de ménagère domestique béate, qui ne serait rien sans le prince qui l’a choisie parce qu’elle était jeune et jolie. Si au contraire l’on faisait rêver les enfants avec des modèle de femmes courageuses, indépendantes, intelligentes, on tournerait alors l’ambition des filles d’un autre côté. De même, une langue qui respecte la règle de grammaire inique « le masculin l’emporte sur le féminin » (voir les travaux brillants d’Eliane Viennot), implique la domination des hommes contre les femmes de manière sibylline dans chacune de nos phrases lues ou dites. Or, le langage structure la pensées, qui engendre des actions. Une langue féministe, comme celle que j’ai inventée pour porter mes idées, « la Féminine Universelle », me paraît donc une des clefs de notre émancipation. Comme je dis souvent : « les imaginaires égalitaires font naître les réalités de l’égalité ». Je voulais donc revisiter les contes de fées, ainsi que le langage pour les transmettre, de manière fée-ministe, à rebours de qu’on noues a raconter.

La seconde idée : pour transmettre ces nouvelles histoires plus justes, je voulais donner la parole aux Princesses, Reines, Petites Filles ou encore Sorcières que noues pensions connaître par cœur. Abandonnées après le joli mot de « fin » qui devait clore leurs piètres destinées de femmes domestiquées et passives, ou diabolisées et vaincues, les unes appropriées par les hommes et les autres par eux combattues, et toujours divisées entre elles, dans Contes à Rebours elles remontent le fil de leur véritable histoire pour se rendre enfin justice. Elles délivrent leur version des contes de faits. Elles font écho à nos vies de femmes, à notre héroïsme quotidien dans un système patriarcal qui noues maltraite sans cesse. Elles noues offrent des pistes de soins, de compréhension des systèmes d’oppression et d’émancipation via les luttes collective et la sororité. Remontante chrono-logiquemente ainsi le fil de leur récit, depuis la « fin » imposée dans la version des hommes, jusqu’au début de leur parcours, elles se content à rebours.

La troisième idée : je voulais exprimer le compte-à-rebours dans lequel noues sommes prises, broyées, en tant que femmes, et féministes. En effet, chaque seconde sur la terre, implacable, des filles et des femmes sont en train d’être violées, battues, tuées, par des hommes, parce qu’elles sont des filles et des femmes, et parce qu’ils sont des hommes. À rebours de ces crimes, noues comptons les victimes, noues décomptons nos mortes. Chaque seconde sur la terre noues perdons plusieurs des nôtres, féminicidées. Chaque seconde l’urgence est plus grande. Le compte à rebours de notre défaite finale, ou de notre délivrance, est ainsi enclenché.

T.M. – Comment as-tu choisi tes héroïnes ?

T.D. – J’ai prise au fil de l’écriture les premières qui me venaient à l’esprit… Certaines m’avaient particulièremente émue et attendrie dans mon enfance, comme les 7 Filles de l’ogre dans le petit poucet, dont le sort révoltant est d’être sacrifiées, jetées en pâture à leur père violent, pour que vivent 7 frères. Ou encore le petit chaperon rouge, « qui n’aurait pas été mangée si elle avait obéit à sa maman », noues dit-on, « c’est donc bien de sa faute voyons »…

D’autres avaient été pour moie des sources de rêveries et d’identification, comme la petite Sirène pour laquelle j’avais beaucoup d’affection. La petite fille que j’étais y avait vue autre chose que la femme sous emprise d’un inconnu qui ne la mérite pas, mais plutôt une adolescente qui souhaitait quitter son monde, son milieu, sa famille, s’en émanciper « partir là-bas. » Et cela pouvait me parler…

D’autres encore étaient des figures qui m’avaient marquée, que j’avais pu trouver fascinantes dans leurs forces, leur splendeur digne et puissante. Je parle bien sûr des différentes personnages de sorcières dont enfante je prenais le parti, qu’elle s’agisse de celle de Blanche Neige, de Hansel et Gretel ou de la Belle au bois dormant.

Je voulais aussi redonner de l’intelligence et de la dignité à ces princesses qui noues étaient dépeintes comme fragiles, frivoles, un brin neu-neues aussi… J’incarne par exemple une Blanche Neige qui ne s’en laisse pas compter, ou une belle au bois… très éveillée !

Et qui, pour parler mieux de mille et une nuits de frayeur et de harcèlement imposées par les hommes dans l’espace public, que Shéhérazade ?
Ce ne sont que des exemples, bien d’autres personnages sont à découvrir dans le spectacle et le livre qui en est tiré (et que l’on peut toujours se procurer1). Et comme le spectacle évolue au fil des tournées ou de l’actualité, plusieurs autres Héroïnes viendront peut-être un jour rejoindre la joyeuse troupe à leur tour !

T.M. – Un parallèle à établir entre la fin joyeuse de tes Contes à rebours et celle, toute aussi pétillante, de « Petit Bonhomme » d’Anne Sylvestre ?

T.D. – Le parallèle est très juste en effet ! Bien que je n’ai découverte cette merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre (ma préférée) qu’après l’écriture du monologue dynamique de La Belle au Bois Éveillée qui clos le livre, j’ai, en l’écoutante, ressentie la même sorte de jubilation féministe et sorore que celle que j’avais voulu impulser en bouquet final !
En effet, les différentes personnages de Contes à Rebours placent chacune le projecteur sur des discriminations et violences sexistes et sexuelles spécifiques, et comme ces réalités sont difficiles à affronter pour les opprimées, noues méritons bien aussi d’être soulagées par du rire, de l’espièglerie, de la revanche aussi ! Dans Contes à Rebours, on varie les registres et les émotions, passante tour à tour du stand-up à la poésie comme de la colère à l’euphorie, du chant au slam comme du rire aux larmes. Ce mélange des genres permet je crois de toute dire et de mieux entendre aussi. L’humour allège les propos les plus dures, et inversemente ces derniers empêchent les premiers de manquer de consistance. Ce jeux de ruptures revient à prendre les femmes du public par la main pour les amener pas à pas vers une plus grande conscience de notre condition. Anne Sylvestre maniait ce jeu à la perfection.

Dans « Petit Bonhomme » comme dans Contes à Rebours, on trouve d’abord une dénonciation  forte de violences masculines, de manipulation, d’exploitation. Mais, dans la chanson comme dans la pièce, les femmes ouvrent les yeux, résistent aux tentatives des hommes de les mettre en division, et finalemente s’allient toutes ensemble pour s’organiser, s’évader, s’émanciper ! À chaque fois cette sororité espiègle se traduit en victoire totale, les hommes rendus impuissants perdent ainsi leur capacité de noues nuire, et dans un monde entre femmes, les jours d’euphorie, d’amusement et de jubilation commencent !

Noues avons voulue entre autres, je crois, toutes les deux avec notre art, faire rêver les femmes à une émancipation féministe et sorore désirable !

T.M. – Est-ce que la fin sorore que tu as choisie ne peut pas être envisagée comme un enfermement ? Comment tes héroïnes et toutes celles qui les rejoignent sèmeront-elles la révolte et l’égalité dans l’univers si elles restent entre elles ? Ou est-ce une étape, afin de jouir enfin d’une vie tranquille, avant de retourner, soudées, heureuses et flamboyantes, au combat contre le patriarcat ?

T.D. – Pour moie c’est le système patriarcal qui constitue notre enfermement. 

Vivre entre femmes, enfantes et personnes animales, dans la nature, réinventer un monde en paix et durable, là se situe en revanche le bol d’air et la liberté, enfin !
Le simple fait de laisser courir la rumeur qu’une telle monde pourrait exister, heureuse, sans oppression, sans oppresseur, ouvre comme un pan d’horizon dans les consciences des femmes, jusque-là très interdit, même de pensée.

Vivre sans homme, ces hommes qui mettent tant d’énergie à faire la publicité du fait qu’ils noues seraient si indispensables, mais vous n’y pensez pas ?

Je pense que cette idée seule sème la révolte, en ancrante dans la tête de chacune que la solution ne viendra jamais d’eux. Mais bien de notre nécessaire union entre opprimées, qui créera le rapport de force suffisant pour ne plus laisser d’autres choix que celui de l’abolition de l’ensemble des violences et des discriminations quelles qu’elles soient (de tout ce qui constitue donc le système social en patriarcat).

Il ne s’agit donc pas de retourner lutter contre le patriarcat “ensuite”, car les Héroïnes des « Contes à Rebours », dans leur château sorore, n’ont jamais cessé de lutter en vérité. Noues aimer noues-même et les unes-les-autres, noues rassembler, noues organiser, noues soigner, noues entraider, noues rendre heureuses, noues préférer enfin, constituent à la fois des victoires, des inspirations pour les autres femmes, et des armes de combat très puissantes contre le patriarcat.

Parvenir à créer cette sororité politique, réelle, forte, est pour moie LE principal défit des années à venir, et la clé de notre désaliénation.
Alors pour commencer, avec mes outils d’artiste engagée, aujourd’hui, en patriarchy, je propose de la rêver, cette utopie féministe et sorore, jubilatoire et victoRieuse, de la fantasmer, de la désirer !

Tant que les violences masculines seront si massivemente commises par les hommes, banalisées, souvent érotisées et impunies, je ne vois pas d’autres choix que d’entrer en lutte féministe radicale ! 

Ensuite, quand l’ensemble des violences et des discriminations patriarcales seront abolies, quand la non-mixité ne sera plus tant une urgence et une vitale nécessité… alors les petites soeurs qui noues suivront aviseront. 😉 Je leur fais confiance.

T.M. – Quelles sont tes intentions (scène, écriture, autre) ?

T.D. – Je souhaite continuer de jouer mes trois spectacles féministes partout en France et à l’étrangère, en ligne et en scène, suivante ce que noues imposera encore la pandémie. Je propose Contes à Rebours d’une part, spectacle qui existe d’ailleurs en différentes versions (pour adultes, pour enfants ou ado, en version humour ou centrée sur différents thèmes, etc). Je joue aussi La Pérille Mortelle, ma one-feminist-show humoristique, où je revisite l’actualité et les attaques anti-féministes, toute en m’exprimante « à la féminine universelle » (l’équivalante féminisée du masculin universel qui est encore tranquillement appris aux enfant·es à l’école primaire aujourd’hui). Égalemente Opinion d’une femme sur les femmes manifeste féministe brillant de l’autrice de notre matrimoine Fanny Raoul.
J’ai aussi comme projet de rééditer Contes à Rebours, qui est paru en livre en 2016. Je souhaite y ajouter à la précédente édition les personnages qui sont nées en scène depuis, ainsi que différents autres textes en annexe, comme mon discours sur les féminicides pour lequel j’ai été lauréate du prix Gisèle Halimi lors du concours d’éloquence de la Fondation des Femmes avec France Culture.

Par ailleurs, j’écris et tourne des vidéos sur différents sujets via ma chaine YouTube2 et les différents réseaux sociaux, mon rêve étant un jour d’avoir une chronique dans les médias du service public, pour proposer régulièremente une lecture résolumente féministe de l’actualité et des grands sujets de société… « Elle était une fois l’actue » ? « La chronique à l’endroit de Typhaine D » ? Je compte bien y parvenir, car si heureusemente de plus en plus de femmes portent une voix féministe dans les médias, une parole d’autrice, comédienne et militante féministe radicale de longue date, formées notamment sur la question des violences par des organisme comme l’AVFT et le CFCV, apporterait un point du vue nécessaire et encore bien trop rare aux oreilles française !
Cela fait des années que j’y pense, que je tourne autour du micro : je sais que j’ai quelque chose à faire à Radio France.
Je suis égalemente engagée auprès de Sandrine Rousseau dans sa campagne pour la présidentielle de 2022, qui présentera le premier projet politique de l’histoire résolumente éco-féministe !

De plus, je continue de donner des formations en entreprise, pour les syndicats ou associations ou encore en individuelle, d’une part sur les questions d’égalité femmes-hommes et de prévention des violences sexistes et sexuelles, notammente dans le monde du travail ; et d’autre part je suis coach en assurance dans la prise de parole en public et tout ce qui peut aider à une meilleure estime de soi, et à un développement épanouissant des parcours personnels et professionnels.

Enfin, je suis en discussion avec une maison d’édition pour de nouveaux livres… Un recueil de nouvelles féministes cette fois sur un thème précis que je garde encore pour moie… Un album pour enfants en martenariate avec d’autres artistes féministes… Je ne vous en dis pas plus, mais j’y travaille chaque jour !

Et dans toute cela, si je pouvais continuer à trouver parfois le temps de lire, d’écrire, de composer, de peindre, de chanter, de déguster, de me faire plaisire, de rencontrer, de découvrir, de comprendre, d’apprendre, de m’informer, d’aimer, de me nourrir, de me promener dans la nature avec mes chien·nes… je serais comblée !

Typhaine D

1 https://www.typhaine-d.com/index.php/actualites/135-sortie-du-livre-contes-a-rebours

2 https://www.youtube.com/c/TyphaineDsoeurciere

Pour en savoir plus : https://www.linktr.ee/typhained

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Typhaine D, « Sororités comblées – Interview de Typhaine D », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2021. URL : https://vadmc.hypotheses.org/1139

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Texte E. Desjeux

Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque – Interview de Delphine Lannaud

J’ai consulté avec grand intérêt quelques éléments des fonds Emilie Desjeux, peintre, qui se trouve à Auxerre (France, Bourgogne, Yonne, 89000). J’ai ensuite interviewé la conservatrice, Delphine Lannaud. Un grand merci à elle pour sa disponibilité.

Les éléments que j’ai consultés se composent d’abord d’un carnet de voyage écrit à l’encre violette, paginé, parfois daté. Il commence à la page 33, par la description d’un voyage à Florence, puis à Bologne, « sous une pluie torrentielle ».

Desjeux concentre ses notes de voyage sur ses visites aux musées, ce qui est logique, au vu de sa profession (p. 39) :

L’après-midi le musée Pitti, quelles merveilles entassées, que de chefs-d’œuvre on est ému là, comme dans une église, je vois les gens qui ôtent leurs chapeaux, les larmes en viennent aux yeux tous ces raphael, oh !il faut renoncer à rien citer c’est un éblouissement et je ne me doutais certes pas de cela (…).

Je n’ai pas modifié l’absence de ponctuation et de majuscules de Desjeux, qui trahit son émotion… et sa modernité. Les adeptes de textos a-grammaticaux et a-ponctués apprécieront. Si la religiosité est explicite, elle n’est pas (seulement) due aux sujets religieux des tableaux de Raphaël. Ce n’est pas non plus celle que la marquise de Blocqueville retrouve en Italie, quelques années plus tôt [voir notre article ici]. C’est celle de la communauté artistique, qui exulte devant tant de savoir-faire et de beauté.

Desjeux varie les plaisirs et se rend quelques pages plus loin à la basilique Santa Croce, au Palais Bargello (musée), puis dans un grand parc, toujours à Florence (p. 48) : « L’après-midi tournée photographique Sta Croce au Bargello ensuite au Cascine où j’ai été dévorée par les moustiques ce qui m’a fait fuir un peu vite ». La peintre photographe ne se prend pas au sérieux et note avec humour la férocité des insectes italiens, indice d’un air peu pollué, pourtant.

Deuxième archive, un carnet écrit à l’encre violette, puis noire, puis écrit au crayon, parfois paginé. Il commence à la page 50 et n’est pas écrit jusqu’à la fin. 

Nous sommes à Sienne (p. 50) : 

(…) arrivée dans la pluie et le vent qui fait rage. Cela manque de charme (…), pension très bien après le déjeuner la pluie s’étant calmée mot illisible de reconnaissance autour de la ville qui est un bijou tout au moins ce qu’il y a de pittoresque, avec du soleil ce doit être très séduisant.

Le terme « pittoresque » est typique des récits de voyage du dix-neuvième siècle et du début du vingtième siècle, avec le goût pour les ruines hérité de la période romantique (fin du dix-huitième siècle- début du dix-neuvième). Le pays étranger est vu à travers un prisme déformant d’exotisme. La voyageuse ou le voyageur ne retiennent que le côté amusant, distrayant du lieu visité. Elle et il ne creusent pas la surface de ce qui est vu.

Troisième archive, un carnet écrit à l’encre violette et noire, non paginé. La première date est celle du « 29 Mars 99 » et nous nous trouvons à Londres avec Desjeux :

Les musées anglais tout merveilleusement installés c’est fort clair, les tableaux de maître bien groupés ce qui rend la visite facile (…). La matinale Gallery se trouve sur la plus belle place de Londres Trafalgar Square (…).

Nous sommes loin des entassements de cadres dans les salles du Louvre de cette époque. La muséographie française ne songeait pas au plaisir de la contemplation des visiteurs et visiteuses.

Quatrième archive, un carnet écrit à l’encre violette puis noire, paginé à partir de la page 3.

Cette fois, direction la Hollande de l’automne 1898, avec l’appareil photo en bandoulière et devant les paysages :

« (…) nous regrettons de ne pas pouvoir faire des photographies, mais nous passons un peu vite (…). » (p. 2)

« Et voici les jolis moulins qui font leur apparition (…). » (p. 3)

« Caractère fait des photographies qui du reste ne donneront rien mot illisible étant faites avec le brouillard, ces appareils de photographie tous mot illisible un succès extraordinaire près des gamins qui nous suivent. » (p. 20)

Le pittoresque refait surface, avec son cliché du moulin qui nous fait reconnaître les Pays-Bas entre mille autres destinations touristiques. La description du travail photographique de Desjeux met en avant les contraintes météorologiques, ainsi que la rareté de ce travail artistique, qui attire la curiosité des jeunes générations.

Cinquième archive, un carnet écrit à l’encre noire puis violette, paginé.

Nous sommes au vingtième siècle, départ de l’Yonne, en gare de Laroche-Migennes :

19 août [dans la marge] Nous quittons Laroche à destination de Chambéry à 11h du soir par un bon train, mais des voyageurs ennuyeux avec cela au complet, si bien qu’en arrivant à Chambéry à 7h du matin nous sommes fatiguées repos à l’hôtel de la Poste et l’après-midi excursions aux Charmettes. La maison de J Jacques et de Mme de Warrens vieille petite maison très bien située et laissée dans l’état primitif avec les meubles anciens retour par la colline des Charmettes et la fontaine St Martin, fort jolie vue, mais quelle route ! 

Récit haletant – surtout sans ponctuation – d’une traversée ferroviaire bourguignonne-savoyarde, avec point de chute littéraire ancien d’un siècle et demi, c’est-à-dire assez nouveau. La culture de Desjeux est multiple et ne se résume pas aux beaux-arts.

Sixième archive, un album de cartes postales, d’envois d’ami·es à Desjeux : Londres, Vézelay, Saint-Georges (près de Nyons), Varsovie, Autriche, Allemagne, Angleterre, Italie, Italie, Italie (surtout Venise, Florence et Rome).

Nous suivons les changements d’adresse de Desjeux, de la capitale à la province :

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Emilie Desjeux, peintre et photographe icaunaise laïque », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Interview de Delphine Lannaud

Tiphaine Martin – Qui est Emilie Desjeux ? 

Delphine Lannaud – Remarquable portraitiste, Emilie Desjeux naît en 1861 à Joigny, un bourg près d’Auxerre, dans un petit milieu de commerçants-artisans. La famille déménage à Paris, où la jeune fille suit un cours de dessin à l’Ecole Municipale et Spéciale de Dessin, puis assez rapidement les cours de l’Académie Julian, sans doute à partir de 1880. Elle devient l’élève de William Bouguereau dès son entrée comme professeur, en 1885. Le peintre la soutient et la cite souvent comme l’une de ses élèves les plus talentueuses.

Secrétaire des Artistes Français, elle expose dans leur Salon chaque année jusqu’en 1908. Surtout, elle s’engage très tôt pour réclamer l’entrée des femmes à l’Ecole des Beaux-arts et prend part à la fondation de l’«Union des femmes peintres et sculpteurs », avec Hélène Berthaux, pour soutenir les droits des femmes dans le domaine de l’art. C’est d’ailleurs au titre de son engagement qu’elle est promue officier de l’ordre des Palmes académiques en 1890.

 Célibataire, son talent lui permet de vivre de sa peinture. L’obtention d’une « mention honorable » à l’Exposition universelle de 1900, pour son Autoportrait, assoit sa réputation. Elle dispose d’un atelier puis ouvre à son tour au 108, rue du Bac puis au 21, rue de Visconti, un lieu où elle dispense son enseignement et prépare les jeunes femmes à entrer aux Beaux-Arts, où elles sont enfin admises à partir de 1896.

Emilie Desjeux fait de nombreux voyages, dont un en Hollande en 1898, pour visiter l’Exposition « Rembrandt » à Amsterdam. Ce qui ne l’empêche pas de passer régulièrement ses étés à Bussy (vers Joigny) où son père a racheté la maison familiale.

Elle se retire de la vie publique à 71 ans, en 1932, chez les sœurs de la Providence à Paris et décède à 96 ans.

T.M. – De quoi sont constitués les fonds Desjeux ? 

D.L. – Les carnets de voyage que vous avez pu étudier proviennent d’un fonds privé, exceptionnellement prêté aux Musées d’Auxerre, qu’il faut distinguer de nos propres collections. Il se compose de notes, de carnets de croquis, d’albums de cartes postales, de carnets de voyages, de lettres et de photographies… des témoignages tous rassemblés par un ami proche d’Emilie Desjeux.

T.M. – Des œuvres d’Emilie Desjeux ont-elles déjà été exposées à Auxerre et dans l’Yonne ? 

D.L. – Oui. Récemment à Joigny, en 2014, à l’occasion d’une exposition sur les artistes du Jovinien et à Auxerre, en 2018, pour célébrer l’acquisition de l’Autoportrait présenté à l’Exposition Universelle de 1900 par les Musées d’Auxerre.

Mais en 2005 déjà, une exposition des Musées d’Auxerre voulait faire redécouvrir l’artiste à travers l’une de ses œuvres les plus emblématiques : Le Banquet. Une oeuvre qui mérite d’ailleurs quelques mots… Emilie Desjeux reçoit, en 1906, la commande officielle de ce tableau témoignant, à Auxerre, du discours d’Emile Combes sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat (1904). Pour l’achever, l’artiste a principalement recours à la photographie et à de nombreuses esquisses, les personnalités et les membres du Conseil municipal d’Auxerre ne mettant guère de bonne volonté pour prendre la pose.

T.M. – Et hors du département ? 

D.L. – A ma connaissance, non. Le chemin est encore long pour faire connaître plus largement le travail des artistes femmes représentées dans les collections publiques de province. Le Musée d’Orsay a envisagé, me semble-t-il, de lancer un programme de recherches et une collecte de données sur cette thématique…

T.M. – Avez-vous des projets concernant la mise en valeur des fonds Desjeux ? 

D.L. – Comme je vous le disais, ce fond reste entre des mains privées. Nous souhaiterions toutefois, avec l’accord des propriétaires, poursuivre son étude. Je suis également attentive à tout ce qui pourrait éclairer certains pans de la vie de l’artiste, ainsi qu’à l’opportunité d’acquérir de nouvelles œuvres pour enrichir les collections auxerroises. Si un parcours dédié aux Beaux-Arts devait venir compléter nos salles d’archéologie, il est évident qu’Emilie Desjeux occuperait une place de choix illustrant la richesse de la production locale.

Delphine Lannaud

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, Delphine Lannaud, «Interview de Delphine Lannaud », Voyages autour de mon cerveau, décembre 2020. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=875

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedIn