Archives par étiquette : Françoise Arnoul

Carmen VADMC

Carmen cherche Don José. RSVP

L’héroïne de Mérimée (1847) a eu droit à de nombreuses adaptations cinématographiques, dont celle de Christian-Jaque en 1944, avec Viviane Romance, star des années trente et quarante. Jean Marais, dont la cote a explosé en 1943 avec L’Éternel Retour (Jean Delannoy), avec Madeleine Sologne, est Don José, le brigadier qui abandonne sa fiancée et son poste pour suivre Carmen dans ses pérégrinations, avant de l’assassiner. Le féminicide est justifié par l’attraction sexuelle que la jeune femme exerce de manière néfaste sur les hommes, mettant en péril la société bourgeoise et petite-bourgeoisie, tant dans la nouvelle que dans le film.

L’attractivité toujours constante de Jean Marais en 1951, ainsi que le tournage de l’espagnolade Carmen en Italie en 1943, explique peut-être la reprise de Carmen comme film à tourner dans La Rose rouge de Marcello Pagliero (1951). La célèbre cave existentialiste, ses artistes et son public, autochtone ou touristique, est le prétexte du long-métrage de Pagliero, acteur italien devenu réalisateur français. On y croise Les Frères Jacques, Yves Robert et la Compagnie Grenier-Hussenot dans son ensemble, Françoise Arnoul, Louis de Funès dans un petit rôle d’Espagnol mangeur frénétique de verres, le réalisateur Pagliero, et Nico Papatakis, véritable directeur de La Rose rouge.

Quant à Dora Doll, second rôle à partir des années trente, d’abord au cinéma, puis à la télévision, elle hérite de la tâche d’incarner Évelyne Dorsey, une vedette flanquée de son producteur/protecteur, Matignon (jeu de mots tout à fait possible avec maquignon ; joué par Philippe Olive). Évelyne refuse d’abord de jouer Carmen dans la future adaptation produite par Matignon, si Don José est incarné par Jean Maréchal (Pétain ? ; joué par Maurice Teynac), présent dans la salle du cabaret en même temps qu’elle, et pas encore tout à fait sorti de l’atmosphère typiquement russe de son dernier film, puisqu’il roule les r en parlant et jette les verres vides derrière lui. Notons que Jean Maréchal a les mêmes initiales et le même prénom que Jean Marais.

L’actrice va passer le film à essayer – de manière très rapprochée – différents artistes présents sur la scène de La Rose rouge, suscitant le mécontentement de plusieurs femmes/petites amies/épouses dudit artistes. Le décor du film (bar, wc, coulisses, toit) s’efface alors pour laisser place à un décor de Carmen, toujours le même, reconnaissable à ses arcades de maison andalouse et à son large séjour en pierre. Dorsey/Doll est immuablement vêtue d’une robe sévillane à larges volants et d’une haute mantille, qui menace de s’écrouler à tout instant. Ses partenaires successifs revêtent l’uniforme des brigadiers du dix-neuvième siècle. Leur baudrier et leur épée, trop lourdes pour eux, est régulièrement source de comique, soit qu’ils s’empêtrent dedans, les perdent, les laissent traîner, n’arrivent pas à s’en défaire. Bref, un désastre.

En désespoir de cause, Évelyne Dorsey, assise tant bien que mal sur les tuiles du cabaret, tente d’imaginer Albert, le directeur artistique (Yves Deniaud) dans la peau de Don José. Mais, hélas, même avec une perruque qui cache sa calvitie intégrale, « Nounours », l’ancien « saule pleureur » des Folies Javel (Léo Malet nous voici) de leur jeunesse commune, ne lui convient pas. Heureusement, elle rencontre Jean Maréchal à la sortie de La Rose rouge et l’invite avec Matignon dans sa voiture. Et les habitant·es du quartier peuvent enfin dormir au calme, pour cinq minutes, avant de partir au travail, puisque Paris s’éveille.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Carmen cherche Don José. RSVP », Voyages autour de mon cerveau, novembre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6994

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube

Divine VADMC

Divine Berriau et Divine Darrieux, deux destins chez les hommes

Deux films avec le même surnom féminin, l’un n’étant pas le remake de l’autre, malgré un titre identique, à quarante ans de distance. Deux stars pour incarner Divine : Simone Berriau en 1935 chez Max Ophüls lors de son passage en France, Danielle Darrieux chez Dominique Lelouche en 1975.

Une fois n’est pas coutume (enfin…), le film des années trente offre une plus belle destinée à Divine que celui tourné en plein M.L.F. Le scénario de Colette permet l’épanouissement de son héroïne, au contraire de celui de Jean-Pierre Ferrière, qui la renvoie à sa solitude. Sans surprise, il s’agit d’une lutte intergénérationnelle. Ludivine Jarisse (Simone Berriau) dite Divine peut épouser son Antonin dit le Lait (Georges Rigaud), car ils sont jeunes. Marion Renoir (Danielle Darrieux) ne peut donner libre cours à son désir pour son jeune fan Olivier Chalon (Richard Fontana), car une femme âgée avec un homme plus jeune qu’elle, fi donc. Et sic.

Certes, on pourrait supposer qu’une artiste comme Marion ne peut que se dévouer corps et âme à son merveilleux métier de comédienne, alors que Ludivine déteste le music-hall, malgré son franc succès – le harcèlement sexuel qu’elle y subit y serait-il pour quelque chose ? Cependant, qui, sinon les réalisateurs et scénaristes, décident de l’avenir sexuel de leurs héroïnes ? Rappelons les deux films de Jean Renoir, Le Carrosse d’or (1952) et French-Cancan (1954), qui refusent, au final, l’accomplissement privé de leurs personnages féminins à forte personnalité, Camilla (Anna Magnani) et Nini (Françoise Arnoul), alors que les hommes, eux, continuent à satisfaire leurs appétit en ce domaine, forte personnalité ou pas.

Le film de 1975 nie toute sexualité, qu’elle soit entre une femme âgée et talentueuse et un homme jeune, ou entre l’homme jeune et sa petite amie. Pas de scène de sexe entre les couples, la chambre (ou le canapé, ou la table de cuisine, ou …) est bannie de la caméra. On peut cependant applaudir que la soi-disant révolution sexuelle des années soixante-dix, qui a vu s’étaler les films pornographiques aux frontons des cinémas, soit très loin de l’univers de Dominique Lelouche. Mais un juste milieu et une reconnaissance de la sexualité féminine eussent été agréables, en pleine deuxième vague des féminismes au vingtième siècle…

Outre l’absence de sexualité chez Marion et un métier prenant, notons que la sororité esquissée envers Antonia (Martine Couture) afin qu’Olivier lui revienne est légère, ne va pas loin et concerne uniquement les affaires de cœur. Au contraire, Ludivine est épaulée et aidée par ses consœurs du music-hall, qui s’entraident aussi entre elles, sur le plan professionnel, matériel et psychologique, pour le meilleur (rires et repas partagés au restaurant) comme pour le pire (le trafic de drogue). Et leur contentement à voir le bonheur de Ludivine, qui retourne à la terre avec son Lait, est sincère et joyeux. Tandis que la mélancolie de Marion, tout en dignité et retenue, la coupe d’Antonia, donc des autres femmes. Et l’art est bien froid, même sur une scène de théâtre.

Chez les deux Divine, il y a tout de même une soumission à l’ordre patriarcal, mais qui se fait plus léger pour Divine-Berriau que pour Divine-Darrieux, car la première choisit son destin, qui est malgré tout épanouissant, tandis que la seconde le subit, dans un renforcement de sa solitude. Allons plutôt danser sous les ormeaux, librement.

Pour citer cet article : Tiphaine Martin, « Divine Berriau et Divine Darrieux, deux destins chez les hommes », Voyages autour de mon cerveau, octobre 2022. URL : https://vadmc.hypotheses.org/6683

Tiphaine Martin

Résidant en Bourgogne, Tiphaine Martin est chercheuse en Lettres et Cinéma au Laboratoire Babel (Université de Toulon). Spécialiste de Simone de Beauvoir, elle est également membre du Comité éditorial des Simone de Beauvoir Studies.

More Posts

Follow Me:
TwitterLinkedInYouTube