Archives par étiquette : Flashdance

Bouger solidarité 2 VADMC

Bouger en solidarité (2) : Talons aiguilles et Journal intime

Que les films étaient beaux sous le soleil des années quatre-vingt-dix, surtout ceux chantants et dansants, et surtout en Espagne et en Italie. Même en prison on danse et on chante, avant de se battre. Et quand on est libre de ses mouvements, on commente danse et chant, en ramenant le tout à son nombril. Ce qui n’empêche pas de faire partir du groupe en mouvement, au moins pour un temps.

Dans Talons aiguilles (Tacones lejanos, Pedro Almodovar, 1991), un groupe de femmes aux vêtements colorés danse dans la cour d’une prison madrilène. La musique provient des hauts-parleurs de la cour, elle est donc intradiégétique. Le groupe est mouvant, soit que les femmes dansent en couple, soit qu’elles forment une ronde autour de Susanna (Bibiana Fernandez) qui choisit une partenaire, comme dans la danse du tapis, soit qu’elles forment des lignes et suivent Susanna, reconvertie en chorégraphe en cheffe.

Dans Journal intime (Caro Diario, Nanni Moretti, 1993), le réalisateur sillonne Rome à bord de sa Vespa, nouveau Gregory Peck qui aurait perdu son Audrey Hepburn et qui clamerait son amour pour sa ville, et non pour une ville étrangère, ce qui est le cas de Vacances romaines (Roman Holiday, William Wyler, 1953). Après avoir croisé Jennifer Beales, interprète principale de la comédie musicale Flashdance (Adrian Lyne, 1983), Nanni Moretti arrive sur une place avec un orchestre sur une estrade.

Des couples dansent, en très grande majorité des femmes avec des hommes, à l’exception d’un couple de femmes et de quatre femmes dansant ensemble. Le groupe de musiciens, les danseurs et les danseuses ont des vêtements colorés, quoique moins vifs que chez Almodovar, Moretti tranchant avec son t-shirt, son pantalon et ses lunettes noires, et son casque blanc à fermeture noire, telle une énorme mouche (du coche).

L’orchestre attaque « Visa para un sueño », de Juan Luis Guerra, un tube espagnol, donc. Moretti ne se mêle pas aux danseurs et danseuses, mais va chanter avec l’orchestre, avant de parler avec un couple hétérosexuel qui se trouve sur le bord de la piste. Moretti évoque Jennifer Beales, puis son envie de savoir danser. Il remonte ensuite sur son fier et sombre destrier pour continuer sa/notre balade romaine.

Dans les deux films, chacun·e bouge au sein d’un groupe, même si les leaders finissent par s’en aller. Solidarité vaincra !

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Bouger en solidarité (2) : Talons aiguilles et Journal intime », Voyages autour de mon cerveau, janvier 2023. URL : https://vadmc.hypotheses.org/7624

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire CERILAC. Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube