Archives par étiquette : Francis de Croisset

Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Sud-Ouest

Le Sud-Ouest – L’ABC de la famille. 1908-1929

Les numéros correspondent aux documents de la partie.

1) Aire-Gagnepan, en famille avec Simone, 1927, 1928

1) Lettre à Geneviève de Neuville, 3 septembre 1927 :

 Aire                                                                                    3 Septembre 1927

N.P.

Ma chère Geneviève,

Bénie soit madame de Neuville et son très généreux époux, bénie soit ta grand’mère et bénie soit la poste d’Aire qui nous a apporté hier l’heureuse nouvelle de votre arrivée prochaine. Nous avons composé des hymnes d’enthousiasme et de reconnaissance qui sont plus gais que ceux de Job et aussi beaux que ceux de David. Enfin Gagnepan est dans l’ivresse et l’on vous y attend avec une impatience incroyable. Depuis hier nous avons accumulé les projets de réjouissances ; nous avons décidé un pique-nique et une grande descente dans un vieux château où nichent des hiboux, des chauves-souris et de vieux cousins à nous absolument toqués. Je ne sais pas ce que je t’écris, le bonheur de te voir me tourne la tête et je t’envoie ces lignes de chez les du Moulin où règne comme d’habitude la plus aimable agitation. La charmante Julie est hors d’elle et répète en se regardant devant la glace le galant sonnet que Jacques lui offrit il y a deux ans.

Remercie encore madame de Neuville, nous vous attendons dès que vous pourrez c’est-à-dire le huit et pour le plus longtemps possible ; votre arrivée peuplera très heureusement Gagnepan ; papa et Pierre ne sont pas avec nous malheureusement et cette maison fait l’effet d’être vide. A bientôt, quelle joie d’écrire cela, je t’embrasse de tout cœur ainsi qu’Anne-Marie, amitiés à Jacques. Je ne sais comment dire à madame de Neuville notre reconnaissance, je l’embrasse de tout mon cœur et avec tout le respect dont je suis capable.

Zaza

2) Lettre à sa mère, 19 juillet 1928 :

Gagnepan                                                               19 juillet 1928

Maman chérie,

Ma lettre vous parviendra encore j’espère ; avant-hier j’ai dormi toute la journée et hier j’allais vous écrire quand nous avons décidé une expédition en pays lointain. Nous songions sans grand enthousiasme à aller voir les de Belleville ou les de Villefort pour essayer la voiture mais après avoir consulté la carte et constaté qu’il n’y avait d’ici Larroqué que 30 km nous avons lâché Duhor pour les Cassaigne et cette fois avec beaucoup de plaisir. Anmé croyait partir pour la Chine et n’en revenait pas de se trouver à 3 heures entre Mimi et Henry après 50 minutes de trajet. La route d’ici Saint Justin est excellente et l’auto a très bien marché ; ce matin nous l’avons reprise pour aller entendre la messe en l’honneur de la Saint Vincent. Pendant que nous étions au Carmel un de nos pneus s’est dégonflé ; je l’ai fait examiner chez Labat ; c’était une usure de la valve et il a été très simple de remettre une pièce neuve de sorte que nous serons en forme pour partir samedi matin.

Grand-mère qui n’avait jamais vu Larroqué a trouvé cette vieille gentilhommière charmante et elle a passé la soirée à vanter les charmes de l’auto et du progrès ; nous n’avons pas des grand’mères rétrogrades. Mimi n’était pas mal ; elle nous a dit que l’air de Larroqué lui convenait admirablement mais elle se préoccupe pourtant de faire une saison à Biarritz et nous a demandé des renseignements sur les Arocena et sur les conditions d’installation qu’elle pourrait avoir chez eux. 

Henry était délicieusement habillé de kaki et faisait le menuisier avec ardeur quand nous l’avons trouvé ; il nous a fait visiter Larroqué dans tous ses recoins qui sont délicieux et il a rempli Anmé de jalousie en nous montrant un verger déjà très beau entièrement replanté par lui. Il a en particulier des brugnoniers et des pêchers qui ont pris admirablement. Magdeleine  a voulu elle aussi nous faire connaître ses richesses ; elle nous a présenté les veaux et les lapins avec des tas d’explications délicieuses : elle a grandi, minci, ce qui la rend beaucoup plus jolie ; je voudrais que vous la voyiez en ce moment, c’est vraiment un amour de petite fille à qui ses longues boucles tout à fait brunes maintenant donnent un petit air ancien et sage ; elle ressemble certainement aux petites filles modèles.

Aujourd’hui nous avons à domicile deux petites filles que je ne songe pas bien entendu à comparer à Magdeleine mais qui sont pourtant très gentilles ; ce sont deux cousines, France et Marie de Saint Julien qui ont accompagné Poupée de Mau et déjeuné ici en l’honneur de la fête de Vincent. L’une d’elle arrive du Maroc où elle est restée très longtemps. Malgré ses onze ans, elle dépasse Bichette de la tête et elle a un petit type arabe tout à fait charmant, Jacqueline Lemoine en plus brun et plus régulier. Votre plumier offert tout à l’heure à Vincent l’a comblé de joie ; cette joie a été augmentée encore par l’ouverture d’une bouteille de champagne et par l’apparition d’un Saint Honoré magnifique que j’avais commandé chez Daugé. Nous avons très brillamment fêté le héros du jour.

Laissons le carnet mondain pour le cours des Halles. J’ai dit à Louise d’acheter le cochon en août ; elle y était déjà décidée. Elle compte même l’acheter à Garein pour ne pas attendre la foire de Barcelone et parce que les cochons s’y vendent à meilleur prix. Elle vous fait dire qu’il faudra acheter une autre Bretonne pour avoir du lait ces vacances ; celle qui est en ce moment à Gagnepan est pleine de 7 mois et on va cesser de la traire. J’ai trouvé le jardin potager en superbe état et nous nous régalons ces jours-ci avec des pêches, des artichauts, des haricots verts et des salades merveilleuses. Louise est vraiment un précieux service et les reproches que grand’mère peut lui faire n’ont pas grande importance auprès de la manière dont elle sait conduire les choses et de son activité. Anmé vous remercie pour les 300 F, je lui ai remis aussi le couteau à découper et les ciseaux qui lui ont fait grand plaisir. 

Je suis bien contente maman chérie de vous retrouver bientôt ; je compte vous revoir lundi ; n’allez pas vous tuer à faire des confitures d’abricots et tâchez de nous arriver avec une mine convenable. Tout le monde ici me félicite de la mienne et Anmé, ô merveille, vous fait dire qu’elle me trouve en superbe état et que j’ai changé du tout au tout depuis cet hiver. Le régime de Gagnepan n’est pas fait d’ailleurs pour nous faire dépérir ; nous faisons bombance et je me demande comment les petits feront pour passer de notre ordinaire actuel à celui qui nous attend à Haubardin. 

Anmé vous fait dire qu’elle a retenu la jeune fille Philibert au prix de 150 F, elle entrera le 6 août pour avoir le temps de se former. 

Adieu ma petite maman chérie, à mardi ; n’oubliez pas de dire à monsieur Vaussanges mille choses de ma part et que je lui suis très reconnaissante de m’avoir exhortée à persévérer dans le grec. Je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que papa et Lonlon qui arrivera à Haubardin juste pour que nous lui souhaitions sa fête.

Zaza

2) Barroilhet, le cousinage, 1926

Lettre à son père, 30 juillet 1926 :

Barroilhet                                        30 juillet 1926

Mon papa chéri,

Nous sommes à Barroilhet depuis hier, Zon et moi, et malheureusement le temps ne s’est guère mis en frais pour nous. Ce soir pourtant l’horizon se dégage et l’on commence à avoir une délicieuse vue de montagnes. Nous revenons d’une promenade à pied à Bidart en suivant la côte. Nous y avons été avec Magdeleine Laborde, Suzanne et Marie Camus. La mer était très belle mais les montagnes se devinaient à peine et cette horrible teinte de grisaille gâtait tout. Nous sommes allées ce matin à Biarritz pour voir le petit Gérard Galtier qui est installé tout seul chez les demoiselles de la Taillade. Il sortait de son bain salé et avait fort bonne mine. Nous l’avons emmené jusque chez Dodin prendre deux gâteaux en guise d’apéritif. Chez les de Roll nous n’avons trouvé que tante Suzanne et tante Marie-Louise de présentables. Nos trois cousines étaient dans leurs plumards comme dirait Paul-Louis. Il était bien onze heures du matin mais elles avaient été la veille au soir au cinéma ce qui explique tout. On voulait absolument nous retenir et l’on nous a fait jurer de revenir bientôt avec maman. Hier le train qui nous a amenées ici avait quarante minutes d’arrêt à Bayonne : comme je savais où était le bureau d’Henry, nous avons été monter la garde devant sa porte et malgré le temps épouvantable il s’est amené vers 9 heures 1/2. Les nouvelles de Mimi ne sont pas trop mauvaises, Henry partait le soir même pour la chercher à Bordeaux, le jeune personnage doit arriver dans une quinzaine de jours pour l’Assomption. Nous repartons d’ici demain matin avec arrêt à Bayonne pour voir mimi ; nous aurions bien voulu rentrer au moins en même temps que maman mais Henry a si éloquemment plaidé qu’il a arraché à Zon son consentement au moment où le train s’ébranlait. Quel dommage mon papa chéri que vous ne soyez pas avec nous dans ce joli pays basque, n’allez-vous pas venir nous rejoindre bientôt ? C’est très mauvais de rester si longtemps seul à Paris et vous devez beaucoup trop travailler lorsqu’il n’y a plus de femmes à la maison pour vous faire perdre le temps. Lonlon va tout à fait bien, elle allait s’offrir une tranche de jambon d’York lorsque nous l’avons quittée.  Adieu mon petit papa chéri, je vous embrasse bien tendrement. 

Votre petite Zaza

Nous avons eu des nouvelles de Pierre qui paraît beaucoup s’amuser.

3) Bayonne, l’origine, 1924, 1929

1) Lettre à Bonne-Maman, 23 mars 1924 :

Chalet Adour                                                                                  23 mars 1924

Chère Bonne maman,

Si je suis encore ici, moi Zaza, c’est grâce à une dépêche de Paris autorisant une petite prolongation. La lettre annoncée est arrivée, maman parlait d’un jour ou deux mais vous sachant fatiguée j’irai vous voir mercredi, moi Zaza. Mon train arrivera à Dax mercredi 11h25 et après avoir passé quelques heures auprès de vous je filerai le soir vers six h pour Paris. Moi Mimi, je suis en train de sortir vaillamment de mes draps. Hier Henry et Zaza ont fait une grande promenade de la Barre à la Chambre d’Amour en passant par le lac de Chiberta. Ils ont vu des pins, de grandes dunes blanches, un lac très bleu, des ajoncs dorés, enfin un tas de choses ravissantes. Avant-hier, moi Zaza, j’étais chez les de Roll à déjeuner ; après dîner j’ai été à la villa Antoine avec Bibych et Pompon. L’oncle Albert nous a emmenées goûter chez Dodin ; il allait fort bien et comptait passer encore à Biarritz une huitaine de jours. Nous espérons bien que vous allez mieux.

Nous vous embrassons bien affectueusement.

Zaza    Mimi

2) Lettre à Anmé, 25 mars 1929 :

Bayonne                                                                 25 mars 1929

Mon anmé chérie,

Ce n’est pas sans ennui, que dis-je, sans angoisse que je suis partie vous laissant dans ce grand Paris sans surveillance aucune, livrée aux dangers d’une liberté complète. J’espère que vous en userez aussi bien que moi de la mienne à Berlin mais cela ne m’empêche pas, est-ce seulement par inquiétude ? – de penser à vous dix-huit fois par jour. Aucune de la famille depuis mon départ ; qu’en sont devenus tous les membres ? Je vous situe 5bis rue de Berri et je suppose que depuis samedi toute la marmaille est à Haubardin mais en quel lieu du monde sont actuellement mes parents. Maman prétendait avant mon départ rester à Paris jusqu’au milieu de la semaine sainte, papa songeait à prendre ses vacances dès le samedi d’avant ; il était question de Biarritz, de Guéthary et de faire le voyage en auto. J’avais donc l’espoir tous ces jours-ci de voir subitement apparaître les voyageurs, mais rien ne vient ; j’ai peur que maman à l’heure où j’écris ne soit encore en train de se fatiguer dans des préparatifs et cela me gâte presque mon plaisir d’être ici. Bayonne est pourtant un coin merveilleux par ce temps rêvé que le ciel nous accorde. J’y ai trouvé toute la famille et vendredi j’ai déjeuné chez madame Guichenné avec bonne maman, les Henry, Magdeleine Laborde et le ménage Boer. Tante Marthe et bonne maman sont dans la fièvre des préparatifs de toilette ; l’une et l’autre depuis huit jours n’ont eu le temps que d’essayer robes et chapeaux. Tante Marthe m’a demandé si pour le dîner de contrat un grand décolleté était de rigueur ; de quels éblouissants spectacles allons-nous être les témoins ? La pauvre bonne maman était dans le même état que vous ces temps derniers ce qui nuisait beaucoup à ses charmes ; je crois qu’avec la folie de dépenser que vous lui connaissez elle a dû renoncer au vulgaire dentier porté jusqu’à présent et se fait faire pour le mariage une mâchoire d’or. Naturellement j’ai dû discourir sur le fiancé, sur le bonheur de Marie-Thérèse et sur les toilettes des demoiselles d’honneur. Tout Bayonne avait vu la charmante photographie où Albert dans un encadrement ovale présente concurremment à l’administration publique son sourire, ses lunettes, ses pieds et son képi, et tout Bayonne était charmé ! J’ai trouvé Mimi maigre, fatiguée par la grippe qu’elle vient d’avoir et plus allante malgré cela que l’année dernière ; elle a fait samedi avec moi des commissions dans Bayonne. Nous avons choisi pour Marie-Thérèse chez Artéon un service à poisson, il me semble qu’elle n’en avait pas reçu encore ; c’est un très beau cadeau et si l’objet vient en double Marie-Thérèse pourra toujours aller chercher autre chose dans la même maison. Maylis Personnaz s’y trouvait en même temps que nous, assez surprise de me rencontrer dans Bayonne ; j’irai cet après-midi à Beaulieu. Hier déjà j’ai rempli mes devoirs de civilité vis-à-vis de tante Lily en invitant Henry à la chambre d’amour. Nous avons eu la chance de trouver désert le chalet Armand et nous avons arpenté les dunes d’alentour – un temps idéal, la mer très forte, d’un bleu qui rendait gris tous ceux qu’obtiennent artificiellement les pauvres humains. Je n’ai pas résisté au désir de me tremper les pieds ; j’ai même un peu trempé mon manteau et mes dessous à la grande joie d’Henry satisfait de voir ses pronostics pessimistes réalisés ; je me suis procuré enfin la joyeuse illusion de n’avoir encore que six ou huit ans. Mimi malheureusement n’avait pas pu nous suivre. Il y a à Biarritz en ce moment beaucoup d’Anglais rouges, beaucoup d’Anglaises à talons plats et tout ce monde est très occupé à faire entrer les boules dans les petits trous du green, exercice excellent pour les tempéraments d’outre manche, très sain aussi pour la bourse des gens de ce pays. Magdeleine Cassaigne est toujours une adorable poupée mais son père soit disant sans principe fait de cet enfant un réservoir de phrases morales. Ô théorie !

Adieu mon anmé mille fois chérie. Ne vous ennuyez pas trop sans nous, dans moins de huit jours je serai sur vos genoux. Je vous embrasse bien tendrement.

Zaza

4) Biarritz, filer l’eau de la tristesse, 1926

1) Lettre à sa mère, 10 juin 1926

(Biarritz)                                                                                         10 juin 1926

Maman chérie,

Les petits vont très bien et profitent du beau temps ; Bichon continue à avoir un atome de fièvre mais il n’y a pas là de quoi se frapper. 

Je viens de déjeuner chez tante Marie Personnaz qui a été tout ce qu’il y a de plus aimable. Elle m’a déclaré qu’au prochain concert que Planté donnerait à Bayonne elle me ferait une dépêche pour que vous m’envoyiez chez elle à cette occasion. Maylis, vraiment très gentille, a absolument voulu me prendre 2 fois en photo ce qui ne me réjouissait pas énormément de sorte que j’aurai sûrement l’air stupide. 

Après les Personnaz j’ai fait une visite à tante Blanche qui n’engraisse pas et nous avons gémi ensemble sur l’immoralité du siècle. Je suis maintenant chez Mimi qui va bien et part demain pour Saubusse où elle restera jusqu’à la fin du mois. Je vous arrive toujours lundi matin. 

Adieu maman chérie, je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que tous les autres.

Zaza

3) Lettre à sa mère, 12 juin 1926 :

Biarritz                                                                                           12 juin 1926

Maman chérie, 

Les trois petits se sont baignés hier et ce bain a clôturé leur maladie ; grand-mère consent à ne plus prendre de températures. Ils ont d’ailleurs des mines superbes et des appétits effarants.

Tante Hélène est venue hier enlever l’oncle Albert qui était désolé de manquer la visite que nous font aujourd’hui les Personnaz, l’oncle Gaston Lacaze et la petite Tétête Sallefranque ; mais il revient ici pour faire la bombe mercredi avec mesdames de la Villehélio, de Pierrette et un autre jeune printemps dont j’oublie le nom. Ces dames iront se faire photographier ensemble en souvenir d’un groupe pris dans leur jeunesse. 

Maylis Personnaz a 18 ans aujourd’hui même ; si elle était moins gâtée j’aurais pu peut-être lui offrir une bêtise quelconque mais elle doit tout avoir à n’en savoir que faire. Peut-être vais-je lui donner un sac de bonbons, je ne sais pas trop que faire. Je n’ai pas encore procuré à Magdeleine de grandes distractions mais elle va chaque après-midi à la plage et hier matin je l’ai emmenée se baigner au Port-Vieux dans le costume de Lonlon ; elle recommencera aujourd’hui avec joie. Vous avez dû recevoir une lettre au dos de laquelle Henry a ajouté une très sérieuse proposition ; nous avons beaucoup ri Mimi et moi de cette plaisanterie mais Anmé l’a assez mal prise ; elle était outrée que nous ayons mis ça sur une enveloppe. 

Je crois que le beau temps est là pour quelques jours mais on croit ici que ce n’est rien de le dire. Je vous arriverai donc rôtie à point lundi matin. En attendant je vous embrasse de tout mon cœur ainsi que tout le reste de la famille.

Zaza

5) Cauterets, les randonnées, 1924

Carte postale à son père, 13 septembre 1924 :

Cauterets                                                                 Monsieur M. Lacoin

13 septembre (1924)                                                  Ingénieur en chef à la Cie d’Orléans

                                                                                   28 rue de Varenne

                                                                                   Paris VIIe

Mon papa chéri,

Les Gérin m’ont très aimablement enlevée pour 2 jours et nous faisons aujourd’hui une excursion ravissante : Pierrefitte, Cauterets, Luz, Gavarnie. Nous avons un temps splendide, lumière, soleil, ciel bleu sur la montagne, des teintes exquises et au fond de la neige étincelante. 

Nous voici au cirque de Gavarnie, après une ravissante promenade à pied. C’est splendide et je vous regrette de plus en plus. Je vous embrasse tendrement.

Zaza

6) Dax-Haubardin, joies et colères, 1926, 1928

1) Lettre à Simone de Beauvoir, 23 mai 1926 :

CHÂTEAU DE HAUBARDIN                                                                 

       à Saint Pandelon

       Par Dax (Landes)                                                                     23 Mai 1926

Ma chère Simone,

Je suis extrêmement honteuse de ne pas vous avoir écrit plus tôt pour vous envoyer toutes mes félicitations pour Math Générales. J’aurais bien voulu vous voir avant de quitter Paris, j’ai été avec Thérèse Jullig vous chercher en vain à Cauchy puis comme j’avais tous mes paquets à faire je n’ai pu aller vous dire adieu. 

Lonlon nous a dit il y a deux ou trois jours que vous deviez passer par Dax pour aller à Cauterets ; je l’ignorais tout à fait et j’ai sauté de joie car j’espère bien que vous allez nous donner trois ou quatre jours. Les nouveaux domestiques de ma grand’mère font très bien leur service et nous avons ici quatre lits vides vu l’absence de mes cousins. Vous ne nous dérangerez donc absolument pas et vous nous ferez un extrême plaisir. De plus nous vous emmènerons en auto passer une journée à Biarritz et je serai charmée de présenter la mer à Poupette. 

Je vous en prie, écrivez-moi vite que vous acceptez ; maintenant que nous avons tout combiné, nous serions trop désillusionnés si vous n’arriviez pas. Il vous sera facile de demander arrêt facultatif à Dax et de passer trois ou quatre jours à Haubardin et c’est une occasion qui peut-être ne se retrouvera pas d’un certain temps. Ma grand-mère insiste beaucoup pour vous avoir, Bernard jure de ne pas prendre une seule colère pendant votre séjour et nous vous attendons tous avec impatience. Répondez vite affirmativement et suivez de près votre lettre.

Je pars dans une heure pour Biarritz où je passe deux jours et je n’ai que le temps de vous embrasser affectueusement, amitiés à Poupette et mes respectueux souvenirs à madame de Beauvoir.

Zaza

Nous nous jetons tous aux genoux de madame de Beauvoir pour la supplier. Je vous laisse venir et nous attendons une bonne réponse.

Chère madame, je voulais vous écrire une vraie lettre pour appuyer la demande de Zaza et voici la voiture qui réclame le courrier. Je n’ai donc que le temps de vous dire tout le plaisir que nous aurons à revoir Simone et Poupette. Tous mes enfants en auront une bien grande joie et c’est si facile que j’espère que vous ne la leur refuserez pas. Très en hâte je vous redis chère madame mes bien affectionnés sentiments.

Marg. Lacoin

2) Lettre à Simone  de Beauvoir, 7 août 1926 :

Haubardin                                                                          7 août 1926

Ma chère Simone,

Je réponds bien tard à votre lettre et peut-être cela vaut-il mieux car j’étais trop en colère contre vous ces temps-ci pour vous écrire des choses sensées. Dire que vous êtes allée à Cauterets, que vous avez passé par Dax et que nous ne nous sommes pas vues. Quand j’ai appris que vous étiez déjà partie pour Cauterets alors que je vous espérais à Haubardin, je suis entrée dans une rage noire. Lonlon m’avait affirmé que vous ne quittiez Paris que dix jours plus tard, elle le tenait de Poupette disait-elle et je croyais m’y prendre assez tôt pour vous demander de venir. Enfin maintenant que j’ai bien pesté contre vous et votre sœur, contre Lonlon et contre moi-même, je me sens très soulagée. Je redeviens même assez polie pour m’excuser de vous écrire si tard. Rien ne peut vous donner idée de mon peu d’envie d’écrire ces temps-ci ; je suis tout à fait brouillée avec mon stylo ; puis, ayant lu des choses charmantes et passé mon temps avec des gens pleins d’esprit qui s’appellent Jules Lemaître, Robert de Flers ou Francis de Croisset, je n’ai plus le courage d’écrire des lettres ennuyeuses. Dans une armoire du grenier j’ai découvert toute une collection de la Petite Illustration que Bonne maman nous avait soigneusement dissimulée ; et dès que je quitte le tennis ou l’auto je grimpe dans les combles où j’ai établi un salon de lecture. J’ai lu « le mariage de Télémaque » dont vous m’aviez parlé : c’est délicieux. J’ai trouvé aussi dans le stock : Princesse, la Belle Aventure, le Danseur Inconnu, quelques pièces plus sérieuses de Bernstein, François de Curel ou même de Bourget, ce qui est moins bien. Vous voyez que je me suis offert une saison théâtrale des plus complètes. On m’a prêté aussi un livre très agréable d’Abel Bonnard « l’éloge de l’ignorance » ; c’est une petite brochure assez joliment écrite et qui n’a de paradoxe que son titre. Mes projets de travail n’ont eu aucune réalisation : je n’ai pas traduit une ligne de grec et je ne sais pas si la fin des vacances verra croître mon ardeur à l’étude. C’est qu’aussi j’ai rarement une minute de paix. Nous nous réunissons beaucoup à nos amis de Dax pour jouer au tennis, nous circulons en auto, nous sommes les gens les moins tranquilles du monde. Pour le 15 août il a fallu s’agiter plus particulièrement : les Jumelles et Vincent ont joué pour fêter leurs deux grand’mères : « Barbe bleue » drame en vers en 4 actes par Germaine Lacoin d’après le conte de Perrault. Pendant deux jours nos chambres ont été désorganisées à cause des préparatifs de la représentation. On avait pris tous les traversins pour faire les sept femmes mortes, Bichon avait une magnifique perruque blonde en étoupe et représentait une épouse tremblante, Bichette disparaissait sous sa barbe bleue et Vincent faisait fonction de Sœur Anne et de frère vengeur. Inutile de vous dire que ce drame émouvant a été interprété d’une manière superbe ; Bichon avait l’honneur de dire le mot de la fin et elle a pris une voix de stentor pour s’écrier : « Barbe, crève de honte ! » magnifique vers final qui était le seul à n’avoir que six pieds. Les autres en avaient dix, douze ou quinze suivant le mouvement de l’action. 
Vous avez dû bien vous amuser avec Denise ; elle m’a écrit la plaisanterie que vous avez faite à Marie-Rose, c’est une délicieuse idée que vous avez eue là. Écrivez-moi vite ma chère Simone que vous me pardonnez ma paresse inconcevable, je vous embrasse de tout mon cœur, mes respects à madame de Beauvoir et mes amitiés à Poupette.

Zaza

4) Lettre à son père, 11 août 1928 :

Haubardin                                                                          11 août 1928

Mon cher papa,

Nous venons d’éprouver d’une façon épatante la merveilleuse résistance des carrosseries Citroën ; le tout acier est vraiment excellent pour faire des cabrioles sur route car nous ne serions pas sortis très frais d’une carrosserie de bois après notre petit capotage. Aucun de nous ne s’est rendu compte exactement de la manière dont nous avons pirouetté. Maman qui conduisait pour s’exercer a commencé à zigzaguer un peu. Elle s’est affolée et a donné de grands coups de volant à droite puis à gauche qui nous ont fait raser les arbres et ont enfin abouti à un capotage assez doux. Le miracle est que sept personnes tombant les unes sur les autres dans des morceaux de verre brisé ne se soient rien fait de sérieux et n’aient même pas eu une coupure à la figure. Voici le bilan de nos accrochages : Vincent le plus touché, deux petites coupures à la jambe, Zon une au genou, moi une égratignure à la main. Maman qui n’a pas eu la chance d’attraper une « saignée » qu’elle souhaitait depuis longtemps est par contre très courbaturée. Maintenant qu’elle s’est étendue toute enduite de baume des Pyrénées, elle se trouve très bien. Nous nous en sommes vraiment bien tirés ! Je vous embrasse mon cher papa de tout mon cœur.

Zaza

7) Lourdes, 1922, 1926

1) Carte postale à Germaine, 21 août 1922 :

Lourdes        CARTE POSTALE

                                                           Mademoiselle Germaine Lacoin
                                                           Gagnepan
                                                           Aire sur l’Adour
                                                           (Landes)

22 août 1926

Ma petite Maine chérie,

Je te regrette bien ici car le Pèlerinage est magnifique et tu en aurais bien joui ; j’espère que l’année prochaine tu nous suivras. Je prie bien pour toi et je t’embrasse de tout mon cœur.

Zaza

2) Carte postale à Bonne-Maman, 24 août 1926 :

2) Carte postale à Bonne-Maman, 24 août 1926 :

Madame Lacoin

Haubardin

Saint-Pandelon

par Dax (Landes)

Ma chère bonne maman,

Malgré le mauvais temps et la pluie le pèlerinage national est très nombreux et très édifiant. Il y a beaucoup de grands malades, beaucoup de tuberculeux. Il y a eu hier une guérison superbe d’une femme de 21 ans souffrant d’un mal de Pott lombaire.

Dans la salle de grand’mère il y aurait aussi une tuberculeuse guérie ; c’est une jeune doctoresse assez exaltée ce qui rend certaines personnes sceptiques. J’ai bien prié pour vous tous spécialement pour tante Henriette

Salué hier  madame Guichenné – je vous embrasse tendrement

Zaza

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Élisabeth Lacoin. Les traces vivantes du Chatfoin. Dactylographie Sud-Ouest », Voyages autour de mon cerveau, mars 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/?p=4016

Tiphaine Martin

Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube