Archives par étiquette : Flammarion

Petit Singe VADMC

Une histoire de singe, sauver sa vie par l’intelligence

Petit Singe est curieux, donc Petit Singe part à la découverte de son environnement, la jungle. Las, il tombe dans le fleuve, car il a voulu prendre une noix de coco trop grosse pour lui en haut d’un arbre. Et tombe dans la gueule d’un crocodile.

La dramatisation est rapide dans ce récit d’après May d’Alençon (Père Castor-Flammarion, 1968). L’envie d’ailleurs du héros serait-elle un vilain défaut, condamnée par la narration ? C’est plutôt sa gourmandise qui cause sa perte – provisoire.

Car Petit Singe va savoir se tirer d’affaire. Gourmand lui-même, il table sur l’avidité du crocodile. Et promet au saurien « un buffle bien gras ». Alléché, le croco laisse faire. Et laisse partir Petit Singe. Funeste erreur, puisque celui-ci se sauve et demande l’aide de l’éléphant qu’il rencontre sur la terre ferme.

Petit Singe n’est pas un héros, mais il sait se sortir d’une situation difficile, et demander de l’aide à plus puissant que lui (un adulte) quand il le faut. Il se sert de son intelligence pour rectifier son erreur (la noix de coco trop grosse pour lui qui l’entraîne au bord de la mort), tout en continuant son exploration, cette fois sur la terre ferme.

L’amitié est au bout de la liane, ainsi que le retour chez soi. L’éléphant, après avoir tancé le crocodile, ramène Petit Singe auprès de sa famille. Qui se moque de lui. Il faut la parole de l’éléphant (de l’adulte) pour que le récit de voyage de Petit Singe soit accrédité. Et c’est la fête, avant un repos bien mérité après toutes ces aventures, dans les bras rassurants de sa maman.

L’aventure, c’est bien joli, mais encore faut-il avoir quelque’un·e à qui la raconter, et auprès de qui se reposer, avec son consentement.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Une histoire de singe, sauver sa vie par l’intelligence », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8405

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

La Grande Panthère noire

 La Grande Panthère noire, farce aux villageois

Quand la Grande Panthère noire a décidé de s’amuser, les villageois deviennent fous. Et visitent « l’Himalaya, le Tibet, la Mongolie, la Muraille de Chine et la Sibérie (…) la banquise. », tout de même. Car la bête malicieuse se convertit malgré elle en guide touristique, quand elle a les paysans indiens aux trousses, pour cause d’engloutissement d’animaux d’élevage (lapin, cochon, chèvre, vache). Le récit n’est pas statique, comme dans la plupart des albums jeunesse, puisque le but est de faire découvrir le monde au jeune enfant.

Le récit de Paul François (Père Castor-Flammarion, 1968) met en scène une féline pleine de vitalité, au caractère joyeux et malicieux. Les illustrations de Lucile Butel la montre la gueule fendue d’un très large sourire, ou bouche entr’ouverte, prête à rire ou persifler. La chasseresse est bien décidée à ne pas se laisser attraper par les villageois, justement indignés par ces vols.

Mais en même temps, elle s’amuse, prouvant par là sa supériorité mentale et physique sur les humains. Elle commence par tourner autour d’un plant d’arbres, avant de se poser, gueule hilare, juste derrière le chef du village, qui scrute l’horizon. Puis, elle entraîne donc les habitants mâles dans des pays de plus en plus enneigés, où sa fourrure sombre disparaît. Soulagés, les villageois retournent chez eux, sans profiter de leurs découvertes viatiques. Voyager ne leur a servi à rien. Et… la Grande Panthère noire les attend au village, où elle reprend son festin.

Quand les animaux s’amusent, les humains s’essoufflent.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « La Grande Panthère noire, farce aux villageois », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8389

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Marlaguette VADMC

Marlaguette, un loup n’est pas un enfant

S’occuper d’un loup oui, le traiter comme un être humain et comme un enfant, non. C’est pourtant ce que tente la jeune Marlaguette dans le récit éponyme de Marie Colmont (Père Castor-Flammarion, 1952).

Après que le loup a tenté de la dévorer, qu’elle s’est débattue et qu’il s’est assommé en entrant dans sa caverne en la portant dans sa gueule, Marlaguette soigne son agresseur, qui jure de ne plus manger de petit enfant. Dont acte, malgré le pessimisme du geai, qui déclare à Marlaguette : « Il te croquera ! » La fin du récit explique que le loup ne chasse plus les enfants.

Mais la petite fille, quant à elle, pense en termes humains. Elle fait boire de la tisane au loup, et manger uniquement des fruits et des légumes, ainsi que du pain. Elle le gronde s’il croque un oiseau. Elle le considère comme un petit enfant qui devrait obéir à sa mère (elle), et non comme un animal non humain qui a un métabolisme et des habitudes différentes des siennes.

Il faut l’intervention d’une figure paternelle, le « vieux bûcheron », pour que l’ordre naturel soit rétabli et que Marlaguette accepte de se séparer de son nouvel ami et d’arrêter de l’infantiliser. 

La leçon de vie est d’autant plus forte que le loup est un animal sauvage, mais l’équivalence avec les animaux « domestiques » (lapin, chat·te, chien·ne, hamster…) est tout à fait possible et nous rappelle, enfant et adulte, qu’il ne faut pas plaquer des comportements humains aux non-humains.

Et que tout cela n’empêche pas l’amitié et l’affection inter-espèces, bien au contraire.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Marlaguette, un loup n’est pas un enfant », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8339

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Poule Rousse VADMC

Poule rousse, féminisme inter-espèces

Un nécessaire à couture comme arme, voici ce que propose l’écrivaine Lida Durdikova dans Poule rousse (Père Castor-Flammarion, 1949). La gallinacé éponyme et anthropomorphisée ayant été capturée par un renard et enfermée dans un sac, elle prend ses ciseaux et ouvre sa geôle, pendant que le renard est parti à la poursuite de l’amie de cœur de Poule Rousse, à savoir la tourterelle.

La sororité est à l’œuvre dans ce récit pour enfants, qu’il s’agisse de vivre côte à côte, puis ensemble, ou de se sauver la vie. La dernière illustration d’Étienne Morel montre la poule et la tourterelle en train de lire, assises sur le même tabouret, La Plus Mignonne des petites souris. Cet album a été écrit et imagé par Étienne Morel en 1953, édité par le Père Castor-Flammarion. Ce clin d’œil a été ajouté à une date ultérieure à la première édition de Poule Rousse.

Les images accentuent l’aspect homophile du récit, avec une poule massive, vêtue d’un tablier bleu, et une tourterelle menue aux plumes gris-rosé. Le code couleur est également genré pour le couple, hétérosexuel, des renards. Madame a un châle rose, monsieur une veste effrangée gris-bleu. Le parallèle entre les deux couples est ainsi facilité.

Équivalence aussi dans la force du lien qui les unit. Après l’échec de l’enlèvement de Poule Rousse et les vives brûlures dues aux pierres (prises pour le corps de la poule) jetées du sac dans un chaudron d’eau bouillante, les renards s’enfuient ensemble. Et Poule Rousse et la tourterelle renforcent leurs liens affectifs.

La force de ce récit est d’utiliser les outils du féminin traditionnel (couture, chaudron) pour ensuite les détourner de leur usage habituel et d’en faire des armes.

La sororité reste cependant la meilleure tactique pour éviter les féminicides, d’où que l’on vienne, qui que l’on soit.

Vive les alliances féministes.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Poule rousse, féminisme inter-espèces », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8311

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Roule-Galette VADMC

Roule-Galette, exploratrice courageuse

Quand on vient du grenier, on a volontiers des fourmis dans les jambes. Même si l’on n’a pas de jambes, d’ailleurs. Lorsque la galette est posée par « la vieille », qui l’a confectionnée, sur le rebord de la fenêtre, suite à l’injonction du « vieux », son mari, elle s’ennuie.

Dans Roule-Galette de l’autrice Natha Caputo (Père Castor-Flammarion, 1950), la galette quitte donc la maison grand-parentale et parcourt le vaste monde, symbolisé par la forêt et les différents animaux qu’elle croise : lapin, loup, ours, renard. Ces animaux non humains sont anthropomorphisés et ont leurs caractéristiques physiques habituelles, sauf le dernier, caractérisé par son intelligence. Le lapin a « de longues oreilles », le loup est « gris », l’ours est « gros » et le renard est « malin ».

Ces précisons sont utiles, car elles ancrent Roule-Galette dans l’imaginaire lointain du conte occidental, dont Le Roman de Renart (recueil de récits entre le douzième et le treizième siècles) constitue une des branches les plus connues. Et permettent à la lectrice et au lecteur de visualiser immédiatement les rencontres faites par la galette, en plus des illustrations de Pierre Belvès.

La galette n’a pas peur des animaux, tous des prédateurs mâles, qui veulent la manger. Elle continue sa route et ses découvertes, tout en chantant sa confiance en elle et en ses capacités : « On m’a mise à refroidir, mais j’ai mieux aimé courir ! » Son goût de l’aventure est intact malgré ses trois premières rencontres inquiétantes. Si ce n’est que, trop confiante en sa puissance, la galette ne prend pas le temps d’analyser l’attitude doucereuse du renard.

À première vue, nous aurions affaire à une écervelée et/ou à une entêtée comme « La chèvre de M. Seguin » (Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet, 1869). Chez Daudet, Blanquette ose la liberté, puis le combat à mort contre le loup, plutôt que d’être attachée à une corde et brouter l’herbe que son maître lui donne. La Galette, elle aussi, préfère le voyage au foyer, l’expérience à l’ennui, tout en finissant mangée.

Si ces deux récits se concluent par des féminicides, avertissement sévère aux femmes qui voudraient franchir la limite de la maison, ce qui frappe le lecteur et la lectrice est le courage des héroïnes.

Partir de chez soi, oui, voyager seule oui, sans peur, mais avec des précautions.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Roule-Galette, exploratrice courageuse », Voyages autour de mon cerveau, février 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/8291

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube